Fête du travailleur alpin © Joel Kermabon - placegrenet.fr

Fête du tra­vailleur alpin : 86 ans de lutte festive

Fête du tra­vailleur alpin : 86 ans de lutte festive

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE VIDÉO – La Fête du tra­vailleur alpin souf­flait, cette année, ses 86 bou­gies. Trois jours durant, la véné­rable vieille dame, tou­jours pleine d’éner­gie, a accueilli son tra­di­tion­nel public de mili­tants et de sym­pa­thi­sants au parc de la Poya, à Fontaine. Des débats de société, des actes de soli­da­rité et, bien sûr, des concerts ont ponc­tué ces trois jours de fête pour réaf­fir­mer haut et fort « l’hu­main d’abord ! ».

Des stands pour la solidarité. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Des stands pour la soli­da­rité. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le magni­fique parc ombragé de la Poya, à Fontaine, s’emplit peu à peu. Militants com­mu­nistes et sym­pa­thi­sants, ama­teurs de musique ou simples badauds venus là en curieux dis­cutent autour des stands ou ins­tal­lés sur les tables des nom­breux res­tau­rants et buvettes. Une ambiance bon enfant règne, carac­té­ris­tique des ras­sem­ble­ments popu­laires et fidèle à l’i­ma­ge­rie des ras­sem­ble­ments orga­ni­sés par le Parti com­mu­niste. Et aussi la fierté d’être “coco”, de faire per­du­rer un état d’es­prit fondé sur la cama­ra­de­rie et la fraternité.

Il y a de quoi s’oc­cu­per en atten­dant les concerts de la soi­rée : débats sur des thèmes d’ac­tua­lité, ren­contres avec les mili­tants des dif­fé­rentes sec­tions du Parti com­mu­niste de l’Isère et confé­rence ges­ti­cu­lée, spec­tacle mêlant récits vécus par les confé­ren­ciers (savoir chaud) et élé­ments de théo­rie (savoir froid). Rassembler les bonnes volon­tés, agir pour un monde meilleur, tel est l’es­prit que tente d’in­suf­fler la Fête du tra­vailleur alpin, orga­ni­sée par la fédé­ra­tion de l’Isère du Parti com­mu­niste fran­çais et par le jour­nal épo­nyme.

« Une fête de l’Humanité à l’é­chelle de l’Isère »

« C’est une fête qui existe depuis 1929, le jour­nal exis­tant, lui, depuis 1928. À l’é­poque, les diri­geants du Parti com­mu­niste ont eu l’i­dée de ras­sem­bler les lec­teurs et lec­trices du jour­nal autour d’a­ni­ma­tions et d’un repas cham­pêtre », retrace Gérard Frydman, direc­teur de la publi­ca­tion du Travailleur alpin.

Le stand de la CGT. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le stand de la CGT. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Et de pour­suivre : « Devant le suc­cès de ce ras­sem­ble­ment, l’i­dée leur est alors venue de péren­ni­ser cette fête, qui a pris aujourd’­hui une ampleur impor­tante ». De fait, près de 5000 per­sonnes auront par­ti­cipé à la fête du tra­vailleur alpin sur les trois jours.

« Si l’on doit faire un paral­lèle, c’est une fête de l’Humanité à l’é­chelle du dépar­te­ment de l’Isère ! », ajoute le direc­teur de la publication.

Gérard Frydman nous en dit un peu plus sur l’é­vé­ne­ment. L’occasion aussi de par­cou­rir les allées du parc pour décou­vrir l’am­biance de cette fête et ren­con­trer quelques participants.

Réalisation Joël Kermabon

Une fête popu­laire à dimen­sions sociale, envi­ron­ne­men­tale et locale 

« Nous tenons à ce que ça reste la Fête du tra­vailleur alpin, tout en ayant la dimen­sion “fes­ti­val” pour l’as­pect musi­cal. Mais c’est avant tout un ras­sem­ble­ment popu­laire », sou­ligne Gérard Frydman.

SérieFêteDuTravailleurAlpin-4

Une confé­rence « ges­ti­cu­lée ». © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Par ailleurs, nous tenons beau­coup à ce que cette fête reste inter­gé­né­ra­tion­nelle, de manière à ce que chaque per­sonne puisse y trou­ver de l’in­té­rêt. » Et d’é­vo­quer aussi la dimen­sion sociale de l’é­vé­ne­ment : « Pour conser­ver ce carac­tère popu­laire, nous avons ins­tauré la gra­tuité le dimanche ».

Mais cela ne s’ar­rête pas là : la Fête du tra­vailleur alpin applique une poli­tique tari­faire ouverte à tous, en pro­po­sant un tarif unique, très modique, pour chaque soir ou pour l’ensemble des trois jours.

Côté éco­lo­gie ? Produits locaux, gobe­lets réuti­li­sables, toi­lettes sèches, inci­ta­tion à uti­li­ser des modes de trans­port doux pour se rendre sur les lieux, tri des déchets… Autant d’i­ni­tia­tives contri­buant à confé­rer réso­lu­ment un carac­tère durable à l’événement.

Biscuits artisanaux. On affiche la couleur ! © Joël Kermabon - Place Gre'net

Biscuits arti­sa­naux. On affiche la cou­leur ! © Joël Kermabon – Place Gre’net

« On trouve sur la fête des dis­po­si­tifs dont l’ob­jec­tif est de per­mettre au public qui vient de trou­ver un envi­ron­ne­ment res­pec­tueux de la nature », se féli­cite Gérard Frydman.

Pour autant, la dimen­sion soli­da­rité inter­na­tio­nale et le souci de rendre visible le besoin d’hu­ma­nité dans le monde ne sont pas oubliés. C’est ainsi que, cette année, l’ac­cent a été mis sur la soli­da­rité avec le peuple grec et Syriza. Le sujet a même fait l’ob­jet d’un débat.

« L’humain d’abord ! »

La Fête du tra­vailleur alpin, c’est aussi, bien sûr, un ren­dez-vous musi­cal très attendu. Trois scènes ins­tal­lées sur le site ont ainsi per­mis d’of­frir au public, outre les pres­ta­tions de groupes confir­més, la décou­verte de groupes issus de la scène locale.

The chainsaw blues cowboys. © Joël Kermabon - Place Gre'net

The chain­saw blues cow­boys. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Pour pro­mou­voir ces der­niers, l’association Les Amis du tra­vailleur alpin orga­nise, tous les ans, le trem­plin « Les décou­vertes du tra­vailleur alpin ». L’objectif ? Permettre à des jeunes for­ma­tions de se pro­duire dans de bonnes condi­tions tech­niques, de ren­con­trer le public et des pro­fes­sion­nels. Une manière de « défendre une culture mili­tante, pour tous, pour une société plus juste et soli­daire ».

« Nous tra­vaillons avec une soixan­taine de béné­voles. Nous fai­sons, avec eux, un tra­vail de pro­fes­sion­nels, dans la convi­via­lité », expose Bernard Ferrari, direc­teur tech­nique et régis­seur géné­ral. « Ils ont une grande liberté dans leur tra­vail, ce qui laisse beau­coup de place à l’i­ma­gi­na­tion et à l’es­prit d’i­ni­tia­tive. » Le régis­seur géné­ral l’af­firme avec convic­tion : « C’est dans nos valeurs, il ne faut pas l’ou­blier et nous le reven­di­quons : l’hu­main d’a­bord ! ».

Retour en images sur la soi­rée de ce samedi 27 juin, où groupes locaux et têtes d’af­fiches se sont pro­duits dans une folle ambiance.

Réalisation Joël Kermabon

Quid du finan­ce­ment, des par­te­na­riats ? Là, Bernard Ferrari est très prag­ma­tique. « De par­te­na­riat, nous n’en avons pas ! Nous nous auto-finan­çons à hau­teur de 80 % envi­ron, prin­ci­pa­le­ment grâce à la billet­te­rie et à la vente de vignettes. »

Mais, selon le direc­teur tech­nique, l’auto-finan­ce­ment à aussi son revers. « Cela veut sim­ple­ment dire que, si nous enre­gis­trons une baisse de fré­quen­ta­tion, si nous sommes défi­ci­taires, c’est tout ce qui vien­dra en moins dans le bud­get de l’é­di­tion 2016… ».

Joël Kermabon

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Visite au Musée de Grenoble organisée par le Secours populaire. Crédit photo : Frédéric Fleuri.
Solidarité : une après-midi décou­verte pour les béné­fi­ciaires du Secours popu­laire au Musée de Grenoble ce samedi 7 mai

FIL INFO - Près de 200 personnes bénéficiaires du Secours populaire, accompagnées par les bénévoles de l'association, auront accès gratuitement au Musée de Grenoble, ce Lire plus

Sortie des Légère diminution du nombres d'élèves positifs à la Covid-19 sur l'académie de Grenobleà l'école primaire Jean Jaurès, février 2020 © Ambre Croset
Légère dimi­nu­tion du nombres d’é­lèves posi­tifs à la Covid-19 sur l’a­ca­dé­mie de Grenoble

FLASH INFO — Les chiffres de l'épidémie marquent un recul sur le département de l'Isère au sein des structures hospitalières... et dans les établissements scolaires? Lire plus

L'équipe du Fournil compte, en plus de ses salariés, une quinzaine de bénévoles actifs. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net
Le Fournil : haut lieu d’accueil, d’entraide et de par­tage à Grenoble

  REPORTAGE - Le Fournil, association qui vient en aide aux plus démunis, est à l’origine un lieu d’accueil de jour et une cantine associative, Lire plus

Le Ministre des solidarités et de la santé a visité Episol samedi 22 mai 2021. © Tim Buisson – Place Gre’net
Olivier Véran, ministre des soli­da­ri­tés, en visite à l’é­pi­ce­rie Episol béné­fi­ciaire du plan France relance

  FOCUS – Le Ministre des solidarités et de la santé a visité, samedi 22 mai, l'épicerie Episol située dans le quartier Capuche à Grenoble. Lire plus

© Sarah Krakovitch – Place Gre’net
Solidarité SDF Grenoble : dans les cou­lisses d’une dis­tri­bu­tion ali­men­taire heb­do­ma­daire pour les plus démunis

  REPORTAGE – Depuis quatre ans, Jean-Pierre Valverde organise chaque mercredi des distributions et des maraudes dans le centre-ville de Grenoble pour les sans-abris et Lire plus

Grenoble dis­tin­guée “Ville Internet” mais aussi “Territoire numé­rique d’excellence”

  FLASH INFO – La Ville de Grenoble conserve son label « Territoires, Villes et Villages Internet ». Pour la treizième année de suite, elle Lire plus

Flash Info

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

|

23/06

13h00

|

|

23/06

10h34

|

|

22/06

17h25

|

|

22/06

12h17

|

|

22/06

11h24

|

|

22/06

10h16

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Législatives| Résultats des légis­la­tives 2022 en Isère : 4 dépu­tés Ensemble, dont Olivier Véran, 4 élus Nupes, un LR et un RN

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin