Le Secours Populaire emmène quarante personnes à la Bastille pour une journée de vacances et de détente

Bulles de la Bastille : quarante ans de bons et loyaux services au sommet

Bulles de la Bastille : quarante ans de bons et loyaux services au sommet

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE VIDÉO – La Régie du téléphérique de la Bastille et ses partenaires ont fêté les 2, 3 et 4 septembre les quarante ans des “bulles” de Grenoble inaugurées en 1976. Concert gratuit, animations pour les enfants, visites guidées et exposition photo ont ponctué ces trois jours de fête. Avec, en point d’orgue, la 18e édition de la terrible course de côte La prise de la Bastille.

 

 

 

Yves Eyrié, le chef d'exploitation du téléphérique, explique son fonctionnement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Yves Eyrié, chef d’ex­ploi­ta­tion du télé­phé­rique, explique son fonc­tion­ne­ment. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Voici qua­rante ans que les emblé­ma­tiques « bulles » du télé­phé­rique de la Bastille ont été inau­gu­rées, et ce dans des cir­cons­tances tout à fait par­ti­cu­lières. L’inauguration avait en effet tourné court, suite au déraille­ment d’une des cabines…

 

Un autre inci­dent, dont Place Gre’net s’est fait l’é­cho, est sur­venu en juin 2014 à cause du déraille­ment d’un câble trac­teur lié à une forte bour­rasque de vent.

 

Mais ces deux seuls inci­dents enre­gis­trés en qua­rante ans d’ex­ploi­ta­tion n’ont par ailleurs fait aucune vic­time. Pas plus qu’ils n’ont décou­ragé les quelque 325 000 per­sonnes qui l’empruntent annuel­le­ment de se rendre au som­met de la Bastille.

 

 

 

Quatre fois plus d’heures de service par an qu’en station de ski

 

 

Cette fia­bi­lité remar­quable a été sans cesse amé­lio­rée à force d’in­no­va­tions, depuis le tout pre­mier télé­phé­rique ins­tallé en milieu urbain dès 1934. Une his­toire qu’a tenu à fêter la Régie du télé­phé­rique Grenoble Bastille avec ses par­te­naires, le Centre d’art Bastille (Cab) et l’Office de tou­risme de Grenoble pour ne citer qu’eux.

 

« Il y a beau­coup de tra­vail autour du fonc­tion­ne­ment de ce télé­phé­rique qui a pour carac­té­ris­tique de fonc­tion­ner plus de 4 000 heures par an, soit quatre fois plus qu’une remon­tée méca­nique en sta­tion de ski », sou­ligne Pierre Mériaux, pré­sident du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de la régie. Raison pour laquelle il était impor­tant, selon lui, de retra­cer ces qua­rante ans d’his­toire et de mon­trer concrè­te­ment au public des outils et maté­riels ayant mar­qué la vie du téléphérique.

 

Retour sur quelques épi­sodes cap­tés au cours de ces trois jours de fête.

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

La prise de la Bastille : une redoutable course de côte

 

 

En guise de point d’orgue de la fête des bulles, cou­plée à celle des 120 ans du res­tau­rant du Pèr” Gras, s’est dérou­lée ce dimanche la célèbre course de côte La prise de la Bastille, autre­ment dit le tro­phée Hippolyte Gras. Cent-dix-sept concur­rents se sont cou­ra­geu­se­ment lan­cés dans cette ascen­sion de deux kilo­mètres de la redou­table mon­tée de la Bastille qua­li­fiée de « cau­che­mar­desque » par beau­coup de connais­seurs. Pensez, 350 mètres de déni­velé posi­tif, six lacets et une pente à 17 % de moyenne, 25 % dans cer­taines por­tions. De quoi faire réflé­chir, non ?

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

C’est Mikael Callego, le cou­reur du club Grenoble métro­pole cyclisme (GMC 38), qui s’est mon­tré le plus rapide sur les deux manches. Il a lit­té­ra­le­ment avalé la pente en res­pec­ti­ve­ment 7′ 34’“ et 7′ 42”” (on vous passe les cen­tièmes). A titre de com­pa­rai­son, le der­nier du clas­se­ment est par­venu au bout… de son cau­che­mar en 24′ 05″ !

 

 

Joël Kermabon

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Alors que l'épidémie de Covid-19 ralentit sa progression, l'heure est à la reprise de l'économie en Isère. Malgré les alertes des scientifiques.
Vers une reprise des activités économiques à marche forcée en Isère

  DÉCRYPTAGE - La suspension des activités jugées non essentielles, réclamée par des partis, élus et organisations syndicales de gauche, n'est pas à l'ordre du Lire plus

En attente de travaux, le restaurant le Téléférique reste fermé au détriment de ses salariés

FIL INFO – Le restaurant Le Téléférique est resté portes closes au sortir de sa fermeture annuelle. La raison ? Le nouveau gestionnaire, désigné par la Lire plus

Le belvédère Vauban rénové. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Rénové, belvédère Vauban du fort de la Bastille entame une nouvelle vie

FOCUS - Fermé au public pour cause de rénovation depuis le début de l'automne, le belvédère Vauban du fort de la Bastille est à nouveau Lire plus

Personnels de la Ville, Retraités, Gilets Jaunes... un mardi 17 novembre riche en rassemblements à Grenoble
Personnels de la Ville, retraités, Gilets jaunes… un mardi 17 novembre riche en rassemblements à Grenoble

FOCUS – Le confinement n'empêche (visiblement) pas les mouvements sociaux. Pas moins de quatre rassemblements sont ainsi organisés à Grenoble ce mardi 17 novembre. Depuis Lire plus

Flash Info

|

14/06

16h51

|

|

14/06

16h12

|

|

14/06

14h40

|

|

14/06

11h40

|

|

12/06

16h21

|

|

11/06

15h36

|

|

11/06

10h06

|

|

11/06

9h34

|

|

09/06

19h27

|

|

08/06

18h19

|

Les plus lus

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

À voir| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Culture| Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Culture| Grenoble Calling, une « histoire orale » du punk (et des punks) à Grenoble, des années 80 à nos jours

Abonnement| Régionales 2021 : la liste « Agir pour ne plus subir » souhaite faire entendre la voix des musulmans lors des élections

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin