Une plainte déposée auprès de la Commission européenne

sep article



Le groupe d’analyse métropolitain (Gam) vient de déposer une plainte auprès de la Commission européenne contre la France, la Métropole et la ville de Grenoble pour non-respect de la réglementation concernant la qualité de l’air et insuffisance des mesures mises en œuvre pour y remédier.

 

Le Gam met en avant le non-res­pect des seuils d’é­mis­sion de dioxyde de car­bone, d’o­zone et de par­ti­cules fines au regard notam­ment de la direc­tive euro­péenne du 21 mai 2008. Un texte actuel­le­ment en cours de révi­sion, mais qui s’ap­plique jus­qu’en 2019.

 

Dans un avis motivé, la Commission euro­péenne avait le 29 avril 2015 enjoint la France de res­pec­ter la légis­la­tion de l’Union quant aux niveaux de par­ti­cules fines dans l’air et notam­ment dans dix zones, dont Grenoble, où les limites maxi­males jour­na­lières étaient dépas­sées. Pour ten­ter de ren­trer dans les clous, la métro­pole gre­no­bloise a, depuis, prévu et com­mencé à mettre en œuvre tout un plan d’ac­tions.

 

Des mesures jugées insuf­fi­santes, voire contre-pro­duc­tives par le Gam, qui dans sa plainte auprès de Bruxelles, dénonce « le sau­cis­son­nage d’é­tudes de reports de cir­cu­la­tion » et le manque de trans­pa­rence du pro­jet Cœurs de ville, cœurs de métro­pole, « conçu sans étude d’im­pact ».

 

« Plus de 15 000 véhi­cules vont se repor­ter sur les axes déjà pol­lués qui sont à la source de la pro­cé­dure en infrac­tion inten­tée par la Commission contre la France. »

 

 

Incohérences des certificats qualité de l’air ?

 

 

Dans le col­li­ma­teur du groupe d’a­na­lyse métro­po­li­tain éga­le­ment, les limites et inco­hé­rences des cer­ti­fi­cats qua­lité de l’air, le dis­po­si­tif ne s’en­clen­chant qu’au bout de cinq jours consé­cu­tifs d’at­teinte des seuils d’a­lerte. Or, « il n’y a pas plus de quatre jours de seuil d’a­lerte consé­cu­tifs dans région gre­no­bloise », pointe le Gam, qui s’in­ter­roge quant à l’ap­pli­ca­tion et au contrôle de telles mesures alors que ces vignettes auto­mo­biles ne sont pas ren­dues obli­ga­toires.

 

PC

 

commentez lire les commentaires
3787 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Oui, allons plus loin contre la pol­lu­tion !!

    Mais fau­drait que P.Clérotte se décide entre ses mes­sages « la Métro prend des mesures insuf­fi­santes contre la pol­lu­tion » et « quand on vit en ville faut accep­ter la pol­lu­tion ».

    Il tire au sort chaque matin entre les deux avis ?

    sep article
    • Vous ne connais­sez pas le texte inté­gral de plainte dépo­sée par le GAM et pas que par Pascal CLEROTTE qui n’est qu’un porte parole.
      Vous ne connais­sez pas non plus l’in­ten­tion de la manœuvre.
      Donc ne spé­cu­lez pas.
      Merci.

      sep article
      • « Vous ne connais­sez pas non plus l’intention de la manœuvre. »
        Vous devriez être plus expli­cite, mon­sieur GAM. Tout le monde sait que votre but est de des­cendre la muni­ci­pa­lité actuelle.
        Comme d’ha­bi­tude, vous dénon­cez sans jamais pro­po­ser. Un peu facile …

        sep article
      • Non.
        Que la muni­ci­pa­lité, l’exé­cu­tif métro­po­li­tain et l’Etat se débrouillent.
        Voilà plus de 6 mois que nous répé­tons, faits à l’ap­pui la même chose.

        sep article