Yann Mongaburu président écologiste du SMTC en pleine explication sur la terrasse du Café de la table ronde à Grenoble © Paul Turenne - placegrenet.fr

Ebikelabs : Yann Mongaburu s’arrange pour esquiver les questions des journalistes

Ebikelabs : Yann Mongaburu s’arrange pour esquiver les questions des journalistes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Soupçonné d’avoir favorisé une entreprise pour lui faire décrocher un marché public avec la Métropole de Grenoble, le vice-président chargé des déplacements Yann Mongaburu a refusé de répondre directement aux questions des journalistes. Mais nous a répondu par écrit, dans un autre média, au risque de prendre quelques libertés avec le droit de réponse et la liberté de la presse. D’autant que, contrairement à ce qu’il laisse supposer, la rédaction de Place Gre’net n’a pas reçu de lettre recommandée avec accusé-réception*… Nous avons malgré tout décidé de publier ledit courrier pour que le lecteur puisse se faire sa propre opinion.

 

 

 

Mongaburu_veloLe vice-pré­sident en charge des dépla­ce­ments à la Métropole de Grenoble, éga­le­ment pré­sident du SMTC et conseiller muni­ci­pal à la ville de Grenoble, a visi­ble­ment quelques dif­fi­cul­tés à accep­ter de répondre aux ques­tions de la presse.

 

Yann Mongaburu a‑t-il œuvré en vue de favo­ri­ser une entre­prise afin qu’elle obtienne un mar­ché public ? Dans un article mis en ligne sur Place Gre’net le 7 février 2017, nous nous inter­ro­gions sur son rôle après la lec­ture de plus de quatre-vingt fichiers infor­ma­tiques, essen­tiel­le­ment des échanges de mails, qui nous avaient été trans­mis fin 2016.

 

Comme dans tout débat contra­dic­toire, M. Mongaburu, mais éga­le­ment le maire de Grenoble Eric Piolle, les adjoints à la ville de Grenoble Vincent Fristot et Jacques Wiart, le conseiller muni­ci­pal Raphaël Marguet, tous des­ti­na­taires d’une par­tie des échanges de mails, ont été contac­tés le 4 février à 17 h 04.

 

Devant le silence géné­ral, nous les avons relan­cés le 5 février à 21 h 36. Sans plus de réac­tion de leur part. Seul Michel Papaud, le direc­teur géné­ral des ser­vices de la Métropole de Grenoble, éga­le­ment des­ti­na­taire d’une par­tie de ces échanges élec­tro­niques, nous a répondu par la voix de la direc­trice du dépar­te­ment Mobilités.

 

 

 

Sur la forme

 

 

Également contacté par nos confrères du Lanceur, Yann Mongaburu a tout autant refusé de répondre direc­te­ment aux ques­tions des jour­na­listes. Mais s’est fendu d’un “droit de réponse” éton­nam­ment mis en ligne donc, dans une autre publi­ca­tion que celle qui le « met per­son­nel­le­ment en cause ».

 

Outre le fait qu’il s’agit là d’une cer­taine liberté prise avec le droit de réponse – rap­pe­lons que l’insertion doit être faite en même lieu et mêmes carac­tères d’a­près la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, condi­tions refor­mu­lées dans le décret du 24 octobre 2007 rela­tif à l’é­co­no­mie numé­rique –, Place Gre’net n’a pas reçu de demande de droit de réponse envoyée par recom­mandé avec accusé-récep­tion* comme l’exige la pro­cé­dure. Contrairement à ce que laisse sup­po­ser son cour­rier publié dans Le Lanceur.

 

Par ailleurs, rap­pe­lons que l’exer­cice du tra­di­tion­nel droit de réponse est nota­ble­ment res­treint dans les médias en ligne avec la pos­si­bi­lité d’in­sé­rer un com­men­taire dans une zone pré­vue à cette effet (article 1 du décret du 24 octobre 2007). Possibilité que n’a pas non plus sai­sie M. Mongaburu.

 

 

 

Sur le fond

 

 

Par-delà la forme, la réponse de Yann Mongaburu – que nous publions ci-après inté­gra­le­ment afin que le lec­teur puisse se faire sa propre opi­nion – mérite quelques pré­ci­sions de la part de la rédaction.

 

La consti­tu­tion de la société Ebikelabs en avril 2015, soit pos­té­rieu­re­ment à la majo­rité des échanges de mails que nous avons en notre pos­ses­sion (un an et demi de cor­res­pon­dances entre jan­vier 2014 et juillet 2015) dédouane-t-elle à elle seule le pré­sident du SMTC des soup­çons por­tés sur sa per­sonne et son rôle dans le dos­sier, comme sa réponse le laisse penser ?

 

Le 24 juillet 2014, dans un mail, Raphaël Marguet, conseiller muni­ci­pal à la Ville de Grenoble – lequel devien­dra par la suite direc­teur géné­ral d’Ebikelabs – appelle Yann Mongaburu, Vincent Fristot et Jacques Wiart à la prudence :

 

 

« Ce mail juste pour vous don­ner la ver­sion élec­tro­nique du docu­ment que je vous ai donné tout à l’heure. Il est dif­fu­sable mais de manière rai­sonné, en effet ce sont des tra­vaux que Maël Bosson sou­haite par­ta­ger avec les élus, mais qui peuvent être un peu sen­sible dans le sens où il y a une pos­sible créa­tion d’en­tre­prise der­rière pour lui et d’autres. »

 

Courriel accom­pa­gné d’une pièce jointe « PropositionExperimentationMetroVeloElectriqueMaelBosson »

 

 

Dès juillet 2014, Yann Mongaburu ne pou­vait donc igno­rer qu’il y avait une créa­tion d’entreprise à la clé. Il devra vrai­sem­bla­ble­ment s’en expli­quer aux enquê­teurs. Après avoir assez vite classé l’affaire sans suite, le par­quet de Grenoble a fina­le­ment ouvert une enquête pré­li­mi­naire lors de la publi­ca­tion de notre article.

 

Rappelons que l’enquête pré­li­mi­naire, qui ne pré­juge en rien de la culpa­bi­lité des per­sonnes citées dans le dos­sier, a pour objec­tif d’apporter des élé­ments suf­fi­sants au pro­cu­reur de la République afin qu’il juge du bien-fondé d’une poursuite.

 

 

Patricia Cerinsek

 

* Nous avons fina­le­ment reçu la demande de droit de réponse avec accusé-récep­tion le 25 février. Le cour­rier, bien que daté du 15 février, a été posté le 23 février (cachet de la poste fai­sant foi), soit le jour même de la mise en ligne de notre article. Un peu tard…

 

 

La réponse de Yann Mongaburu datée du 15 février ini­tia­le­ment publiée sur Le Lanceur.

 

capture_ecran_demande_droit_reponse_ebikelabs

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCaptcha et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La justice ordonne la suspension de l'arrêté organisant les piétonnisations Place(s) aux enfants sur Grenoble
La justice ordonne la suspension de l’arrêté organisant les piétonnisations Place(s) aux enfants sur Grenoble

FIL INFO — Le tribunal administratif de Grenoble ordonne à la Ville de Grenoble la suspension de l'arrêté organisant les piétonnisations siglées Place(s) aux enfants. Lire plus

Conseil métropolitain : le groupe Une métropole d’avance demande au gouvernement de déclarer « l’état d’urgence climatique »

FOCUS - Le groupe Une métropole d'avance (Uma) a formulé un vœu demandant au gouvernement de déclarer l'état d'urgence climatique lors du conseil métropolitain de Lire plus

Place(s) aux enfants: nouvelles polémiques autour de la piétonnisation de plusieurs rues à Grenoble
Place(s) aux enfants : nouvelles polémiques autour de la piétonnisation de plusieurs rues à Grenoble

FOCUS - Alors que la Ville de Grenoble vient de présenter (de nouveau) le déploiement du dispositif Place(s) aux enfants, la colère contre la piétonnisation d'une dizaine Lire plus

Fermeture d'Esclangon: Grenoble coupe-t-elle les ponts avec la Ville de Fontaine et la Métropole?
Fermeture d’Esclangon : Grenoble coupe-t-elle les ponts avec la Ville de Fontaine et la Métropole ?

FOCUS - La décision de la Ville de Grenoble de ne pas rouvrir, comme attendu, le pont Esclangon dans son sens Grenoble-Fontaine provoque la colère Lire plus

Les colonnes Morris estampillées JCDecaux de retour à Grenoble sept ans après leur disparition
Les colonnes Morris estampillées JCDecaux de retour à Grenoble sept ans après leur disparition

FOCUS - Sept ans après leur disparition, les colonnes Morris JCDecaux refont leur apparition dans le paysage urbain grenoblois. De quoi susciter l'ironie du groupe Lire plus

Jugement du Tribunal administratif sur la piétonnisation de la rue Cuvier: une validation, ou un camouflet?
Jugement du tribunal administratif sur la piétonnisation de la rue Cuvier : une validation ou un camouflet ?

FOCUS - Saisi par un commerçant, le tribunal administratif de Grenoble a rendu son jugement sur la question de la piétonnisation de la rue Cuvier. Lire plus

Flash Info

|

26/01

12h09

|

|

26/01

0h05

|

|

25/01

18h00

|

|

25/01

16h54

|

|

25/01

11h45

|

|

24/01

19h00

|

|

24/01

14h56

|

|

24/01

12h09

|

|

23/01

23h39

|

|

22/01

16h03

|

Les plus lus

Chloé LE BRET

Politique| Grenoble : Chloé Le Bret, conseillère municipale à l’égalité des droits, démissionne suite à « une rupture de confiance »

Éric Piolle présentait ses voeux à la presse ce 13 janvier 2022. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Abonnement| Éric Piolle envisage un stationnement plus cher pour les SUV et de la vidéo-verbalisation en centre-ville

Action de désobéissance civile de femmes en burkini à la piscine des Dauphine de Grenoble, vendredi 17 mai DR

Abonnement| Pétition pro-burqini : la majorité d’Eric Piolle refuse de s’engager… après un processus de médiation

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin