Le plan de déplacements urbains de Grenoble est loin du consensus. Les citoyens consultés lors de l'enquête publique le jugent peu ambitieux et partiel.

Grenoble : après sept jours d’interdiction de rou­ler, la qua­lité de l’air… se détériore

Grenoble : après sept jours d’interdiction de rou­ler, la qua­lité de l’air… se détériore

DÉCRYPTAGE - Grenoble est la première ville en France à avoir interdit à ses véhicules les plus anciens de rouler lors des épisodes de pollution. Alors que le dispositif doit être généralisé en France dès 2017, reléguant la circulation alternée sur une voie de garage, et que la gratuité des transports en commun dès le premier jour de pollution est encore loin d’être acquise, quelle est l’efficacité de telles mesures ? A Grenoble, au 11e jour de pollution, au 7e jour d’interdiction de circuler, la qualité de l’air est toujours aussi mauvaise. Pire, elle se détériore…

 

 

 

En ville, le diesel pollue car le filtre à particules est souvent inopérant. Pollution carbone

DR

Les interdictions de circulation en fonction de l’ancienneté des véhicules, Grenoble est la première en France à les avoir appliquées.

 

Pendant que Paris se débattait, et se débat toujours, avec sa circulation alternée, que Lyon pressée de ne rien décider, se la voyait imposer, la capitale du Dauphiné a mis, à la faveur de ce long épisode de pollution, son dispositif régulé au moyen des certificats qualité de l’air en application. Résultat, depuis le week-end dernier, les voitures, poids lourds et deux-roues plus ou moins polluants sont progressivement exclus du trafic.

 

Depuis mardi, le dispositif est même monté en puissance : désormais un quart du parc automobile est prié de rester au garage. Et, avec le maintien des conditions anti-cycloniques, cela ne devrait guère s’arranger d’ici la fin de la semaine. Les interdictions de circuler, tout comme les limitations de vitesse et la gratuité dans les transports en commun, sont ainsi maintenues ce vendredi 16 décembre.

 

 

 

La gratuité oui, mais au 5e jour consécutif de pollution… pour l'instant

 

 

Évidemment, le dispositif, encore en rodage, reste à améliorer. La troisième vitesse – l’élargissement des interdictions aux diesels de plus de dix ans – a mis un peu de temps à passer. La gratuité dans les transports en commun a fini par rallier un Département de l’Isère au début réfractaire mais n’a pas convaincu la Région. Résultat, le voyageur paie toujours plein pot son billet dans un TER… excepté sur le réseau ferroviaire dans le périmètre de la Métro où, moyennant un ticket Tag, aller de Grenoble gare à Gières est gratuit.

 

Les transports en commun gratuits les jours de pollution

Les transports en commun gratuits sur la Métro, le Voironnais, le Grésivaudan, rejoints par le Département. © Patricia Cerinsek

 

En attendant que tout ce petit monde accorde ses violons, l’utilisateur va devoir faire un effort pour s’y retrouver. Car tout de suite, traverser la France relève quelque peu du parcours d’obstacles. Ce vendredi, les voitures immatriculées paires sont par exemple interdites de circuler dans Paris. Mais pas à Lyon puisque le dispositif a été levé. Un peu plus bas, à Grenoble, alors même que la pollution est loin d’atteindre des niveaux record, le dispositif est toujours activé, l’idée étant de juguler une poussée de fièvre. Là, pour montrer patte blanche, il faut “juste” que le véhicule ne soit pas trop vieux.…

 

Impossible pour les voitures de plus de vingt ans et les diesels de plus de dix ans de traverser la capitale des Alpes ?

 

Une personne tient une nouvelle pastille Crit'air catégorie 4 devant un véhicule diesel polluant. © Montage : Paul Turenne - placegrenet.fr

© Montage : Paul Turenne - placegrenet.fr

En théorie oui. Dans la pratique non, le dispositif étant jusqu’au 31 décembre dans sa phase pédagogique. Les interdictions de passer/rouler dans Grenoble et les amendes (22 à 35 euros) ne tomberont en fait qu’à compter du 1er janvier 2017. Cela devrait laisser le temps à l’automobiliste français d’y voir plus clair.

 

Car, après plus d’un an de tergiversations, Ségolène Royal a fini par faire une croix sur la circulation alternée pour prôner, et généraliser dès 2017 la voie empruntée par Grenoble. Paris a d’ailleurs déjà annoncé déployer ses vignettes le 16 janvier prochain.

