« Restore up » : Alain Carignon estampille ses réalisations en tant que maire

sep article

FOCUS – Après l’opération « Wanted », le collectif Grenoble, le changement lance une nouvelle campagne avec Alain Carignon nommée « Restore up ». Le principe ? Estampiller à l’aide d’un autocollant toutes les réalisations mises en place sous la municipalité de l’ancien maire de Grenoble. Une opération associée à la création d’un cercle de citoyens qui espère, à terme, devenir une force de proposition incontournable dans le paysage politique grenoblois.

 

 

 

L'enseigne du bar Le tout va bien, rue Chenoise, où Alain Carignon a lancé son opération Restore up. © Joël Kermabon - Place Gre'net

L’enseigne du bar Le tout va bien, rue Chenoise. © Joël Kermabon – Place Gre’net

S’ils passaient par là ce lundi 5 septembre, les clients habituels du bar Le Tout va bien, 6 rue Chenoise, ont dû se pincer pour vérifier que, décidément, non, ils ne rêvaient pas ! Ces habitués du lieu étaient en effet remplacés, ce matin là, par plus d’une vingtaine de personnes, toutes sympathisantes d’un « collectif de citoyens grenoblois et de militants qui veulent que la ville change ». Avec une inscription, on ne peut plus claire sur l’une des portes vitrées de l’établissement : « Grenoble, le changement ».

 

C’est dans ce bar de quartier – où l’on rencontre à l’accoutumé rastas et autres amateurs de reggae-dub, la spécificité musicale du lieu –, qu’Alain Carignon, ancien ministre, maire de Grenoble et membre du parti Les Républicains a annoncé, après l’opération « Wanted », le lancement d’une nouvelle initiative, l’opération « Restore up ».

 

 

 

« Nous sommes en souffrance par rapport à ce qui se passe à Grenoble »

 

 

« Nous avons choisi ce bar pour son enseigne, en espérant que Grenoble puisse bénéficier de cette appellation », explique Sébastien Tomasella, étudiant comptant parmi les sympathisants présents. Et de poursuivre. « De plus, Sami [le patron du bar, ndlr], qui est ici depuis 1986 et que je connais bien, est très impliqué dans la vie citoyenne de Grenoble. C’est un bar où l’on peut voir des citoyens de gauche, d’extrême-gauche, de droite, de tous horizons et de tous les milieux sociaux. »

 

Le tout va bien, où Alain Carignon a lancé son opération Restore up© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Nous sommes en souffrance par rapport à ce qui se passe à Grenoble […] Une ville ruinée, sale où l’insécurité explose, qui voit ses magasins fermer en cascade […] Une ville où il ne fait plus bon vivre », expose Christian Bec, qui présente ainsi le collectif Grenoble, le changement. Un collectif qui, il l’affirme, souhaite sortir des simples constats et diagnostics, et tient désormais à « participer au débat d’idées et être force de propositions ».

 

 

Et d’évoquer le déclencheur. « Nous [le collectif, ndlr] avons été très sensibles à la campagne « Wanted, ils ont ruiné Grenoble » qui a permis d’éclairer les Grenoblois sur la situation de la ville et les responsabilités des élus », assure le porte-parole. Pourquoi ? « Parce que c’est une démarche factuelle qui repose sur des faits et des chiffres que personne n’a encore contestés. »

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3658 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ben si, le corrompu a des leçons de morale politique à recevoir, et il est bien fâcheux que la loi autorise des personnes ayant détourné de l’argent public à solliciter à nouveau les suffrages des électeurs.

    sep article
  2. Soyons clair quand, M. Carignon dit qu’il est « juridiquement réhabilité, c’est faux, il a effectué la peine à laquelle il a été condamné. Point/barre il a été libéré avant la fin de sa peine par l’obtention d’une liberté conditionnelle, il avait une promesse d’embauche. « Juridiquement réhabilité » voudrait dire qu’il a été reconnu innocent et qu’il a été injustement condamné. Erreur, il a bien été jugé et même pour enrichissement personnel. Un article qui explique bien les tripatouillages
    http://www.lesechos.fr/08/06/1999/LesEchos/17915-088-ECH_le—systeme-carignon—a-nouveau-devant-la-justice.htm
    Et qu’a fait le cow boy Carignon en tant que ministre de l’environnement ? il a réussi à interdire au nuage de Tchernobyl d’entrer en France. Pris de peur, le nuage s’est arrêté à nos frontières.
    Carignon, c’est du passé plus que passé. Qu’il reste dans les bas fonds s’il ne veut pas être la risée de la majorité des Grenoblois. Si les Grenoblois actuels ne vivaient pas ici sous son règne, il y a des archives facilement accessibles ou même un article dans Wikipedia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Carignon
    Que Carignon n’oublie pas de tamponner les palais de justice et les prisons (Villefranche sur Saône, par exemple) où il est passé.
    Je le remercie de diviser le parti LR, lui d’un côté, M. Chamussy de l’autre.

    sep article