Ligne ferroviaire Lyon – Turin : Grenoble a tiré le signal d’alarme et se désengage

sep article



DÉCRYPTAGE – Manuel Valls inaugurait, ce jeudi 21 juillet, le tunnelier Federica qui creusera la galerie de reconnaissance du tunnel prévu pour relier Saint-Jean-de-Maurienne au Val de Suse, en Italie. Le projet de ligne ferroviaire Lyon – Turin reste très contesté des deux côtés de la frontière, notamment par la majorité écologiste de la ville de Grenoble qui s’est désengagée du projet. En cause, selon elle : des coûts à la dérive, peu de bénéfices au final pour l’agglomération grenobloise et une pertinence stratégique restant à démontrer.

 


 

« Nous nous reti­rons de ce pro­to­cole pour plu­sieurs rai­sons. Des pré­vi­sions de tra­fic qui sont désa­vouées par l’ac­ti­vité éco­no­mique d’au­jourd’­hui, l’exis­tence d’une ligne fer­ro­viaire pas­sant par le mont Cenis qui n’est uti­li­sée qu’à 20 % de sa capa­cité et une dérive très inquié­tante des coûts », explique Jacques Wiart, conseiller muni­ci­pal délé­gué aux dépla­ce­ments et à la logis­tique urbaine.

 

Tracé de la ligne Lyon - Turin. © Réseau ferré de France

Tracé de la ligne Lyon – Turin. © Réseau ferré de France. Cliquer pour agran­dir.

Et d’en ajou­ter une autre : « Si ce pro­jet se réa­li­sait, il assè­che­rait les capa­ci­tés d’investissement qui per­met­traient de moder­ni­ser les “lignes du quo­ti­dien” [notam­ment les lignes TER, ndlr] pour les habi­tants de Grenoble, les pro­fes­sion­nels et les visi­teurs de notre agglo­mé­ra­tion. »

 

Ainsi l’élu motive-t-il le désen­ga­ge­ment de la Ville de Grenoble du pro­jet de liai­son fer­ro­viaire Lyon – Turin, acté lors d’une déli­bé­ra­tion du conseil muni­ci­pal du 18 avril 2016.

 

 

 

Un projet pharaonique lancé sur des perspectives devenues obsolètes

 

 

Le tun­nel trans­fron­ta­lier de 57 km que per­cera le tun­ne­lier inau­guré ce 21 juillet par Manuel Valls est au cœur d’une polé­mique qui n’en finit pas et qui cris­tal­lise l’op­po­si­tion des éco­lo­gistes. C’est, de fait, la pre­mière étape d’un chan­tier pha­rao­nique lancé depuis main­te­nant plus de vingt-cinq ans sur des pers­pec­tives de crois­sance du fret voya­geur et mar­chan­dises, à l’é­poque très fortes mais deve­nues obso­lètes. En effet, les pré­vi­sions de tra­fic – en baisse depuis 1998 – ont depuis été lar­ge­ment désa­vouées. Quant aux coûts pré­vi­sion­nels de construc­tion, ils ont explosé jus­qu’à atteindre, selon une publi­ca­tion de la Cour des comptes de 2012, la somme de 26 mil­liards d’eu­ros.

 

Travaux sur la ligne Lyon - Turin. Chantier de la Maddalena (Italie) © Leila Shahshahani

Travaux sur la ligne Lyon – Turin. Chantier de la Maddalena (Italie) © Leila Shahshahani – Montagnes maga­zine

Autant d’élé­ments suf­fi­sam­ment dis­sua­sifs aux yeux de la Ville de Grenoble pour qu’elle ait décidé de se désen­ga­ger du pro­to­cole d’in­ten­tion du 19 mars 2002, lors du conseil muni­ci­pal d’a­vril der­nier.

Quid des enjeux ? Ce pre­mier pro­to­cole, validé par le conseil muni­ci­pal du 22 avril 2002, entraî­nait une par­ti­ci­pa­tion finan­cière isé­roise tri­par­tite au pro­jet de ligne à grande vitesse (LGV) Lyon – Turin. Les élus éco­lo­gistes de l’é­poque – dont cer­tains font main­te­nant par­tie de la majo­rité muni­ci­pale – ne s’é­taient d’ailleurs pas oppo­sés à cet enga­ge­ment.

 

Réparti entre l’ex-Conseil géné­ral de l’Isère, la com­mu­nauté d’ag­glo­mé­ra­tion (la Métropole n’exis­tait pas encore) et la ville de Grenoble, l’in­ves­tis­se­ment attei­gnait alors un mon­tant de 53,4 mil­lions d’eu­ros.

 

Une somme revue le 19 mars 2007 par un nou­veau pro­to­cole – du reste jamais exa­miné par le conseil muni­ci­pal de Grenoble que pré­si­dait alors Michel Destot – où la contri­bu­tion isé­roise est pas­sée à presque 130 mil­lions d’eu­ros. « Depuis, le coût total du pro­jet a été mul­ti­plié par 2,5 pour atteindre entre 325 et 330 mil­lions d’eu­ros », s’in­quiète Pierre Mériaux, conseiller muni­ci­pal délé­gué à la mon­tagne. Une aug­men­ta­tion consi­dé­rable mais aussi un enga­ge­ment “à l’a­veugle” « car la clé de répar­ti­tion entre les trois col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales – notam­ment la contri­bu­tion de la ville de Grenoble – n’a pas été clai­re­ment pré­ci­sée », sou­ligne Jacques Wiart.

 

 

 

“Lignes du quotidien” plutôt que Lyon – Turin

 

 

Au vu de l’en­vo­lée pha­rao­nique des coûts et des autres inves­tis­se­ments publics à assu­rer, la muni­ci­pa­lité a donc fait son choix. « Les mon­tants en jeu seraient insou­te­nables pour les finances muni­ci­pales et nous ne pou­vons attendre aucun béné­fice com­mu­nal. Aussi est-il pru­dent et res­pon­sable de se reti­rer du pro­to­cole », déclare Jacques Wiart.

 

TER Gap - Grenoble près de l'ancienne gare de Saint-Michel-les-Portes - © Jvillafruela

TER Gap – Grenoble près de l’an­cienne gare de Saint-Michel-les-Portes. © Jvillafruela

En contre­par­tie, l’é­quipe muni­ci­pale réaf­firme la néces­sité de réa­li­ser des inves­tis­se­ments publics sur les lignes du quo­ti­dien. « Là où nous avons besoin d’in­ves­tis­se­ments, c’est notam­ment sur les lignes Lyon-Grenoble, la ligne vers Gap, l’a­mé­lio­ra­tion des des­sertes vers Annecy et Genève… », pré­cise quant à lui Pierre Mériaux.

 

L’élu n’en démord pas, l’argent public pour­rait être uti­lisé plus effi­ca­ce­ment.

 

« Pour le prix d’un tiers du second tun­nel qu’il est ques­tion de forer, on peut faire l’élec­tri­fi­ca­tion de toutes les lignes qui sont concer­nées en Auvergne – Rhône-Alpes. Nous sommes bien pour la crois­sance du tra­fic fer­ro­viaire, mais pas une crois­sance pour le prin­cipe. […] Nous sommes pour la crois­sance du tra­fic fer­ro­viaire mais main­te­nant ! »

 

 

 

« Une tribune à charge contre Michel Destot »

 

 

Des argu­ments qui n’ont pas convaincu Marie-José Salat, conseillère muni­ci­pale du groupe Rassemblement de gauche et de pro­grès pré­sidé par Jérôme Safar. Si cette der­nière dénonce, sans sur­prise, « un coup de com”  » en forme de plai­doyer contre le pro­jet Lyon – Turin, elle n’en décèle pas moins, en toile de fond, une tri­bune « à charge et cari­ca­tu­rale contre la majo­rité pré­cé­dente et son maire Michel Destot ». Ce n’est d’ailleurs pas sans rai­son puisque la conseillère muni­ci­pale a appar­tenu à l’an­cienne majo­rité et que l’ex-maire est le rap­por­teur du pro­jet de loi sur la ligne Lyon – Turin.

 

MichelDestotDeputePSCreditSeverineCattiaux

Michel Destot. © Séverine cat­tiaux – Place Gre’net

Le député de l’Isère n’a d’ailleurs pas tardé à réagir sur son site, se disant « consterné du choix de la ville de Grenoble ». Et de tacler : « Cette triste déci­sion dénote une nou­velle fois la volonté de la muni­ci­pa­lité d’accélérer l’isolement crois­sant et la perte d’attractivité de Grenoble », pour­fend-il.

 

Autre son de cloche en faveur du pro­jet : celui de l’Association pour le déve­lop­pe­ment des trans­ports en com­mun (ADTC) ne fai­sant pour­tant pas par­tie des oppo­sants farouches à la majo­rité éco­lo­giste de Grenoble.

 

« La prio­rité doit être don­née aux trans­ports du quo­ti­dien. En se reti­rant de ce pro­to­cole, la ville de Grenoble va à l’encontre des besoins des usa­gers ! », pro­teste l’as­so­cia­tion. « Cette ligne [Lyon – Turin, ndlr] per­met­trait de “désa­tu­rer” la ligne Lyon-Grenoble et Chambéry, de ren­for­cer les des­sertes vers Grenoble, Chambéry, Annecy et les val­lées alpines, de réduire les temps de par­cours et de trou­ver une solu­tion au déve­lop­pe­ment du tra­fic péri­ur­bain autour de Lyon. »

 

Pierre Mériaux. © Séverine Cattiaux

Pierre Mériaux. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Et l’as­so­cia­tion gre­no­bloise de ques­tion­ner. « Comment va-t-on amé­lio­rer les liai­sons TER si on n’investit pas dans les liai­sons TER ? La ligne Lyon-Grenoble est-elle des­ti­née à res­ter tou­jours une ligne malade ? »

 

« Nos amis de l’ADTC se trompent quand ils pensent que nous aban­don­nons le Lyon – Grenoble. Il est tout sim­ple­ment impos­sible de réno­ver les lignes de la région si nous fai­sons le Lyon – Turin », rétorque Pierre Mériaux.

 

 

 

« Votre projet porte en lui les germes de la décroissance »

 

 

Mireille d’Ornano, la pré­si­dente du groupe Front natio­nal, a quant à elle pro­vo­qué la sur­prise. Contrairement aux deux autres groupes d’op­po­si­tion, le sien a voté pour la déli­bé­ra­tion. « Ce n’est pas sou­vent, mais pour une fois je suis d’ac­cord avec vous M. le maire ! », a‑t-elle confessé devant une assis­tance amu­sée. Ce qui ne l’a pas empê­chée de rap­pe­ler, s’en féli­ci­tant, « que ce n’est qu’à par­tir de 2012 que les élus éco­lo­gistes de la Région en sont enfin venus à une vision plus réa­liste du pro­jet ».

 

Le groupe Front national lors du conseil municipal du 18 avril 2016. Mireille D'Ornano et Alain Breuil. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le groupe Front natio­nal lors du conseil muni­ci­pal du 18 avril 2016. Mireille d’Ornano et Alain Breuil. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Selon l’é­lue fron­tiste, sor­tir du pro­jet Lyon – Turin « est une mesure de pré­cau­tion élé­men­taire des finances publiques dont on ne peut que se réjouir ».

 

Pour Matthieu Chamussy, le pré­sident du groupe Les Républicains – UDI et Société civile, « [ce] pro­jet porte en lui les germes de la décrois­sance parce que c’est un pro­jet de renon­ce­ment, de repli, de recul et d’a­ban­don. En réa­lité, vous [la muni­ci­pa­lité, ndlr] n’êtes pas de gauche, vous êtes… à l’ouest ! », fus­tige l’élu.

 

Pas de quoi inquié­ter la majo­rité sou­te­nue par ses ins­tances régio­nales, les­quelles se féli­citent de la déci­sion de retrait, la qua­li­fiant « de déci­sion de bon sens pour l’in­té­rêt géné­ral ».

 

 

Joël Kermabon

 

 

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
7394 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Encore un article qui évite soi­gneu­se­ment de détailler les alter­na­tives de Daniel Ibanez et Pierre Meriaux :
    – ajou­ter 100 trains de l’au­to­route fer­ro­viaire par jour sur la seule ligne tra­ver­sant Aix les Bains, Chambéry et pas­sant le long du lac du Bourget au détri­ment des TER et des TGV mais sur­tout ne pas vou­loir en faire pas­ser plus de 4 par jour à Grenoble ou pour­tant la ligne a béné­fi­cié de 500 mil­lions d’eu­ros de tra­vaux entre Montmélian et valence
    – trans­for­mer la gare dans le centre d’Amberieu en une pla­te­forme de char­ge­ment pour 2000 poids-lourds par jour au seul motif que le site de Grenay ris­que­rait de faire pas­ser quelques trains par Grenoble, alors que la plus grande par­tie du tra­fic vers l’Italie passe à Grenay

    sep article
    • JK

      02/08/2016
      0:35

      Bonsoir,

      Je suis l’au­teur de l’ar­ticle et votre com­men­taire néces­site une petite mise au point. L’assertion selon laquelle – et ce sont vos propres termes – nous aurions « évité soi­gneu­se­ment » de détailler cer­taines alter­na­tives fait pla­ner le doute. Elle laisse sup­po­ser que nous les aurions sciem­ment occul­tées ce que, bien sûr, nous réfu­tons. Pour votre gou­verne, cet article n’a­vait pas pour ambi­tion de trai­ter le fond – par ailleurs très tech­nique – du dos­sier Lyon – Turin mais de trai­ter les rai­sons qui ont poussé la Ville à se désen­ga­ger du pro­jet. Il ne vous aura d’ailleurs très cer­tai­ne­ment pas échappé que dans cet article nous pre­nons soin de ren­voyer nos lec­teurs curieux d’en savoir plus sur le fond du dos­sier vers un article, en l’oc­cur­rence très com­plet, de Montagnes Magazine. Dans ce der­nier, Pierre Mériaux et Daniel Ibañez sont lar­ge­ment cités ainsi que sont évo­quées cer­taines des alter­na­tives que vous nous repro­chez d’a­voir inten­tion­nel­le­ment esca­mo­tées.

      En tout état de cause, merci de nous suivre.

      sep article
  2. ça c’est une très bien idée!!!
    ça ferais plus des emploi, moins per­sonnes qui conduisent ses voi­tures et très utile pour l’in­dus­trie parce que les connexions.
    Mais, j’es­père que la ligne vas tra­versé Grenoble, sinon ça ne serais pas bien pour Grenoble.

    sep article