 

 

 

Grenoble, précurseur ? Reste à connaître l'efficacité du dispositif sur la pollution…

 

 

Alors Grenoble précurseur ? Pour un peu, la capitale du Dauphiné se sentirait pousser des ailes. Les forces de l’ordre, gendarmerie nationale, polices nationale et municipale, sont prêtes et devraient poursuivre jusqu’à la fin de l’année, lors des épisodes de pollution, leur mission de sensibilisation. Le nombre de vignettes achetées s’est envolé en quelques jours pour atteindre 75 000 certificats délivrés. Soit un tiers désormais des véhicules équipés. Et en s’inscrivant sur Métromobilité, tout le monde peut recevoir les alertes pollution/restrictions par SMS sur son téléphone portable ou par mail.

 

Les aires de rabattement à proximité de transports en commun sont identifiées, qui accueilleront dès le 1er janvier les automobilistes qui auront eu la malencontreuse idée de prendre le volant d’une voiture jugée inapte à rouler ce jour-là. Ils devront alors la laisser sur ces aires ou… faire demi-tour.

 

Pollution dans la cuvette grenobloise : pour la première fois, les véhicules les polluants (immatriculés avant 1997) seront interdits de circulation dès samedi 10 décembre. Lundi, avec la persistance du pic de pollution, l'interdiction devrait être élargie. Crédit Patricia Cerinsek

Pollution dans la cuvette grenobloise. © Patricia Cerinsek

Tout n’est pas réglé pour autant. Car le problème est un tantinet plus compliqué aux barrières de péage de Voreppe et Crolles où ont lieu l’essentiel des contrôles.

 

Là, pas de parkings de rabattement à proximité en vue. Et impossible de les faire sortir de terre d’un claquement de doigts, d’autant que la Métropole et le syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération grenobloise (SMTC), moteurs de ce dispositif, ne sont plus sur leur territoire mais sur ceux respectivement du Voironnais et du Grésivaudan.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 54 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Suicide de Cyrille Minard: des perquisitions au Sdis 38 dans le cadre d'une enquête pour homicide involontaire
Suicide de Cyrille Minard : des per­qui­si­tions au Sdis 38 dans le cadre d’une enquête pour homi­cide involontaire

FLASH INFO - Des enquêteurs de la police judiciaire de Grenoble ont procédé à des perquisitions dans les locaux de la direction du Sdis de Lire plus

La CGT du Crous Grenoble-Alpes boycotte la venue à Grenoble de la présidente du Cnous Bénédicte Durand
La CGT du Crous Grenoble-Alpes boy­cotte la venue à Grenoble de la pré­si­dente du Cnous Bénédicte Durand

FLASH INFO - Les tensions entre la CGT et le Crous Grenoble-Alpes ne semblent pas retomber. En témoigne un nouvel échange au vitriol entre le Lire plus

La Ville de Grenoble accueille le Printemps des services publics, ouvert aux agents et aux citoyens
La Ville de Grenoble accueille le Printemps des ser­vices publics, ouvert aux agents et aux citoyens

FLASH INFO - L'hôtel de Ville de Grenoble accueille le Printemps des services publics le jeudi 30 mai 2024 de 8 h 45 à 18 Lire plus

Etien' en train de peindre une une fresque à Galienni lors du Street Art Fest 2021 (c) Ilan Khalifa--Delclos | Place Gre'net
Le Street Art Fest Grenoble-Alpes est-il en dif­fi­culté à cause du « désen­ga­ge­ment » des col­lec­ti­vi­tés publiques ?

FOCUS - Au lendemain de l’annulation de l’événement « Bomb » qui devait ouvrir la 10e édition du Street Art Fest Grenoble-Alpes, le directeur du festival Lire plus

Saisi par les associations Biodiversité sous nos pieds et FNE Isère, le tribunal administratif de Grenoble a suspendu, le 4 octobre 2021, l'arrêté préfectoral autorisant le projet d'extension de la carrière du Peuye, aux Deux-Alpes. © DR
Bourg d’Oisans : le pro­jet d’ins­tal­la­tion de sto­ckage de déchets inertes dans la val­lée du Vénéon au point mort

FOCUS - Contesté par un collectif d'habitants, le projet d'une installation de stockage de déchets inertes (ISDI) dans la vallée du Vénéon se retrouve au Lire plus

Gabriel Ullmann dénonce un mode d'inscription des commissaires-enquêteurs favorisant les parti-pris et les conflits d'intérêt
Enquêtes publiques : vers un « me too des com­mis­saires-enquê­teurs » pour lut­ter contre les conflits d’intérêt ?

FOCUS - Après avoir connu plusieurs déboires finalement suivis de victoires juridiques, le commissaire-enquêteur isérois Gabriel Ullmann dénonce un système qui favorise à ses yeux Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !