A l’affût, un café restaurant social et interactif

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

REPORTAGE – Au cœur du quartier Notre-Dame, sa devanture donne le ton. Le café restaurant A l’Affût se veut « social et interactif ». Et Caroline Heysch, qui a porté le projet, ne s’en tient pas qu’aux mots. Sur le terrain, elle s’attelle depuis plus d’un an à développer un lieu ouvert au sens large, où entraide et solidarité sont les maîtres-mots.

 

 

 

Il n’est plus très loin de midi quand Caroline Heysch arrive du mar­ché alors que Viérise, sala­riée à temps par­tiel, s’af­faire dans la petite cui­sine de l’Affût. Le café res­tau­rant est encore vide mais les pre­miers clients ne vont pas tar­der. C’est donc dans un calme légè­re­ment élec­trique que Caroline offre un peu de son temps pour par­ler d’elle, de ses moti­va­tions et des dif­fi­cul­tés ren­con­trées face à une telle entre­prise.

 

Viérise et Caroline Heysch- crédit photo Delphine Chappaz - Café restaurant A l'affût

Viérise, sala­riée, et Caroline Heysch. © Delphine Chappaz

 

 

Le bistrot, clé de voûte du lien social

 

 

« J’ai le goût des trans­mis­sions sociales et j’aime l’his­toire des gens. » Après une car­rière dans les sciences humaines, c’est donc vers l’é­co­no­mie soli­daire et sociale que Caroline se tourne. Et si elle s’o­riente vers la piste des lieux d’ac­cueil, c’est qu’elle a déjà son idée en tête. « Il faut tou­cher les gens par du concret. Et rien de mieux qu’un petit bis­trot pour cela ! ».

 

A l'Affût, café social et interactif - Crédit Photo Delphine Chappaz

A l’Affût, café social et inter­ac­tif. © Delphine Chappaz

Une for­ma­tion Arobase en poche, elle rachète un petit res­tau­rant grec de la rue Très-Cloître, en juillet 2013, et ouvre A l’Affût en sep­tembre de la même année. « C’est un quar­tier très por­teur pour les échanges sociaux, avec une popu­la­tion mélan­gée, exac­te­ment ce que je sou­hai­tais ». Pour concré­ti­ser son pro­jet, elle s’en­toure d’une équipe de jeunes gens inté­res­sés par l’é­du­ca­tion popu­laire.

 

« Il fal­lait mon­ter quelque chose ici qui soit en phase avec notre souci d’ou­ver­ture sociale et de lutte contre les dis­cri­mi­na­tions. C’est notre prio­rité. Décloisonner les géné­ra­tions et les groupes sociaux pour construire une société plus juste et plus écolo. C’est une ouver­ture au sens large » tient à pré­ci­ser Caroline.

 

Le pro­jet prend alors très vite une forme hybride, où deux struc­tures se com­plètent au sein du même lieu. Ainsi, outre le res­tau­rant A l’af­fût qui est une société par actions sim­pli­fiées (SAS), l’as­so­cia­tion le Raffut gère en paral­lèle un volet ani­ma­tion.

 

 

 

Un équilibre fragile

 

 

Après un an et demi de fonc­tion­ne­ment, Caroline Heysch et son équipe sont satis­faits de la fré­quen­ta­tion de leur bis­trot soli­daire, avec une moyenne de 15 à 20 cou­verts chaque midi pour une capa­cité de 35 et, sur­tout, une mixité sociale au ren­dez-vous. Il faut dire que les prix res­tent très acces­sibles : entrée ou soupe pour 3,5 euros, demi-assiette ou assiette de tapas pour 4 euros, plat du chef pour 8 ou 9 euros…

 

Crédit photo Delphine Chappaz - Café restaurant A l'affût

© Delphine Chappaz

 

Deux à trois sala­riés à temps par­tiel tra­vaillent en cui­sine. « Leurs temps de tra­vail se che­vauchent et ça nous per­met d’être ouverts au maxi­mum. » La gérance reste néan­moins très com­pli­quée et la péren­nité du res­tau­rant fra­gile. « Moi, en tant que gérante, je ne me paie pas » pré­cise Caroline. « On entend par­ler d’al­lè­ge­ments de charges mais ça ne se pro­duit jamais. L’économie fran­çaise a un peu de mal avec les petites entre­prises. Elle pousse les gens à la case chô­mage et ne favo­rise pas du tout les petits pro­jets comme le nôtre. Il faut oser le dire… »

 

Même si quelques sub­ven­tions sou­tiennent le ver­sant ani­ma­tions, toutes ne sont pas gra­tuites. « Sinon, on cou­le­rait » déclare tout bon­ne­ment Caroline. Une réa­lité qui rat­trape les meilleures inten­tions. « Tout le monde ne com­prend pas qu’il faut consom­mer pour faire vivre un café. Aujourd’hui, nous sommes dans des échanges les plus gra­tuits pos­sibles, mais on ne peut pas s’en sor­tir si tout est tou­jours gra­tuit. »

 

 

 

Une cagnotte solidaire

 

 

Principe de la cagnotte solidaire - credit photo Delphine Chappaz - Café restaurant A l'affût

Principe de la cagnotte soli­daire. © Delphine Chappaz

Côté bar, l’é­ta­blis­se­ment a adopté le concept d’une cagnotte soli­daire qui fait de plus en plus d’é­mules dans les petits com­merces de proxi­mité. « Quand vous payez votre consom­ma­tion, vous avez la pos­si­bi­lité de mettre l’é­qui­valent dans un pot qui per­met­tra d’of­frir un café à quel­qu’un d’autre » explique Caroline.  « Ici, nous le fai­sons aussi pour une soupe, un repas, la moi­tié d’un repas ou un des­sert. Ce sec­teur vient d’être classé zone prio­ri­taire, au même titre que la Villeneuve. Les gens qui pro­fitent de la cagnotte sont par­fois en situa­tion cri­tique. »

 

La demande s’est ins­tal­lée pro­gres­si­ve­ment au cours de la pre­mière année, par le bouche à oreille et un tra­vail en réseau avec des asso­cia­tions cari­ta­tives. En par­ti­cu­lier avec le res­tau­rant soli­daire Nicodème (cf. enca­dré), situé à deux pas. « On ne peut pas stig­ma­ti­ser les gens, ni affi­cher « gra­tuit » sur la vitrine car c’est ambigu » concède Caroline.

 

« Quand une per­sonne vient de la part de quel­qu’un, nous savons tout de suite qu’il s’a­git d’une consom­ma­tion soli­daire. C’est plus facile. Quelquefois, ça peut être un SDF qui demande si nous avons des restes. Nous lui offrons alors un sand­wich ou une soupe. C’est à nous de les mettre à l’aise. » Parfois, ce sont des étu­diants qui font appel à cette aide ponc­tuelle, pré­cise Caroline.

 

 

Salle de restaurant de l'Affût - Crédit Photo Delphine Chappaz

Salle de res­tau­rant de l’Affût. © Delphine Chappaz

 

 

A l’oc­ca­sion des fêtes, la cagnotte est sym­bo­li­que­ment vidée. Cette année, elle contri­bue à l’or­ga­ni­sa­tion d’un pot soli­daire de Noël, sur la place d’à côté. « La cagnotte n’est pas une caisse noire. Elle doit res­ter vivante. Ce soir, elle va aussi pro­fi­ter à ceux qui ne poussent pas la porte d’un café » insiste la gérante, qui accueille déjà les pre­miers clients de la pause déjeu­ner. Rendez-vous est donc pris à la tom­bée de la nuit pour le pot soli­daire.

 

 

 

“Intégrer au maximum les gens du quartier”

 

 

17 h 30 : bien que l’hi­ver soit doux, le petit bra­sero est le bien­venu pour réchauf­fer les mains en cette fin d’a­près-midi. Salariés de L’affût et béné­voles ont dis­posé sur les tables, à côté de jeux en bois, des bois­sons chaudes, du panet­tone, des man­da­rines… Et, au pied de l’arbre de la petite place, des déco­ra­tions de Noël mêlées aux branches de sapin et de houx, mises à la dis­po­si­tion des visi­teurs. Mais déjà les pla­teaux de jeux en bois attirent quelques pas­sants.

 

 

pot solidaire du 16 décembre 2014 dans la rue Très Cloîtres, organisé par le Café restaurant A l'affût- crédit photo Delphine Chappaz

Pot soli­daire du 16 décembre 2014 dans la rue Très Cloîtres. © Delphine Chappaz

 

« Nous pro­po­sons aussi des soi­rées concerts, des cinés débats, des soi­rées de dis­cus­sion autour d’un thème, ou bien des soi­rées jeux et même des slams avec un poète du quar­tier », pré­cise Basile Diaz, le jeune pré­sident de l’as­so­cia­tion le Raffut, qui compte une dizaine de béné­voles actifs. « Nous essayons d’in­té­grer au maxi­mum les gens du quar­tier. »

 

Catherine Ostin de l'association Le mieux vivre ensemble et Caroline Heysch gérante de l'Affût lors du pot solidaire du 16 décembre- crédit photo Delphine Chappaz

Catherine Ostin de l’as­so­cia­tion Le mieux vivre ensemble et Caroline Heysch, gérante de l’Affût, lors du pot soli­daire du 16 décembre. © Delphine Chappaz

Comme à l’ac­cou­tumé, l’as­so­cia­tion a tra­vaillé en réseau. Le Centre de loi­sir enfance et famille de Grenoble (Clef) a prêté les jeux. L’association Le mieux vivre ensemble a apporté le goû­ter. Sa pré­si­dente, Catherine Ostin, est très atta­chée à ren­for­cer la cohé­sion sociale au tra­vers d’ac­tions de soli­da­rité et de proxi­mité. Comme les cafés et baguettes soli­daires, qui fleu­rissent depuis un an à Grenoble, selon le prin­cipe de la cagnotte soli­daire. « Une dizaine de cafés et quatre bou­lan­ge­ries le pro­posent, dont celle du Fournil Notre-Dame » se réjouit-elle.

 

Parfois, l’offre et la demande se ren­contrent. D’autres fois, la demande ne suit pas. C’est pour­quoi les cagnottes ont servi à pro­po­ser le pot soli­daire du moment où, peu à peu, des per­sonnes se ras­semblent autour d’un vin chaud, d’un thé ou d’un cho­co­lat.

 

Dans cette cha­leu­reuse ambiance, Basile parle d’un pro­jet pour 2015 : « nous aime­rions opti­mi­ser l’é­norme mur gris, sans fenêtre et pas très joli d’en face ». En effet, de l’autre côté de la rue, en face du res­tau­rant, se dresse sur quelques dizaines de mètres le mur d’en­ceinte du musée de l’Ancien Évêché. « Nous sou­hai­te­rions en faire un espace d’ex­pres­sion pour les gens du quar­tier, soit en col­lant des pho­tos, soit en écri­vant des mes­sages des­sus ou en y fai­sant des pro­jec­tions. Nous sommes en train de construire le pro­jet et de deman­der les auto­ri­sa­tions. » Ce ne sont donc pas les idées qui manquent…

 

 

Delphine Chappaz

 

 

 

Crédit Photo Delphine Chappaz

© Delphine Chappaz

 

 

 

Fermé pen­dant les vacances de Noël, L’Affût rouvre ses portes le 5  jan­vier pro­chain.

 

Crédit Photo Delphine Chappaz

Programmation de jan­vier 2015 

 

7 jan­vier : enre­gis­tre­ment public de l’é­mis­sion radio Pris d’Asso avec Cap Berriat, de 18 h 30 à 20 heures. Le thème : « l’in­for­ma­tique en liberté », l’o­pen source a révo­lu­tionné la pro­priété indus­trielle.
14 jan­vier : Amal se pro­duira pour un concert de musique arabo-anda­louse à 20 heures.

 

 

 

Le Nicodème, café asso­cia­tif

 

Le Nicodème, place Claveyson - Credit photo Le Nicodème

Le Nicodème, place Claveyson – © Le Nicodème

 

Commander un plat du jour à 2 euros et un des­sert à 0,5 euros « fait mai­son » c’est pos­sible au café asso­cia­tif le Nicodème.

 

Situé non loin de l’Affût, sur la place Claveyson, l’é­ta­blis­se­ment est plus ancien, puisque l’as­so­cia­tion qui lui a peu à peu donné sa forme actuelle existe depuis 1986. Il s’a­git du Centre chré­tien de dis­cus­sion et d’é­change. Sa voca­tion est émi­nem­ment sociale dans la mesure où il fait par­tie du « Collectif des asso­cia­tions lut­tant contre l’ex­clu­sion ».

 

Son fonc­tion­ne­ment est aussi un peu dif­fé­rent de l’Affût puisque le café asso­cia­tif n’embauche aucun sala­rié. Tous les postes sont pour­vus uni­que­ment par des béné­voles, qui se relaient à la demi-jour­née. Ils assurent la pré­pa­ra­tion des repas, le ser­vice, l’a­ni­ma­tion des acti­vi­tés de l’a­près-midi, le ravi­taille­ment, ainsi que le bri­co­lage néces­saire.
Le matin une bri­gade de cinq ou six béné­voles pré­parent les repas pour la cin­quan­taine de clients atten­dus chaque midi.
L’après-midi, d’autres béné­voles pro­posent des consom­ma­tions ainsi que des acti­vi­tés, les mar­dis et jeu­dis une fois par mois : pro­jec­tions de films, après-midi musi­caux, confé­rences, lotos, ate­liers pein­ture ou à thèmes divers etc.

 

Le Nicodème est ouvert le lundi de 12 à 14 heures et les autres jours de 12 à 18 heures, sauf les same­dis et dimanches.

 

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
5691 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.