Graffiti Dof le Bof DR

Qui est Dof le bof, le cétacé gre­no­blois ? Réponse en expo­si­tion au Sub Styles

Qui est Dof le bof, le cétacé gre­no­blois ? Réponse en expo­si­tion au Sub Styles

FOCUS – Connaissez-vous Dof le Bof, ce mys­té­rieux cétacé qui squatte les murs de Grenoble ? À la bou­tique Sub Styles (spé­cia­li­sée dans la vente de bombes de pein­ture), ven­dredi 10 février, à par­tir de 19 heures, son concep­teur lèvera le voile – par­tiel­le­ment ? – sur sa démarche. Alors, vrai­ment « bof » le dau­phin ou plus abouti qu’il n’y paraît ? Réponse du graf­feur grenoblois.

Une des déclinaisons de Dof le Bof. © Thibault Lefébure

Une des décli­nai­sons de Dof le Bof. © Thibault Lefébure

Si vous ne tra­ver­sez pas la ville les yeux rivés sur le trot­toir, il y a des chances que vous ayez ren­con­tré Dof. À Grenoble, façades, volets rou­lants et autres sur­faces urbaines accueillent depuis sept ans les divers visages de ce drôle de dauphin.

Pourquoi repro­duire ainsi le plus popu­laire des mam­mi­fères aqua­tiques sur les murs de la cité ? Pas très sub­ver­sif, non ? « Quand j’ai com­mencé à faire ces graf­fi­tis de dau­phin, j’ai jus­te­ment voulu prendre le contre-pied de l’univers très codi­fié des graf­feurs, qui se vou­lait plu­tôt viril… », se sou­vient l’inventeur de Dof, qui pré­fère gar­der l’anonymat, ses graffs se fai­sant sans autorisation.

Pour autant, le choix des sur­faces sur les­quelles le graf­feur appose son Dof ne va pas sans réflexion préa­lable. « Ma manière d’installer Dof dans la ville reste spon­ta­née. Mais je veille à res­pec­ter les codes du milieu, comme ne pas recou­vrir d’autres graffs. Ou, plus per­son­nel­le­ment, je n’utilise pas toutes les sur­faces. Un dau­phin sur de vieilles pierres ou à la cam­pagne ne trou­ve­rait pas vrai­ment sa place. Je ne cherche à embê­ter per­sonne », explique le graf­feur, qui pri­vi­lé­giera tou­jours des espaces déjà occu­pés par d’autres tags. Ce qui dénote une cer­taine tolé­rance de la part du pro­prié­taire des murs. Le but étant que le cétacé demeure dans son nou­vel habi­tat le plus long­temps possible.

Dof, le bof ou le beauf

Adorée par les enfants, l’iconographie déri­vée du dau­phin n’a pas vrai­ment la côte chez les tenants du bon goût. Qui sévissent dans tous les milieux, n’épargnant pas non plus le street art, que le créa­teur de Dof juge par­fois « asep­tisé ».

Son graffeur en a semé partout où il est passé : villes françaises et européennes. © Thibault Lefébure

Dof, le cétacé gre­no­blois, ne squatte pas uni­que­ment les sur­faces gre­no­bloises. Son graf­feur en a semé par­tout où il est passé : villes fran­çaises et euro­péennes, entre autres. © Thibault Lefébure

« Il y a une véri­table mode autour du street art, dont se sai­sissent ceux qui s’en disent les spé­cia­listes en réécri­vant son his­toire. Ça donne une dimen­sion poli­tique à cette sphère, tout en la ren­dant un peu conve­nue », regrette le graf­feur qui, avec Dof, pré­tend res­ter hors des clous. Son but ? « Surprendre. C’est vrai­ment ce que je vise avec Dof qui, je crois, reste ambigu aux yeux des gens. Au départ, je vou­lais vrai­ment qu’on s’interroge. Était-il des­siné par un enfant ou par un adulte ? J’ai d’ailleurs joué sur le fait que je débu­tais le graff, dont on ne maî­trise la tech­nique qu’à force d’expérience. »

De fait, Dof n’est pas seule­ment “beauf” – au sens où il s’ins­pire de la frange un brin “vul­gaire” de la culture de masse –, il est aussi “bof” – pas ter­rible – de par son des­sin. C’était du moins vrai il y a sept ans. Aujourd’hui, le trait s’est affirmé à l’image du let­trage – Dof – tout en ron­deur qui fait écho à la repré­sen­ta­tion ico­nique du cétacé.

« Il serait temps de grandir »

S’il se méfie des cadres, le père de Dof n’en exclut pas pour autant toute forme d’exposition. D’où celle qu’accueillera la bou­tique Sub Styles (au 6 rue Etienne Marcel, à Grenoble), dont le ver­nis­sage est prévu ce ven­dredi 10 février à par­tir de 19 heures.

Graffiti Dof le Bof © Thibault Lefébure

Dof le Bof et son créa­teur. © Thibault Lefébure

« Avec cette expo, j’ai voulu sor­tir de l’idée seule de graf­fiti pour mettre plu­tôt en valeur le dau­phin et tout l’aspect ludique qu’il véhi­cule. Je veux vrai­ment mon­trer qu’on peut être adulte tout en conser­vant le plai­sir de cer­tains jeux d’enfants », explique le street artiste, qui s’amuse des idées reçues atta­chées à la repré­sen­ta­tion du graf­feur. Une acti­vité de van­dale qu’il ne serait pas très rai­son­nable de pra­ti­quer au-delà d’un cer­tain âge…

« Il serait temps de gran­dir » – le titre de l’exposition – ren­voie donc au ser­mon qu’entendent ceux qui, comme lui, sont deve­nus adultes tout en conser­vant les désirs impé­rieux de l’enfance. Chez le concep­teur de Dof, cela prend la forme de virées noc­turnes – « deux fois par semaine, comme une néces­sité » – pas­sées à graf­fer dans l’urgence son per­son­nage, désor­mais fameux.

Adèle Duminy

Infos pra­tiques

Sub Styles

6 rue Etienne Marcel, à Grenoble

Exposition « Dof – Il serait temps de grandir »

Vernissage le ven­dredi 10 février

De 19 heures à 22 heures

Entrée libre

AD

Auteur

Tags : | |

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Histoires d'eau, une nouvelle exposition hors les murs du Musée de Grenoble à la bibliothèque Abbaye-les-Bains
Histoires d’eau, une nou­velle expo­si­tion hors les murs du Musée de Grenoble à la biblio­thèque Abbaye-les-Bains

ÉVÉNEMENT - Pour la dix-neuvième édition de ses expositions hors les murs, après avoir notamment investi la maison des habitants Teisseire-Malherbe en 2022 et la Lire plus

La réponse au vitriol du conseil d'administration de la MJC-Théâtre Prémol à la Ville de Grenoble
MJC-Théâtre Prémol : la réponse au vitriol du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion à la Ville de Grenoble

FOCUS - Le conseil d'administration de la MJC-Théâtre Prémol a adressé une réponse au vitriol à la Ville de Grenoble, qui lui avait envoyé un Lire plus

Le festival Regards croisés, dédié à l'écriture (et la lecture) théâtrale contemporaine, de retour sur Grenoble
Le fes­ti­val Regards croi­sés, dédié à l’é­cri­ture (et la lec­ture) théâ­trale contem­po­raine, de retour sur Grenoble

ÉVÉNEMENT - La 24e édition du festival Regards croisés prend son envol sur la région grenobloise avec des rendez-vous à Fontaine, Pont-de-Claix, Grenoble et Le Lire plus

Simone, une exposition itinérante dédiée à Simone Lagrange, à voir à la bibliothèque Mi-Plaine de Meylan
Simone, une expo­si­tion iti­né­rante dédiée à Simone Lagrange, à voir à la biblio­thèque Mi-Plaine de Meylan

ÉVÉNEMENT - La bibliothèque Simone-Lagrange/Mi-Plaine de Meylan accueille du mercredi 22 mai au samedi 29 juin 2024 la première étape de l'exposition itinérante Simone, organisée Lire plus

Plusieurs propositions de sorties et d'animations en Isère à l'occasion de la Fête de la nature du 22 au 26 mai
Plusieurs pro­po­si­tions de sor­ties et d’a­ni­ma­tions en Isère à l’oc­ca­sion de la Fête de la nature

ÉVÉNEMENT - Plusieurs acteurs opérant dans les domaines de l'environnement et de la biodiversité se mobilisent à l'occasion de l'édition 2024 de la Fête de Lire plus

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes souffle ses dix bou­gies pour son édi­tion 2024

ÉVÉNEMENT - L'année 2024 marque le dixième anniversaire du Street Art Fest Grenoble-Alpes, dont la nouvelle édition est annoncée du 24 mai au 30 juin. Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !