Maud Tavel, adjointe à Grenoble en charge de l'administration générale et du personnel : difficultés budgétaires et comptes. Crédit Patricia Cerinsek

“L’endettement de la ville de Grenoble a dérapé à par­tir de 2012”

“L’endettement de la ville de Grenoble a dérapé à par­tir de 2012”

TROIS QUESTIONS À – L’endettement de la ville de Grenoble ? Il aurait com­mencé dès 2012 – 2013. La hausse des dépenses de per­son­nel ? 2012 aussi. Maud Tavel, adjointe en charge de l’ad­mi­nis­tra­tion géné­rale et du per­son­nel, revient sur les dif­fi­cul­tés bud­gé­taires qui ont conduit la ville à mettre en place un plan d’économies dans les ser­vices publics. Et pointe le manque d’an­ti­ci­pa­tion de la pré­cé­dente municipalité.

Dégradation de l’auto-financement, recours impor­tant à l’emprunt, ponc­tion dans les réserves… Dans un cour­rier, le pré­fet a alerté le maire de Grenoble sur une situa­tion qu’il juge « déli­cate ». Qu’en est-il ? 

Maud Tavel, adjointe à Grenoble en charge de l'administration générale et du personnel : difficultés budgétaires et endettement.

Maud Tavel, adjointe à Grenoble en charge de l’ad­mi­nis­tra­tion géné­rale et du per­son­nel. © Patricia Cerinsek

Il y a une situa­tion com­mune à toutes les col­lec­ti­vi­tés, c’est la perte de dota­tions de l’État. La dota­tion glo­bale de fonc­tion­ne­ment (DGF), qui était de 46 mil­lions en 2013, sera de 26 mil­lions en 2017. Cinq ans près, on a bien perdu 20 mil­lions d’euros.

L’annonce faite au Congrès des maires par François Hollande d’une baisse de moi­tié de la dimi­nu­tion de la dota­tion sur cette der­nière année 2017 fait que la baisse devrait être de 17 mil­lions d’euros. Maintenant, on attend… L’annonce reste encore à confirmer.

Dans le même temps, il y a eu la réforme de la fonc­tion publique et l’augmentation du point d’indice des fonc­tion­naires, gelé depuis 2010. Pour la ville de Grenoble, cette reva­lo­ri­sa­tion des salaires repré­sente entre 3 et 3,5 mil­lions d’euros en plus. On a donc gagné d’un côté ce que l’on a perdu de l’autre.

Et puis, il y a la situa­tion par­ti­cu­lière de Grenoble avec un niveau d’imposition parmi les plus éle­vés de France. On a très peu, voire pas de levier sur la fis­ca­lité. C’est aussi un choix poli­tique. Et on fait par­tie des cinq villes les plus endet­tées, sachant que le recours à l’emprunt est là pour finan­cer les inves­tis­se­ments de la com­mune et non pas le fonctionnement.

Le ralen­tis­se­ment des inves­tis­se­ments comme le report ou l’annulation de pro­jets tels l’Esplanade vous coupe aussi de recettes supplémentaires…

Le pro­jet Esplanade n’est pas annulé mais a été retra­vaillé avec la volonté de ne pas den­si­fier ce secteur.

Pour Cambridge, on tra­vaille depuis plus d’un an avec l’union de quar­tier sur un sec­teur, de l’autre côté de la voie fer­rée, qui accueillera dans deux ans une nou­velle école. Sur Flaubert, la com­mis­sion d’appel d’offres va se réunir pour choi­sir le concep­teur urbain. Et le pre­mier îlot entre en phase opérationnelle.

L'Esplanade du futur

L’Esplanade du futur

Mais, là, comme sur la Presqu’île, qui sont des Zac très impor­tantes, on a besoin de tra­vailler par sec­teur et de s’assurer qu’il y a bien une cohé­rence entre les dépenses enga­gées et les recettes. On est aujourd’hui dans une phase de tran­si­tion avec des pro­jets pas ter­mi­nés et qui ne génèrent pas encore de recettes fiscales.

Et puis, il faut être cohé­rent et en lien avec le mar­ché de l’immobilier. Sur Presqu’île, des entre­prises vont venir s’installer. Par contre, sur Bouchayer-Viallet, qui a démarré au milieu des années 2000, on souffre d’une réelle concur­rence de la Presqu’île. Et aujourd’hui, on n’a pas d’entreprises qui sou­haitent s’y implanter.

C’est de la res­pon­sa­bi­lité des élus que de s’assurer de la cohé­rence à l’échelle des ter­ri­toires et d’é­vi­ter qu’il y ait une concur­rence. C’est aux élus de s’assurer qu’une opé­ra­tion enga­gée puisse être menée au bout avant d’en démar­rer une autre, même si on sait que le temps de l’aménagement est un temps long et qu’on est aussi sou­mis aux aléas de l’économie.

En quelques années, l’é­pargne nette a dévissé. Elle était de 3,8 mil­lions en 2013, avant de pas­ser en néga­tif à – 458.000 euros en 2014, puis – 5,6 mil­lions en 2015. Comment la Ville en est-elle arri­vée là ?

Des inves­tis­se­ments très impor­tants ont été faits et ont été pra­ti­que­ment por­tés seul par la ville de Grenoble. Aujourd’hui, au regard de notre patri­moine immo­bi­lier, la col­lec­ti­vité n’a pas été en mesure de suf­fi­sam­ment entre­te­nir l’existant. On est face à une équa­tion un peu inso­luble : il faut à la fois entre­te­nir le patri­moine exis­tant, sou­te­nir le plan écoles et faire le choix de dimi­nuer le nombre de mètres car­rés dont la Ville est pro­prié­taire. Nous avons un peu moins de 9 000 m² de bâti­ments. C’est beau­coup trop important.

PiscineLesDauphinsJourneeSansServicesPublics

Piscine Les Dauphins lors de la jour­née sans ser­vices publics le 25 novembre 2015.

Quand la pis­cine des Dauphins a été actée, il était prévu que la pis­cine Iris soit fer­mée. Or, cet équi­pe­ment est resté un cer­tain temps en fonc­tion­ne­ment. Même chose pour la Halle de ten­nis… Au-delà du coût (passé de 4 à 12 mil­lions d’euros), quel deve­nir pour l’ancienne halle ? Cela n’a pas été anticipé.

C’est le cas aussi pour les deux biblio­thèques Hauquelin et Prémol. Ces équi­pe­ments étaient iden­ti­fiés depuis un petit moment comme étant très peu ouverts sur la semaine, avec des coûts de main­te­nance du patri­moine impor­tants. Là aussi, il y a un réel manque d’anticipation.

En fait, l’endettement de la col­lec­ti­vité a dérapé à par­tir de 2012 – 2013. Les dépenses de per­son­nel ont aussi for­te­ment aug­menté à par­tir de 2012. Elles étaient de 126,4 mil­lions d’euros en 2012, avant de pas­ser à 130,6 mil­lions en 2013, puis 137,2 mil­lions d’euros en 2014 ! En 2015, elles repré­sentent 137,9 mil­lions d’euros…

Maud Tavel, adjointe en charge de l'administration générale et du personnel à Grenoble, s'exprime au sujet de l'endettement.

Maud Tavel. © Patricia Cerinsek

Et cette aug­men­ta­tion ne peut pas seule­ment s’expliquer avec la mise en place de la réforme des rythmes sco­laires. Beaucoup de ren­forts ont été mis en place à cer­taines périodes de l’année, un cer­tain nombre d’heures sup­plé­men­taires aussi…

Dès 2014, on a ins­tauré les pre­mières mesures de sobriété*. Mais on a besoin d’aller plus loin. C’est dans cet objec­tif que le plan de sau­ve­garde des ser­vice publics a été mis en place : pour tra­vailler de manière plu­ri­an­nuelle, pour ne pas avoir chaque année ce cou­pe­ret de la pré­pa­ra­tion bud­gé­taire. Il faut un tra­vail de fond.

La réflexion est la même sur les équi­pe­ments. Ils ont été construits à une époque où le réseau de trans­ports, de pistes cyclables n’était pas le même que celui d’aujourd’hui, avec une ville qui s’inscrit désor­mais dans une métropole.

Propos recueillis par Patricia Cerinsek

* Le plan de sobriété a per­mis de faire des éco­no­mies de l’ordre de 1,4 à 1,6 mil­lion d’euros par an.

RACHAT DU SIÈGE DU CRÉDIT AGRICOLE : GABEGIE OU SOURCE D’ÉCONOMIES ?

Le rachat du siège du Crédit agri­cole est au centre de la réor­ga­ni­sa­tion du patri­moine bâti de la ville. Sera-t-il pour autant source d’économies ? « Le bâti­ment Claudel va nous per­mettre de libé­rer un cer­tain nombre de bâti­ments qui seront, soit cédés pour être trans­for­més en loge­ments ou bureaux, soit démo­lis », sou­ligne Maud Tavel.

Le rachat du siège du Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes à Grenoble a-t-il accru l'endettement ? © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Siège de la banque Crédit agri­cole Sud Rhône-Alpes à Grenoble. © Élodie Rummelhard – pla​ce​gre​net​.fr

Grenoble devrait pou­voir ainsi faire l’économie d’une dizaine de bâti­ments muni­ci­paux. Dans une réponse au groupe d’analyse métro­po­li­tain (Gam) qui s’interroge sur les condi­tions de rachat du siège du Crédit agri­cole*, la Ville, sur la base d’é­tudes réa­li­sées en 2014, estime la ces­sion des actifs ainsi libé­rés à 6 mil­lions d’euros.
Entre 550 et 600 agents de la Ville seront ainsi relo­gés dans le bâti­ment Claudel. La ville est en effet, depuis le 31 décembre 2015, pro­prié­taire du bâti­ment, moyen­nant 8 mil­lions d’euros d’emprunt.

Bâtiment qu’elle conti­nue de louer au Crédit agri­cole, pour 300 000 euros par an, le nou­veau siège de la banque n’étant pas livré avant fin 2017 – 2018. « Le rachat du siège n’est pas quelque chose de nou­veau, conti­nue l’adjointe. Les études avaient été enga­gées avant qu’on arrive par les ser­vices du Crédit agri­cole et la direc­tion de l’immobilier muni­ci­pal pour voir quelle était la capa­cité de ce bâti­ment, les tra­vaux réa­li­sés ces dix der­nières années… » Tous les tra­vaux impor­tants ont été réa­li­sés. Pas de sur­coût, donc. « On n’y est pas allé la fleur au fusil, se défend l’adjointe. On a fait le choix d’investir dans ce patri­moine pour regrou­per nos équipes. Avec la ligne de tram, on est à quatre ou cinq arrêts de l’Hôtel-de-Ville. Aujourd’hui, nos équipes, dis­sé­mi­nées à tra­vers la ville, uti­lisent des véhi­cules. Demain, elles uti­li­se­ront la ligne A ou les vélos. »

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Domène : l’élu RN Quentin Feres s’op­pose à une lec­ture théâ­trale, qua­li­fiée de « pro­mo­tion du wokisme », à la médiathèque

EN BREF - Le conseiller municipal Rassemblement national de Domène Quentin Feres, membre de la majorité, s'oppose à l'organisation d'une lecture théâtrale du livre La Lire plus

"Arabes de service": deux élues grenobloises portent plainte contre une troisième pour injure raciste
« Arabes de ser­vice » : deux élues gre­no­bloises portent plainte contre une troi­sième pour injure raciste

FOCUS - La Ville de Grenoble a validé l'octroi de la protection fonctionnelle en faveur de ses élues Salima Djidel et Kheira Capdepon contre une Lire plus

À la Métropole de Grenoble, le débat sur la compétence "nappes souterraines" tourne en eau de boudin
À la Métropole de Grenoble, le débat sur la com­pé­tence « nappes sou­ter­raines » tourne en eau de boudin

FOCUS - Une délibération pour modifier les statuts de la Métropole de Grenoble a donné lieu à de nouveaux échanges au vitriol lors du conseil Lire plus

"Nomadisme, déni de civilisation": le PCF 38 dénonce les propos du maire de Villette-d'Anthon
« Nomadisme, déni de civi­li­sa­tion » : le PCF 38 dénonce les pro­pos du maire de Villette-d’Anthon

EN BREF - Le Parti communiste français de l'Isère a dénoncé par communiqué, le 9 avril 2024, une "stigmatisation des citoyens français itinérants" (ou gens Lire plus

La Ville de Pont-de-Claix salue la condamnation d'un couple de propriétaires "marchands de sommeil"
La Ville de Pont-de-Claix salue la condam­na­tion d’un couple de pro­prié­taires « mar­chands de sommeil »

FLASH INFO - La Ville de Pont-de-Claix salue la condamnation devant le tribunal correctionnel de Grenoble d'un couple de propriétaires décrits comme des "marchands de Lire plus

Action symbolique de la CGT Spectacle devant la vsque Olympique de l'allée des Justes du parc Paul-Mistral à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : action sym­bo­lique de mili­tants de la CGT Spectacle en lutte contre « l’aus­té­rité cultu­relle »

FOCUS - Quelques militants de la CGT Spectacle en lutte contre « l'austérité culturelle » ont organisé une brève action symbolique devant la vasque olympique Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !