Jean-Eric Mesmain, gérant de BicycloPresto à Grenoble juge inéquitable la réglementation Crit'Air. DR

Les air-ements du système Crit’Air et autres limites à l’amélioration de la qualité de l’air

Les air-ements du système Crit’Air et autres limites à l’amélioration de la qualité de l’air

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

TRIBUNE LIBRE – Entrepreneur grenoblois, spécialiste des questions énergétiques et d’environnement, Jean-Eric Mesmain réagit sur les aspects qu’il juge « inéquitables » de la réglementation Crit’Air notamment mise en place dans l’agglomération grenobloise.

 

 

 

Jean-Eric Mesmain, gérant de BicycloPresto à Grenoble. DR

Jean-Eric Mesmain, gérant de BicycloPresto à Grenoble. DR

Fondateur de l’auto-entre­prise Bicyclopresto, signa­taire du plan cli­mat air éner­gie de l’ag­glo­mé­ra­tion, Jean-Eric Mesmain a passé cinq ans à l’Observatoire régio­nal de l’éner­gie et des gaz à effet de serre auprès de Rhonalpénergie Environnement et deux ans à la mai­rie de Seyssins auprès de Didier Migaud. Il a par­ti­cipé au plan de pro­tec­tion de l’at­mo­sphère, à la sur­veillance des bâti­ments de la Ville et à la rédac­tion du volet éner­gie du plan local d’urbanisme.

 

 

Il y a de la rumba dans l’air

Pour le riche c’est pépère

Une voi­ture pour chaque Crit’Air

Sa vie y va pas la refaire…

 

 

Tout d’a­bord, petite pré­ci­sion, l’at­mo­sphère est régle­men­tée par des aspects sani­taires : les plans de pro­tec­tion de l’at­mo­sphère qui s’at­tachent aux pol­luants (par­ti­cules fines, etc.) et les pro­to­coles de régle­men­ta­tion des émis­sions de gaz à effet de serre, comme Kyoto, qui s’at­tachent aux gaz qui réchauffent les basses couches de l’at­mo­sphère, comme le dioxyde de car­bone CO2 et le méthane CH4. Les médias parlent de l’un ou de l’autre sans trop de distinction.

 

En ins­tau­rant sans dis­cer­ne­ment le sys­tème Crit’Air, la légis­la­tion ne met pas en avant l’u­ti­li­sa­tion limi­tée d’un véhi­cule. La quan­tité de pol­luants émise dans l’at­mo­sphère étant le pro­duit de la dis­tance par les émis­sions du véhi­cule par kilo­mètre, on obtient en effet la même émis­sion pour un petit ou un grand par­cours, selon que son moteur émet plus ou moins. Les uti­li­sa­tions impor­tantes de véhi­cules entraînent ainsi une pol­lu­tion de fond quelle que soit la motorisation.

 

Que pen­ser, dès lors, d’un sys­tème avec Crit’Air 0 liée à l’u­ti­li­sa­tion d’un véhi­cule élec­trique avec zéro émis­sion moteur, alors que le réseau élec­trique euro­péen est désor­mais inter-connecté et que le char­bon uti­lisé dans les cen­trales ther­miques entraîne 23 000 morts pré­ma­tu­rés en Europe chaque année ?

 

 

 

Le parc automobile renouvelé de manière accélérée par la réglementation

 

 

Lors de l’é­pi­sode de pol­lu­tion, j’ai été inter­viewé par le maga­zine C dans l’air. Je leur ai sug­géré un sys­tème plus éga­li­taire que j’a­vais connu au Texas en 2001. Dans cet État amé­ri­cain, en cas de risque de pluies ver­gla­çantes, tout le monde est exempté de se rendre à son tra­vail. Les entre­prises res­pectent cette règle puisque, ce jour-là, les assu­rances ne prennent pas en charge les dom­mages sur le tra­jet domi­cile tra­vail. Or le Texas est bien connu pour sa non-pros­pé­rité éco­no­mique 😉 L’ensemble des employeurs de la cuvette gre­no­bloise pour­raient ainsi ins­tau­rer de manière mas­sive du télé­tra­vail, d’au­tant que le sec­teur de l’in­for­ma­tique est très présent.

 

Évidemment, mon témoi­gnage n’a pas été repris car trop en déca­lage avec un sys­tème pro­posé par les lob­bies auto­mo­biles à seule fin de renou­ve­ler le parc de manière accé­lé­rée. En effet, le mar­ché étant saturé en France, un moyen après nous avoir vendu des véhi­cules est de recou­rir à la régle­men­ta­tion afin de les décla­rer obso­lètes. Mais accé­lé­rer le renou­vel­le­ment, c’est accé­lé­rer les phases où l’éner­gie est employée pour la construc­tion d’un véhi­cule et non pour son uti­li­sa­tion… Cf. illus­tra­tion par l’Ademe.

 

Pour ma part, je dis­pose d’un vieux die­sel qui a actuel­le­ment 230 000 km et qui devrait par­fai­te­ment tenir les 400 000 km. Il est par consé­quent au milieu de sa vie et, avec une dis­tance par­couru de moins de 10 000 km/an, je peux espé­rer le gar­der encore 17 ans.

 

 

 

Ne pas oublier l’efficacité énergétique des bâtiments

 

 

Ensuite, que pen­ser de l’é­quité de lieu de ce sys­tème, attendu que le dis­po­si­tif a été levé le len­de­main d’une grosse trans­hu­mance d’au­to­mo­bi­listes vers nos sta­tions de mon­tagne ? Alors que le samedi, dans la cuvette gre­no­bloise, on fai­sait appel à notre civisme ! Quid enfin des publi­ci­tés sur les bus de la Semitag qui, en plein pic de pol­lu­tion, nous invitent à emprun­ter les lignes d’air France ? Ah ! J’oubliais l’ex­cep­tion du sec­teur aérien dans ce domaine…

 

Enfin, j’at­tire l’at­ten­tion sur la mau­vaise ges­tion de nos bâti­ments, res­pon­sables en hiver d’une bonne par­tie de la consom­ma­tion d’éner­gie pour leur chauf­fage. Tout comme les limi­ta­tions de vitesse, lorsque le dis­po­si­tif pré­fec­to­ral vigi­lance pol­lu­tion est activé – comme le 21 décembre 2016 –, une ligne est d’ailleurs consa­crée au chauf­fage de nos loge­ments : « maî­tri­ser la tem­pé­ra­ture de son loge­ment (chauf­fer sans excé­der 19 °C) ».

 

Impliquer les syn­dics d’im­meuble dans une démarche active per­met­trait de réduire rapi­de­ment les émis­sions par un res­pect de la régle­men­ta­tion exis­tante… Les publi­ci­tés sur France Inter de la part de RTE et du minis­tère de l’Écologie et du Développement durable en témoignent. Concernant mon loge­ment, je suis dans une démarche de mise en demeure de mon syn­dic après plu­sieurs ten­ta­tives de conci­lia­tion car il a décidé sans déci­sion d’as­sem­blée géné­rale que mon appar­te­ment serait chauffé à 21°C.

 

Conjointement à un effort du citoyen, il me semble per­ti­nent désor­mais d’im­pli­quer de manière plus ou moins coer­ci­tive – car le temps presse pour obte­nir des résul­tats pro­bants – un grand nombre d’en­tre­prises du bas­sin gre­no­blois vers cet objec­tif com­mun de pré­ser­va­tion de la qua­lité de l’air que nous respirons !

 

 

***

 

 

* Rappel : Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont voca­tion à nour­rir le débat et à contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’o­pi­nions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur.

Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régis­sant.

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Place Gre'net

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

A Grenoble, le nouvel indice de la qualité de l'air fait exploser le nombre de jours pollués. Et ? Rien. Car la règlementation n'a pas changé.
Ouverture prochaine de la concertation préalable pour un nouveau Plan de protection de l’atmosphère

  FLASH INFO — En route pour un troisième Plan de protection de l'atmosphère de l'agglomération grenobloise. Après un premier PPA adopté en 2006, puis Lire plus

Une livraison à Grenoble. © Léa Raymond - placegrenet.fr
Zone faibles émissions : fronde des acteurs économiques contre un calendrier jugé intenable

  FOCUS - La zone faibles émissions (ZFE), qui régit et interdit progressivement la circulation des poids lourds et véhicules utilitaires dans 27 communes de Lire plus

Après avoir longtemps fait la chasse à la voiture, la Ville de Grenoble entend faire le ménage dans son parc de chaufage au bois.
Après la chasse à la voiture, la Ville de Grenoble veut faire le ménage dans le chauffage au bois

  FIL INFO - Après avoir longtemps fait la chasse à la voiture, la Ville de Grenoble entend faire le ménage dans les appareils de Lire plus

Episodes de pollution aux poussières de sable du Sahara sur la région grenobloise : cachez cette voiture…

  FLASH INFO - Des scientifiques étudient actuellement l'épisode de pollution aux particules fines qui a récemment touché la France à plusieurs reprises, dont la Lire plus

Pollution de l’air de type mixte : le préfet de l’Isère active la procédure d’information-recommandation

  FLASH INFO - Compte tenu d'un épisode de pollution de l'air de type mixte *, la préfecture de l'Isère a activé sa procédure d'information-recommandation Lire plus

L'entrée de l'usine Umicore à Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net
Vigilance renforcée concernant le risque industriel sur le site Umicore, quartier des Eaux-Claires à Grenoble

  DÉCRYPTAGE - Le conseil municipal de Grenoble a adopté, le 1er février 2021, une délibération pour inclure les dispositions du Plan particulier d’intervention (PPI) Lire plus

Flash Info

|

17/01

10h52

|

|

15/01

13h56

|

|

14/01

20h48

|

|

14/01

16h22

|

|

14/01

10h53

|

|

14/01

10h01

|

|

13/01

18h54

|

|

13/01

13h09

|

|

13/01

10h51

|

|

13/01

10h32

|

Les plus lus

Le groupe d'opposition Société Civile veut rendre publiques les données sur la sécurité du réseau Tag

Flash info| Le groupe d’opposition Société Civile veut rendre publiques les données sur la sécurité du réseau Tag

Le festival Magic Bus revient sur l'Esplanade pour sa 21e édition en 2022. © Retour de scène

Culture| Festival Magic Bus : après l’anneau de vitesse en 2021, retour sur l’Esplanade en 2022

Affaire Maëlys : une enquête ouverte pour violation du secret professionnel. Couloir du Palais de Justice de Grenoble où on peut voir une avocate. ©Malo Dumay Joubert - Placegrenet.fr

Flash info| Affaire Maëlys : après un reportage de TF1, le parquet de Grenoble ouvre une enquête pour violation du secret professionnel

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin