L'association étudiante la Licorne pointe un nouveau dérapage, pour mieux mettre en relief la question de la com' sexiste de certaines soirées étudiantes.

La Licorne encorne les soi­rées étu­diantes sexistes ou homophobes

La Licorne encorne les soi­rées étu­diantes sexistes ou homophobes

FOCUS – Injures homo­phobes, com­mu­ni­ca­tion sexiste… Les syn­di­cats et asso­cia­tions étu­diants, notam­ment la Licorne, partent en guerre contre la com­mu­ni­ca­tion de cer­tains bars et bureaux de vie étu­diante. Un inci­dent récent a relancé le débat, le tout dans le contexte de l’a­dop­tion d’une charte anti-sexisme par l’Université Grenoble-Alpes.

« Eco‑G ! PD PD PD ! Juriste juriste ! On te fiste ! » Tel était le slo­gan affi­ché quelques heures sur Facebook pour pro­mou­voir la « soi­rée post-par­tiel » du jeudi 19 jan­vier au Phoenix de Meylan. Une soi­rée orga­ni­sée par le Bureau de vie étu­diante (BDE) de l’u­ni­ver­sité de Droit de Grenoble et la Team Eco‑G, repré­sen­tants des étu­diants de la faculté d’Économie de Grenoble.

Capture d'écran de l'invitation Facebook réalisée par l'association La Licorne. DR

Capture d’é­cran de l’in­vi­ta­tion Facebook réa­li­sée par l’as­so­cia­tion La Licorne. DR

Posté le 8 jan­vier, le mes­sage n’a pas sou­levé un enthou­siasme débor­dant. « Très lourd ! », déplore ainsi un inter­naute, étu­diant en sciences éco­no­miques. L’association La Licorne pour – rete­nez votre souffle – “Ligue inter-com­po­sante pour l’or­ga­ni­sa­tion d’une repré­sen­ta­tion nou­velle des étudiant.e.s” n’a pas non plus appré­cié cette com­mu­ni­ca­tion. Elle a immé­dia­te­ment inter­pellé les pré­si­dence et vice-pré­si­dence de l’Université Grenoble-Alpes, cap­ture d’é­cran à l’appui.

Des slo­gans rapi­de­ment reti­rés de la page Facebook

« Notre atten­tion a été rete­nue par l’utilisation d’injures homo­phobes, de pro­pos inci­tant au viol et de menaces de viol par les deux BDE dans le texte de pré­sen­ta­tion de leur évé­ne­ment sur les réseaux sociaux », écrit ainsi la Licorne, ajou­tant que le slo­gan incri­miné « met une nou­velle fois en avant l’habitude de stig­ma­ti­sa­tion, de dis­cri­mi­na­tion et de divi­sion des étu­diants de cer­taines asso­cia­tions étu­diantes dans l’organisation de leurs mani­fes­ta­tions ».

Les mentions « PD » et « Fist » ont depuis été supprimées.

Les men­tions « PD » et « Fist » ont depuis été supprimées.

Cet inci­dent s’ins­crit dans un contexte par­ti­cu­lier, puisque l’UGA a adopté début décembre 2016 une charte anti-sexisme sti­pu­lant notam­ment le refus de toute com­mu­ni­ca­tion avi­lis­sante. Autant dire que les choix de com” des deux struc­tures étu­diantes avaient dès lors de quoi sur­prendre. « On n’a pas com­pris ! », résume avec un cer­tain effa­re­ment Lenka Popravka, pré­si­dente de la Licorne.

Il convient de noter que les men­tions de « PD » et les menaces bon-enfant de « fist » ont rapi­de­ment été sup­pri­mées de la page de l’é­vé­ne­ment. « Ils ont dû se faire remon­ter les bre­telles, estime Lenka Popravka. Ce n’est pas la pre­mière fois pour le BDE Droit et j’ai l’im­pres­sion que le direc­teur de la faculté en a un peu ras-le-bol… »

« Nos soi­rées ne sont en rien sexistes »

Contacté par Place Gre’net, le pré­sident du BDE Droit Quentin Fères a répondu par un com­mu­ni­qué de quelques lignes : « Nous avons bien pris note des cri­tiques for­mu­lées et nous avons réglé la situa­tion, nos soi­rées ne sont en rien sexistes, j’in­vite la Licorne à venir y faire un tour et à deman­der leur avis aux étu­diants y par­ti­ci­pant, ainsi qu’à venir direc­te­ment à l’a­ve­nir nous expo­ser leurs craintes pour que nous réglions cal­me­ment la situa­tion plu­tôt que d’a­gir impul­si­ve­ment. »

L'équipe du Bureau de vie étudiante de la faculté de Droit. Photo issue de la page Facebook du BDE. DR

L’équipe du Bureau de vie étu­diante de la faculté de Droit. Photo issue de la page Facebook du BDE. DR

De son côté, en réponse à nos demandes d’en­tre­tien, la pré­si­dence de l’UGA nous a com­mu­ni­qué la liste des actions entre­prises depuis la récep­tion de la lettre de la Licorne. À savoir de nom­breux cour­riers et cour­riels. La pré­si­dente Lise Dumasy a en effet écrit aux BDE Droit et à la Team Eco‑G pour « condam­ner les pro­pos inju­rieux uti­li­sés ». Et la Licorne a de son côté reçu de nom­breuses mis­sives de la part de la pré­si­dence de l’UGA, des doyens des uni­ver­si­tés concer­nés et de Quentin Fères, suite à sa ren­contre avec le doyen de la faculté de Droit.

Une « action pro­gram­mée pour mettre en appli­ca­tion la charte au sein de l’é­ta­blis­se­ment » a été évo­quée, ainsi que l’or­ga­ni­sa­tion d’une céré­mo­nie de signa­tures. Chargée de mis­sion Égalité femme-homme, Mireille Baurens tient éga­le­ment à signa­ler « la mise en place de la for­ma­tion des asso­cia­tions qui vont signer la charte par la mis­sion éga­lité de l’UGA, en concer­ta­tion avec la vice-pré­si­dence étu­diante ». Quelle forme pren­dra cette for­ma­tion et par qui sera-t-elle assu­rée ? Nous n’a­vons pas eu de réponses à ces questions.

A quand l’ap­pli­ca­tion de la charte anti-sexisme ?

Une chose est cer­taine, La Licorne appelle de ses vœux la mise en place d’une telle for­ma­tion. Mais elle juge tout aussi urgente l’ap­pli­ca­tion de la charte : « Il appa­raît éga­le­ment néces­saire que la charte anti-sexisme soit mise en place le plus rapi­de­ment pos­sible pour remé­dier effi­ca­ce­ment aux pro­blèmes de com­mu­ni­ca­tions sexistes des asso­cia­tions étu­diantes », écrit-elle ainsi dans son courrier.

En quoi cette charte peut-elle chan­ger quoi que ce soit à la com­mu­ni­ca­tion des BDE ? « Une fois que la charte est signée, l’as­so­cia­tion doit faire atten­tion à sa com­mu­ni­ca­tion, à la manière dont les soi­rées sont tenues. Si elles sont cleans, elles auront des faci­li­tés pour avoir des sub­ven­tions. Mais si on se rend compte que c’est n’im­porte quoi, les sub­ven­tions pour­ront être non ver­sées, voire cou­pées », pré­cise Lenka Popravka. Qui ajoute que cer­tains ser­vices envi­sa­ge­raient aussi de remettre en cause l’oc­cu­pa­tion de locaux appar­te­nant à l’Université par des asso­cia­tions refu­sant de coopérer.

SOS Apéro « emblé­ma­tique » des soi­rées sexistes, selon La Licorne

Alors, la Licorne en guerre contre les soi­rées étu­diantes ? L’association fai­sait déjà par­tie des struc­tures ayant récem­ment dénoncé les « soi­rées sexistes » se tenant au bar SOS Apéro de Grenoble. Lenka Popravka n’a d’ailleurs pas appré­cié qu’en réac­tion soit orga­ni­sée le 15 décembre une soi­rée « Tous en jupe » assor­tie d’un « concours de la blague non sexiste » et un « entraî­ne­ment à la rédac­tion d’une lettre de plainte ».

La soirée « tous en jupe » avec concours de rédaction de lettres de plainte organisée à SOS Apéro le 15 décembre. DR

La soi­rée « tous en jupe » avec concours de rédac­tion de lettres de plainte orga­ni­sée à SOS Apéro le 15 décembre. DR

Le tout avec le sou­tien expli­cite… du BDE Droit et de la Team Eco‑G. « Ces faits démontrent que ce BDE est donc mépri­sant du tra­vail accom­pli et de la néces­sité de celui-ci », juge la pré­si­dente de la Licorne, qui incri­mine une nou­velle fois SOS Apéro : « Parfois, les bars imposent aux étu­diants une com­mu­ni­ca­tion avec des filles à poil ou des cock­tails gra­tuits pour les filles en leur disant que cela fera venir les gar­çons, et SOS Apéro est un peu emblé­ma­tique de cela. »

Le bar gre­no­blois, qui s’es­ti­mait dif­famé, avait ample­ment répondu sur les réseaux sociaux et nous explique ne plus « vou­loir faire de vagues ». « Il y a eu des débats qui ont pris des pro­por­tions énormes mais nous sommes un bar étu­diant. Ce qui est poli­tique n’est pas notre rayon. Nous ne sommes pas sexistes, nous ne le serons jamais. Nous com­pre­nons la cause et cela nous touche, mais nous ne sommes pas là pour en par­ler », nous répond une employée du bar au nom de toute l’é­quipe. Avant de pré­ci­ser : « S’il y avait un pro­blème avec SOS Apéro, cela se sau­rait et on aurait déjà mis la clé sous la porte ! »

La fin des « rava­le­ments de faciale » ?

Des argu­ments qui n’empêchent pas la Licorne de rêver de soi­rées étu­diantes qui en fini­raient avec ce type de com­mu­ni­ca­tion. « On peut s’a­mu­ser autre­ment qu’en met­tant des meufs à poil !, juge Lenka Popravka. Il y a d’autres moyens de com­mu­ni­quer pour des soi­rées qui, de toute manière, res­te­ront les mêmes. Mais on ne visera plus toute une par­tie de la popu­la­tion de manière dis­cri­mi­nante pour vendre des places. »

Le logo de la Licorne. DR

Le logo de la Licorne. DR

D’ailleurs, la pré­si­dente de la Licorne l’af­firme : elle ne juge pas que les soi­rées étu­diantes soient, dans leur dérou­le­ment, plus sexistes que n’im­porte quel autre type de soi­rée. Si la com­mu­ni­ca­tion de cer­tains BDE ou de cer­tains évé­ne­ments pose souci à ses yeux, elle recon­naît volon­tiers qu’il n’y a pas « un mou­ve­ment de fond sexiste ». Lenka Popravka note même une cer­taine amé­lio­ra­tion par rap­port à la situa­tion qui pré­va­lait il y a quelques années en arrière : « On est loin de la période où il y avait des affiches “rava­le­ment de faciale” tous les huit jours ! »

Florent Mathieu

Suite à la paru­tion de l’ar­ticle, le pré­sident du BDE Droit Quentin Feres nous a pré­cisé que, contrai­re­ment à ce que nous indi­quait la pré­si­dence de l’UGA, il n’a pas encore eu d’en­tre­vue avec le Doyen à pro­pos des faits repro­chés. « Nous nous voyons la semaine pro­chaine pour en dis­cu­ter et faire en sorte que la Faculté puisse plus faci­le­ment contrô­ler toute la com­mu­ni­ca­tion de notre asso­cia­tion en assis­tant les diri­geants pen­dant les périodes fastes comme les par­tiels pour ceux qui sont en mas­ter comme moi », nous fait-il ainsi savoir.

Quentin Feres doute éga­le­ment que la men­tion « très lourd » d’un inter­naute sur la page Facebook de l’é­vé­ne­ment soit réel­le­ment en rela­tion avec « l’in­dé­li­ca­tesse de la des­crip­tion ». « Il me semble que c’est plu­tot pour expri­mer sa joie de voir une soi­ree co-orga­ni­sée par deux filières impor­tantes par leur effec­tif et qui va per­mettre aux étu­diants de se ren­con­trer et de s’a­mu­ser », estime-t-il.

[Rectificatif ajouté le 14 janvier]

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Une "tentative d'enlèvement" rue Abbé-Grégoire à Grenoble dans la matinée du lundi 23 janvier 2023
Une jeune femme agres­sée sexuel­le­ment dans le train Lyon-Grenoble, un sus­pect inter­pellé à Voiron et écroué

FLASH INFO - Une jeune femme de 20 ans a été agressée sexuellement dans un train circulant entre Lyon et Grenoble, mercredi 25 janvier 2023. Lire plus

Vincent Fristot, Lucille Lheureux, Éric Piolle, Antoine Back et Salima Djidel ont présenté le 27 janvier 2023 le bouclier social et climatique de la Ville de Grenoble financé par la hausse de la taxe foncière. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

FOCUS - Trois jours avant le conseil municipal du 30 janvier, la Ville de Grenoble a apporté des précisions sur le budget 2023 et la Lire plus

Grenoble : l’é­cole Christophe-Turc, un nou­vel éta­blis­se­ment occupé par des parents pour mettre à l’a­bri des enfants à la rue

FOCUS - L'école Christophe-Turc, au Village olympique, a rejoint le mouvement d'occupation lancé dans plusieurs écoles grenobloises depuis l'automne 2022. Des parents d'élèves, soutenus par Lire plus

La Ville de Grenoble accueille son premier Chatipi, lieu de refuge pour chats errants
Grenoble accueille son pre­mier Chatipi, lieu de refuge pour chats errants

FOCUS - Les chats errants vont pouvoir profiter du premier ‘Chatipi’ de Grenoble, un abri installé Quai de France, à proximité du Jardin des Dauphins, Lire plus

Une partie des technologies développées chez Orange à Meylan s'appuie sur des outils déjà existants, tels les tablettes numériques. © Martin de Kerimel - Place Gre'net
Orange : un salon “recherche et inno­va­tion” orga­nisé à Meylan pour envi­sa­ger le futur

REPORTAGE - Réunir ses équipes ainsi que quelques invités, et donner une idée de ce que pourraient être les technologies et applications numériques du futur. Lire plus

Les parents n'ont pas envoyé leurs enfants au collège Vercors ce vendredi 27 janvier 2023. En cause : la baisse de moyens et d'heures de soutien décidée par le rectorat, dont vont faire les frais les élèves en difficulté © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Collège Vercors à Grenoble : ensei­gnants et parents tou­jours mobi­li­sés et scep­tiques face aux pro­po­si­tions du rectorat

FOCUS - Soutenus par les parents d'élèves, mobilisés ce vendredi 27 janvier 2023, les enseignants du collège Vercors, à Grenoble, poursuivent leur grève reconductible, entamée Lire plus

Flash Info

|

28/01

17h12

|

|

27/01

8h30

|

|

25/01

16h10

|

|

25/01

15h18

|

|

25/01

11h21

|

|

25/01

10h46

|

|

25/01

10h37

|

|

24/01

15h27

|

|

23/01

15h30

|

|

20/01

12h42

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 53 : « Une drôle de polé­mique autour des pigeons à Grenoble »

Abonnement| Les loups bien pré­sents en Isère, y com­pris dans le nord du dépar­te­ment, avec 22 meutes recen­sées en 2022

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Agenda

Je partage !