Tomasz Boguslawski, Titus Andronicus, Pologne, 2007. DR

Passion, gloire et fureur : Shakespeare vu par les affichistes

Passion, gloire et fureur : Shakespeare vu par les affichistes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – L’année 2016 marquera les 400 ans de la disparition de William Shakespeare. L’occasion pour le Centre du graphisme d’Échirolles d’exposer aux Moulins de Villancourt jusqu’au 29 janvier prochain 75 affiches internationales. Lesquelles ont annoncé, depuis les années 1960 jusqu’à aujourd’hui, les représentations d’une quinzaine des pièces du dramaturge élisabéthain. Balade au cœur de l’expo « Shakespeare à la folie », dédale d’affiches éclaboussées de bruit et de fureur.

 

 

 

Macbeth, 1994, Lanny Sommese, États-Unis. DR

Macbeth, 1994, Lanny Sommese, États-Unis. DR

Noyé sous les affiches publi­ci­taires, notre œil s’est abêti. Lui réap­prendre à déchif­frer sym­boles et doubles sens est l’une des mis­sions que reven­dique le Centre du gra­phisme d’Échirolles. Il faut dire qu’il trouve, dans le cor­pus de l’exposition « Shakespeare à la folie », de quoi ébran­ler notre regard.

 

Certes, ces affiches com­portent, à l’instar de la publi­cité, une fina­lité pro­mo­tion­nelle. Les affi­chistes répondent bien aux com­mandes de théâtres. Mais en tant qu’artistes, ils pro­posent une inter­pré­ta­tion de la pièce qui vaut bien celle du met­teur en scène lui-même.

 

 

 

L’affiche : un art de l’économie 

 

 

Certains des affi­chistes expo­sés excellent à cap­tu­rer l’essence de l’esprit sha­kes­pea­rien avec une éco­no­mie qu’interdit le lan­gage. Pour exemple, l’Américain Lanny Sommese, avec son affiche de Macbeth (voir ci-des­sus), ins­crit en néga­tif, dans la cou­ronne du per­son­nage épo­nyme, le visage de lady Macbeth. Manière de la dési­gner, gra­phi­que­ment, comme l’instigatrice de la soif de pou­voir insen­sée qui gri­gnote l’esprit de son époux !

 

Le roi Lear, 2010, Tomasz Boguslawski, Pologne. DR

Le roi Lear, 2010, Tomasz Boguslawski, Pologne. DR

Dans une esthé­tique toute dif­fé­rente, le Polonais Tomasz Boguslawski (voir ci-contre) enferme le roi Lear dans l’image du bar­bon fati­gué. Les poils de sa barbe sont ceux d’une brosse à reluire en fin de course. Le per­son­nage s’est en effet coupé de celle de ses filles à n’avoir pas voulu se prê­ter au jeu de la flat­te­rie à son endroit. L’argent de l’héritage en poche, les deux aînées, plus cajo­leuses, ont bien vite causé la perte de leur père.

 

 

Vous l’aurez com­pris, la lec­ture de ces affiches néces­site d’avoir quelques connais­sances du réper­toire sha­kes­pea­rien. Des résu­més sont tou­te­fois là pour pal­lier les lacunes, au besoin. Mais on peut regret­ter qu’en ras­sem­blant les affiches par pièces de théâtre, l’exposition mette davan­tage l’accent sur la nar­ra­tion plu­tôt que sur les dif­fé­rentes esthé­tiques à l’œuvre. Reste que cela force notre œil engourdi à pro­cé­der lui-même à ce type de regrou­pe­ment. Pas bête.

 

 

 

Les affichistes : des témoins de leur temps

 

 

Autre ligne rouge qui peut nous gui­der parmi les 75 affiches expo­sées : leur pro­pen­sion à s’inscrire dans leur époque, à dépas­ser le cadre de l’argument sha­kes­pea­rien. Car, après tout, une affiche s’invite dans l’espace public. À ce titre, l’affichiste a toute lati­tude pour dépas­ser son cadre pro­mo­tion­nel afin d’interpeler le pas­sant. Ce dont ne se prive pas Grapus dans son affiche de La Mégère appri­voi­sée (voir ci-des­sous), datée de 1979. Une année sur laquelle souffle encore l’esprit liber­taire de 1968…

 

La Mégère Apprivoisée, 1979, Grapus, France. DR

La Mégère appri­voi­sée, 1979, Grapus, France. DR

Sans avoir recours à l’histoire de la pièce, on voit ici un bras d’homme, gros­siè­re­ment des­siné, tendre l’anneau du mariage à une femme lui pré­fé­rant un geste d’ins­pi­ra­tion sexuelle… Derrière le masque de l’institution, l’hypocrisie mas­cu­line que pié­tine gra­cieu­se­ment la gent fémi­nine ! Tout cela fleure bon le souffre des années 1970 !

 

 

Plus repré­sen­tée au sein de l’exposition, l’école polo­naise a elle aussi pro­duit, des années 1950 aux années 1980, un grand nombre d’affiches poly­sé­miques capables de contour­ner la cen­sure en place. C’est même sa marque de fabrique ! Aussi Marcin Mroszczak et Andrzej Krauze lient-ils, dans une affiche de 1971, la figure d’Hamlet à celle du Christ en croix. Pas ano­din sous un régime com­mu­niste qui se pas­se­rait bien de la fièvre catho­lique de sa population !

 

 

Pour appré­cier à sa juste valeur la richesse de cette expo­si­tion, il ne faut donc pas remi­ser son cer­veau au ves­tiaire. Ranimer notre regard vaut bien un petit effort. Ou bien, plus simple, on peut s’en remettre aux spé­cia­listes de la ques­tion et pré­fé­rer la visite guidée !

 

 

 

Adèle Duminy

 

 

 

Infos pra­tiques :

 

Le Centre du gra­phisme d’Échirolles présente :

« Shakespeare à la folie », affiches internationales

 

Du 20 novembre 2015 au 29 jan­vier 2016

Les Moulins de Villancourt

116 cours Jean-Jaurès, à Échirolles

 

Entrée libre du lundi au samedi, de 14 à 18 heures

Renseignements : 04 76 23 64 65

Pour les visites gui­dées, se repor­ter au site

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

AD

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Flyers de l'exposition sur la commune à Grenoble (c) Ilan Khalifa--Delclos | Place Gre'net
« 1871, Grenoble au temps de la Commune » : une exposition à la bibliothèque d’étude et du patrimoine

EN BREF - 2021 est l'année du 150e anniversaire de la Commune de Paris. Pour l'occasion, la Bibliothèque d'étude et du patrimoine accueille jusqu'au 31 Lire plus

Fin de saison pour l'Hexagone avec Denis Charolles et les 25 ans de sa “Campagnie” vendredi 18 juin
Fin de saison pour l’Hexagone avec Denis Charolles et les 25 ans de sa “Campagnie” vendredi 18 juin

FLASH INFO — Fin de saison pour l'Hexagone de Meylan, dont le dernier spectacle se profile avant une pause estivale et la reprise de ses Lire plus

Commune de Paris : Exposition avec des collages de Luc Quinton
Une exposition de collages à Échirolles pour commémorer les 150 ans de la Commune de Paris

  FLASH INFO – La ville d’Échirolles accueille une exposition de l’artiste Luc Quinton organisée par le Collectif pour faire vivre la Commune de Paris Lire plus

Yannick Leider expose 24 de ses tableaux au Centre de Gérontologie du CHU de Grenoble. © Sarah Krakovitch - Place Gre'net
Exposition haute en couleur de l’artiste franco-polonais Yannick Leider au Centre de gérontologie du Chuga

  EN BREF - Yannick Leider, peintre et céramiste de renom, expose actuellement vingt-quatre tableaux au Centre de gérontologie du CHU Grenoble Alpes, où il Lire plus

Coupe Icare 2021 : le rassemblement annuel des sports aériens dévoile son programme de vol

  FLASH INFO - Le programme de la 48e Coupe Icare a été dévoilé. Malgré l’annulation de l’édition précédente, les organisateurs ont maintenu la formule Lire plus

Au Mange-disque, Matthieu Livrieri se tient devant ses oeuvres. © Fanny Seguela - placegre.net
Le jeune artiste Matthieu Livrieri dévoile sa perception unique et colorée de Grenoble au Mange-disque

  FOCUS - Né à Grenoble, Matthieu Livrieri a 21 ans. Après un bac littéraire, il a réalisé un an aux Beaux-Arts de Grenoble puis Lire plus

Flash Info

|

27/11

10h31

|

|

26/11

19h48

|

|

26/11

11h47

|

|

25/11

18h43

|

|

25/11

12h10

|

|

25/11

10h26

|

|

25/11

8h00

|

|

25/11

1h23

|

|

23/11

19h30

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin