Actualité

© Pierre Jayet

Fréquentation tou­ris­tique : la métro­pole gre­no­bloise tire son épingle du jeu

Fréquentation tou­ris­tique : la métro­pole gre­no­bloise tire son épingle du jeu

FOCUS – A l’is­sue de la période esti­vale, les offices de tou­risme de Grenoble-Alpes Métropole ont pré­senté leur pre­mier bilan com­mun, fin sep­tembre. Un bilan de sai­son glo­ba­le­ment satis­fai­sant, bien que tem­péré par des chiffres de fré­quen­ta­tion en demi-teinte selon les sites. Tour d’ho­ri­zon sur l’ac­ti­vité tou­ris­tique d’un ter­ri­toire fraî­che­ment “métro­po­lisé”.

© Pierre Jayet

© Pierre Jayet

C’est un exer­cice un peu par­ti­cu­lier auquel se sont livrés Fabrice Hugelé, pré­sident de l’of­fice de tou­risme de Grenoble-Alpes Métropole, et Yves Exbrayat, direc­teur de l’of­fice du tou­risme de Grenoble : pré­sen­ter, en cette fin sep­tembre, le pre­mier bilan esti­val du tout nou­vel office du tou­risme métropolitain.

La com­pé­tence tou­ris­tique est en effet du res­sort de la Métropole depuis le 1er jan­vier 2015, quatre offices de tou­risme assu­rant la pro­mo­tion tou­ris­tique des 49 com­munes métro­po­li­taines : Grenoble, le Sud gre­no­blois, Sassenage et Le Sappey-en-Chartreuse.

32 622 per­sonnes ren­sei­gnées cet été

Premier constat dressé par Fabrice Hugelé : le bilan de la sai­son esti­vale est glo­ba­le­ment satis­fai­sant. Pas moins de 32.622 per­sonnes ont été ren­sei­gnées du 1er juin au 31 août 2015. Un chiffre rela­ti­ve­ment constant par rap­port à l’an­née pré­cé­dente, avec envi­ron 35 % de visi­teurs étran­gers. De quoi pla­cer l’ag­glo­mé­ra­tion dans la cour de grandes métro­poles comme Lyon, « ce qui est très ras­su­rant pour tous les socio-pro­fes­sion­nels du sec­teur et les déci­deurs en matière de tou­risme. Et qui laisse entendre que la des­ti­na­tion de Grenoble – Métropole a un vrai poten­tiel en matière de tou­risme tra­di­tion­nel », se féli­cite le président.

De gauche à droite : Yves Exbrayat et Fabrice Hugelé. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Yves Exbrayat et Fabrice Hugelé. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Un enthou­siasme quelque peu tem­péré par des niveaux inégaux de fré­quen­ta­tion. Parmi les résul­tats en hausse, cer­tains points d’ac­cueil comme la Bastille qui a ren­sei­gné 6.674 per­sonnes et ceux du Sappey, du Sud gre­no­blois et de Sassenage 7.696 personnes.

Le télé­phé­rique Grenoble-Bastille, avec une fré­quen­ta­tion en légère hausse, reste plus que jamais « une des­ti­na­tion qui dépasse les fron­tières de la ville et même de la Métropole », s’e­nor­gueillit le pré­sident. « On est là dans le “top 10” des sites de Rhône-Alpes. C’est la loco­mo­tive qui tire le tou­risme de l’en­semble du ter­ri­toire », se réjouit-il.

Dans le même temps, on observe une baisse de 16 % de la fré­quen­ta­tion sur le site de l’of­fice du tou­risme, rue de la République, avec 24.926 visi­teurs. « L’un dans l’autre, la fré­quen­ta­tion est tou­te­fois à peu près stable. Les chiffres du site de la Bastille rééqui­librent le tout », sou­ligne Yves Exbrayat. Autre baisse de fré­quen­ta­tion enre­gis­trée, celle du parc du domaine de Vizille, de – 14 %. Les visi­teurs, à la recherche de fraî­cheur, semblent s’être notam­ment repliés sur Sassenage qui enre­gistre, par effet de bord, une hausse de fré­quen­ta­tion de 44 %.

Recentrage autour du numérique

Des chiffres à rela­ti­vi­ser tou­te­fois. Ceux-ci dénombrent les per­sonnes qui se sont adres­sées au comp­toir de l’of­fice et ont eu affaire à un conseiller en séjour. Ils ne comp­ta­bi­lisent pas la fré­quen­ta­tion réelle des sites. En effet, les modes de dif­fu­sion de l’in­for­ma­tion tou­ris­tique ont évo­lué, les sup­ports se sont multipliés.

Le triporteur, point d'information ambulant. © Office du tourisme de Grenoble

Le tri­por­teur, point d’in­for­ma­tion ambu­lant. © Office du tou­risme de Grenoble

Ainsi les tou­ristes auront peut-être trouvé ce qui les inté­resse dans une bro­chure mise à leur dis­po­si­tion en libre accès, sur le site inter­net ou via le tri­por­teur tou­ris­tique qui tourne dans les rues du centre his­to­rique. « Seul le comp­tage des entrées pour­rait four­nir des chiffres exacts », pré­cise Yves Exbrayat.

Durant la période du 1er juin au 31 août, plus de 70.000 visi­teurs uniques se sont ainsi connec­tés sur le site www​.gre​noble​-tou​risme​.com, dont 20 % de visi­teurs étran­gers. Le site www​.sud​gre​no​blois​-tou​risme​.com a, lui, enre­gis­tré plus modes­te­ment 19.917 visi­teurs uniques.

Des chiffres « en forte pro­gres­sion », mais qui ne sont pas à la hau­teur des attentes, sou­ligne Yves Exbrayat. En cause, la récente refonte du site inter­net qui a quelque peu per­turbé le réfé­ren­ce­ment. « C’est aussi pour nous l’oc­ca­sion de nous recen­trer autour du numé­rique car nous savons que 80 % des tou­ristes uti­lisent ce canal », révèle le direc­teur. « Dés 2016, nous intè­gre­rons les autres équipes des offices de tou­risme de la Métropole en posi­tion­nant plus de per­son­nel sur le web et les réseaux sociaux ».

Le musée de Grenoble, point d’an­crage touristique

L’attractivité des musées du ter­ri­toire n’est éga­le­ment plus à démon­trer, notam­ment celle du musée de Grenoble, qui enre­gistre une hausse de 67 % par rap­port à 2014. Rien d’é­ton­nant à cela « car nous sommes ici dans le “top 5” des fonds de musées en France », sou­ligne Fabrice Hugelé. Mais ce n’est pas la seule rai­son. « La poli­tique de com­mu­ni­ca­tion menée par le musée de Grenoble, la qua­lité des expo­si­tions per­ma­nentes et des ani­ma­tions en font un point d’an­crage tou­ris­tique extrê­me­ment impor­tant pour notre des­ti­na­tion », ajoute Yves Exbrayat. Seules ombres au tableau, les musées dau­phi­nois et d’his­toire natu­relle qui enre­gistrent, eux, une baisse notable.

Visite guidée. © Laurent Ravier - Office du tourisme de Grenoble

Visite gui­dée. © Laurent Ravier – Office du tou­risme de Grenoble

Autres pro­duits très attrac­tifs, tant pour les tou­ristes que pour les locaux, les visites gui­dées, en hausse de 7%. « Grâce au recen­trage des visites exis­tantes et à de nou­veaux pro­duits, elles consti­tuent le cœur de notre métier », se félicite-t-il. 

Au pal­ma­rès : la visite de l’an­cien palais du par­le­ment et la visite “Hôtels par­ti­cu­liers et demeures anciennes”. Les balades cultu­relles en canoë sur l’Isère ont éga­le­ment séduit le public, tout comme les balades théâ­tra­li­sées “L’étincelle et la Révolution” et “Panique au télé­phé­rique”, sui­vies par 584 personnes. 

Citons encore les quelque 1.011 tou­ristes qui ont par­ti­cipé aux 94 visites gra­tuites pro­po­sées tout l’été sur le site de la Bastille. Un engoue­ment qui s’ex­plique, selon Yves Exbrayat, par le fait que « Grenoble est une ville certes cultu­relle mais aussi une ville spor­tive. Lorsqu’on apporte à nos visi­teurs une approche dif­fé­rente de la visite pié­tonne du centre-ville, on voit tout de suite les fré­quen­ta­tions s’a­mé­lio­rer ».

Boom dans les bou­tiques souvenirs

Mais le grand suc­cès, cou­ronné par une crois­sance à deux chiffres, ce sont les bou­tiques des points d’in­for­ma­tion. Celle de l’of­fice du tou­risme de la rue de la République a ainsi vu son chiffre aug­men­ter de 34 % et celle de la Bastille de 24 %. Au top des ventes : cartes pos­tales, sty­los, magnets, pro­duits régio­naux et pro­duits estam­pillés « Grenoble » ou encore « Sassenage ».

La boutique du point accueil situé rue de la République à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

La bou­tique du point accueil situé rue de la République à Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

De quoi envi­sa­ger l’a­ve­nir avec opti­misme, s’en­thou­siasme Yves Exbrayat. « Chaque fois qu’il y aura créa­tion d’un point d’ac­cueil – car c’est dans nos pro­jets – il y aura créa­tion d’une bou­tique parce que cela pro­cède du bon accueil de nos visi­teurs », annonce-t-il.

Quid de la concur­rence que pour­raient repro­cher les com­mer­çants alen­tours ? « Nos pro­duits sont “ciblés” tou­risme. Nous ne sommes pas dans une concur­rence déloyale », objecte le directeur.

Enfin, le bilan ne serait pas com­plet sans que soit évo­quée la bonne per­for­mance des acti­vi­tés hôte­lières. Sur l’an­née, le sec­teur a enre­gis­tré 1,2 mil­lion de nui­tées tou­ris­tiques pour la seule métro­pole gre­no­bloise. « Le tou­risme est géné­ra­teur d’im­por­tantes retom­bées éco­no­miques. Il repré­sente 9 % du PIB de Rhône-Alpes et 7 % du PIB natio­nal et plus de 130 000 emplois directs. C’est, pour chaque visi­teur qui passe, un panier moyen d’en­vi­ron 115 euros », indique Fabrice Hugelé.

Joël Kermabon

UNE MÉTROPOLISATION SYNONYME DE RÉORGANISATION ET DE MUTUALISATION

Quid des pro­jets ? Qu’est-ce qui va chan­ger avec la métro­po­li­sa­tion, dans le cadre du schéma direc­teur du tou­risme qui sera pré­senté cet hiver ? « Les pre­mières impul­sions liées au pas­sage en métro­pole seront l’a­ni­ma­tion et la réor­ga­ni­sa­tion des équipes, la réorien­ta­tion des ani­ma­tions qui fonc­tionnent et la mutua­li­sa­tion des outils », indique Yves Exbrayat.

« Ce sera aussi l’oc­ca­sion de tra­vailler sur l’ac­cueil numé­rique des tou­ristes de manière à cibler idéa­le­ment les points d’en­trée sur le ter­ri­toire et à per­mettre de les ren­sei­gner 24 heures sur 24. L’accueil bilingue des socio-pro­fes­sion­nels sera éga­le­ment amé­lioré ». Concernant les per­sonnes à mobi­lité réduite, un volet “Tourisme et han­di­cap” est aussi à l’é­tude, autant pour l’as­pect “infor­ma­tion” que pour l’ac­ces­si­bi­lité des points d’accueil.

Les "bulles" du téléphérique de Grenoble. © Pierre Jayet

Les « bulles » du télé­phé­rique de Grenoble. © Pierre Jayet

Autre axe de réflexion : nouer le dia­logue et tra­vailler avec l’en­semble des mas­sifs envi­ron­nant la métro­pole. « Les mas­sifs autour ont besoin de la Métropole et la Métropole a besoin d’eux », com­mente Yves Exbrayat.

En pers­pec­tive, la créa­tion de syner­gies pour offrir aux tou­ristes des séjours qui prennent en compte l’as­pect cultu­rel de la ville mais aussi les loi­sirs de plein air. « Les marques se nour­rissent les unes des autres. Grenoble n’est rien sans les mon­tagnes et ces der­nières pro­fitent de son rayon­ne­ment », assure Fabrice Hugelé.

Autre consé­quence du pas­sage en métro­pole, la mise en place de la taxe de séjour auprès des socio-pro­fes­sion­nels consti­tue « un point impor­tant de la construc­tion inter­com­mu­nale ». Une mise en place qui s’est opé­rée en bonne intel­li­gence, selon le pré­sident. « Les hôte­liers per­çoivent bien que ce levier n’exis­tait pas et que nous étions défa­vo­ri­sés par rap­port à d’autres ter­ri­toires. La Métropole dis­pose désor­mais d’une res­source non négli­geable pour pou­voir par­ler au nom de tous ses ter­ri­toires », explique Fabrice Hugelé.

A lire aussi sur Place Gre’net :

Fabrice Hugelé à la tête du nou­vel office de tou­risme de la Métro

Tourisme : une fré­quen­ta­tion en hausse en Isère

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le Département salue la reprise de l'activité de l'Adpah Vienne par Aides et soins, malgré les critiques de l'opposition
Reprise de l’Adpah de Vienne par Aides et soins : le Département s’en réjouit, l’op­po­si­tion moins…

FOCUS - L'activité de l'Association d'aide à domicile aux personnes âgées et handicapées (Adpah) de Vienne a été reprise le 1er juin 2024 par l’association Lire plus

La Métropole renouvelle sa convention avec TéléGrenoble avec une participation à hauteur de 300 000 euros la première année
La Métropole renou­velle sa conven­tion avec TéléGrenoble avec, à la clé, 300 000 euros pour l’an­née 2024 – 2025

FOCUS - La Métropole de Grenoble a voté à la quasi-unanimité le renouvellement de sa convention avec TéléGrenoble sur une période de trois ans avec, Lire plus

Projet de nou­velle unité d’in­ci­né­ra­tion des déchets d’Athanor à La Tronche : le bud­get s’envole

EN BREF - Le marché de "conception-réalisation process" pour le projet de nouvelle unité d'incinération et de valorisation énergétique (UIVE) des déchets sur le site Lire plus

Immeuble Wood sur l'écocité Presqu'île, secteur Vercors, lundi 3 juin 2024 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Ecocité Presqu’île à Grenoble : les per­for­mances « sans équi­valent en France » de l’immeuble ter­tiaire Wood

REPORTAGE – Au 82-86 avenue du Vercors à Grenoble, près du CEA1Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives , le bâtiment tertiaire Wood est Lire plus

Aconit, association de sauvegarde du patrimoine informatique, sur le point de "tout mettre à la benne"?
Aconit, asso­cia­tion de sau­ve­garde du patri­moine infor­ma­tique, sur le point de « tout mettre à la benne » ?

FOCUS - L'association grenobloise Aconit, dédiée à la sauvegarde du patrimoine informatique (et logiciel) serait-elle menacée dans son existence même? C'est ce qu'explique la structure, Lire plus

Hausse des frais de scolarité: le syndicat grenoblois UEG accuse le gouvernement de "faire les poches des étudiants"
Hausse des frais de sco­la­rité : le syn­di­cat gre­no­blois UEG accuse le gou­ver­ne­ment de « faire les poches des étudiants »

FLASH INFO - Le syndicat étudiant UEG (Union étudiante de Grenoble) dénonce l'augmentation annoncée de 3 % (ou plus précisément 2,9 %) des frais d'inscription Lire plus

Flash Info

|

21/06

18h40

|

|

21/06

16h26

|

|

20/06

19h54

|

|

19/06

17h16

|

|

19/06

11h28

|

|

19/06

8h08

|

|

18/06

21h58

|

|

18/06

14h24

|

|

18/06

10h25

|

|

14/06

8h26

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF : Des élec­tions légis­la­tives… sous le signe de la confusion ?

Politique| Hugo Prévost, can­di­dat Nouveau Front popu­laire sur la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère : « une démons­tra­tion de force républicaine »

Politique| Alain Carignon demande à être dési­gné par­tie civile dans le cadre de l’af­faire (pré­su­mée) Piolle-Martin

Agenda

Je partage !