Grenoble démocrates lance un nouveau cycle de son laboratoire d’idées

Grenoble démocrates lance un nouveau cycle de son laboratoire d’idées

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Le groupe de réflexion Grenoble démocrates sous la houlette de Stéphane Gemmani, conseiller d’opposition régional Cap 21 – Société civile, monte au créneau sur la thématique de la sécurité. Des rencontres avec les Grenoblois au printemps dernier ont permis à ce « laboratoire d’idées » d’isoler quelques-uns des thèmes jugés les plus préoccupants par les habitants. Raison pour laquelle, dès cet automne, un nouveau cycle de réunions est organisé dont la première consacrée à la vigilance publique et la sécurité.

 

 

 

© grenobledemocrates.fr

© gre​no​ble​de​mo​crates​.fr

« Nous sen­tions qu’il y avait néces­sité, pour les per­sonnes que nous avons ren­con­trées, d’é­chan­ger. […] Pas for­cé­ment sur des choses qui ne fonc­tionnent pas mais aussi sur ce qui fonc­tionne bien  », explique Stéphane Gemmani, conseiller régio­nal d’op­po­si­tion Cap 21 – Société civile et fon­da­teur du Samu social gre­no­blois.

 

L’élu fait là réfé­rence aux ren­contres avec les Grenoblois ini­tiées par le labo­ra­toire d’i­dées Grenoble démo­crates qui se sont enchaî­nées tout au long du pre­mier tri­mestre 2016. Des moments de « dia­logue et de par­tage » au fil des­quels sont remon­tées nombre d’interrogations récur­rentes, notam­ment celles affé­rentes à la sécu­rité et la vigi­lance citoyenne.

 

 

 

Construire une démarche en amont des scrutins à venir

 

 

D’où l’i­dée de Grenoble démo­crates d’or­ga­ni­ser une nou­velle série de quatre réunions qui se dérou­le­ront tout au long de l’au­tomne avec, pour fil rouge, les ques­tions tou­chant à la sécu­rité et sa péri­phé­rie. Pour abor­der ce nou­veau cycle – qui démarre le lundi 7 novembre à 18 heures à la Maison des asso­cia­tions –, Stéphane Gemmani entend pro­cé­der « thé­ma­tique par thé­ma­tique » et non plus de manière globale.

 

De gauche à droite : Jacques Thiar, Mounira Dabaji, Stéphane Gemmani, Anne Saoudi et Michel Gallitre. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Jacques Thiar, Mounira Dabaji, Stéphane Gemmani, Anne Saoudi et Michel Gallitre. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« L’idée de ces réunions c’est de poser les choses sur des points pré­cis, de faire des pro­po­si­tions, d’en dis­cu­ter, de venir avec peut-être quelques pré­co­ni­sa­tions voire même des solu­tions mais sans pour autant les impo­ser », ajoute le conseiller régional.

 

Et d’a­jou­ter, « S’il faut user d’un terme quelque peu gal­vaudé ces der­niers temps, disons qu’il s’a­gira de co-construc­tion », tacle l’élu. Quid des objec­tifs ? « Faire en sorte que pro­gres­si­ve­ment nous puis­sions construire une démarche sur ces ques­tions de sécu­rité, afin de pro­po­ser des actions bien en amont de tous les scru­tins à venir », déclare le groupe de réflexion.

 

 

 

Vigilance citoyenne, vidéosurveillance, comité d’éthique…

 

 

« La sécu­rité ? Parlons-en, ren­con­trons-nous… », résume le tract imprimé par Grenoble démo­crates. Dont acte, mais quelles sont les pro­po­si­tions concoc­tées par le think tank gre­no­blois ?

 

Une pre­mière idée serait la mise en place d’une “vigi­lance citoyenne”. Cette der­nière s’ap­puie­rait sur une réserve citoyenne com­po­sée de volon­taires – juristes, édu­ca­teurs à la retraite ou encore des per­sonnes dont le métier est rela­tif à la sécurité.

 

Voitures de la police municipale de Grenoble © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

© Séverine Cattiaux – pla​ce​gre​net​.fr

Notamment d’an­ciens mili­taires, des membres de la police ou de la gen­dar­me­rie… Mais pas seule­ment. Un comité per­ma­nent où siè­ge­raient citoyens et experts de la société civile (juristes, acteurs du monde éco­no­mique…) vien­drait com­plé­ter le dis­po­si­tif. À charge pour ce der­nier d’ap­por­ter son aval ou la contra­dic­tion sur telle ou telle thématique.

 

Le labo­ra­toire d’i­dées animé par Stéphane Gemmani entend éga­le­ment abor­der avec les Grenoblois d’autres pistes de réflexion. Parmi ces der­nières, « réflé­chir à une aug­men­ta­tion des effec­tifs de la police muni­ci­pale pré­sents sur le ter­rain d’au moins 50 % sur cinq ans » et envi­sa­ger son éven­tuel arme­ment ne sont pas les moindres.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« On ne peut pas envoyer les poli­ciers muni­ci­paux sur des mis­sions simi­laires à celles de la police natio­nale sans qu’ils dis­posent des mêmes moyens », argu­mente Stéphane Gemmani.

 

Des dis­po­si­tions qui iraient de pair avec l’é­tude d’une nou­velle forme d’ex­ploi­ta­tion de la vidéo­sur­veillance à laquelle serait affec­tée, à plein temps, une équipe dédiée notam­ment au vision­nage. Le tout sous le contrôle d’un comité d’é­thique car « il ne s’a­git pas de vul­ga­ri­ser la vidéo­sur­veillance comme un “big bro­ther […]  mais plu­tôt de le voir comme un dis­po­si­tif de pré­ven­tion », s’empresse de démi­ner le conseiller régional.

 

 

 

Rétablir les antennes de police de secteurs

 

 

« « La police a déserté les quar­tiers, c’é­tait la volonté de Nicolas Sarkozy à l’é­poque », constate Stéphane Gemmani. Qui, pour palier cette absence et gagner en effi­cience, pro­pose de réflé­chir « au réta­blis­se­ment des antennes de police de sec­teurs, de façon à ce qu’il puisse y avoir des lieux par­ta­gés conjoin­te­ment entre la police muni­ci­pale et la police natio­nale ». Des antennes qui pour­raient s’a­dos­ser, en « exploi­tant des locaux du  patri­moine gre­no­blois, à un dis­po­si­tif de police inter­com­mu­nal sous pilo­tage métro­po­li­tain ».

 

Le PC vidéosurveillance de la police municipale de Maylan. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le PC vidéo­sur­veillance de la police muni­ci­pale de Meylan. © Joël Kermabon – Place Gre’net

De quoi per­mettre, selon l’a­ni­ma­teur de Grenoble démo­crates, « une meilleure inter­ac­tion entre les dif­fé­rentes polices muni­ci­pales et la police natio­nale ». Ce der­nier ne voit d’ailleurs dans ces pro­po­si­tions « rien d’u­buesque », à la condi­tion que les dif­fé­rentes strates admi­nis­tra­tives impli­quées jouent le jeu, en concer­ta­tion avec la population.

 

« Je n’ai pas envie que les pré­oc­cu­pa­tions liées à la sécu­rité ne soient qu’un aspect cos­mé­tique pour avoir une caisse de réso­nance au natio­nal », résume l’élu régional. 

 

Ceci pour les grandes lignes. Dans la boîte à idées du think tank, s’empilent encore d’autres thèmes à débattre. Notamment l’ex­pé­ri­men­ta­tion de plaques d’im­ma­tri­cu­la­tion pour les vélos, l’im­plan­ta­tion de salles ce consom­ma­tion à moindre risque (SCMR, plus connue sous le nom de “salle de shoot”) ou encore la mise en place de dis­po­si­tifs de cap­ta­tion mobiles sur des bus ou des camions de livrai­son. L’objectif de cette mesure ? Le repé­rage des délits rou­tiers sous le contrôle de per­sonnes issues de la réserve citoyenne assermentées.

 

 

 

« L’idée, c’est d’être une force de propositions »

 

 

« Nous ferons un bilan de ces quatre ren­contres. L’idée est de voir com­ment nous allons nous ins­crire dans une démarche col­lec­tive. Nous n’at­ten­dons pas les échéances élec­to­rales, que ce soit les muni­ci­pales de 2020 ou d’autres plus proches. L’idée c’est d’être force de pro­po­si­tions sur des pro­blé­ma­tiques de ter­rain… main­te­nant ! », explique avec convic­tion Stéphane Gemmani.

 

Stéphane Gemmani. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Stéphane Gemmani. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Qui ne cherche par ailleurs pas for­cé­ment à tirer la cou­ver­ture à lui. « Si la muni­ci­pa­lité veut s’emparer d’une de nos pro­po­si­tions dans l’in­ter­valle, pour­quoi pas com­men­cer main­te­nant ? », ques­tionne-t-il. Comment pro­cé­der en l’occurrence ?

 

« On pour­rait par­tir sur les outils que l’é­quipe muni­ci­pale pro­pose : les péti­tions, les conseils citoyens… Si effec­ti­ve­ment notre démarche est poli­tique, elle est avant tout citoyenne. Ce n’est pas incom­pa­tible. Mais avant tout, ce qui nous inté­resse, c’est l’ac­tion », tente de convaincre l’élu.

 

Quant aux pro­chains thèmes qui seront inves­tis au cours d’un autre cycle de ren­contres avec les habi­tants, ils sont déjà dans la file d’at­tente. « « Nous avons eu beau­coup de remon­tées sur l’emploi, l’é­co­no­mie et l’at­trac­ti­vité de Grenoble, c’est une thé­ma­tique très forte », conclut Stéphane Gemmani.

 

 

Joël Kermabon

 

 

 

Pour en savoir plus sur les prochaines réunions

 

Lundi 7 novembre à 18 heures, à la Maison des asso­cia­tions, salle 112

Mardi 22 novembre à 18 heures, Maison des habi­tants Bajatière, 29 rue de Moyrand

Mardi 29 novembre à 18 heures au café « La table ronde », 7 place Saint André

Vendredi 9 décembre à 18 h 30, Maison des habi­tants Mistral, 68 bis rue Anatole France

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Trafic de stupéfiants : Jérôme Safar appelle à faire de Grenoble un territoire expérimental

FOCUS - Jérôme Safar, président du groupe Rassemblement de gauche et de progrès, ne s'était pas manifesté depuis les déclarations du procureur de la République Lire plus

Un policier municipal et sa toute nouvelle arme de service. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Police municipale : la ville de Meylan sort l’artillerie lourde

REPORTAGE VIDÉO - La ville de Meylan inaugurait, ce jeudi 11 janvier, son système de “vidéoprotection”. Également au programme, la signature de la convention de Lire plus

La prime octroyée à tous les policiers mobilisés face aux gilets jaunes n'a pas calmé la grogne : un syndicat appelle à la mobilisation ce 19 décembre.
Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb à Grenoble vendredi 28 septembre

FIL INFO — Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sera à Grenoble vendredi 28 septembre, se réjouissent les maires de Grenoble, d'Échirolles et de Saint-Martin-d'Hères. Une Lire plus

La Région expérimente VigiTER, système de vidéosurveillance en temps réel dans les trains TER
La Région expérimente VigiTER, système de vidéosurveillance en temps réel dans les trains TER

  FLASH INFO – Toujours férue de vidéo-surveillance, la Région Auvergne-Rhône-Alpes expérimente VigiTER. Un "système de vidéoprotection à bord des TER avec transmission en temps Lire plus

Flash Info

|

14/06

16h51

|

|

14/06

16h12

|

|

14/06

14h40

|

|

14/06

11h40

|

|

12/06

16h21

|

|

11/06

15h36

|

|

11/06

10h06

|

|

11/06

9h34

|

|

09/06

19h27

|

|

08/06

18h19

|

Les plus lus

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

À voir| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Culture| Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Culture| Grenoble Calling, une « histoire orale » du punk (et des punks) à Grenoble, des années 80 à nos jours

Abonnement| Régionales 2021 : la liste « Agir pour ne plus subir » souhaite faire entendre la voix des musulmans lors des élections

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin