Travailleurs de nuit : boulanger. © Véronique Serre

SÉRIE Travail de nuit : boulanger

SÉRIE Travail de nuit : boulanger

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
REPORTAGE – Policiers, urgen­tistes, trans­por­teurs, veilleurs de nuit… Ils sont nom­breux à tra­vailler alors que les autres dorment. Découvrez leur quo­ti­dien et par­tez en immer­sion dans cet uni­vers paral­lèle, à tra­vers une série de por­traits-repor­tages. Deuxième de cette série, Sylvain Manoukian, boulanger. 
Travailleurs de nuit : boulanger © Véronique Serre
Minuit. Alors que les lumières s’é­teignent peu à peu dans le quar­tier, Sylvain, 24 ans, com­mence sa nuit de tra­vail qui s’a­chè­vera au petit matin. Après avoir jeté un coup d’œil aux com­mandes, il fait le plein de farine, avec des sacs de 25 kilos. Puis il lui faut pétrir le pain, décou­per la pâte, pré­pa­rer les pains vien­nois… Toute une suc­ces­sion de gestes habi­tuels, rapides, maî­tri­sés, réa­li­sés six jours sur sept. « C’est un métier phy­sique, avec des gestes répé­ti­tifs, des charges lourdes » recon­naît Sylvain qui tra­vaille de nuit depuis quatre ans. « Mais c’est le métier qui est dur, pas le fait de tra­vailler la nuit. L’été, c’est hor­rible. Avec les fours, la tem­pé­ra­ture monte à 40 – 50° C. Et l’hiver, on souffre de la neige et du froid lors des livrai­sons. »
Pourtant, le jeune homme se plaint pas. « J’ai tou­jours voulu faire ce métier », assure-t-il. « Déjà, tout petit, j’avais des amis bou­lan­gers. J’ai grandi dans ce milieu. C’est un rêve de gosse. Le déclic a eu lieu en 2000, lorsque ma mère m’a emmené dans la bou­lan­ge­rie de ses amis, à la sor­tie de l’école. Je suis allé der­rière le comp­toir et là j’ai su que je vou­lais en faire mon métier. »
Seul, la moi­tié de la nuit
Travailleurs de nuit : boulanger © Véronique SerreSylvain Manoukian est arrivé il y a huit mois dans la bou­lan­ge­rie fami­liale Les Bergères, à Seyssinet Pariset. « Je tra­vaille seul la moi­tié de la nuit, ce que j’ap­pré­cie. Et comme on me laisse beau­coup d’autonomie, le temps passe très vite. Vers 4h00, on prend une pause tous ensemble, avec les autres pâtis­siers. J’apprécie car il y a une bonne ambiance. D’ailleurs, quand je finis, j’ai l’impression d’avoir tra­vaillé deux heures. Là où j’é­tais avant, c’é­tait bien plus strict et la nuit me parais­sait plus longue. »
Quand il finit son tra­vail, aux alen­tours de 7h30 ou 8h00, Sylvain passe boire un café chez sa mère ou sa grand mère, puis se détend devant la télé­vi­sion ou en fai­sant de la méca­nique. « A midi, je ne mange pas, mais je gri­gnote pas mal dans la jour­née… Puis vers 14h00, je me couche jusqu’à 17h00 ou 18h00. » Il enchaîne alors avec un bon repas vers 19h, puis se ren­dort aux alen­tours de 21h30 pour se réveiller à 23h00. « C’est ma petite sieste. Au total, je dors au maxi­mum 6h00 par jour. Tout dépend de la quan­tité de tra­vail que j’ai pu avoir dans la semaine. »
Profiter de la vie
Travailleurs de nuit : boulanger © Véronique Serre« Je pour­rais bien dor­mir tout l’après-midi, comme le font cer­tains bou­lan­gers mais j’ai choisi ce rythme car, comme ça, je pro­fite plus de la vie », explique Sylvain. Pour lui, c’est d’ailleurs le grand avan­tage qu’il y a à tra­vailler la nuit : « Etant donné que je finis tôt et que je ne dors pas beau­coup, je peux pro­fi­ter de la jour­née, du soleil et de ma famille. » Comme ils le voient le matin, l’a­près midi et le soir, ses proches ont par­fois même l’impression qu’il ne tra­vaille pas. « Et puis je suis sou­vent pré­sent à la mai­son. Du coup, je ne res­sens pas de déca­lage avec ma copine, qui est secré­taire juri­dique. Quand elle part ou rentre du bou­lot, je suis réveillé. Il n’y a que le week-end qu’on se voit un peu moins. »
Pour ce noc­tam­bule, le tra­vail noc­turne relève donc bel et bien d’un choix. « Je pré­fère tra­vailler de nuit ou, sinon, com­men­cer vers 5h pour finir vers 13h. Je ne peux pas tra­vailler en jour­née. Je n’y arrive pas, ça me rend fou. J’ai l’impression de pas­ser ma vie au tra­vail. Je l’ai fait dans une expé­rience pré­cé­dente et je n’ai pas du tout aimé. En plus, ça me fatigue davan­tage. » Sans comp­ter que le tra­vail de nuit est mieux payé. « Il me fau­drait une belle carotte finan­cière pour que je reparte tra­vailler en jour­née ! ».
Le seul incon­vé­nient, à ses yeux ? Ne pas pou­voir pro­fi­ter plei­ne­ment des soi­rées et des repas en famille ou des sor­ties entre amis. « J’en ai bien pro­fité quand j’étais « jeune ». Je me suis calmé, je ne peux plus me per­mettre », conclut le jeune homme.
Reportage photo (cf. port­fo­lio ci-des­sous) : Véronique Serre 
Rédaction : Muriel Beaudoing
Lancez le port­fo­lio en cli­quant sur la flèche en haut de l’image.
A lire aussi sur Place Gre’net :
Dossier tra­vailleurs de nuit : DJ 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Place Gre'net

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Simone Torres, Bernard Ferrari, Jérémie Giono et Anouck Templé, organisateurs de la fête du travailleur alpin 2022 (c) Elias Muhlstein - Place Gre'net
Fête du Travailleur alpin 2022 : démé­na­ge­ment sous ten­sion de Fontaine à Grenoble

FOCUS - Une tradition quasi quarantenaire est rompue. Pour la première fois depuis 1983, la Fête du Travailleur alpin organisée par la fédération de l'Isère Lire plus

Inauguration des nouveaux locaux de Soleeo à Echirolles le mardi 16 novembre
« Territoire zéro chô­meur de longue durée » : Soleeo inau­gure ses locaux à Échirolles

FOCUS - Soleeo, entreprise à but d’emploi en devenir, a inauguré ses locaux à Échirolles, ce mardi 16 novembre 2021. Des locaux indispensables pour lui permettre Lire plus

Capture d'écran du film Oray de Mehmet Akif Büyükatalay
Mon Ciné accueille le Festival Écran total du 17 au 22 novembre 2021 à Saint-Martin‑d’Hères

FIL INFO - La 19e édition du Festival Écran total se déroule du 17 au 22 novembre 2021 à Mon Ciné, cinéma municipal d'art et Lire plus

Le spectacle de la Compagnie des mangeurs d'étoiles met en scène Ysa, après un burn-out, qui repense son rapport au travail.
“Un fleuve au-des­sus de la tête”, une pièce qui inter­roge notre rap­port au travail

  EN BREF - Avec sa nouvelle création, Un fleuve au-dessus de la tête, la Compagnie des Mangeurs d’étoiles livre un message fort sur notre Lire plus

L’avenir du tra­vail au cœur d’une ren­contre natio­nale des Verts à Grenoble, ce samedi 27 janvier

FIL INFO - Quel avenir pour le travail, entre évolutions technologiques et numériques, mutations des rapports et transition écologique ? Autant de questions qui se poseront Lire plus

Les organisateurs du Festival de géopolitique lancent un appel à contribution pour l'édition 2019 qui sera consacrée à la crise européenne.
Des cher­cheurs de Gem démontrent les bien­faits d’une « bonne pause » au travail

Les chercheurs de la chaire Talents de la transformation digitale de Grenoble École de management s'intéressent à la pause au travail. Premières conclusions, publiées dans Lire plus

Flash Info

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

|

23/06

13h00

|

|

23/06

10h34

|

|

22/06

17h25

|

|

22/06

12h17

|

|

22/06

11h24

|

|

22/06

10h16

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Législatives| Résultats des légis­la­tives 2022 en Isère : 4 dépu­tés Ensemble, dont Olivier Véran, 4 élus Nupes, un LR et un RN

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin