A Grenoble, le bâtiment Green-er fait le pari de l’autonomie énergétique

sep article



FOCUS – Sur la Presqu’île grenobloise, le bâtiment du pôle de formation et de recherche Green-er expérimente l’autonomie énergétique. Objectif demain : construire un quartier, précurseur de la ville durable, capable de produire au moins autant d’énergie qu’il en consomme grâce aux smart grids. L’expérimentation est sur les rails mais, derrière, le chantier s’annonce titanesque. Et le vert pas (encore) tout à fait vert…

 

 

 

UNEEcocité Presqu'île. Quartier Cambridge © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Le pro­gramme Ecocité à la Presqu’île. Quartier Cambridge © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

La Presqu’île gre­no­bloise va-t-elle pré­fi­gu­rer ce que sera une ville durable demain ? Une ville plus sobre et peu émet­trice de gaz à effet de serre ? C’est l’ambition du pro­gramme Eco-Cité. En France, 13 pro­jets sont sur les rails, dont celui de Grenoble.

 

Pour l’heure, dans la capi­tale du Dauphiné, on est encore loin de la ville durable. Loin du quar­tier durable aussi. Le bâti­ment durable alors ? On y est presque…

 

 

Tout est analysé : éclairage, température, émissions de CO2…

 

 

Le bâti­ment sera-t-il la clé de la tran­si­tion éner­gé­tique ? « Avec 66 % de la consom­ma­tion élec­trique, les bâti­ments consti­tuent la plus grosse charge du réseau élec­trique », sou­ligne Frédéric Wurtz, direc­teur de recherche CNRS au labo­ra­toire de génie élec­trique de Grenoble. « Ce sec­teur repré­sente 44 % de la consom­ma­tion d’énergie pri­maire, géné­rant 20 % des émis­sions de gaz à effets de serre. »

 

Autant s’y atte­ler donc. Dans un rap­port paru en novembre 2015, l’Ademe plaide d’ailleurs en faveur de cette éner­gie verte recueillie sur les toits. Pour l’agence de l’environnement et de la maî­trise de l’énergie, le scé­na­rio le plus accep­table dans un mix élec­trique 100 % éner­gies renou­ve­lables repose sur les épaules du solaire rési­den­tiel. A lui seul, il pour­rait repré­sen­ter près de 35 % des capa­ci­tés de pro­duc­tion mises en place.

 

Le bâtiment Green-er sur la Presqu'Île veut relever le défi de la transition énergétique. Crédit Régis Bouchu/Actophoto

Le bâti­ment Green-er sur la Presqu’île veut rele­ver le défi de la tran­si­tion éner­gé­tique. Objectif : pro­duire plus d’éner­gie qu’il n’en consomme. © Régis Bouchu – Actophoto

Mais le che­min est encore long. A Grenoble, l’autonomie éner­gé­tique s’expérimente depuis sep­tembre 2015 à l’étage d’un bâti­ment. Une pla­te­forme de 600 m2 au cœur du pôle Green-er (Grenoble éner­gie ensei­gne­ment recherche), inau­guré ce lundi 5 décembre, qui abrite l’é­cole d’in­gé­nieurs Grenoble INP-Ense3, des for­ma­tions de l’Université Grenoble-Alpes, le labo­ra­toire de génie élec­trique et le res­tau­rant uni­ver­si­taire.

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
4316 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. L’économie durable c’est aujourd’­hui une énorme bulle com­pa­rable à celle d’in­ter­net dans les années 2000.
    Le jour où ça va se dégon­fler…

    sep article
  2. Autonome ne signi­fie qu’il consomme autant qu’il pro­duit.

    Sur une année c’est peut être vrai… mais pas tout le temps, exemple : la nuit il consomme de l’éner­gie des réseaux éner­gé­tiques du quar­tier (les pan­neaux solaires ne pro­duisent pas la nuit). Et cette éner­gie elle vient d’où ? elle vient d’ailleurs de Lyon, de la val­lée du Rhône, des bar­rages alpins, etc…mais elle n’est pas « locale ».
    Et le jour, il pro­duit plus que ce qu’il consomme.

    Le bilan est alors neutre entre les consom­ma­tion et la pro­duc­tion.

    Autonome signi­fie qu’il n’est plus rac­cordé à aucun réseau d’éner­gie, qu’il est auto­nome et pour­rait être posé n’im­porte où…sans apport des réseaux éner­gé­tiques externes.
    L’autonomie ce n’est pas pour demain, à part si on les gre­no­blois sont prêts à payer leur éner­gie très très très cher…

    sep article