Le squat du 62 rue des Alliés Une © Florent Mathieu - Place Gre'net

Squats : la mort de Mélinda relance le débat sur la prise en charge des Roms

Squats : la mort de Mélinda relance le débat sur la prise en charge des Roms

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE – Le 5 septembre, une adolescente rom de 14 ans trouvait la mort, électrocutée alors qu’elle faisait sa toilette dans une pièce du squat du 62 rue des Alliés à Grenoble. Un décès qui repose, de manière dramatique cette fois, la question de l’accueil et de l’hébergement des Roms sur l’agglomération grenobloise. Et celle des responsabilités de la Ville, de la Métro, du Département et de l’État.

 

 

 

Le squat du 62 rue des Alliés © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le squat du 62 rue des Alliés © Florent Mathieu – Place Gre’net

Ici, la pièce où Mélinda Varga s’est élec­tro­cu­tée, lundi 5 sep­tembre alors qu’elle se lavait. Là, le sol où elle a été dépo­sée en atten­dant les secours…

 

Le jeune Roumain de 26 ans qui nous fait “visi­ter” le squat du 62 rue des Alliés ne veut pas être pho­to­gra­phié, ni même nous dire son prénom.

 

C’est lui, affirme-t-il, qui a sorti la jeune fille de la pièce qui ser­vait de salle de bain et trans­porté son corps. Elle n’a pas sur­vécu au choc. Elle avait 14 ans. C’est la pre­mière fois qu’une ado­les­cente meurt ainsi des suites d’un acci­dent dans un abri de for­tune à Grenoble. Et pour­tant, un tel drame aurait pu arri­ver bien avant.

 

Le squat du 62 rue des Alliés © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le squat du 62 rue des Alliés. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« On a eu beau­coup de chance !, estime, non sans une iro­nie amère, le copré­sident de Roms action Patrick Baguet. Il y a déjà eu plu­sieurs acci­dents aupa­ra­vant, au camp d’Esmonin ou au camp de Flaubert. À Fontaine, ça a brûlé deux fois. Globalement, la chance inter­vient, mais pas cette fois-ci. »

 

 

 

La Ville de Grenoble responsable ?

 

 

La muni­ci­pa­lité est-elle en cause ? Les Roms du 62 rue des Alliés en sont convain­cus, et l’ex­priment avec beau­coup de ran­cœur. La mère de Mélinda affirme avoir demandé à ce que sa famille soit logée sur le ter­rain d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence du Rondeau, ce qui lui aurait été refusé, faute de place.

 

Elle nous montre une lettre adres­sée au CCAS le 28 juillet 2016, au sor­tir d’une période d’hé­ber­ge­ment de trois semaines à l’hô­tel Alizé de Grenoble, prise en charge par la Ville. La conclu­sion du cour­rier fait, avec le recul, froid dans le dos : « J’espère qu’une solu­tion seras (sic) vite trou­vée afin que cette situa­tion ne se trans­forme pas en drame. »

 

Alain Denoyelle, adjoint à l'Action Sociale © Place Gre'net

Alain Denoyelle, adjoint à l’Action Sociale © Place Gre’net

« La famille était liée à Flaubert, répond Alain Denoyelle, adjoint à l’ac­tion sociale de la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise. Avec l’é­va­cua­tion du ter­rain, les familles qui l’a­vaient occupé ou l’oc­cu­paient encore ont été jointes par la pré­fec­ture. Dans ce cadre, celle-ci a dit qu’une seule famille répon­dait à ses cri­tères d’ur­gence et devait être prise en charge. Nous ne pou­vions pas inter­ve­nir plus que ce qui avait été fait. Et les autres familles devaient quit­ter le dis­po­si­tif. »

 

 

Le CCAS ren­voie donc la balle à l’État, en le rap­pe­lant à ses res­pon­sa­bi­li­tés. Si La Patate chaude consi­dère que la muni­ci­pa­lité est « mouillée » dans cette affaire du 62 rue des Alliés, Patrick Baguet de Roms action est beau­coup plus mesuré.

 

« À par­tir du moment où il se passe un drame, on peut dire que c’est soit la res­pon­sa­bi­lité de tout le monde, soit la res­pon­sa­bi­lité de la der­nière per­sonne qui s’est occu­pée de cette famille… Ce serait dom­mage de dire que la Ville de Grenoble est res­pon­sable parce qu’elle s’est occu­pée de cette famille. Elle s’en est occu­pée parce que les autres com­munes ne veulent pas s’en occu­per, parce que l’État ne veut pas s’en occu­per. »

 

Et Patrick Baguet de consi­dé­rer que 90 % des com­munes ne jouent pas le jeu. Si Grenoble, Fontaine ou Crolles comptent parmi les villes aidantes, dans la mesure de leurs moyens, « quelques grosses com­munes ne font aucun effort pour loger ou sco­la­ri­ser à long terme », estime-t-il.

Continuez la lecture

Il vous reste 64 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

UNE BidonvilleRomsPlaceGrenet03DR-650x433_opt
Quartier Mistral à Grenoble : pourquoi des jeunes ont chassé les Roms et mis le feu à leur campement

EN BREF - Quatre ou cinq familles roms avec enfants, soit une trentaine de personnes, installées au bout de la rue Albert-Thomas quartier Mistral à Lire plus

Contrainte de supprimer ses postes salariés suite aux baisses de subventions, Roms Action espère pouvoir continuer à mener des actions grâce aux bénévoles.
Incendie du camp à Mistral : l’association Roms Action porte plainte à son tour

FIL INFO – L’association Roms Action a porté plainte contre X auprès du procureur de la République à Grenoble ce lundi 25 juin. Dans la Lire plus

Sur le point de disparaître, Roms Action déplore le désengagement de la Région, du Département, de la Métro, de la Ville de Grenoble et d'autres communes.
Roms Action en péril suite à un désengagement des collectivités locales

FOCUS - L'association Roms Action va-t-elle mettre la clé sous la porte ? C'est en tout cas ce qu'elle annonce dans un communiqué en forme de Lire plus

Manifestation devant la mairie de Grenoble en soutien aux familles roms délogées

FIL INFO - Ce samedi 22 juin, une trentaine de manifestants se sont rassemblés devant la mairie de Grenoble. Ils contestent l'absence de réaction des Lire plus

Flash Info

|

23/06

11h06

|

|

23/06

7h33

|

|

22/06

22h54

|

|

22/06

21h39

|

|

22/06

14h36

|

|

21/06

17h04

|

|

21/06

13h01

|

|

21/06

10h31

|

Ville de Grenoble - Anneau de vitesse

Les plus lus

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin