Locataires en colère : Actis baille-t-il aux corneilles à l’Abbaye ?

sep article
2,50 € par mois pour prendre le bus et le tram : et si c

REPORTAGE – Les habitants des vieilles cités du quartier de l’Abbaye, exaspérés par l’insalubrité de leurs logements, ont pris à partie Éric Piolle, maire de Grenoble et président d’Actis, ce lundi 8 juin 2015. Un exercice de style difficile pour l’élu et Stéphane Duport-Rosand, directeur général du premier bailleur de l’agglomération grenobloise, qui vantaient pourtant récemment le sens du dialogue de l’organisme HLM, lors de la présentation du rapport d’activité 2014.

 

 

« La notion de qualité de service, c’est un peu le fil rouge d’Actis, c’est dans son ADN. Donc, nous avons cette volonté de répondre à la demande des habitants », déclarait le 28 mai dernier, Stéphane Duport-Rosand, nouveau directeur général du premier bailleur social grenoblois avec ses 12 000 logements sociaux et équivalents (foyers de personnes âgées et logements étudiants).

 

Logement insalubre aux vieilles cités, quartier Abbaye-Jouhaux.  © Véronique Magnin

Logement insalubre aux vieilles cités, quartier Abbaye-Jouhaux. © Véronique Magnin

 

Seulement voilà, la colère gronde dans certains quartiers de la ville. En cause, l’insalubrité avancée de certains logements sociaux et le manque de réactivité de l’organisme HLM, selon les habitants.

 

 

 

Les locataires craignent pour leur santé et leur sécurité

 

 

« Je vais tout le temps à Actis. Je relance, relance et toujours rien… », se désespère une locataire des vieilles cités du quartier Abbaye-Jouhaux. En 2010, les usagers de ces lotissements ont reçu un courrier alarmant les informant du risque d’effondrement de leurs logements. Quelques mois plus tard, une étude complémentaire est venue démentir cette conclusion. Trop tard. Les habitants sont depuis très inquiets et craignent à la fois pour leur santé et leur sécurité.

 

 

Réalisation Véronique Magnin

 

Bien que les locataires se soient regroupés en collectif, leurs doléances sont restées jusqu’ici lettre morte. Dernière démarche en date : le 30 avril 2015, quand des habitants membres de l’Alliance citoyenne de l’Abbaye se sont rendus à l’Hôtel de ville pour remettre en main propre un courrier accompagné d’une cinquantaine de signatures.

 

Les locataires demandaient aux élus d’Actis, membres du conseil municipal, de statuer dans le mois sur le devenir de leurs logements : réhabilitation ou démolition – reconstruction ? Un membre du cabinet du maire leur a assuré qu’une rencontre avec les élus en charge du projet – Lucille Lheureux et Vincent Fristot – serait organisée. Le joli mois de mai s’est écoulé. Aucune date n’a été fixée.

 

 

 

« Piolle, tout dégringole ! »

 

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4676 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Et le sujet logement social maintenant, la photo témoigne ce que l’on entend murir, l’image de Piolle est écornée. Il faut arrêter les discussions maintenant, ça discutaille disons un peu trop, c’est le temps d’agir et pas seulement à Esmonin contre les bidonvilles pour aller vers des logements sociaux correct ou neufs.

    sep article
  2. C’est une honte

    A la Ville neuve si vous voyez les escaliers .
    Ils sont très sales Jamais lavés

    sep article
  3. C’est vrai, Piolle, dépêche toi de faire ce que tes prédécesseurs n’ont pas fait
     » En 2010, les usagers de ces lotissements ont reçu un courrier alarmant les informant du risque d’effondrement de leurs logements. »… Même si cette lettre a été démentie.
    S’il y a un accident, ce sera toi le responsable, donc, ça urge.

    sep article