Nuit Debout Grenoble a vu le jour sur le parvis de la MC2

sep article



REPORTAGE PHOTO – Le parvis de la Maison de la Culture a accueilli la Nuit debout Grenoble, ce samedi 9 avril, après une manifestation contre la loi El Khomri dans les rues de la ville. Projection du film Merci patron !, ateliers et commissions de travail, ou bien encore musique ont rythmé la journée. Retour en images sur cette mobilisation festive et bon enfant qui a donné le sourire, y compris aux forces de l’ordre.

 

 

 

Manifestation contre la loi El Khomri, 9 avril 2016. © Yuliya Ruzhechka - www.placegrenet.fr

Manifestation contre la loi El Khomri, 9 avril 2016. © Yuliya Ruzhechka – www.placegrenet.fr

Après des débuts contra­riés, Nuit debout Grenoble a réel­le­ment débuté ce samedi 9 avril. La semaine ayant pré­cédé l’é­vé­ne­ment, divers groupes de tra­vail s’é­taient en effet réunis suite à l’as­sem­blée géné­rale des citoyens à la Bobine, le 4 avril der­nier.

 

Objectif ? Résoudre de manière col­lec­tive toutes les ques­tions liées à l’or­ga­ni­sa­tion : mise en place d’un point de res­tau­ra­tion, accès à l’eau et à l’élec­tri­cité, concep­tion des ban­de­roles… Et cette fois-ci, la com­mu­ni­ca­tion avec la mai­rie s’est faite en amont.

 

Résultat ? La Nuit Debout était non seule­ment auto­ri­sée, mais sou­te­nue par les auto­ri­tés gre­no­bloises, y com­pris dans la ges­tion de cer­taines ques­tions logis­tiques. Avec une réserve tout de même : si les struc­tures offi­cielles sou­te­naient le mou­ve­ment, elles ne devaient pas faire de récu­pé­ra­tion poli­tique.

 

Le mou­ve­ment affiche d’ailleurs osten­si­ble­ment l’ab­sence de parti poli­tique et de lea­der en son sein. La preuve ? Même durant l’as­sem­blée géné­rale, cha­cun res­pecte le temps de parole limité à trois minutes par per­sonne. Peu importe si la per­sonne est venue pour la pre­mière fois ou si elle par­ti­cipe à l’or­ga­ni­sa­tion.

 

 

 

Occupation à durée indéterminée

 

 

Manifestation contre la loi El Khomri, 9 avril 2016. © Yuliya Ruzhechka - www.placegrenet.fr

Sur le par­vis de la MC2, 9 avril 2016. © Yuliya Ruzhechka – www.placegrenet.fr

Le maître-mot de Nuit Debout reste encore et tou­jours « citoyen ». Le soir, un groupe chante « L’Internationale », tan­dis que de l’autre côté des par­ti­ci­pants dansent au rythme de la musique élec­tro. Sous une des tentes, on dis­cute du mou­ve­ment sur le fond.

 

Après la nuit pas­sée sur place pour cer­tains – quelques per­sonnes ayant ramené leurs tentes et sacs de cou­chage –, des ate­liers, un pique­nique et, parmi autres choses, une nou­velle assem­blée géné­rale était pré­vue ce dimanche 10 avril. Ou plu­tôt du 41 mars, selon le nou­veau calen­drier uti­lisé par le mou­ve­ment pour sou­li­gner, en quelque sorte, le début d’une nou­velle ère.

 

Pour l’heure, Nuit debout a été auto­risé à occu­per le par­vis de la MC2 jus­qu’à lundi midi. Un des pre­miers votes de l’as­sem­blée géné­rale sou­le­vait jus­te­ment cette ques­tion. L’AG a voté, presque à l’u­na­ni­mité, une occu­pa­tion à durée indé­ter­mi­née.

 

 

Passez le cur­seur sur la photo et cli­quez sur la petite flèche en haut au centre pour démar­rer le port­fo­lio la mani­fes­ta­tion de 9 avril et de la Nuit debout Grenoble.

 

 

 

 

 

 

Yuliya Ruzhechka

 

 

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
3557 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Bonjour. Je trouve qu.il fau­drait arrê­ter toute réfé­rence reli­gieuse pour une meilleure union de tous les par­ti­ci­pants. Il n.y a pas de lois isla­mo­phobes comme il n.y a pas de pro­pos anti­se­mites.

    sep article
    • C’est votre avis, mais d’a­près moi, il y a un cer­tains nombres de lois isla­mo­phobes et un fort racisme d’Etat, n’en déplaise à cer­tains mani­fes­tants :
      Interdiction du hijab à l’école ; pro­hi­bi­tion des « prières de rue » ; inter­dic­tion faite aux mères por­tant le hijab d’accompagner leurs enfants lors des sor­ties sco­laires ; obli­ga­tion faite aux enfants musul­mans de consom­mer dans les can­tines de la viande non halal, notam­ment de la viande de porc ; volonté de pro­hi­ber le hijab à l’université et d’autoriser les entre­prises à l’interdire sur le lieu de tra­vail…
      Nous assis­tons à une recru­des­cence des mesures et légis­la­tions isla­mo­phobes, qui ont pour objec­tif d’accroître le champ d’application de la loi du 15 mars 2004 inter­di­sant le port du hijab à l’école, et de ren­for­cer le dis­po­si­tif légis­la­tif d’exception contre les musulman•e•s.
      Et ne me répon­dez pas laï­cité : je suis pour la laï­cité mais pour pour son ins­tru­men­ta­li­sa­tion, pour une laï­cité ouverte et tolé­rante

      sep article