La finalité du Yoga

La finalité du Yoga

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
 
Pratiquer Yoga, c’est faire l’expérience de soi. Le pra­ti­quant est tout à la fois l’expérimentateur et l’objet expé­ri­menté, tant dans le corps que le men­tal ou bien encore dans l’émotionnel. Dans sa fina­lité, le Yoga per­met de se voir, de se com­prendre… voire de s’aimer. Ce qui, vous en convien­drez, requiert par­fois une cer­taine dose de cou­rage. Car il serait plus facile de fer­mer les yeux que de voir son image dans le miroir du tapis !
 
 
La pos­ture corporelle
 
C’est le début, la base de toute pra­tique. Espace de trans­for­ma­tion (éti­re­ment, relaxa­tion, ren­for­ce­ment, etc.), c’est aussi et sur­tout un lieu d’é­coute de ce que dit le corps. Un espace d’ob­ser­va­tion du corps tel qu’il est et non pas du corps tel que je le pense. Point besoin d’être souple pour com­men­cer le Yoga. Il n’y a pas de but à atteindre. Ce n’est jamais une com­pé­ti­tion, ni une pra­tique élitiste.
 
BlogAndreAlors pour­quoi pra­ti­quer ? C’est parce que le corps parle pen­dant la pos­ture et que le lan­gage du corps est dix fois plus acces­sible, plus facile à com­prendre que le lan­gage de l’intellect. Le corps ne triche jamais, ni avec les mots, ni avec les maux. Encore faut-il prendre le temps de voir et de ressentir.
 
Le yoga s’adapte à toutes les per­sonnes, à toutes les situa­tions de vie. La santé ou la sou­plesse du corps n’est pas un requis préa­lable, car ce n’est pas la qua­lité de la pos­ture qui compte, c’est la qua­lité de conscience de la pos­ture. Ce n’est pas réus­sir une pos­ture qui m’in­té­resse, c’est l’a­voir éprou­vée (être passé par l’é­preuve), et puis savoir ou ça coince, et au contraire savoir ou ça coule.
 
Je n’entends le frigo que lorsqu’il s’ar­rête. Je ne vois l’autre que quand il est parti. Le Yoga est fait pour que nous enten­dions tota­le­ment la Vie avant qu’elle ne s’ar­rête. Les orien­taux nomment cet état d’écoute totale : l’é­veil. Le Yoga l’appelle : le Samadhi.
 
 
Un contre-sens cou­ram­ment répandu
 
A lire la presse grand public, il y aurait des pra­tiques ou des tech­niques qui per­met­traient de se pro­té­ger des choses désa­gréables de la vie. Parmi d’autres, le Yoga en serait un exemple. Ce n’est pas mon expé­rience. Il est men­son­ger de pro­mettre une vie sans mala­die, sans souf­france, une béate zéni­tude en assise sur un petit nuage. Ce sont des inten­tions de publi­cistes et donc des pro­pos mani­pu­la­teurs. Ce sont les mêmes logiques publi­cistes qui vous vendent le foie gras à Noel et la cure amin­cis­sante en janvier.
 
Méfiez-vous des pro­messes mira­cu­leuses dans le domaine de la santé. L’homme est une entité en voie de déve­lop­pe­ment, minus­cule orga­nisme dans le cos­mos, extrê­me­ment démuni et vul­né­rable. Le Yoga n’est pas une thé­ra­pie, mais un for­mi­dable accom­pa­gna­teur, ampli­fi­ca­teur de thérapies.
 
BlogAndre5Certes le bien-être existe. Chacun de nous l’a déjà ren­con­tré, ici ou là, un jour ou l’autre. Mais ce n’est – heu­reu­se­ment – pas une mar­chan­dise. On ne peut pas l’acheter. Le bien-être est un cadeau de la Vie, une éner­gie à aimer dans le temps pré­sent, un ins­tant certes pré­cieux mais tou­jours éphé­mère. Le désir du bien-être per­ma­nent est tou­jours source de souffrance.
 
Car la Vie est Une, et elle ne peut pas se cou­per en deux. C’est notre men­tal qui parle en terme duel. La vie dépasse notre lan­gage. Il est impos­sible de la cir­cons­crire entre bien-être et mal-être. Il est vain de ten­ter de la réduire à une pos­ture, une tech­nique, une formule.
 
 
Assise, obser­va­tion, immo­bi­lité, méditation
 
Yoga, c’est agir dans le temps et dans l’espace (asana), puis, par contraste, s’ar­rê­ter d’a­gir. Et là, res­sen­tir, com­pa­rer et regar­der. Yoga, c’est être un moment com­plè­te­ment et inten­sé­ment dans l’action. Puis s’immobiliser, regar­der le théâtre de la Vie et en tirer les leçons. C’est alors le temps de la méditation.
  
BlogAndre4Méditer, c’est l’op­posé de « avoir tout le temps le nez dans le gui­don ». C’est regar­der l’image de soi sur l’écran de la vie. Si le pro­jec­teur est posé sur une table vibrante, l’image sera conti­nuel­le­ment brouillée, inin­ter­pré­table. Mais s’il est posé sur un sup­port immo­bile, l’image sera claire et faci­le­ment interprétable.
 
Méditer, c’est poser le men­tal sur un sup­port immo­bile. Méditer, ce n’est pas dor­mir. C’est au contraire être atten­tif, regar­der inten­sé­ment le film, voir que ce n’est qu’un film, sor­tir de la salle et, enfin, s’éveiller à ce qui est. Les savants appellent cela l’état de Conscience.
 
 
Et la respiration
 
Comme la pos­ture, la res­pi­ra­tion relie le monde inté­rieur au monde exté­rieur. Inspirer, expi­rer. Expansion, relaxa­tion. Recevoir, don­ner. Absolument per­sonne ne peut échap­per à cette alter­nance. En tout cas, pas plus de trois minutes.
 
La res­pi­ra­tion est la seule de nos fonc­tions phy­sio­lo­giques qui peut être acti­vée volon­tai­re­ment ou invo­lon­tai­re­ment. C’est en ce sens qu’elle est un outil d’étude pri­vi­lé­gié en Yoga, un outil tou­jours dis­po­nible, inalié­nable, faci­le­ment com­pré­hen­sible. La res­pi­ra­tion est donc un de nos plus grands professeurs.
 
 
Pratiquer pour apprendre, se connaître, se responsabiliser
 
La pra­tique régu­lière du Yoga nous amène donc à la conscience du corps, de l’esprit, des émo­tions. Sans cette conscience, nous sommes un robot, une marion­nette. Et non pas un acteur de la vie.
 
Le Yoga cible la ques­tion de la conscience. La ques­tion du « qui m’agite ? » Qui ou quoi me mani­pule et empêche mon libre arbitre ? Qui ou quoi me met en marche ? Qui ou quoi est le pilote dans l’avion ? Qui en est le vrai maître ? Qui sont mes vrais maîtres ? De qui ou de quoi est-ce que « je » dépends dans ma vie ?
 
BlogAndre3Parmi les maîtres qui m’apprennent la vie, ce peuvent être l’extase, le plai­sir, la souf­france, la mala­die, la pesan­teur ter­restre, l’écoulement du temps, la filia­tion, la créa­tion artis­tique, l’émotion, la vieillesse, la mort, etc.
 
Le Yoga nous apprend à éta­blir avec tous ces maîtres une rela­tion d’ap­pren­tis­sage du genre « maître à dis­ciple » et non pas une rela­tion de dépen­dance du type « maître à esclave » . Cela s’appelle la liberté !
 
Pratiquer Yoga, c’est accep­ter de se mettre régu­liè­re­ment et volon­tai­re­ment dans une situa­tion d’ap­pren­tis­sage, c’est s’en­traî­ner à se voir, à voir l’autre, la nature, l’univers. C’est accep­ter d’ouvrir les yeux et enfin ces­ser de « fuir » ce qui fait peur pour, enfin, réus­sir à sou­te­nir l’insoutenable.
 
 
Finalement
 
BlogAndre7Après tout, cha­cun son des­tin ! Chacun est libre de par­tir dans son ate­lier per­son­nel, de déri­ver sur son fleuve mythique, de sau­ver le monde de la haine ou de la mal­nu­tri­tion, de construire des usines ou des cathé­drales, de s’as­seoir en lotus et de médi­ter pen­dant des mois. Il n’y a rien de mal à vous mobi­li­ser dans la quête du mode de vie qui vous convient le mieux.
 
Car, quoi qu’il en soit, la vie vous fera pas­ser par toutes les cou­leurs de l’arc-en-ciel. Alors, pour cette ren­trée, Yoga ou pas Yoga ? La réponse est ter­rible et magni­fique : peu importe !
 
 
André Weill
 
 
 
 
Un che­min du Yoga
 
Un homme curieux pénètre pour la pre­mière fois dans une salle de yoga et ques­tionne le professeur.
« Si je com­mence à pra­ti­quer le yoga, quel fruits vais-je en reti­rer ? » lui demande-t-il.
« Tous les fruits aux­quels votre cœur aspire depuis long­temps ! » lui répond le pro­fes­seur. Et, en lui ten­dant un petit car­net, il l’invite à noter les béné­fices les plus incroyables qu’il sou­haite obtenir.
 
BlogAndre2L’homme, agréa­ble­ment sur­pris de cette pro­po­si­tion, prend le car­net et note avec enthou­siasme ses vœux les plus chers : « Je désire trou­ver ici la séré­nité, le calme et la paix. Je désire trou­ver ici l’amour, la santé, la sagesse. Et puis aussi la gué­ri­son de mes addic­tions. La libé­ra­tion de mes peurs. Une vraie vie d’homme, pleine et entière, lumi­neuse, sans men­songe ni tra­hi­son. Sans guerre, sans vio­lence, sans tsunami. »
 
Les yeux un peu gon­flés, l’homme sent son corps se détendre, sa poi­trine s’ouvrir et res­pi­rer libre­ment. Il sent son cœur battre. Dans le temps silen­cieux qui suit, il per­çoit une cha­leur incon­nue l’envahir. Derrière ses yeux fer­més, filtre la douce lumière de l’espoir.
 
Avec émo­tion, il veut rendre le petit car­net au pro­fes­seur, mais se ravise et reprend l’écriture : « Tout ça, je ne le veux pas juste pour moi. Mais aussi pour ma femme, mes enfants, ma famille, mes amis… Et, pour­quoi pas, aussi pour mes enne­mis. Pour tous les copains du bou­lot, pour tout le monde dans mon quar­tier. Pour tous les Grenoblois, pour tous les Français. Et même pour les étran­gers. Partout en Europe, en Afrique, en Asie… Au Nord comme au Sud, sur la terre entière, dans tout le ciel, dans tout l’univers. »
Le pro­fes­seur se régale silen­cieu­se­ment et, modes­te­ment, remer­cie le ciel de lui avoir envoyé un élève si motivé.
 
Puis il conclut l’entretien : « Il faut néan­moins que je vous pré­cise une chose. Ici, dans la salle de yoga, ne se trouve aucun des fruits mer­veilleux que vous cher­chez. Ici, vous trou­ve­rez les semences, l’eau, un arro­soir et quelques outils de jar­di­nage. Et une carte. Chaque semaine vous appren­drez à vous ser­vir des outils et à lire la carte. Et puis, un jour, de manière impré­vi­sible, vous décou­vri­rez le che­min qui vous emmè­nera jusqu’à votre verger. »
 
André Weill
 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A. Weill

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Yoga non-stop au Jardin des plantes de Grenoble le 21 juin pour sa Journée internationale

FIL INFO – À l'occasion de la Journée internationale du yoga, l'Union des enseignants de yoga de l'Isère exporte la pratique de cette discipline dans Lire plus

Animations et démonstrations de rue pour la Journée internationale du yoga le 21 juin

Le 21 juin n'est pas seulement la Fête de la musique mais aussi, depuis 2014, la Journée internationale du yoga. Un événement que l'Union des Lire plus

André Weill, enseignant de yoga à Grenoble et marcheur. DR
André Weill : “Pendant le yoga, ils ne se sentent plus en prison”

ENTRETIEN - « Yoga santé et prison ». Trois mots qui résument la thématique de la conférence qui se tient ce vendredi 19 juin à la Maison Lire plus

Impossible de dénombrer combien de fois l'image et le slogan « Je suis Charlie » auront été utilisées de par le monde...
A mes enfants ce soir assassinés

Le sang coule noir de cent mille fontaines A Paris, à Bethléem, à Homs, à Tunis, à Bruxelles Au Caire, à Bagdad, à Madrid, à Lire plus

Toussaint
Toussaint

Prière à tous les saints de tous les temps, de toute les terres.       [caption id="attachment_42207" align="alignright" width="356"] Sens © André Weill[/caption]   Lire plus

L'ouverture du cœur est le défi planétaire. Alors les murs tomberont. © André Weill - placegrenet.fr
Retour sur un chemin de mémoire et d’accueil

Bruits de bottes dans les urnes, bruits d’obus sur les écrans. Plus que jamais portons l'attention à la Vie. A la Paix, entre les hommes Lire plus

Flash Info

|

30/11

19h38

|

|

30/11

17h09

|

|

30/11

12h42

|

|

30/11

12h10

|

|

30/11

11h46

|

|

30/11

11h01

|

|

30/11

10h04

|

|

29/11

18h12

|

|

29/11

16h01

|

|

29/11

11h15

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin