Le squat du 62 rue des Alliés Une © Florent Mathieu - Place Gre'net

Squats : la mort de Mélinda relance le débat sur la prise en charge des Roms

Squats : la mort de Mélinda relance le débat sur la prise en charge des Roms

DÉCRYPTAGE - Le 5 septembre, une adolescente rom de 14 ans trouvait la mort, électrocutée alors qu'elle faisait sa toilette dans une pièce du squat du 62 rue des Alliés à Grenoble. Un décès qui repose, de manière dramatique cette fois, la question de l'accueil et de l'hébergement des Roms sur l'agglomération grenobloise. Et celle des responsabilités de la Ville, de la Métro, du Département et de l'État.

 

 

 

Le squat du 62 rue des Alliés © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le squat du 62 rue des Alliés © Florent Mathieu - Place Gre'net

Ici, la pièce où Mélinda Varga s'est électrocutée, lundi 5 septembre alors qu'elle se lavait. Là, le sol où elle a été déposée en attendant les secours…

 

Le jeune Roumain de 26 ans qui nous fait “visiter” le squat du 62 rue des Alliés ne veut pas être photographié, ni même nous dire son prénom.

 

C'est lui, affirme-t-il, qui a sorti la jeune fille de la pièce qui servait de salle de bain et transporté son corps. Elle n'a pas survécu au choc. Elle avait 14 ans. C'est la première fois qu'une adolescente meurt ainsi des suites d'un accident dans un abri de fortune à Grenoble. Et pourtant, un tel drame aurait pu arriver bien avant.

 

Le squat du 62 rue des Alliés © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le squat du 62 rue des Alliés. © Florent Mathieu - Place Gre'net

 

« On a eu beaucoup de chance !, estime, non sans une ironie amère, le coprésident de Roms action Patrick Baguet. Il y a déjà eu plusieurs accidents auparavant, au camp d'Esmonin ou au camp de Flaubert. À Fontaine, ça a brûlé deux fois. Globalement, la chance intervient, mais pas cette fois-ci. »

 

 

 

La Ville de Grenoble responsable ?

 

 

La municipalité est-elle en cause ? Les Roms du 62 rue des Alliés en sont convaincus, et l'expriment avec beaucoup de rancœur. La mère de Mélinda affirme avoir demandé à ce que sa famille soit logée sur le terrain d'hébergement d'urgence du Rondeau, ce qui lui aurait été refusé, faute de place.

 

Elle nous montre une lettre adressée au CCAS le 28 juillet 2016, au sortir d'une période d'hébergement de trois semaines à l'hôtel Alizé de Grenoble, prise en charge par la Ville. La conclusion du courrier fait, avec le recul, froid dans le dos : « J'espère qu'une solution seras (sic) vite trouvée afin que cette situation ne se transforme pas en drame. »

 

Alain Denoyelle, adjoint à l'Action Sociale © Place Gre'net

Alain Denoyelle, adjoint à l'Action Sociale © Place Gre'net

« La famille était liée à Flaubert, répond Alain Denoyelle, adjoint à l'action sociale de la municipalité grenobloise. Avec l'évacuation du terrain, les familles qui l'avaient occupé ou l'occupaient encore ont été jointes par la préfecture. Dans ce cadre, celle-ci a dit qu'une seule famille répondait à ses critères d'urgence et devait être prise en charge. Nous ne pouvions pas intervenir plus que ce qui avait été fait. Et les autres familles devaient quitter le dispositif. »

 

 

Le CCAS renvoie donc la balle à l'État, en le rappelant à ses responsabilités. Si La Patate chaude considère que la municipalité est « mouillée » dans cette affaire du 62 rue des Alliés, Patrick Baguet de Roms action est beaucoup plus mesuré.

 

« À partir du moment où il se passe un drame, on peut dire que c'est soit la responsabilité de tout le monde, soit la responsabilité de la dernière personne qui s'est occupée de cette famille… Ce serait dommage de dire que la Ville de Grenoble est responsable parce qu'elle s'est occupée de cette famille. Elle s'en est occupée parce que les autres communes ne veulent pas s'en occuper, parce que l'État ne veut pas s'en occuper. »

 

Et Patrick Baguet de considérer que 90 % des communes ne jouent pas le jeu. Si Grenoble, Fontaine ou Crolles comptent parmi les villes aidantes, dans la mesure de leurs moyens, « quelques grosses communes ne font aucun effort pour loger ou scolariser à long terme », estime-t-il.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 64 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les Vélos de Doisneau s'exposent au Couvent Sainte-Cécile de Grenoble jusqu'au 21 janvier 2023
Les Vélos de Doisneau s’ex­posent au Couvent Sainte-Cécile de Grenoble jus­qu’au 21 jan­vier 2023

FOCUS - Après Allons voir la mer en 2018, Robert Doisneau est de retour au Couvent Sainte-Cécile à Grenoble avec l'exposition Les Vélos de Doisneau, Lire plus

Dieudonné à Grenoble : un col­lec­tif anti­fas­ciste et anti­ra­ciste s’in­surge contre « ses idées com­plo­tistes et antisémites »

FLASH INFO - Le très controversé humoriste Dieudonné s'arrête à Grenoble, dimanche 27 novembre 2022, dans le cadre de la tournée de son spectacle « Lire plus

Contrôles des établissements touristiques en Isère sur l'été 2020: beaucoup d'anomalies, peu de fermetures
Saint-Laurent-du-Pont : un homme retrouvé mort à son domi­cile, un sus­pect en garde à vue

FLASH INFO - Un homme de 37 ans a été retrouvé mort à son domicile, ce vendredi 25 novembre 2022, à Saint-Laurent-du-Pont (Isère). La piste Lire plus

Rassemblement d'agents des Ehpad du CCAS André Léo et Lucie Pellat, devant la mairie de Grenoble, mardi 22 novembre 2022, à l'appel de la CFDT et la CGT. © Manuel Pavard - Place Gre'net
CCAS de Grenoble : le cri de détresse des agents des Ehpad Lucie-Pellat et André-Léo

ENQUÊTE - En grève du 17 au 24 novembre 2022, des agents des Ehpad du CCAS de Grenoble André-Léo et Lucie-Pellat1à Montbonnot-Saint-Martin se sont rassemblés Lire plus

Journée contre les vio­lences faites aux femmes : une cam­pagne de la Métro signée Petite Poissone

EN BREF - Alors que le vendredi 25 novembre 2022 marque une nouvelle Journée de lutte contre les violences faites aux femmes, la Métropole de Lire plus

De gauche à droite : Sarah Marcato, déléguée départementale aux droits des femmes et à l'égalité, Laurent Prévost, préfet de l'Isère et Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Lutte contre les vio­lences faites aux femmes : un bilan « encou­ra­geant » mal­gré la hausse du phé­no­mène en Isère

FOCUS - En amont de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes qui se tient ce vendredi 25 novembre 2022, Laurent Lire plus

Flash Info

|

26/11

9h37

|

|

25/11

19h40

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

|

22/11

15h46

|

|

22/11

10h23

|

|

21/11

11h31

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Environnement| Le Smmag, la Métropole et le Grésivaudan annoncent la mise en place de primes (cumu­lables) pour l’a­chat d’un vélo neuf ou d’occasion

Agenda

Je partage !