Marche des zombies : Grenoble of the dead

sep article



FOCUS – Vous les avez peut-être croisés ou entendus : des cris épars et parfois une clameur sinistre s’élevant par-dessus les toits. Ils étaient là, en nombre, à la fois horde et troupeau, courageusement – mais brièvement – contenus par quelques survivants motivés. De quoi s’agissait-il ? Du « truc de zombie », pour citer une passante, et plus précisément de la Zombie Walk, la Marche des zombies de Grenoble.

 

 

 

ZombieWalk-Portrait2

Regards de zom­bies. © Véronique Magnin – placegrenet.fr

« C’est pour le fun, comme un car­na­val. On fait une Zombie Walk comme d’autres feraient un défilé pour le steam­punk [rétro­fu­tu­risme, ndlr] ou la SF [science fic­tion, ndlr]. Aucune mani­fes­ta­tion poli­tique der­rière : on s’a­muse juste ! », nous dit Vava, orga­ni­sa­trice de la Marche des zom­bies.

 

Mais pour­quoi le zom­bie plu­tôt que les poneys ou les Bisounours ? « C’est avant tout quelque chose de popu­laire et qui réunit. C’est l’oc­ca­sion de défi­ler tous ensemble, de se décom­plexer vis-à-vis du maquillage… Bref, c’est vrai­ment pour s’a­mu­ser sans qu’il n’y ait aucune culture du mor­bide der­rière. »

 

 

S’amuser, c’est bien le maître mot, celui qui revient natu­rel­le­ment dans la bouche de toutes les per­sonnes que nous croi­sons ce samedi. Le matin d’a­bord, à l’Atelier du 8, où les plus moti­vés s’é­taient ins­crits pour béné­fi­cier d’une séance de « reloo­king » zom­bie réa­lisé par les maquilleuses pro­fes­sion­nelles de Plast’o’Morphoses. L’après-midi, ensuite, place Victor Hugo, où morts-vivants comme sur­vi­vants étaient invi­tés à se retrou­ver avant que la marche ne com­mence.

 

 

 

Avis aux amat(u)eurs

 

 

 

Si cer­tains par­ti­ci­pants se reven­diquent clai­re­ment fana­tiques du mythe du mort-vivant, d’autres sont avant tout là pour le dégui­se­ment… et le défou­loir. Quand Jordan explique sans ambages qu’il a « une âme de zom­bie », Noémie l’é­tu­diante en Prépa pré­cise qu’elle est juste venue « s’a­mu­ser avec ses potes », après une longue année uni­ver­si­taire.

 

Ses potes, c’est-à-dire quatre étu­diantes toutes plus jolies – et au final plus affreuses – les unes que les autres, qui s’a­musent d’a­vance du regard des gens dans la rue. La Zombie Walk sera-t-elle le remède ultime contre le har­cè­le­ment de rue ?

 

Réalisation Véronique Magnin.

 

 

Tous d’ac­cord pour s’a­mu­ser, mais quand il s’a­git de savoir pour­quoi les morts reviennent à la vie dans les rues de Grenoble, les théo­ries des mar­cheurs et des mar­cheuses sont diverses. Virus fabri­qué par l’homme, mala­die trans­mise par les pigeons, apo­ca­lypse divine, monstres reve­nus à la vie à la faveur des crues de l’Isère, et même… François Hollande. « S’il se repré­sente en 2017, les zom­bies vont arri­ver, c’est sûr ! », pré­dit un jeune homme. Celle-ci, même « Valeurs actuelles » n’au­rait pas osé la faire.

 

 

 

Un mythe contemporain

 

 

 

Mais quelle est au fond la dimen­sion méta­pho­rique et poli­tique du zom­bie ? Voilà presque cin­quante ans que celui-ci peuple l’i­ma­gi­naire col­lec­tif et appa­raît régu­liè­re­ment dans le cinéma, la lit­té­ra­ture, la bande des­si­née ou les jeux vidéos. Mais c’est bel et bien dans les années 2000 que le mort-vivant anthro­po­phage a pris place dans les cœurs du grand public, à tra­vers le suc­cès d’un Shaun of the Dead ou du comic amé­ri­cain The Walking Dead, dont l’a­dap­ta­tion en série est l’un des plus grands suc­cès de la télé­vi­sion amé­ri­caine.

 

ZombieWalk-Portrait4

Les maquilleuses de Plast’o’Morphoses n’ont pas échappé à l’a­po­ca­lypse. © Véronique Magnin – placegrenet.fr

Il est pour­tant né presque par acci­dent. En 1968, George A. Romero réa­lise avec un bud­get plus que limité La Nuit des morts vivants, dans lequel appa­raissent pour la pre­mière fois ces cadavres ambu­lants man­geurs de chair humaine qui ne sont d’ailleurs, à aucun moment, dési­gnés sous le vocable de « zom­bies ».

 

C’est leur allure dés­in­car­née et leur per­son­na­lité pour le moins effa­cée qui amè­nera le public à les dési­gner par ce nom emprunté à la culture vau­dou. Il fau­dra cepen­dant attendre 1979 et L’Enfer des zom­bies de Lucio Fulci pour qu’un scé­na­riste ambi­tieux tente d’i­ma­gi­ner un lien effec­tif entre le zom­bie « rome­rien » et le zom­bie haï­tien. Avec plus ou moins de bon­heur, d’ailleurs.

 

 

 

Politic fiction

 

 

 

Avatar contem­po­rain du vam­pire – n’ou­blions pas que Dracula est lui aussi un mort-vivant – le zom­bie tire sa force de son nombre. Seul, sa len­teur et sa stu­pi­dité font de lui une menace modé­rée. En groupe, en horde ou en masse, il devient le pire pré­da­teur que l’hu­ma­nité ait jamais affronté, fai­sant som­brer le monde dans un chaos où seuls les plus forts, hélas rare­ment les plus intel­li­gents, sur­vivent.

 

ZombieWalk-foule5

La horde. Véronique Magnin – placegrenet.fr

Cette notion du nombre conduit évi­dem­ment à de nom­breuses théo­ries sur le sens même de ce mythe moderne. Et cela d’au­tant plus que Romero ne cache jamais dans ses films ses sym­pa­thies gau­chi­santes, sinon anar­chistes, moquant et dénon­çant la société de consom­ma­tion (Dawn of the Dead), l’emprise du lobby mili­taire (Day of the Dead), l’ex­ploi­ta­tion capi­ta­liste (Land of the Dead), la dic­ta­ture de l’i­mage (Diary of the Dead) ou l’es­prit de clo­cher (Survival of the Dead).

 

Le zom­bie sym­bo­lise-t-il les classes popu­laires oppri­mées par une caste éli­tiste, qui le craint d’au­tant plus qu’il lui doit son pou­voir ? Ou est-il au 11 sep­tembre ce que le Martien était à la guerre froide, autre­ment dit la méta­phore d’un Occident para­noïaque se sen­tant menacé par une horde de bar­bares plus ou moins ter­ro­ristes ? C’est ce que semble pen­ser Max Brooks lors­qu’il écrit son célèbre, et inclas­sable, Guide de sur­vie en ter­ri­toire zom­bie.

 

 

 

Sirènes en putréfaction sous escorte policière

 

 

Pour cette qua­trième édi­tion gre­no­bloise de la Zombie Walk aura été retenu le thème des « Sept mers ». L’occasion d’ob­ser­ver parmi la foule un cer­tain nombre de pirates cada­vé­riques, quelques sirènes en putré­fac­tion et de bien étranges méduses humaines. Mais les zom­bies clas­siques n’au­ront pas été oubliés pour autant. Peaux pâles sinon vertes, plaies ouvertes san­gui­no­lentes, moi­gnons dis­gra­cieux et mor­ceaux épars de corps humains étaient de sor­tie. Ainsi, bien sûr, que la tra­di­tion­nelle mariée.

 

 

Zombie des Caraïbes. DR

Zombie des Caraïbes. © Véronique Magnin – placegrenet.fr

 

Sous les yeux amu­sés ou cir­cons­pects des pas­sants, le cor­tège de zom­bies a su don­ner de la voix et n’a pas man­qué de se faire remar­quer. Les par­ti­ci­pants étaient pour­tant bien moins nom­breux qu’es­comp­tés, si l’on en juge par la seule page Facebook de l’é­vé­ne­ment, rejointe ini­tia­le­ment par plus de six cents inter­nautes.

 

L’attentat de Saint-Quentin Fallavier n’y est pas pour rien, nous explique un orga­ni­sa­teur. Mais en plein plan Vigipirate ren­forcé, la marche aura tout de même eu lieu, dans la même atmo­sphère fes­tive et bon enfant que les années pré­cé­dentes, soli­de­ment enca­drée par une équipe conscien­cieuse et béné­fi­ciant, comme chaque année, de l’es­corte de la police muni­ci­pale. Car après tout, face à la bar­ba­rie, mieux vaut encore jouer au zom­bie que faire le mort.

 

 

Florent Mathieu

 

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
5287 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Excellent tra­vail, suis très satis­faite de mon abon­ne­ment !

    sep article
  2. merci pour votre tra­vail , je suis l’a­nar­chiste 😉

    sep article
    • VM

      03/07/2015
      20:40

      Merci ! Contents d’ap­prendre que vous ne vous êtes pas fait dévo­rer 😉

      sep article