Grenoble démocrates lance un nouveau cycle de son laboratoire d’idées

Grenoble démocrates lance un nouveau cycle de son laboratoire d’idées

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Le groupe de réflexion Grenoble démocrates sous la houlette de Stéphane Gemmani, conseiller d’opposition régional Cap 21 – Société civile, monte au créneau sur la thématique de la sécurité. Des rencontres avec les Grenoblois au printemps dernier ont permis à ce « laboratoire d’idées » d’isoler quelques-uns des thèmes jugés les plus préoccupants par les habitants. Raison pour laquelle, dès cet automne, un nouveau cycle de réunions est organisé dont la première consacrée à la vigilance publique et la sécurité.

 

 

 

© grenobledemocrates.fr

© gre​no​ble​de​mo​crates​.fr

« Nous sen­tions qu’il y avait néces­sité, pour les per­sonnes que nous avons ren­con­trées, d’é­chan­ger. […] Pas for­cé­ment sur des choses qui ne fonc­tionnent pas mais aussi sur ce qui fonc­tionne bien  », explique Stéphane Gemmani, conseiller régio­nal d’op­po­si­tion Cap 21 – Société civile et fon­da­teur du Samu social gre­no­blois.

 

L’élu fait là réfé­rence aux ren­contres avec les Grenoblois ini­tiées par le labo­ra­toire d’i­dées Grenoble démo­crates qui se sont enchaî­nées tout au long du pre­mier tri­mestre 2016. Des moments de « dia­logue et de par­tage » au fil des­quels sont remon­tées nombre d’interrogations récur­rentes, notam­ment celles affé­rentes à la sécu­rité et la vigi­lance citoyenne.

 

 

 

Construire une démarche en amont des scrutins à venir

 

 

D’où l’i­dée de Grenoble démo­crates d’or­ga­ni­ser une nou­velle série de quatre réunions qui se dérou­le­ront tout au long de l’au­tomne avec, pour fil rouge, les ques­tions tou­chant à la sécu­rité et sa péri­phé­rie. Pour abor­der ce nou­veau cycle – qui démarre le lundi 7 novembre à 18 heures à la Maison des asso­cia­tions –, Stéphane Gemmani entend pro­cé­der « thé­ma­tique par thé­ma­tique » et non plus de manière globale.

 

De gauche à droite : Jacques Thiar, Mounira Dabaji, Stéphane Gemmani, Anne Saoudi et Michel Gallitre. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Jacques Thiar, Mounira Dabaji, Stéphane Gemmani, Anne Saoudi et Michel Gallitre. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« L’idée de ces réunions c’est de poser les choses sur des points pré­cis, de faire des pro­po­si­tions, d’en dis­cu­ter, de venir avec peut-être quelques pré­co­ni­sa­tions voire même des solu­tions mais sans pour autant les impo­ser », ajoute le conseiller régional.

 

Et d’a­jou­ter, « S’il faut user d’un terme quelque peu gal­vaudé ces der­niers temps, disons qu’il s’a­gira de co-construc­tion », tacle l’élu. Quid des objec­tifs ? « Faire en sorte que pro­gres­si­ve­ment nous puis­sions construire une démarche sur ces ques­tions de sécu­rité, afin de pro­po­ser des actions bien en amont de tous les scru­tins à venir », déclare le groupe de réflexion.

 

 

 

Vigilance citoyenne, vidéosurveillance, comité d’éthique…

 

 

« La sécu­rité ? Parlons-en, ren­con­trons-nous… », résume le tract imprimé par Grenoble démo­crates. Dont acte, mais quelles sont les pro­po­si­tions concoc­tées par le think tank gre­no­blois ?

 

Une pre­mière idée serait la mise en place d’une “vigi­lance citoyenne”. Cette der­nière s’ap­puie­rait sur une réserve citoyenne com­po­sée de volon­taires – juristes, édu­ca­teurs à la retraite ou encore des per­sonnes dont le métier est rela­tif à la sécurité.

 

Voitures de la police municipale de Grenoble © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

© Séverine Cattiaux – pla​ce​gre​net​.fr

Notamment d’an­ciens mili­taires, des membres de la police ou de la gen­dar­me­rie… Mais pas seule­ment. Un comité per­ma­nent où siè­ge­raient citoyens et experts de la société civile (juristes, acteurs du monde éco­no­mique…) vien­drait com­plé­ter le dis­po­si­tif. À charge pour ce der­nier d’ap­por­ter son aval ou la contra­dic­tion sur telle ou telle thématique.

 

Le labo­ra­toire d’i­dées animé par Stéphane Gemmani entend éga­le­ment abor­der avec les Grenoblois d’autres pistes de réflexion. Parmi ces der­nières, « réflé­chir à une aug­men­ta­tion des effec­tifs de la police muni­ci­pale pré­sents sur le ter­rain d’au moins 50 % sur cinq ans » et envi­sa­ger son éven­tuel arme­ment ne sont pas les moindres.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« On ne peut pas envoyer les poli­ciers muni­ci­paux sur des mis­sions simi­laires à celles de la police natio­nale sans qu’ils dis­posent des mêmes moyens », argu­mente Stéphane Gemmani.

 

Des dis­po­si­tions qui iraient de pair avec l’é­tude d’une nou­velle forme d’ex­ploi­ta­tion de la vidéo­sur­veillance à laquelle serait affec­tée, à plein temps, une équipe dédiée notam­ment au vision­nage. Le tout sous le contrôle d’un comité d’é­thique car « il ne s’a­git pas de vul­ga­ri­ser la vidéo­sur­veillance comme un “big bro­ther […]  mais plu­tôt de le voir comme un dis­po­si­tif de pré­ven­tion », s’empresse de démi­ner le conseiller régional.

 

 

 

Rétablir les antennes de police de secteurs

 

 

« « La police a déserté les quar­tiers, c’é­tait la volonté de Nicolas Sarkozy à l’é­poque », constate Stéphane Gemmani. Qui, pour palier cette absence et gagner en effi­cience, pro­pose de réflé­chir « au réta­blis­se­ment des antennes de police de sec­teurs, de façon à ce qu’il puisse y avoir des lieux par­ta­gés conjoin­te­ment entre la police muni­ci­pale et la police natio­nale ». Des antennes qui pour­raient s’a­dos­ser, en « exploi­tant des locaux du  patri­moine gre­no­blois, à un dis­po­si­tif de police inter­com­mu­nal sous pilo­tage métro­po­li­tain ».

 

Le PC vidéosurveillance de la police municipale de Maylan. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le PC vidéo­sur­veillance de la police muni­ci­pale de Meylan. © Joël Kermabon – Place Gre’net

De quoi per­mettre, selon l’a­ni­ma­teur de Grenoble démo­crates, « une meilleure inter­ac­tion entre les dif­fé­rentes polices muni­ci­pales et la police natio­nale ». Ce der­nier ne voit d’ailleurs dans ces pro­po­si­tions « rien d’u­buesque », à la condi­tion que les dif­fé­rentes strates admi­nis­tra­tives impli­quées jouent le jeu, en concer­ta­tion avec la population.

 

« Je n’ai pas envie que les pré­oc­cu­pa­tions liées à la sécu­rité ne soient qu’un aspect cos­mé­tique pour avoir une caisse de réso­nance au natio­nal », résume l’élu régional. 

 

Ceci pour les grandes lignes. Dans la boîte à idées du think tank, s’empilent encore d’autres thèmes à débattre. Notamment l’ex­pé­ri­men­ta­tion de plaques d’im­ma­tri­cu­la­tion pour les vélos, l’im­plan­ta­tion de salles ce consom­ma­tion à moindre risque (SCMR, plus connue sous le nom de “salle de shoot”) ou encore la mise en place de dis­po­si­tifs de cap­ta­tion mobiles sur des bus ou des camions de livrai­son. L’objectif de cette mesure ? Le repé­rage des délits rou­tiers sous le contrôle de per­sonnes issues de la réserve citoyenne assermentées.

 

 

 

« L’idée, c’est d’être une force de propositions »

 

 

« Nous ferons un bilan de ces quatre ren­contres. L’idée est de voir com­ment nous allons nous ins­crire dans une démarche col­lec­tive. Nous n’at­ten­dons pas les échéances élec­to­rales, que ce soit les muni­ci­pales de 2020 ou d’autres plus proches. L’idée c’est d’être force de pro­po­si­tions sur des pro­blé­ma­tiques de ter­rain… main­te­nant ! », explique avec convic­tion Stéphane Gemmani.

 

Stéphane Gemmani. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Stéphane Gemmani. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Qui ne cherche par ailleurs pas for­cé­ment à tirer la cou­ver­ture à lui. « Si la muni­ci­pa­lité veut s’emparer d’une de nos pro­po­si­tions dans l’in­ter­valle, pour­quoi pas com­men­cer main­te­nant ? », ques­tionne-t-il. Comment pro­cé­der en l’occurrence ?

 

« On pour­rait par­tir sur les outils que l’é­quipe muni­ci­pale pro­pose : les péti­tions, les conseils citoyens… Si effec­ti­ve­ment notre démarche est poli­tique, elle est avant tout citoyenne. Ce n’est pas incom­pa­tible. Mais avant tout, ce qui nous inté­resse, c’est l’ac­tion », tente de convaincre l’élu.

 

Quant aux pro­chains thèmes qui seront inves­tis au cours d’un autre cycle de ren­contres avec les habi­tants, ils sont déjà dans la file d’at­tente. « « Nous avons eu beau­coup de remon­tées sur l’emploi, l’é­co­no­mie et l’at­trac­ti­vité de Grenoble, c’est une thé­ma­tique très forte », conclut Stéphane Gemmani.

 

 

Joël Kermabon

 

 

 

Pour en savoir plus sur les prochaines réunions

 

Lundi 7 novembre à 18 heures, à la Maison des asso­cia­tions, salle 112

Mardi 22 novembre à 18 heures, Maison des habi­tants Bajatière, 29 rue de Moyrand

Mardi 29 novembre à 18 heures au café « La table ronde », 7 place Saint André

Vendredi 9 décembre à 18 h 30, Maison des habi­tants Mistral, 68 bis rue Anatole France

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Vidéosurveillance et polices municipales: la Région adopte des "contrats régionaux de sécurité"
Vidéosurveillance et polices municipales : la Région adopte des « contrats régionaux de sécurité »

  FLASH INFO – La Région Auvergne-Rhône-Alpes a adopté le 15 octobre les "contrats régionaux de sécurité". Le principe? "Proposer aux communes et intercommunalités intéressées Lire plus

Réduction des trains sur la ligne Grenoble-Lyon: la Région appelle la SNCF à prendre ses responsabilités
La Région expérimente VigiTER, système de vidéosurveillance en temps réel dans les trains TER

  FLASH INFO – Toujours férue de vidéo-surveillance, la Région Auvergne-Rhône-Alpes expérimente VigiTER. Un "système de vidéoprotection à bord des TER avec transmission en temps Lire plus

UNE Groupe Pom Pom girls, dans la salle de danse du nouveau centre sportif Jean-Philippe Motte, samedi 12 octobre 2019 lors de l'inauguration du gymnase. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Scolaires, clubs sportifs… Le nouveau gymnase Jean-Philippe Motte ne pourra pas accueillir tout le monde

  FOCUS - Bâti en face du 10 galerie de l'Arlequin, à la Villeneuve, le nouveau gymnase Jean-Philippe Motte a été inauguré samedi 12 octobre, Lire plus

Claix et Tullins reçoivent une aide de la Région pour installer des caméras de vidéosurveillance

  FIL INFO — Le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes débloque un budget de 320 000 euros sur l'année 2019 pour accompagner les communes désirant installer des caméras de Lire plus

La prime octroyée à tous les policiers mobilisés face aux gilets jaunes n'a pas calmé la grogne : un syndicat appelle à la mobilisation ce 19 décembre.
Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb à Grenoble vendredi 28 septembre

FIL INFO — Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sera à Grenoble vendredi 28 septembre, se réjouissent les maires de Grenoble, d'Échirolles et de Saint-Martin-d'Hères. Une Lire plus

A mi-mandat, l'épreuve du grand oral se corse pour Eric Piolle. La démocratie participative à la sauce grenobloise a peu convaincu son auditoire.
Troisième grand oral d’Eric Piolle : le mandat avance, les cartons rouges tombent

FOCUS - Votation citoyenne, budgets participatifs… La démocratie participative à la sauce grenobloise convainc-t-elle encore ? Les explications de son maire Eric Piolle n'ont en Lire plus

Flash Info

|

03/12

12h21

|

|

03/12

10h25

|

|

03/12

9h49

|

|

02/12

22h42

|

|

02/12

18h18

|

|

02/12

11h21

|

|

02/12

8h30

|

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

|

30/11

19h38

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin