Coup de pouce aux vélos électriques : l’État s’y met, Grenoble y réfléchit

sep article



Après le coup de pouce accordé à la voiture et aux deux-roues motorisés, place aux vélos électriques. Jusqu’au 31 janvier 2018, l’État accorde ainsi une aide de 200 euros à tout achat d’un vélo à assistance électrique (VAE). Le décret est paru samedi 18 février au journal officiel.

 

 

Crédit - Y. Pesenti

Grimper une côte sans effort grâce au vélo élec­trique… © Y. Pesenti

Si les pro­mo­teurs du vélo affichent une satis­fac­tion de cir­cons­tance – ils réclament cette aide depuis des années –, le dis­po­si­tif a ses limites. Pour un vélo élec­trique à peu près conve­nable, comp­ter entre 1 000 et 3 000 euros. Au mieux donc, une réduc­tion de 20 %. Ensuite, la “prime Royal”, limi­tée à un vélo par ache­teur, ne peut pas être cumu­lée avec d’autres inci­ta­tions finan­cières déjà mises en place par nombre de villes en France, comme Lyon ou Paris. Bref, c’est l’un ou l’autre.

 

A Grenoble, la ques­tion ne se pose pas : la Métropole n’a jamais pro­posé d’aide de la sorte. Elle a ses rai­sons et s’en était expli­quée à Place Gre’net alors que le décret n’é­tait encore qu’en pré­pa­ra­tion.

 

« Ces aides au vélo à assis­tance élec­trique sont sou­vent mises en place sous la forme d’une enve­loppe dédiée, où les pre­miers qui déposent un dos­sier sont les pre­miers ser­vis », nous avait répondu Patricia Vernaison-Revolle, direc­trice du dépar­te­ment mobi­li­tés à la Métropole de Grenoble. « Ce n’est pas un sys­tème très ver­tueux ».

 

 

La Métro veut « avancer par étape »

 

 

Et puis, pas ques­tion pour la Métro de mettre en place un dis­po­si­tif qui aurait ris­qué d’en­trer en concur­rence avec l’aide gou­ver­ne­men­tale. « On attend le décret. L’idée est d’être com­plé­men­taire, et non concur­rent », nous avait-on pré­cisé.

 

On y est donc. Contactée suite à la paru­tion du décret, la Métro nous a répondu ne pas encore avoir pris de déci­sion. Reste que, en atten­dant qu’une éven­tuelle aide dédiée aux vélos élec­triques soit mise en place dans la capi­tale du Dauphiné, il y a fort à faire. « On a besoin de tra­vailler sur les axes struc­tu­rants vélo pour des condi­tions plus sécu­ri­taires, nous a expli­qué Patricia Vernaison Revolle. Il faut avan­cer par étape. Il n’est pas ques­tion de balan­cer le vélo élec­trique sans qu’il y ait d’in­fra­struc­tures autour ».

 

Les vélos élec­triques ne sont pas les seuls lis­tés dans le décret. L’achat et la loca­tion de trot­ti­nettes élec­triques, hover­boards (ska­te­board dépourvu de roues) et autres gyro­podes peuvent aussi avoir droit à la ris­tourne, à la condi­tion qu’ils ne fonc­tionnent pas avec une bat­te­rie au plomb. Ce sont peut-être bien les construc­teurs qui se frottent le plus les mains.…

 

 

PC

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
9043 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. j’ai 70ans , je viens d’a­che­ter un velo elec­trique ,
    j’ha­bite jar­rie dans la metro ,
    qu’en est-il de l’aide à l’a­chat de VAE ?
    j’at­tends une reponse pre­cise .
    cor­dia­le­ment

    sep article
  2. La métro veut avance par étape sur le vélo élec­trique ?
    Tiens donc, pour­quoi ?
    On se le demande vrai­ment…

    sep article