Appel Forêt -
Manifestation du 19mai 2016. © Alexandra Moullec

Lutte contre la loi Travail : la mobilisation trouve un second souffle

Lutte contre la loi Travail : la mobilisation trouve un second souffle

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Ils étaient des milliers à manifester les 17 et 19 mai contre la loi travail. La mobilisation a trouvé un second souffle avec la convergence de nouveaux acteurs : cheminots, routiers, dockers… Loin de faiblir, la lutte semble amenée à s’intensifier progressivement.

 

 

 

Manifestation du 19 mai 2016. © Alexandra Moullec

Manifestation du 19 mai 2016. © Alexandra Moullec

Les mani­fes­tants sont una­nimes : la mobi­li­sa­tion ne fai­blit pas. Ils étaient plus de 6000 le 17 mai, d’après les chiffres de la CGT… 1600 selon la police.

 

Malgré la pluie, nom­breux sont ceux à avoir remis le cou­vert deux jours plus tard dans les rues de Grenoble. Car pour eux, pas de doute : la rue est leur seule alliée pour faire plier le gouvernement.

 

« La loi [El Khomri, ndlr] n’est pas amen­dable… il ne reste plus que la rue », s’indigne Daniel, retraité et adhé­rent FSU.

 

Lynda Bensella, secré­taire dépar­te­men­tale CGT, abonde en ce sens : « La pres­sion de la rue va faire céder le gou­ver­ne­ment. » Divers syn­di­cats recon­naissent tout de même que la mobi­li­sa­tion n’est pas facile : « Pour les étu­diants, c’est com­pli­qué avec les par­tiels », sou­ligne Lena Alexandre, secré­taire géné­rale et porte-parole de l’Union natio­nale des étu­diants de France (Unef).

 

Manifestation du 19 mai 2016. © Alexandra Moullec

Manifestation du 19 mai 2016. © Alexandra Moullec

Pas de sur­prise non plus pour Lynda Bensella : « Ça fait deux mois et demi qu’on est en mobi­li­sa­tion, c’est pas simple […] Ça fait long­temps que ça ne nous était pas arrivé, en tout cas en France d’être en mobi­li­sa­tion aussi long­temps. La mobi­li­sa­tion a un rythme […] Les manifs se suivent, elles ne se res­semblent pas for­cé­ment. » Et d’ajouter avec satis­fac­tion : « En tout cas, les gens sont encore là aujourd’hui […] mal­gré la perte d’argent, mal­gré la fatigue, mal­gré la pluie. »

 

Sébastien Doua, mili­tant syn­di­cal Sud-Rail Solidaires en Isère, n’en démord pas, c’est par la lutte col­lec­tive que les oppo­sants à la loi Travail gagne­ront le com­bat : « C’est ensemble qu’on y arrive, dans l’unité syn­di­cale, mili­tante, dans l’unité des che­mi­nots, des sala­riés, des chô­meurs et des pré­caires. » Et celui-ci de sou­li­gner qu’il n’y a pas que les trans­ports en lutte, mais éga­le­ment un grand nombre de chô­meurs et de précaires.

 

 

 

Un bras de fer qui s’inscrit dans la durée

 

 

Malgré tout, les syn­di­cats res­tent opti­mistes quant au deve­nir de la mobi­li­sa­tion : « On est assez satis­faits car le nombre de sala­riés se met­tant en grève est en train de pro­gres­ser. On ne lâchera pas jusqu’au retrait, c’est ce que l’on demande d’ailleurs », sou­tient Nadia Salhi, élue CGT à STMicroelectronics Crolles. Fernando Martins, délé­gué syn­di­cal FO Semitag sou­ligne, pour sa part, que le conflit par rap­port à cette loi s’inscrit dans la durée : « C’est un bras de fer. »

 

Pancarte contre la loi travail - manifestation du 17 mai 2016. © Alexandra Moullec

Pancarte contre la loi Travail lors de la mani­fes­ta­tion du 17 mai 2016. © Alexandra Moullec – pla​ce​gre​net​.fr

D’ores et déjà, cer­taines stra­té­gies se des­sinent pour élar­gir le mou­ve­ment, rejoint cette semaine par les che­mi­nots et plu­sieurs sec­teurs des trans­ports (aériens, rou­tiers et mari­times). Ces der­niers ont entamé une grève illi­mi­tée recon­duc­tible le 17 mai. Les appels de “grosses” fédé­ra­tions, telles que les raf­fi­ne­ries ou la pétro­chi­mie, devraient éga­le­ment contri­buer à faire prendre de l’am­pleur au mou­ve­ment. De nom­breux blo­cages ont éga­le­ment été orga­ni­sés dans toute la France par les rou­tiers, ambu­lan­ciers et per­son­nels de La Poste.

 

« Il faut pas­ser à la vitesse supé­rieure et ne pas en res­ter là, mais pas aller cas­ser », juge quant à lui Fernando Martins. Et il l’assure, les mani­fes­ta­tions vont se pour­suivre. Sans comp­ter des actions ponc­tuelles pré­vues à par­tir du mois de juin, avec blo­cages et bar­rages. Localement, les rou­tiers ont déjà blo­qué la zone indus­trielle de Bissy, le 18 mai au soir, para­ly­sant Chambéry.

 

 

 

Vers une radicalisation de la lutte ?

 

 

« Tous les acquis sociaux ont été obte­nus par le rap­port de force », sou­ligne Nadia Salhi. « Faire grève n’est pas évident. Il y a eu une péti­tion citoyenne avec 1,3 mil­lion de signa­tures, le gou­ver­ne­ment est tota­le­ment sourd à ça… L’appel à la grève c’est parce qu’on n’a pas d’autres moyens de pres­sion que ça. »

 

Sur les ondes d’Europe 1, François Hollande a pré­venu, mer­credi 18 mai, qu’il ne céde­rait pas. Une pos­ture qui risque d’attiser les ten­sions, selon cer­tains, alors que les mani­fes­ta­tions se pour­suivent dans toute la France et que la grogne monte. « Il pour­rait y avoir de la radi­ca­li­sa­tion », estime ainsi Daniel, retraité et adhé­rent FSU.

 

Place de Verdun - manifestation du 17 mai 2016. © Alexandra Moullec

Place de Verdun, 17 mai 2016. © Alexandra Moullec

Du reste, quelques incar­tades ont été consta­tées à Grenoble, en marge des défi­lés, cette semaine. Lors de la mobi­li­sa­tion du 17 mai, un groupe s’est déso­li­da­risé de la mani­fes­ta­tion offi­cielle pour en enta­mer une autre, spon­ta­née. Plus de pro­vo­ca­tion que de mal. Aucun affron­te­ment avec les forces de police n’a été déploré.

 

Rebelote le 19 mai : une mani­fes­ta­tion légè­re­ment plus spor­tive, cette fois-ci accom­pa­gnée de légers affron­te­ments avec les forces de l’ordre.

 

 

Certains mani­fes­tants dénoncent une stra­té­gie de la divi­sion : « A chaque fois, les médias remettent ça sur le tapis […] Politiquement, on essaie de faire en sorte que l’opinion publique rejette les mani­fes­tants au nom de casses », s’insurge Daniel, retraité et adhé­rent FSU.

 

« De nom­breux jour­na­listes dans les grands médias com­mu­niquent des chiffres bidons exprès pour cas­ser la moti­va­tion des gré­vistes », estime de son côté Sébastien Doua. Malgré tout, de nom­breux syn­di­cats l’assurent, les mani­fes­tants ne céde­ront pas : « Notre reven­di­ca­tion est claire, c’est le retrait de la loi ! » Prochaine jour­née de mobi­li­sa­tion pré­vue le jeudi 26 mai.

 

 

Alexandra Moullec, avec Joël Kermabon

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

AM

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

La Ville de Grenoble annonce des mesures de "déprécarisation" pour ses agents éducation et jeunesse
La Ville de Grenoble annonce des mesures de « déprécarisation » pour ses agents éducation et jeunesse

FLASH INFO — "Poursuivre l’effort de déprécarisation des agent-es et améliorer leurs conditions de travail". Tel est le programme annoncé par la Ville de Grenoble Lire plus

Rassemblement intersyndical contre le maintien des épreuves du baccalauréat 2021

FIL INFO – La dénonciation du maintien des épreuves du baccalauréat était au centre du rassemblement de professeurs devant le rectorat de Grenoble ce jeudi Lire plus

Pour garder sa capacité d'investir, la Métro a choisi d'échelonner le rachat des actions que la ville de Grenoble détient dans Gaz Électricité de Grenoble.
Gaz électricité de Grenoble au secours de la Tag ? La redistribution des dividendes fait des étincelles

  FOCUS – À Grenoble, les dividendes de Gaz électricité de Grenoble, détenue à majorité par la Ville et la Métro, seront redistribués pour venir Lire plus

Mobilisation des salariés de Teisseire sur le site de Crolles. Photo DR
Inquiets pour l’avenir de leur usine à Crolles, les salariés de Teisseire entament une grève reconductible

  EN BREF - Les salariés de l'entreprise Teisseire basée à Crolles ont entamé une grève reconductible jeudi 8 avril. Ils souhaitent "un dialogue plus Lire plus

Manifestation contre la réforme de l'Assurance-Chômage samedi 10 avril 2021. © Tim Buisson – Place Gre’net
Grenoble : plusieurs centaines de manifestants dans la rue pour protester contre la réforme de l’Assurance-chômage

  REPORTAGE - Près de 500 personnes ont défilé dans les rues de Grenoble pour protester contre la réforme de l'Assurance-chômage qui doit entrer en Lire plus

Le site de l'usine FerroPem en Savoie. Photo DR
Fermetures d’usines Ferropem en Isère et Savoie : 352 emplois menacés, des élus montent au créneau

  FOCUS - Le comité d'entreprise européen de FerroGlobe, dont FerroPem est une filiale, a détaillé son plan de restructuration, le 20 mars 2021. Les usines Lire plus

Flash Info

|

26/07

10h46

|

|

25/07

12h06

|

|

22/07

19h24

|

|

16/07

23h31

|

|

16/07

20h42

|

|

16/07

11h33

|

|

15/07

15h50

|

|

14/07

13h45

|

|

13/07

22h27

|

|

13/07

12h52

|

Les plus lus

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Flash info| Grenoble accueille les championnats de France individuels de tennis-fauteuil, du 24 au 27 juin 2021

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin