Exposition de Cristina Iglesias au Musée de Grenoble. © Cassandre Jailliffier - placegrenet.fr

Cristina Iglesias inves­tit l’es­pace au musée de Grenoble

Cristina Iglesias inves­tit l’es­pace au musée de Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Cristina Iglesias pose ses valises à Grenoble. Le musée de la ville accueille sa nou­velle expo­si­tion jus­qu’au 31 juillet. Sa démarche, loin de se réduire à des sculp­tures presque archi­tec­tu­rales, est empreinte d’une réflexion sur la spa­tia­lité des formes dans laquelle est convié le spectateur.

L'artiste espagnole Cristina Iglesias au Musée de Grenoble. © Cassandre Jailliffier - placegrenet.fr

L’artiste espa­gnole Cristina Iglesias au Musée de Grenoble. © Cassandre Jailliffier – pla​ce​gre​net​.fr

« Ce tra­vail sur la sculp­ture rend compte de l’es­pace de manière directe et puis­sante. Les œuvres s’a­daptent à l’es­pace dans lequel elles s’ins­crivent. » Pour Guy Tosatto, direc­teur du musée, l’ar­tiste a voulu rendre compte de cette coha­bi­ta­tion entre forme, tem­po­ra­lité et spa­tia­lité. « Les formes prennent en compte et s’ap­pro­prient l’es­pace et le lan­gage de l’ar­chi­tec­ture. »

Une archi­tec­ture pré­caire qui sug­gère la rela­tion de l’Homme à la nature. Rien ne s’im­pose, tout se construit ensemble : les struc­tures expo­sées semblent être révé­la­trices de ce croi­se­ment entre repré­sen­ta­tion de la nature et trace du pas­sage humain.

« Chacune des formes et des pro­blé­ma­tiques déve­lop­pées sont des réfé­rences à la nature », explique Cristina Iglesias. Cette artiste espa­gnole est l’une des plus mar­quantes de ces vingt der­nières années.

Découverte dans les années 1980, elle a fait de la sculp­ture archi­tec­tu­rale son domaine de pré­di­lec­tion. Jusqu’au 31 juillet, le Musée de Grenoble offre la pos­si­bi­lité de venir décou­vrir cette artiste inter­na­tio­nale, peu connue du public fran­çais. On y découvre des œuvres pure­ment contem­po­raines, ins­pi­rées de sa culture ibérique.

« Le meilleur moyen pour appré­hen­der une figure, c’est de se dépla­cer autour »

Tout près, un ruis­sel­le­ment. Comme un cours d’eau qui se glisse entre les œuvres, l’eau devient le fil conduc­teur de l’ex­po­si­tion. Omniprésente, elle habite l’es­pace visuel et sonore le long du parcours.

Exposition de Cristina Iglesias au Musée de Grenoble : Aquarium III. © Cassandre Jailliffier - placegrenet.fr

Exposition de Cristina Iglesias au Musée de Grenoble : Aquarium III. © Cassandre Jailliffier – pla​ce​gre​net​.fr

D’où lui vient son ins­pi­ra­tion ? Ce sont les nom­breuses com­mandes pas­sées sur le thème de l’eau qui ont ouvert la voie à Cristina Iglesias. Pièce majeure de l’ex­po­si­tion, Puits n°1, pré­sen­tée comme une fon­taine d’in­té­rieur qui se rem­plit d’eau, len­te­ment, et s’é­coule comme un marais au tra­vers de ce tis­sage de branches et racines.

« Le meilleur moyen pour appré­hen­der une figure, c’est de se dépla­cer autour », estime Guy Tosatto. Le regard est par­tout, il guide le visi­teur au tra­vers des œuvres.

Et l’ar­tiste aime jouer avec les dif­fé­rentes per­cep­tions pos­sibles. À l’i­mage de Jalousies, cette œuvre colos­sale com­po­sée de 18 pan­neaux en grès qui reprend cette notion de point de vue de façon sym­bo­lique. À mi-che­min entre un paravent qui dis­si­mule et un écran qui offre à voir, ces jalou­sies laissent pas­ser le regard des spec­ta­teurs. À chaque posi­tion sa sen­sa­tion : tel pour­rait être le crédo de l’ex­po­si­tion, qui évo­lue selon l’en­droit d’où l’on regarde les œuvres.

« C’est une expo­si­tion à vivre au tra­vers d’une lente pro­gres­sion méditative »

« L’œuvre nous enve­loppe, comme un nou­vel envi­ron­ne­ment. Architecture de mots, de phrases, extraits de livre : l’œuvre est en sus­pen­sion. » Un espace dans l’es­pace, à l’i­mage de la sculp­ture pavillon sus­pendu IV, dont les pan­neaux de frag­ments tex­tuels inter­fèrent avec l’es­pace réel.

Oeuvre Chambre Végétale III, tirée de l'exposition de Cristina Iglesias au Musée de Grenoble

Œuvre Chambre Végétale III, tirée de l’ex­po­si­tion de Cristina Iglesias au Musée de Grenoble. © Cassandre Jailliffier

Chaque œuvre est conçue pour offrir de mul­tiples per­cep­tions. En péné­trant à l’in­té­rieur, on découvre un tout autre uni­vers, bien loin de son appa­rence extérieur.

Comme Chambre végé­tale, ce laby­rinthe dans lequel le visi­teur se perd, se regarde et se ques­tionne sur son propre rap­port à l’es­pace, ces œuvres sont des miroirs de la nature, qui la déforment plus qu’ils ne la représentent.

Des créa­tions pen­sées autour de la notion d’es­pace, qui allient repré­sen­ta­ti­vité de la nature et dés­illu­sion : voilà ce qu’offre à voir l’ar­tiste dans cette nou­velle expo­si­tion. Le faux-sem­blant est par­tout. Une imbri­ca­tion de trompe‑l’œil dans les­quels on peut se pro­me­ner, s’é­va­der, mais qui nous ren­voient tou­jours à la réa­lité. Une expo­si­tion à la jonc­tion entre le mys­tère oni­rique et la sombre réalité.

« C’est une expo­si­tion à vivre au tra­vers d’une lente pro­gres­sion médi­ta­tive autour des formes éla­bo­rées au fil de ces quinze der­nières années », com­mente Guy Tosatto. Par ses œuvres, l’ar­tiste met en forme la confron­ta­tion per­ma­nente des anti­no­mies : une nature à la fois rêvée et pétri­fiée, sau­vage et raf­fi­née, à l’i­mage des parois de la Chambre végé­tale, une eau bien­fai­sante et dévas­ta­trice, des jeux d’ombres et de lumières, etc.

Exposition de Cristina Iglesias au Musée de Grenoble. © Cassandre Jailliffier - placegrenet.fr

Exposition de Cristina Iglesias au Musée de Grenoble. © Cassandre Jailliffier – pla​ce​gre​net​.fr

« Passer du réel au sur­réel de façon sub­tile, tel est le but des œuvres pro­po­sées », pré­cise l’ar­tiste par l’in­ter­mé­diaire de Guy Tosatto. Et celle-ci s’a­muse avec les maté­riaux, pour ampli­fier ce rap­port contra­dic­toire aux œuvres. Entre les formes clas­siques et sobres, telles que le marbre, et l’u­ni­vers plus sombre et sou­ter­rain créé par les racines en résine.

Les maté­riaux donnent vie et force à l’ex­po­si­tion, comme deux aimants qui se repoussent et créent de l’éner­gie. Des pan­neaux muraux en soie au métal tissé, en pas­sant par le tra­vail de col­lage de pho­tos : les maté­riaux sont là, ins­pi­rants et mis à l’honneur.

Cassandre Jalliffier

CRISTINA IGLESIAS EN BREF

L'artiste espagnole Cristina Iglesias. DR

L’artiste espa­gnole Cristina Iglesias. DR

Cristina est née en 1956 à Saint-Sébastien, en Espagne. Après des études de chi­mie, elle part se for­mer à la Chelsea School of Art à Londres, en 1980. De là, tout s’en­chaîne : accès au titre de pro­fes­seur, prix natio­nal des arts plas­tiques d’Espagne et mul­tiples expo­si­tions lors de bien­nales, comme à Séville et Venise. En trente ans, elle s’est impo­sée parmi les artistes espa­gnols les plus recon­nus. D’où les nom­breuses com­mandes publiques qui lui sont pas­sées, prin­ci­pa­le­ment sur le thème de l’eau.

Oeuvre Puits I, tirée de l'exposition de Cristina Iglesias au Musée de Grenoble

Oeuvre Puits I, tirée de l’ex­po­si­tion de Cristina Iglesias. © Cassandre Jailliffier – pla​ce​gre​net​.fr

PUITS N°1 RESTE À GRENOBLE

La ville de Grenoble a acheté une des œuvres pré­sen­tées durant l’ex­po­si­tion de Cristina Iglesias, dans le but de com­plé­ter la col­lec­tion du musée de Grenoble.

Il s’a­git de Puits n°1, cette fon­taine qui aspire et rejette l’eau sur un enla­ce­ment de racines et feuilles. Le mon­tant de la tran­sac­tion est de 180.000 euros, financé à moi­tié par L’État et la Région.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

CJ

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

L'Académie Delphinale ouvre l'année de ses 250 ans au Musée de Grenoble samedi 29 janvier
L’Académie Delphinale ouvre l’an­née de ses 250 ans au Musée de Grenoble samedi 29 janvier

FLASH INFO — C'est un anniversaire qui se marque. Samedi 29 janvier à 14 h 30, à l'auditorium du Musée de Grenoble, l'Académie Delphinale organise Lire plus

Pierre Bonnard, Trouville, la sortie du port, entre 1938 et 1945. Huile sur toile. Paris, Musée d’Orsay. Dépôt au Centre Pompidou - Musée national d’art moderne, Paris Photo © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / image RMN-GP
Pierre Bonnard, peintre de la lumière, au Musée de Grenoble jus­qu’à fin jan­vier 2022

FOCUS - Besoin de lumière en cette période hivernale ? L'exposition Bonnard, Les Couleurs de la lumière reste visible jusqu'au 30 janvier 2022 au Musée Lire plus

Grenoble célèbre le 77ème anniversaire de la remise de la Croix de la Libération les 4 et 5 novembre
Grenoble célèbre le 77ème anni­ver­saire de la remise de la Croix de la Libération les 4 et 5 novembre

FLASH INFO — Deux événements sont organisés à l'occasion du 77ème anniversaire de la remise de la Croix de la Libération à la Ville de Lire plus

Pierre Bonnard, La Place Clichy, 1912 Huile sur toile. Paris, Centre Pompidou, musée national d’Art moderne. Dépôt au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, Besançon © Besançon, musée des beaux-arts et d’archéologie – Photographie C. Choffet
Avec son expo­si­tion Pierre Bonnard, le Musée de Grenoble pro­met une sai­son 2021 – 2022 lumineuse

FOCUS - Le Musée de Grenoble ouvre sa saison 2021-2022 le 30 octobre avec une exposition consacrée au peintre Pierre Bonnard: "Les Couleurs de la Lire plus

Exposition Jean-Baptise Carpeaux au musée Hébert de Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net
Des œuvres du sculp­teur Jean-Baptiste Carpeaux à décou­vrir au musée Hébert de La Tronche

  EN BREF - Le Musée Hébert dévoile une exposition sur le sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux. Formé à la fin du Romantisme, il propose des œuvres Lire plus

Une œuvre d’art plus fine qu’un che­veu réa­li­sée par la société gre­no­bloise Microlight 3D

FIL INFO – La société grenobloise Microlight 3D s’est associée à l’artiste plasticien Michel Paysant pour réaliser un autoportrait de ce dernier… d’une hauteur de Lire plus

Flash Info

|

08/08

19h10

|

|

08/08

12h16

|

|

07/08

10h59

|

|

07/08

10h36

|

|

06/08

16h39

|

|

06/08

14h57

|

|

05/08

11h49

|

|

05/08

9h50

|

|

04/08

17h00

|

|

04/08

12h07

|

Les plus lus

Environnement| Sécheresse : Éric Piolle pointe du doigt les « greens » de golf qui conti­nuent d’être arrosés

À voir| Fête médié­vale à Saint-Antoine-L’Abbaye : « le chan­tier des bâtis­seurs » de retour les 6 et 7 août 2022

Abonnement| Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin