Les certificats qualité de l’air mis en place à Grenoble généralisés en France

sep article

La circulation alternée, c’est ( bientôt ) fini ? Mis en place à Paris, imposé à Lyon, le dispositif qui exclut de la circulation lors d’un pic de pollution, les véhicules en fonction du côté pair ou impair de leurs plaques d’immatriculation, a visiblement fait long feu. L’annonce a été faite samedi 10 décembre, en Conseil des ministres, alors que l’épisode de pollution qui perdure est considéré comme le plus long et le plus intense depuis dix ans.

 

A l’avenir, dans les villes régulièrement confrontées à des épisodes de pollution, la circulation alternée est donc amenée à être remplacée par un dispositif de restriction de circulation des véhicules fondé sur les certificats qualité de l’air, à l’image de celui mis en place à Grenoble, et activé depuis ce samedi 10 décembre.

 

En effet, depuis ce week-end, les véhicules de plus de vingt ans sont interdits de rentrer et de circuler dans la capitale du Dauphiné. Et, dès lundi, le pic de pollution étant parti pour perdurer, le dispositif sera élargi.

 

Les voitures diesel de plus de dix ans interdites lundi ?

 

Ainsi, il sera interdit aux voitures essence immatriculées avant le 1er janvier 1997 de circuler de même qu’aux voitures diesel immatriculées avant le 1er janvier 2006, aux poids lourds, bus et autocars essence immatriculés avant le 1er octobre 2001, aux poids lourds, bus et autocars diesel immatriculés avant le 1er octobre 2009 ainsi qu’aux deux-roues immatriculés avant le 1er juillet 2004. Soit un quart du parc automobile. En parallèle, les réseaux de transports en commun TAG, Togo Grésivaudan et Pays Voironnais seront gratuits de même que Métrovélo.

 

Le dispositif grenoblois devrait donc être étendu à d’autres villes. Paris a ainsi annoncé mettre en place une zone à circulation restreinte dès la mi-janvier et mettre en route les certificats qualité de l’air le 16 janvier. Une annonce gouvernementale qui satisfait les élus grenoblois.

 

« Depuis plus deux ans, la Métropole et le syndicat mixte des transports en commun, aux côtés de l’Etat, de la ville de Grenoble et des territoires voisins, travaillent à la conception et la mise en oeuvre d’un dispositif de réduction de la durée et de l’intensité des pics de pollution progressif et efficace, reposant sur l’information des habitants, la réduction de vitesse et la restriction de circulation des véhicules polluants en cas d’épisode de pollution persistant, souligne le président de la Métro Christophe Ferrari dans un communiqué. Aujourd’hui, ce dispositif est un modèle et je m’en réjouis. »

 

Reste à évaluer l’efficacité du dispositif. Ses initiateurs tablent sur une baisse de 8 % de la concentration en particules fines PM 10 les 5e et 6e jour de pollution. Au-delà de 7 jours, sur une baisse de 37 %.

 

 

PC

 

 

commentez lire les commentaires
3743 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. (a) Non. Ce sont des « pistes « envisagées. Il va falloir changer la loi
    (b) Grenoble n’y est strictement pour rien car c’est une mesure de la loi de transition énergétique pour replacer les ZAPA. Ce dispositif n’est pas grenoblois du tout. Ce genre de dispositif a été mis en place il y longtemps déjà en Allemagne, en Suède, aux USA etc.
    (c) Rien ne se passera avant les élections; Donc rien ne se passera.
    (d) L’identification environnementale existe déjà, ce sont les papillons et récépissés du contrôle technique, obligatoire pour tous les véhicules de + 2 de ans.

    « Depuis plus deux ans, la Métropole et le syndicat mixte des transports en commun, aux côtés de l’Etat, de la ville de Grenoble et des territoires voisins, travaillent à la conception et la mise en œuvre d’un dispositif de réduction de la durée et de l’intensité des pics de pollution progressif et efficace, reposant sur l’information des habitants, la réduction de vitesse et la restriction de circulation des véhicules polluants en cas d’épisode de pollution persistant, souligne le président de la Métro Christophe Ferrari dans un communiqué. Aujourd’hui, ce dispositif est un modèle et je m’en réjouis »
    Mensonges que tout cela. Grenoble n’est pas un dispositif modèle
    L’efficacité du dispositif est nul.

    En Allemagne, en Suède, en Norvège, aux Pays Bas etc. personne ne vit en centre-ville et les restrictions sont réelles, sans les tonnes de dérogations…

    sep article
  2. Concernant le dernier paragraphe. 8% c’était plutôt la part des véhicules particuliers concernée par les restrictions, pas directement la baisse de concentration en polluant attendue. Quant au 37%, cette valeur vient d’où? Merci.

    sep article
    • PC

      10/12/2016
      22:03

      8 %, c’est (aussi) la baisse de la concentration en PM 10 attendue aux 5e et 6e jours (et 37 % les jours suivants). Ces chiffres sont tirés d’une étude réalisée par Atmo Auvergne Rhône-Alpes, et repris notamment dans le dossier transmis à la presse le 19 octobre 2016.

      sep article
      • Ok. J’ai retrouvé le dossier de presse sur le site de la préfecture. Bon effectivement on retrouve le même 8% sans qu’il s’agisse de la même chose.
        Ceci-dit les pourcentages indiqués correspondent à des diminutions des particules fines liées au traffic routier ce qui ne peut pas directement être relié à une baisse de la concentration. En effet, même s’il y a 8% d’émission en moins, la concentration qui résulte de l’accumulation de différentes sources d’émission ne va pas nécessairement baisser dans la même proportion.
        A ce sujet, il y a une page d’airparif sur la distinction émission/concentration: http://www.airparif.asso.fr/pollution/emissions-ou-concentrations

        sep article
        • PC

          11/12/2016
          12:51

          Merci de ces précisions. La question de l’impact, et de l’efficacité de telles mesures d’interdictions de circulation sur les niveaux de qualité de l’air, reste (pour l’heure) posée. On en saura plus dans les jours à venir… A suivre donc.

          sep article