Le Festival du film court s’ouvre à l’international

sep article

Notre indépendance c

FOCUS – Le court-métrage est de nouveau à l’honneur du 7 au 12 juillet 2015. Le Festival du film court en plein air de Grenoble revient pour une 38e édition, place Saint-André et au cinéma Juliet Berto. Après une année 2014 marquée par la ré-ouverture de la Cinémathèque, le festival se tourne cette année vers l’international. Guillaume Poulet, son directeur, lève le voile sur cette édition 2015.

 

 

 

 

Le 38è Festival du Film Court en Plein Air de Grenoble sera tourné cette année vers l'international. © Cinémathèque de Grenoble

Le 38e Festival du film court en plein air de Grenoble sera tourné cette année vers l’in­ter­na­tio­nal. © Cinémathèque de Grenoble

Un fes­ti­val qui tend à s’internationaliser : c’est ce que pro­pose la Cinémathèque pour cette édi­tion 2015 du Festival du film court en plein air de Grenoble. Cette mani­fes­ta­tion cultu­relle a su, en presque qua­rante ans d’existence, asseoir sa posi­tion d’événement majeur dans le pay­sage ciné­ma­to­gra­phique fran­çais et mon­dial. Pour preuve, près de 3.500 courts-métrages pro­ve­nant d’une cen­taine de pays dif­fé­rents ont été vision­nés cette année par le comité de sélec­tion.

 

Parmi ces pays, figurent notam­ment la Syrie, l’Arabie saou­dite, l’Égypte, l’Iran, l’Uruguay, l’Australie, le Mozambique, le Yémen, le Royaume-Uni, la Macédoine ou encore la Biélorussie.

 

 

 

34 court-métrages réa­li­sés à l’é­tran­ger

 

 

Signe de cette recon­nais­sance, de trois à quatre fois plus de films ont été enre­gis­trés par rap­port à l’année pas­sée et sur les 79 courts-métrages qui seront pro­je­tés au public gre­no­blois, 34 ont été réa­li­sés à l’étranger. Une table ronde sera d’ailleurs orga­ni­sée, le mer­credi 8 juillet, à 14 h 30, à la Maison de l’international sur le thème de l’abondance des pro­po­si­tions ciné­ma­to­gra­phiques.

 

« L’internationalisation du fes­ti­val est un tra­vail que nous avons entamé depuis deux ou trois ans. Mais c’est vrai­ment la pre­mière année que cela porte ses fruits. Avec la réno­va­tion de la Cinémathèque, les évo­lu­tions liées au fes­ti­val avaient été mises au second plan. Il est désor­mais impor­tant que l’on puisse mon­trer une sélec­tion repré­sen­ta­tive de ce qui se fait en courts-métrages dans le monde et y confron­ter la pro­duc­tion fran­çaise », com­mente Guillaume Poulet, le direc­teur de la Cinémathèque de Grenoble.

 

Cette inter­na­tio­na­li­sa­tion s’explique éga­le­ment, selon lui, par l’avènement du numé­rique, qui per­met de copier plus faci­le­ment des courts-métrages sous-titrés et pour moins cher. « Toutes ces per­sonnes n’avaient pas aupa­ra­vant les moyens de faire des copies de 35 mil­li­mètres », ajoute-t-il.

 

 

Place Saint-André et cinéma Juliet Berto, des projections seront organisées gratuitement tous les soirs. © Maxime Grillet - Cinémathèque de Grenoble

Place Saint-André et au cinéma Juliet Berto, des pro­jec­tions seront orga­ni­sées gra­tui­te­ment tous les soirs. © Maxime Grillet – Cinémathèque de Grenoble

 

 

Une sélection coup de cœur

 

 

La sélec­tion s’opère entre jan­vier et début mai, exclu­si­ve­ment sur la base de films réa­li­sés dans l’année écou­lée. Sur les 3.500 courts-métrages reçus, 79 ont été rete­nus, dont 46 en com­pé­ti­tion offi­cielle, 23 pour la sélec­tion « Regards » et 10 pour la sélec­tion « Jeune public », nou­veauté de l’année 2015 qui sera accom­pa­gnée d’un prix spé­ci­fique.

 

« Le choix est dif­fi­cile, je ne vous le cache pas mais, glo­ba­le­ment, il s’agit de coups de cœur. Il n’y a aucun cri­tère de départ, si ce n’est avoir une sélec­tion variée et repré­sen­ta­tive de ce que l’on a reçu. Un film peut ainsi se retrou­ver dans la sélec­tion même s’il n’est défendu que par un sélec­tion­neur », pré­cise Guillaume Poulet. Comme chaque année, les films en com­pé­ti­tion seront pro­je­tés lors de séances gra­tuites, tous les soirs à par­tir de 20 h 30 au cinéma Juliet Berto, situé dans le pas­sage de l’an­cien palais de jus­tice, à la Cinémathèque, puis à 22 heures, sur la place Saint-André.

 

 

 

Des nouveautés à foison pour cette 38e édition

 

 

Les orga­ni­sa­teurs ont éga­le­ment misé sur des nou­veau­tés, en pro­po­sant deux séances le dimanche après-midi au cinéma Juliet Berto et la pro­jec­tion du pal­ma­rès le soir-même en plein air, au parc Paul Mistral. Pendant toute la durée du fes­ti­val et en lien avec « l’Été oh ! parc », le public pourra par ailleurs ren­con­trer tous les soirs sur place à 17 heures un invité, pro­fes­sion­nel du cinéma.

 

Le directeur de photographie Renato Berta animera une master class le 10 juillet, à la Maison de l'International. © Cinémathèque de Grenoble

Le direc­teur de pho­to­gra­phie Renato Berta ani­mera une mas­ter class, le 10 juillet, à la Maison de l’in­ter­na­tio­nal. © Cinémathèque de Grenoble

Du côté du pal­ma­rès, un prix jeune public et un prix Radi Rhône-Alpes ont été créés. Le der­nier, doté par la région Rhône-Alpes, sera décerné par trois exploi­tants de la région à l’un des films fran­çais en com­pé­ti­tion. « Depuis un an, nous avions la volonté de sou­te­nir le court-métrage en région. Le film sélec­tionné sera inté­gré à un cata­logue régio­nal », com­mente le direc­teur du fes­ti­val.

 

Une mas­ter class sera éga­le­ment orga­ni­sée avec le direc­teur de pho­to­gra­phie Renato Berta, membre du jury inter­na­tio­nal. Animé par Bernard Payen, pro­gram­ma­teur à la Cinémathèque fran­çaise, cet ate­lier se dérou­lera le ven­dredi 10 juillet à 14 h 30, à la Maison de l’international. L’occasion de ren­con­trer un grand pro­fes­sion­nel du cinéma et d’en apprendre davan­tage sur sa car­rière et ses expé­riences.

 

Et puis, tou­jours dans un esprit d’ouverture, le fes­ti­val a noué des liens étroits avec le fes­ti­val de Tsukuba, au Japon. « Nous pré­sen­te­rons à cette occa­sion, le ven­dredi soir, les deux der­niers lau­réats, en pré­sence de l’un des réa­li­sa­teurs japo­nais », explique Guillaume Poulet. Comme chaque année, le pal­ma­rès sera dévoilé le samedi soir à minuit sur la place Saint-André. Il sera pré­cédé de la dif­fu­sion du film Incomplets de Michael Villain, lau­réat du pre­mier concours “5 fois 2 minutes”, orga­nisé en 2014, et sera suivi de la redif­fu­sion de l’ensemble des films du pal­ma­rès.

 

 

 

Maïlys Medjadj

 

 

 

 

DE NOUVELLES CONTRAINTES FINANCIÈRES

 

Le Festival a un budget d'environ 80.000 euros. © Zoé Neyrat - Cinémathèque de Grenoble

© Zoé Neyrat – Cinémathèque

En ces temps dif­fi­ciles pour les fes­ti­vals, la Cinémathèque de Grenoble semble réus­sir à tirer son épingle du jeu. Avec un bud­get annuel d’environ 300.000 euros, l’enveloppe pour cette édi­tion 2015 du Festival du film court en plein air de Grenoble est com­prise entre 80.000 et 90.000 euros.

Le fes­ti­val, entiè­re­ment gra­tuit, est financé grâce aux sub­ven­tions accor­dées à la Cinémathèque par les col­lec­ti­vi­tés locales. « Nous vivons grâce aux sou­tiens de finan­ceurs publics comme la région, le dépar­te­ment et l’État. Nos sou­tiens pour le fes­ti­val n’ont pas baissé ces deux ou trois der­nières années mais ils ont, en revanche, dimi­nué pour la Cinémathèque. Indirectement, cela a impacté le fes­ti­val puisque nous avons dû notam­ment réduire nos effec­tifs », confie Guillaume Poulet.

 

La piste des partenariats privés

 

Pour y faire face, la struc­ture tente aujourd’hui de faire appel à des par­te­naires pri­vés. « Nous ne sommes pas non plus les plus mal lotis mais nous sommes obli­gés de nous recen­trer sur notre cœur d’activité. Nous essayons aussi de déve­lop­per des par­te­na­riats pri­vés, même si les fonds accor­dés au mécé­nat ont ten­dance à bais­ser. La lon­gé­vité, la recon­nais­sance et la noto­riété du fes­ti­val jouent en notre faveur », ajoute-t-il.

 

 

commentez lire les commentaires
3089 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.