Pendant des années, Ecopla a servi de vache à lait à Bawtry Investisment. Asséchée, la société iséroise a été liquidée. Et est aujourd'hui condamnée.

Rassemblement de la der­nière chance pour empê­cher le départ des machines d’Ecopla

Rassemblement de la der­nière chance pour empê­cher le départ des machines d’Ecopla

FOCUS – Situation confuse, inquié­tude et indi­gna­tion au sein du ras­sem­ble­ment hété­ro­clite devant les locaux de l’u­sine Ecopla. Et pour cause, des camions ita­liens dépê­chés par le groupe repre­neur Cuki Cofresco sont venus récu­pé­rer le maté­riel pré­sent et les machines, contre la volonté des ex-sala­riés qui veulent conser­ver et faire vivre leur outil de travail.

Ronde nuit devant Ecopla. DR

Ronde nuit devant Ecopla. DR

Certains ont veillé deux nuits sur place et se pré­parent déjà à en pas­ser une troi­sième… La fatigue se fait sen­tir mais aussi et sur­tout l’in­quié­tude, gran­dis­sante depuis que deux camions du groupe Cuki Cofresco ont fait leur appa­ri­tion devant les locaux de l’u­sine d’Ecopla de Saint-Vincent-de-Mercuze, mardi 20 décembre au matin.

Les anciens sala­riés, qui défendent tou­jours leur pro­jet de Scop et sou­haitent reprendre en main l’en­tre­prise, craignent plus que jamais que ces camions viennent démé­na­ger leur outil de tra­vail. Les deux camions seraient pour­tant repar­tis à vide, le pre­mier de lui-même, le second sous la pres­sion des sala­riés et de leurs nom­breux sou­tiens qui se sont ras­sem­blés devant le site de l’u­sine. Mais un camion s’est de nou­veau pré­senté dans la jour­née du mer­credi 21 décembre, sus­ci­tant une nou­velle vague de mobilisation.

« La fin des haricots » ?

Vers 16 heures, c’est une cen­taine de per­sonnes qui sont mas­sées devant le site d’Ecopla, sur­veillées par des gen­darmes qui auraient par ailleurs sol­li­cité des ren­forts. Objectif ? Empêcher le camion d’en­trer et de com­men­cer à démé­na­ger moules et machines.

Rassemblement devant l'usine Ecopla mardi 20 décembre © Ecopla-Scop

Rassemblement devant l’u­sine Ecopla mardi 20 décembre. © Ecopla-Scop

« Le maire de Saint-Vincent-de-Mercuze est sur place, nous explique un mili­tant NPA venu en sou­tien aux ex-Ecopla. Il leur explique que l’on est sur un ter­rain muni­ci­pal et qu’ils ne peuvent se pré­va­loir de trouble à l’ordre public pour nous faire éva­cuer… »

« C’est tendu mais il n’y a pas d’af­fron­te­ment. Notre seul espoir, c’est qu’ils renoncent à uti­li­ser la vio­lence. Si on n’ar­rive pas à résis­ter, si toutes les machines partent, c’est la fin des hari­cots... », juge le militant.

« Un pillage industriel »

Un « pillage indus­triel de notre outil de tra­vail », voilà com­ment Étienne Ciapin de Solidaires Isère voit la manœuvre du groupe ita­lien. « C’est mettre un terme comme des voyous, comme des filous, à une lutte légi­time des sala­riés d’Ecopla ! »

Le jour de la délibération du Tribunal concernant le projet de Scop, 20 octobre 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Le jour de la déli­bé­ra­tion du Tribunal concer­nant le pro­jet de Scop, 20 octobre 2016. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’Net

Et Étienne Ciapin de dres­ser la liste des per­sonnes venues sou­te­nir les ex-Ecopla : « Il y a les dif­fé­rents syn­di­cats pré­sents, des col­lec­tifs comme Nuit debout, des habi­tants de Saint-Vincent-de-Mercuze, ainsi qu’une soli­da­rité des com­mer­çants de la région qui viennent appor­ter des vivres pour sou­te­nir les piquets… »

« Le sym­bole d’une finan­cia­ri­sa­tion folle » pour Eric Piolle

Des élus sont aussi pré­sents : le maire de Saint-Vincent-de-Mercuze Philippe Baudain donc, mais aussi Bernard Macret, adjoint muni­ci­pal de Grenoble en charge de la soli­da­rité internationale.

Anniversaire du verger "Essen'Ciel". 3 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Eric Piolle lors de l’an­ni­ver­saire du ver­ger « Essen’Ciel ». 3 juillet 2016. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

« Je suis venu par soli­da­rité parce qu’il est scan­da­leux que les gens perdent leur outil de tra­vail alors qu’ils ne veulent que tra­vailler. J’ai tou­jours sou­tenu la reprise des entre­prises par les ouvriers, la reprise des usines par les tra­vailleurs. Et je trouve dégueu­lasse et lamen­table de faire venir des camions pour récu­pé­rer leur maté­riel. »

Si Bernard Macret pré­cise que sa prise de posi­tion est indi­vi­duelle et ne repré­sente pas néces­sai­re­ment celle de la muni­ci­pa­lité de Grenoble, Éric Piolle n’en a pas moins apporté son sou­tien aux ex-Ecopla dans un com­mu­ni­qué dif­fusé dans la jour­née du 21 décembre.

« Je sou­tiens le com­bat des Ecopla pour la sau­ve­garde de leur outil de tra­vail. Les Ecopla sont le sym­bole d’une finan­cia­ri­sa­tion folle qui détruit notre tissu indus­triel », affirme le maire de Grenoble.

« Cette entre­prise doit être sau­vée d’une mise à bas orga­ni­sée par des repre­neurs qui n’ont que faire de la sau­ve­garde du savoir-faire indus­triel unique de notre région », dénonce-t-il ainsi.

Aucune réponse de Laurent Wauquiez

Côté Région, c’est Émilie Marche, élue du Rassemblement citoyens éco­lo­gistes et soli­daires, qui vient appor­ter son sou­tien aux sala­riés de l’en­tre­prise tout en relayant les appels à mobi­li­sa­tion sur les réseaux sociaux.

Émilie Marche, élue du Rassemblement citoyens écologistes et solidaires. © aurassemblement-elus.fr

Émilie Marche, élue du Rassemblement citoyens éco­lo­gistes et soli­daires. © auras​sem​ble​ment​-elus​.fr

« Notre groupe a tout fait pour sou­te­nir Ecopla et aler­ter Laurent Wauquiez pour lui deman­der de pré­emp­ter l’en­tre­prise, selon ses com­pé­tences. Nous n’a­vons pas eu de réponse », affirme-t-elle.

« Je suis pré­sente depuis hier sur le ter­rain parce qu’il faut sau­ver notre indus­trie fran­çaise : on a des sala­riés qui veulent reprendre l’en­tre­prise, le pro­jet est viable, et si les machines partent c’est tout le savoir-faire fran­çais qui s’en va. On marche sur la tête ! »

« Ecopla vivra ! », clame pour sa part le PCF dans un com­mu­ni­qué. « Le Parti com­mu­niste, avec ses élu-e‑s, est aux côtés des Ecopla. Il exige de nou­veau que les pou­voirs publics, pré­fet et gou­ver­ne­ment, engagent enfin l’autorité de l’État en faveur du pro­jet indus­triel des sala­riés », fait savoir le parti.

Une nou­velle nuit de rassemblement ?

Et cha­cun de faire remar­quer que l’en­tre­prise Cuki n’a pas pré­venu le liqui­da­teur judi­ciaire de l’ar­ri­vée de ses camions, pour ten­ter de démé­na­ger du maté­riel au sein d’une usine sous scel­lés. Inquiétude géné­rale : que le groupe ita­lien ait éga­le­ment mis la main sur les fichiers clients de l’en­tre­prise, dont il n’est pas propriétaire.

« On inter­pelle à pré­sent le gou­ver­ne­ment pour lui deman­der ce qu’il fait. Ça fait quatre ans que les sala­riés alertent. On dit qu’il faut aider les entre­prises, alors aidons les sala­riés ! », s’in­digne Émilie Marche. Tandis que les ex-Ecopla et leurs sou­tiens semblent par­tis pour une nou­velle nuit de ras­sem­ble­ment devant leur ancienne usine…

Florent Mathieu

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le salon Mountain Planet de retour à Grenoble à Alpexo du mardi 16 au jeudi 18 avril 2024
Le salon Mountain Planet de retour à Alpexpo Grenoble du mardi 16 au jeudi 18 avril 2024

ÉVÉNEMENT - Alpexpo Grenoble accueille le salon Mountain Planet, qui se présente comme "le plus grand salon international de la montagne", du mardi 16 au Lire plus

Chasse-sur-Rhône appelle à l’ap­pli­ca­tion du prin­cipe pol­lueur-payeur pour les PFAS, ou pol­luants éternels

FLASH INFO - La mairie de Chasse-sur-Rhône s'engage contre les PFAS, soit les substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées communément désignées comme des "polluants éternels" que l'on Lire plus

Alfa Laval inaugure une nouvelle ligne de production d'échangeurs à circuit imprimé sur son site de Fontanil-Cornillon
Le Fontanil-Cornillon : Alfa Laval inau­gure une nou­velle ligne de pro­duc­tion d’é­chan­geurs à cir­cuit imprimé

FLASH INFO - L'entreprise suédoise Alfa Laval, "leader mondial de l’échange thermique", a inauguré sa nouvelle ligne de production dédiée aux échangeurs thermiques à circuit Lire plus

À la Métropole de Grenoble, le débat sur la compétence "nappes souterraines" tourne en eau de boudin
À la Métropole de Grenoble, le débat sur la com­pé­tence « nappes sou­ter­raines » tourne en eau de boudin

FOCUS - Une délibération pour modifier les statuts de la Métropole de Grenoble a donné lieu à de nouveaux échanges au vitriol lors du conseil Lire plus

Visite d'Agnès Pannier-Runacher à Méthavareze (Auberives-sur-Varez) sous le signe de l'agrivoltaïsme
Visite d’Agnès Pannier-Runacher en Isère sous le signe de l’agrivoltaïsme

FLASH INFO - Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, est attendue en Isère vendredi 12 avril 2024, Lire plus

La Ville de Pont-de-Claix salue la condamnation d'un couple de propriétaires "marchands de sommeil"
La Ville de Pont-de-Claix salue la condam­na­tion d’un couple de pro­prié­taires « mar­chands de sommeil »

FLASH INFO - La Ville de Pont-de-Claix salue la condamnation devant le tribunal correctionnel de Grenoble d'un couple de propriétaires décrits comme des "marchands de Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !