L'Ampérage est un lieu symbolique des nuits grenobloises

La colère gronde à l’Ampérage

La colère gronde à l’Ampérage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE – L’Ampérage est de nou­veau sous les pro­jec­teurs. La salle de spec­tacle située dans le quar­tier Ampère-Berriat se bat depuis avril der­nier pour obte­nir une auto­ri­sa­tion d’ouverture tar­dive. Hier, nou­veau coup d’é­clat. Alors que la salle n’é­tait auto­ri­sée qu’à ouvrir jus­qu’à 2 heures du matin, la Ville et la Préfecture ont décidé lors d’une réunion, l’ou­ver­ture de l’Ampérage jus­qu’à 4 heures, deux fois au mois de novembre. Une déci­sion qui a été prise sans aucune concer­ta­tion avec la direc­tion de la salle de spec­tacle. Explications.

L'Ampérage est un lieu emblématique des nuits grenobloises

L’Ampérage, lieu emblé­ma­tique des nuits grenobloises.

Nouveau rebon­dis­se­ment pour l’Ampérage. L’association Stud qui gère la salle de spec­tacle vient d’apprendre qu’elle pourra ouvrir jus­qu’à 4 heures du matin lors de deux soi­rées du mois de novembre. Pour rap­pel, en avril, l’Ampérage avait été obli­gée de fer­mer à 1 heure, contre 5 heures aupa­ra­vant. Un arrêté pré­fec­to­ral datant de début octobre avait ensuite auto­risé l’ou­ver­ture jus­qu’à 2 heures du matin.
Hier matin, une réunion a donc été orga­ni­sée entre la Ville et la Préfecture, au cours de laquelle cette mesure, qui fera office de test, a été prise. Un nou­vel exemple du manque de concer­ta­tion selon Laurence Tadjine, direc­trice du Stud – l’as­so­cia­tion qui gère l’AmpéRage – qui déplore que la direc­tion n’ait pas été conviée. « Nous allons prendre ce que l’on nous donne car nous sommes tou­jours dans une volonté de concer­ta­tion mais nous sommes conster­nés que cette déci­sion ait été prise sans nous contac­ter. Nous espé­rons tou­jours cette fer­me­ture à long terme à 4 heures, voire 6 heures du matin comme nous le pro­po­sons, afin d’éviter les nuisances. »
Avis défa­vo­rable de la police
Pour resi­tuer le contexte, l’Ampérage, avait aupa­ra­vant for­mulé deux demandes, une tem­po­raire et une per­ma­nente, pour pou­voir béné­fi­cier de cette fer­me­ture tar­dive. Las, elles ont fina­le­ment été toutes les deux refu­sées, suite à un avis défa­vo­rable de la police natio­nale. En cause, d’après Thomas Antoine, le pré­sident du Stud : le cour­rier d’un habi­tant, datant du mois de sep­tembre et se plai­gnant des nui­sances de voi­si­nage, trans­mis par le cabi­net du maire à la préfecture.
Une infor­ma­tion confir­mée par la Ville et la pré­fec­ture qui rap­pellent tou­te­fois que d’autres lettres de rive­rains se plai­gnant des nui­sances sonores ont aussi motivé la déci­sion. Du côté de la mai­rie, on tem­père : « la vie en ville est com­plexe, à la fois pour les Grenoblois et la muni­ci­pa­lité. On ne doit donc pas pous­ser le cur­seur trop loin, au risque d’arriver à des situa­tions de blo­cage ». Un avis que par­tage la pré­fec­ture, qui insiste sur le fait que des déro­ga­tions pour­raient être accor­dées au cas par cas, en fonc­tion de l’appréciation du préfet.
Pour Thomas Antoine, cette déci­sion reste tout de même le pire des choix . « Cela va inci­ter les gens à davan­tage traî­ner dans la rue à la sor­tie des concerts » explique-t-il. L’idéal pour lui ? Autoriser la fer­me­ture à 6 heures du matin, au moment où reprend la cir­cu­la­tion des trans­ports en commun.
« Baleine sous gravillon »
l'Ampérage © Niflheim-photos

l’Ampérage © Niflheim-photos

Aujourd’hui, la coupe est pleine et l’association ne com­prend pas cet « imbro­glio ». « Il y a un dis­cours contra­dic­toire. D’un côté, notre sub­ven­tion a été aug­men­tée cette année et le ser­vice cultu­rel de la ville nous sou­tient dans notre pro­jet et, d’un autre côté, cette déci­sion de la pré­fec­ture est prise sans aucune concer­ta­tion » explique Thomas Antoine. Et celui-ci de consi­dé­rer qu’il y a « baleine sous gra­villon ».
« Depuis 2009, et ce décret natio­nal sur les fer­me­tures tar­dives des salles de spec­tacles, nous n’avions eu aucune visite ni des ser­vices de la ville, ni de la police muni­ci­pale ou natio­nale. Or, depuis avril der­nier, nous en avons déjà eu deux ! » ajoute-t-il, en se deman­dant s’il n’y a pas un peu d’acharnement. « Si l’on est dans un État de droit, toutes les salles de spec­tacles du quar­tier devront fer­mer à 1 heure » soutient-il.
De son côté, la muni­ci­pa­lité rap­pelle qu’elle a tou­jours accom­pa­gné l’Ampérage dans son pro­jet. Et sou­ligne que c’est encore le cas cette année puisqu’une sub­ven­tion de 100 000 euros a été ver­sée à la salle de spec­tacle. « Il n’y a aucune volonté de court-cir­cui­ter l’Ampérage avec la Belle élec­trique ou la MC2 » assure-t-on du côté du Boulevard Jean Pain.
Un modèle éco­no­mique menacé
Street Therapy Act. 3 © Bourgeois Jeremy

Street Therapy Act. 3
© Bourgeois Jeremy

Avec cette fer­me­ture rela­ti­ve­ment tôt dans la nuit, Thomas Antoine redoute un gros manque à gagner.
« Les asso­cia­tions sont direc­te­ment en péril car nous n’aurons plus le même mon­tant à leur rever­ser. Or, le modèle éco­no­mique de l’Ampérage fonc­tion­nait bien jusqu’à pré­sent » commente-t-il.
Jusqu’à pré­sent car l’équilibre finan­cier est aujourd’hui menacé, avec 52 000 euros de pertes depuis avril. Trois sala­riés sur les huit que compte la struc­ture l’ont d’ailleurs quit­tée der­niè­re­ment. Des dif­fi­cul­tés qui ne sont pas sans impact sur les autres asso­cia­tions, puisque trois d’entre elles ont déjà annulé des dates.
Face à cette situa­tion dégra­dée, l’Ampérage se mobi­lise. Une péti­tion deman­dant l’ouverture à long terme de la salle jusqu’à 4 heures du matin devrait éga­le­ment cir­cu­ler pro­chai­ne­ment sur Internet. En atten­dant, le milieu artis­tique gre­no­blois se réunira le 14 novembre pro­chain, à l’initiative du Stud, pour dis­cu­ter de la poli­tique cultu­relle de la ville. La bataille ne fait que commencer…
Maïlys Medjadj
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

MM

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Affiche Cabaret, spectacle de la Fabrique Opéra au Summum, avril 2022
Comédie musi­cale : La Fabrique Opéra joue « Cabaret » au Summum de Grenoble

FIL INFO - Cabaret, le nouveau spectacle de la Fabrique Opéra, se joue les 1er, 2, 3 et 5 avril 2022 au Summum de Grenoble. Lire plus

"Dimanche", des compagnies Focus et Chaliwaté, sera joué ces lundi 7 et mardi 8 mars 2022 au TMG - Grand Théâtre, dans le cadre de "Grenoble capitale verte de l'Europe 2022". © Virginie Meigné
Grenoble capi­tale verte de l’Europe : « Dimanche », un spec­tacle mêlant théâtre d’ob­jets, marion­nettes et vidéo au Grand Théâtre

FLASH INFO - Dans le cadre de "Grenoble capitale verte de l'Europe 2022", le TMG - Grand Théâtre accueille, ces lundi 7 et mardi 8 Lire plus

la toupe la Batuka VI sonne le rassemblement sur la place de la gare de Grenoble pour la marche contre Monsanto - © Delphine Chappaz - placegrenet.fr
À Grenoble, des « Éclats de culture » ani­me­ront les six sec­teurs de la ville le 14 jan­vier 2021

  FLASH INFO - Le 14 janvier 2021 auront lieu des "Éclats de culture" dans Grenoble. La ville sera animée de 16 heures à 20 Lire plus

© Joël Kermabon - Place Gre'net
Une « soi­rée de lutte » a une nou­velle fois ras­sem­blé artistes et tech­ni­ciens du spec­tacle à Grenoble

  REPORTAGE VIDÉO - Des artistes et techniciens du spectacle inquiets pour leur avenir se sont à nouveau rassemblés ce jeudi 3 décembre 2020 à Lire plus

Désobéir ©Les Cambrioleurs
L’Heure bleue fusionne avec l’Espace cultu­rel René Proby pour deve­nir Saint-Martin-d’Hères en scène

  FOCUS - L'Heure bleue fusionne pour la saison 2020-2021 avec l'Espace culturel René Proby.  La "marque-ombrelle" nouvellement créée, "Saint-Martin-d'Hères en scène", porte le nouveau Lire plus

Rassemblement des intermittents du spectacle ce samedi 6 juin 2020. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : nou­veau ras­sem­ble­ment des inter­mit­tents du spec­tacle pour la défense de leurs droits

  REPORTAGE VIDÉO - Répondant à un appel national, des intermittents du spectacles se sont à nouveau rassemblés à Grenoble ce samedi 6 juin 2020. Lire plus

Flash Info

|

20/05

10h43

|

|

19/05

10h45

|

|

19/05

9h27

|

|

18/05

18h58

|

|

18/05

17h47

|

|

18/05

8h02

|

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 31 : « Le bur­kini tou­jours à la une de l’ac­tua­lité à Grenoble »

Abonnement| Burkini dans les pis­cines à Grenoble : 40 maires et 27 élus métro­po­li­tains demandent à Éric Piolle de reti­rer sa déli­bé­ra­tion, les réac­tions affluent de toutes parts

Abonnement| Vidéosurveillance : la Quadrature du net attaque la Ville de Moirans pour uti­li­sa­tion de puis­sants algo­rithmes d’a­na­lyse d’image

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin