Travailleurs de nuit : boulanger. © Véronique Serre

SÉRIE Travail de nuit : boulanger

SÉRIE Travail de nuit : boulanger

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
REPORTAGE – Policiers, urgen­tistes, trans­por­teurs, veilleurs de nuit… Ils sont nom­breux à tra­vailler alors que les autres dorment. Découvrez leur quo­ti­dien et par­tez en immer­sion dans cet uni­vers paral­lèle, à tra­vers une série de por­traits-repor­tages. Deuxième de cette série, Sylvain Manoukian, boulanger. 
 
 
Travailleurs de nuit : boulanger © Véronique Serre
Minuit. Alors que les lumières s’é­teignent peu à peu dans le quar­tier, Sylvain, 24 ans, com­mence sa nuit de tra­vail qui s’a­chè­vera au petit matin. Après avoir jeté un coup d’œil aux com­mandes, il fait le plein de farine, avec des sacs de 25 kilos. Puis il lui faut pétrir le pain, décou­per la pâte, pré­pa­rer les pains vien­nois… Toute une suc­ces­sion de gestes habi­tuels, rapides, maî­tri­sés, réa­li­sés six jours sur sept. « C’est un métier phy­sique, avec des gestes répé­ti­tifs, des charges lourdes » recon­naît Sylvain qui tra­vaille de nuit depuis quatre ans. « Mais c’est le métier qui est dur, pas le fait de tra­vailler la nuit. L’été, c’est hor­rible. Avec les fours, la tem­pé­ra­ture monte à 40 – 50° C. Et l’hiver, on souffre de la neige et du froid lors des livrai­sons. »
 
Pourtant, le jeune homme se plaint pas. « J’ai tou­jours voulu faire ce métier », assure-t-il. « Déjà, tout petit, j’avais des amis bou­lan­gers. J’ai grandi dans ce milieu. C’est un rêve de gosse. Le déclic a eu lieu en 2000, lorsque ma mère m’a emmené dans la bou­lan­ge­rie de ses amis, à la sor­tie de l’école. Je suis allé der­rière le comp­toir et là j’ai su que je vou­lais en faire mon métier. »
 
 
 Seul, la moi­tié de la nuit
 
 
Travailleurs de nuit : boulanger © Véronique SerreSylvain Manoukian est arrivé il y a huit mois dans la bou­lan­ge­rie fami­liale Les Bergères, à Seyssinet Pariset. « Je tra­vaille seul la moi­tié de la nuit, ce que j’ap­pré­cie. Et comme on me laisse beau­coup d’autonomie, le temps passe très vite. Vers 4h00, on prend une pause tous ensemble, avec les autres pâtis­siers. J’apprécie car il y a une bonne ambiance. D’ailleurs, quand je finis, j’ai l’impression d’avoir tra­vaillé deux heures. Là où j’é­tais avant, c’é­tait bien plus strict et la nuit me parais­sait plus longue. »
 
Quand il finit son tra­vail, aux alen­tours de 7h30 ou 8h00, Sylvain passe boire un café chez sa mère ou sa grand mère, puis se détend devant la télé­vi­sion ou en fai­sant de la méca­nique. « A midi, je ne mange pas, mais je gri­gnote pas mal dans la jour­née… Puis vers 14h00, je me couche jusqu’à 17h00 ou 18h00. » Il enchaîne alors avec un bon repas vers 19h, puis se ren­dort aux alen­tours de 21h30 pour se réveiller à 23h00. « C’est ma petite sieste. Au total, je dors au maxi­mum 6h00 par jour. Tout dépend de la quan­tité de tra­vail que j’ai pu avoir dans la semaine. »
 
 
Profiter de la vie
 
 
Travailleurs de nuit : boulanger © Véronique Serre« Je pour­rais bien dor­mir tout l’après-midi, comme le font cer­tains bou­lan­gers mais j’ai choisi ce rythme car, comme ça, je pro­fite plus de la vie », explique Sylvain. Pour lui, c’est d’ailleurs le grand avan­tage qu’il y a à tra­vailler la nuit : « Etant donné que je finis tôt et que je ne dors pas beau­coup, je peux pro­fi­ter de la jour­née, du soleil et de ma famille. » Comme ils le voient le matin, l’a­près midi et le soir, ses proches ont par­fois même l’impression qu’il ne tra­vaille pas. « Et puis je suis sou­vent pré­sent à la mai­son. Du coup, je ne res­sens pas de déca­lage avec ma copine, qui est secré­taire juri­dique. Quand elle part ou rentre du bou­lot, je suis réveillé. Il n’y a que le week-end qu’on se voit un peu moins. »
 
Pour ce noc­tam­bule, le tra­vail noc­turne relève donc bel et bien d’un choix. « Je pré­fère tra­vailler de nuit ou, sinon, com­men­cer vers 5h pour finir vers 13h. Je ne peux pas tra­vailler en jour­née. Je n’y arrive pas, ça me rend fou. J’ai l’impression de pas­ser ma vie au tra­vail. Je l’ai fait dans une expé­rience pré­cé­dente et je n’ai pas du tout aimé. En plus, ça me fatigue davan­tage. » Sans comp­ter que le tra­vail de nuit est mieux payé. « Il me fau­drait une belle carotte finan­cière pour que je reparte tra­vailler en jour­née ! ».
 
Le seul incon­vé­nient, à ses yeux ? Ne pas pou­voir pro­fi­ter plei­ne­ment des soi­rées et des repas en famille ou des sor­ties entre amis. « J’en ai bien pro­fité quand j’étais « jeune ». Je me suis calmé, je ne peux plus me per­mettre », conclut le jeune homme.
 
 
Reportage photo (cf. port­fo­lio ci-des­sous) : Véronique Serre 
Rédaction : Muriel Beaudoing
 
 
 
Lancez le port­fo­lio en cli­quant sur la flèche en haut de l’image.
 
 
 
 
A lire aussi sur Place Gre’net :
 
Dossier tra­vailleurs de nuit : DJ 
 
 
 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Place Gre'net

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Cour d'assises du palais de justice de Grenoble. ©Manon Heckmann - Placegrenet.fr
Deux hommes jugés cette semaine pour le meurtre par balles d’un jeune de 19 ans à Echirolles en 2017

FIL INFO - Deux hommes comparaissent depuis ce lundi 20 septembre 2021 devant la cour d'assises de l'Isère pour le meurtre de Mohamed Mehdi, 19 Lire plus

Le cacique Ninawa, chef du peuple Huni Kui au Brésil, témoignera au cinéma Le Club à l'occasion de la projection du film Terra Libre, le mercredi 22 septembre 2021. © Planète Amazone
Projeté au Club en présence du cacique Ninawa, Terra Libre raconte trente ans de lutte des peuples indigènes pour l’Amazonie

FIL INFO - Le film Terra Libre, de Gert-Peter Bruch, sera projeté au cinéma Le Club ce mercredi 22 septembre 2021, à 20 heures. Ce Lire plus

Frédérique Puissat livre les conclusions du rapport sénatorial sur la précarisation et la paupérisation
Frédérique Puissat livre les conclusions du rapport sénatorial sur la précarisation et la paupérisation

FLASH INFO — "Quarante-neuf mesures pour agir contre les vulnérabilités des Français". Tel est ce qui ressort du rapport de la mission d’information sur l’évolution Lire plus

Le spectacle de la Compagnie des mangeurs d'étoiles met en scène Ysa, après un burn-out, qui repense son rapport au travail.
“Un fleuve au-dessus de la tête”, une pièce qui interroge notre rapport au travail

  EN BREF - Avec sa nouvelle création, Un fleuve au-dessus de la tête, la Compagnie des Mangeurs d’étoiles livre un message fort sur notre Lire plus

L’avenir du travail au cœur d’une rencontre nationale des Verts à Grenoble, ce samedi 27 janvier

FIL INFO - Quel avenir pour le travail, entre évolutions technologiques et numériques, mutations des rapports et transition écologique ? Autant de questions qui se poseront Lire plus

Les organisateurs du Festival de géopolitique lancent un appel à contribution pour l'édition 2019 qui sera consacrée à la crise européenne.
Des chercheurs de Gem démontrent les bienfaits d’une « bonne pause » au travail

Les chercheurs de la chaire Talents de la transformation digitale de Grenoble École de management s'intéressent à la pause au travail. Premières conclusions, publiées dans Lire plus

Eco'V

Flash Info

|

23/09

22h35

|

|

23/09

13h57

|

|

23/09

10h21

|

|

23/09

9h40

|

|

22/09

12h47

|

|

22/09

11h34

|

|

22/09

10h50

|

|

22/09

10h12

|

|

22/09

9h49

|

|

21/09

19h03

|

L'Oeil de Perotto - La défaite d'Eric Piolle à la primaire écologiste, vue par Marc Perotto sur Place Gre'net

Les plus lus

Montagne| Première édition du Raid multisports Grenoble-Alpes le dimanche 19 septembre 2021

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Espace Aragon

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin