UMP38 : le fiasco de la primaire

sep article



ENQUETE – Entre culture gaul­liste du chef, manque de trans­pa­rence et influence d’Alain Carignon, l’UMP38 ne par­vient pas à se dépê­trer de ses échecs suc­ces­sifs aux élec­tions internes. Dernier épi­sode en date : la sus­pen­sion sur­ve­nue fin août de la pri­maire orga­ni­sée en vue des muni­ci­pales de l’an­née pro­chaine qui ne fait que confir­mer la situa­tion de crise démo­cra­tique.
 
 

 

© Nils Louna Ripoll

Jérôme Ripoll, ex-can­di­dat à la pri­maire de la droite. © Nils Louna

« Ce qui se passe actuel­le­ment à l’UMP gre­no­blois est un car­nage », ful­mine Jérôme Ripoll, ex-can­di­dat à la pri­maire de la droite en vue des muni­ci­pales de mars 2014. À l’origine de ce coup de sang : la sus­pen­sion de l’élection, le 28 août, par le pré­sident de l’UMP38 Jean-Claude Peyrin, faute de local dis­po­nible. « Un argu­ment fal­la­cieux puisque la situa­tion reste blo­quée depuis quatre jours, bien que la mai­rie ait accordé des salles en quelques heures », dénonce le can­di­dat Matthieu Chamussy.
 
Pourtant, l’organisation de ce pro­ces­sus démo­cra­tique, inédit pour des élec­tions muni­ci­pales, a engen­dré de nom­breuses heures de tra­vail depuis le prin­temps 2013 : plu­sieurs réunions d’organisation et six débats publics. Cela n’a mal­gré tout pas empê­ché l’interruption du pro­ces­sus, moins d’une semaine avant le dépôt des can­di­da­tures. Pour Franck Longo, membre du Conseil des pri­maires (orga­nisme chargé de veiller au bon dérou­le­ment de l’élection, ndlr), cette déci­sion est « dom­ma­geable parce que tous les can­di­dats parais­saient impli­qués et moti­vés ». Chez les mili­tants, la réac­tion est moins tem­pé­rée. « Cette relâche est dépri­mante, parce qu’elle donne l’impression d’avoir tra­vaillé pour rien », lâche Alexandre Roux, Jeune popu­laire depuis cinq ans.
 
En matière d’élections internes man­quées, l’UMP isé­roise n’en est pas à son pre­mier essai. La bataille pour la pré­si­dence du parti que se sont livrés Jean-François Copé et François Fillon en décembre der­nier s’inscrit éga­le­ment sur la liste. En Isère, plu­sieurs irré­gu­la­ri­tés du scru­tin ont ainsi été rele­vées, trois des huit bureaux de vote ayant connu des dys­fonc­tion­ne­ments.
 

 

UMP38 Michel Savin

Michel Savin, séna­teur de l’Isère, membre de l’UMP38.
© Colombe Dabas

En tête de liste, la 4ème cir­cons­crip­tion du dépar­te­ment. Une qua­ran­taine de pro­cu­ra­tions ne res­pec­taient pas les règles fixées et ont dû être consi­gnées sur un pro­cès-ver­bal. Même cas de figure dans la 9ème cir­cons­crip­tion, avec huit pro­cu­ra­tions non conformes. Pourtant, tous les bul­le­tins ont été vali­dés par la Cocoe (Commission d’organisation et de contrôle des opé­ra­tions élec­to­rales interne au parti) et donc pris en compte dans le scru­tin. « Il y avait tel­le­ment d’irrégularités à l’échelle natio­nale qu’il était impos­sible de prendre en compte toutes les infrac­tions », admet avec regret Franck Longo, asses­seur dans le bureau de vote de la 8ème cir­cons­crip­tion.
 

 

Outre les pro­cu­ra­tions défec­tueuses, des man­que­ments lors de la mise en place du scru­tin ont été consta­tés. Sur les dix cir­cons­crip­tions isé­roises, les trois pre­mières ont été regrou­pées dans un même lieu pour des rai­sons d’organisation. Problème : la salle de vote n’a pas désem­pli de la jour­née. À tel point que cer­tains mili­tants n’ont pas pu voter. Michel Savin, séna­teur isé­rois et coor­di­na­teur de la cam­pagne de François Fillon dans le dépar­te­ment, ne déco­lère pas : « Cette mau­vaise orga­ni­sa­tion, dans une zone fillo­niste, témoigne d’une stra­té­gie orga­ni­sée pour réduire le taux de par­ti­ci­pa­tion dans ce sec­teur ».
 
 
UMP 38, Peyrin

Meeting de l’UMP38 au Fontanil en jan­vier 2013.
© Colombe Dabas

 

 
« Problèmes d’éthique et de morale »
 
Le séna­teur s’affiche d’autant plus ferme qu’il avait déjà pointé pré­cé­dem­ment le manque de démo­cra­tie interne de son parti. « Les irré­gu­la­ri­tés du vote ne m’ont pas sur­pris, puisque nous avions vécu la même situa­tion en 2009 », se sou­vient-il amè­re­ment.
 
À l’époque, Michel Savin s’était pré­senté contre Alain Carignon à la pré­si­dence de la fédé­ra­tion isé­roise. Après des mois de cam­pagne d’une vio­lence inouïe, le séna­teur était sorti vain­queur. Mais 19 mois plus tard, coup de ton­nerre : il démis­sionne en dénon­çant un manque de trans­pa­rence dans les fichiers d’adhérents locaux. « Entre 150 et 200 per­sonnes ne pou­vaient pas jus­ti­fier de leur domi­ci­lia­tion réelle, parce qu’elles habi­taient dans une autre com­mune ou car­ré­ment dans un autre dépar­te­ment », dénonce-t-il.
 
Informant la direc­tion natio­nale de la situa­tion, il se heurte à l’immobilisme du secré­taire géné­ral de l’époque, Xavier Bertrand. Mais avec l’arrivée de Jean-François Copé en 2010, la situa­tion évo­lue. La fédé­ra­tion est mise sous tutelle pen­dant sept mois et les listes d’adhérents sont pas­sées au crible. Pour Michel Savin, la crise isé­roise de 2010 a pré­fi­guré la crise natio­nale de 2012. À chaque fois, les mêmes causes : pro­blèmes de trans­pa­rence et manque de démo­cra­tie interne. Avec la même ana­lyse : « Il ne s’agit pas de pro­blèmes poli­tiques mais de pro­blèmes d’éthique et de morale ».
 
 
« Avant, les élec­tions se réglaient à coups de pis­to­let »
 
« La démo­cra­tie repré­sen­ta­tive ne suf­fit plus, il faut de la démo­cra­tie directe », observe Jean-Claude Peyrin. Après les crises entre Michel Savin et Alain Carignon et Jean-François Copé et François Fillon, la droite gre­no­bloise a voulu chan­ger pour en finir avec les accu­sa­tions de fraudes élec­to­rales. « Ces crises ont per­mis un choc, auquel nous avons répondu par l’organisation d’un pro­ces­sus démo­cra­tique, parce que c’est ce que les citoyens attendent de nous », décode Matthieu Chamussy.
UMP 38, Peyrin

Jean-Claude Peyrin, pré­sident de l’UMP38.
© Colombe Dabas

 
Du côté des mili­tants, cer­tains par­tagent l’analyse du conseiller muni­ci­pal : « Les par­tis ne doivent plus prendre de déci­sions dans des petits bureaux. L’avis de la base est pri­mor­dial, sur­tout dans le monde de com­mu­ni­ca­tion où nous vivons », reven­dique Alexandre Roux. Une révo­lu­tion à la fois poli­tique et cultu­relle. « La démo­cra­tie interne est certes à la mode mais elle est aussi stra­té­gique. Elle per­met de don­ner de la légi­ti­mité aux par­tis et d’être un trem­plin pour le can­di­dat dési­gné. François Hollande, lors de la pri­maire socia­liste, en a été l’exemple », ana­lyse Simon Labouret, poli­to­logue et spé­cia­liste du vote.
 
De belles paroles, mais dans les faits la réa­lité est plus com­plexe. Car en France, la droite n’a pas vrai­ment une tra­di­tion de débat. « Une par­tie de la droite s’est construite sur un héri­tage bona­par­tiste-gaul­liste, avec une forte culture du chef. Une idéo­lo­gie qui laisse peu de place à la démo­cra­tie interne », explique Pierre Bréchon, spé­cia­liste des par­tis poli­tiques et pro­fes­seur à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble.
 
Richard Cazenave, ancien député UMP (1997−2007), se sou­vient encore des méthodes de son parti : « À l’époque du RPR, on connais­sait déjà les résul­tats avant même d’avoir voté ! Mais aujourd’hui, ce type de pra­tiques n’est plus envi­sa­geable, parce que la société a changé ». Cet exer­cice soli­taire du pou­voir s’est accen­tué avec l’arrivée de Nicolas Sarkozy à la tête du parti, en 2004. Pour Florence Haegel, auteur du livre Les droites en fusion, le règne de ce der­nier à la tête de l’UMP engen­drait « une faible par­ti­ci­pa­tion des adhé­rents au fonc­tion­ne­ment du parti ».
 
Simon Labouret, politologue et spécialiste du vote. © Colombe Dabas

Simon Labouret, poli­to­logue et spé­cia­liste du vote.
© Colombe Dabas

Selon Simon Labouret, le mal est récurent parmi les par­tis poli­tiques fran­çais : « La fraude est clas­sique au sein d’un parti, parce qu’elle est facile à mettre en place. Avant, les élec­tions se réglaient à coups de pis­to­let, aujourd’hui c’est à coups de bul­le­tins de vote ». À l’UMP, l’orientation poli­tique se décide au Conseil natio­nal, com­posé de près de 2 000 membres. « Un organe au rôle nébu­leux, puisque le mou­ve­ment fonc­tionne de manière très cen­tra­li­sée », décode-t-il.
« À l’inverse, le Conseil natio­nal du Parti socia­liste est au cœur de son fonc­tion­ne­ment ». Ainsi, l’incendie né de l’affrontement entre Martine Aubry et Ségolène Royal lors du congrès de Reims en 2008 a notam­ment pu être éteint grâce à cet organe.
 
 
« Alain Carignon orchestre un poker-men­teur »
 
Mais la culture gaul­liste du chef et le fonc­tion­ne­ment des ins­ti­tu­tions ne sont pas les seuls res­pon­sables des échecs des trois der­nières élec­tions internes. Entre 1983 et 2009, l’action de l’ancien maire de Grenoble, Alain Carignon, a gran­de­ment influencé l’UMP isé­roise. Proche de Nicolas Sarkozy, celui-ci jouis­sait en effet d’une emprise inédite sur la droite gre­no­bloise. Pendant plus de vingt ans, celui qui fut éga­le­ment ministre de la Communication (1993−1994), a struc­turé les divi­sions locales par son influence dans les hautes ins­tances du mou­ve­ment. Mais sa déroute lors des élec­tions légis­la­tives de 2007 – où il s’est incliné avec 36,97 % des voix au second tour face à Geneviève Fioraso (PS) – a tout changé et une par­tie de la fédé­ra­tion s’est mise à renier son ancien men­tor. Depuis, deux clans se sont créés : les pro et les anti-Carignon.
 
Aujourd’hui encore, l’influence du clan d’Alain Carignon reste bien visible, quatre ans après la fin du der­nier man­dat élec­tif de son lea­der. Le choix de sus­pendre la pri­maire en a été la preuve. « C’est une déci­sion poli­tique, pas tech­nique », cer­ti­fie Matthieu Chamussy, fervent par­ti­san d’une reprise du pro­ces­sus. Ce der­nier pense que « Monsieur Carignon craint la dési­gna­tion par les urnes du can­di­dat aux muni­ci­pales ». Pour Jérôme Ripoll, le scru­tin était voué à l’échec. « La pri­maire est davan­tage un pro­ces­sus d’auto-désignation que de démo­cra­tie », regrette-t-il.
 

 

UMP38 Richard Cazenave

Richard Cazenave, de l’UMP38.
© Colombe Dabas

Le res­pon­sable de cette impasse est éga­le­ment tout dési­gné aux yeux de Richard Cazenave : « Pour gagner l’élection, cer­tains n’hésitent pas à tout ver­rouiller. Selon moi, Alain Carignon orchestre ce jeu de poker-men­teur afin de s’assurer d’être le can­di­dat de la droite à la mai­rie de Grenoble ». Alors que l’UMP 38 appa­raît plus divi­sée que jamais, elle a six mois devant elle pour se (re)construire avant le grand ren­dez-vous pour l’élection muni­ci­pale. Plus que le résul­tat des urnes, c’est sa cré­di­bi­lité même qui est en jeu.
 
Colombe Dabas
 
 
  
Quelles sont les figures de la pri­maire UMP ?
 
 
 ·      Les can­di­dats décla­rés
 
Alain Carignon
Ancien ministre et maire de Grenoble entre 1983 et 1994, Alain Carignon n’a jamais cessé de faire pla­ner son ombre sur la droite isé­roise. A 64 ans, il essaye pour la troi­sième fois de reve­nir dans le pay­sage poli­tique local.
 
Matthieu Chamussy
Le lea­der de l’opposition gre­no­bloise vante sa connais­sance des dos­siers pour légi­ti­mer sa can­di­da­ture. Depuis la sus­pen­sion de la pri­maire, Matthieu Chamussy bataille pour que ce « pro­ces­sus démo­cra­tique néces­saire aux yeux des élec­teurs » soit main­tenu.
 
·      Ceux qui hésitent encore
 
Denis Bonzy
Membre de la société civile, Denis Bonzy pense que « les car­rières à l’ancienneté dans la vie publique sont ter­mi­nées » et qu’il faut que « les poli­tiques deviennent davan­tage res­pon­sables devant les citoyens ».
 
Benjamin Piton
Jeune ingé­nieur de 28 ans, Benjamin Piton a voulu « repré­sen­ter une nou­velle géné­ra­tion, avec de nou­velles idées. Un posi­tion­ne­ment qui n’aurait pas eu d’écho sans la pri­maire », admet-il.
 
Richard Cazenave
A 65 ans, l’ancien député de l’Isère pour­rait ren­trer dans la course à la pri­maire. Au début sup­pléant d’Alain Carignon, il s’en déso­li­da­rise en 2007, où il se pré­sente contre lui aux élec­tions légis­la­tives.
 
·      Celui qui a quitté le pro­ces­sus
 
Jérôme Ripoll
Il est celui qui a fait le plus de bruit. Cet homme de la société civile a quitté la pri­maire en dénon­çant « un pro­ces­sus d’auto-désignation » et « des fraudes iné­luc­tables » 
 
 
 
Les dates clé de l’UMP isé­rois
 
 
1983 : vic­toire d’Alain Carignon aux muni­ci­pales, contre Hubert Dubedout (PS), à la tête de la ville depuis 18 ans.
 
1994 : Alain Carignon est condamné à 5 ans de pri­son et d’inéligibilité pour cor­rup­tion,  abus de biens sociaux, et subor­na­tion de témoins.
 
2003 : Alain Carignon est élu pré­sident de la fédé­ra­tion de l’Isère, dans des condi­tions contes­tées.
 
2007 : Alain Carignon perd les élec­tions légis­la­tives contre Geneviève Fioraso (PS).
 
2009 : Michel Savin est élu pré­sident de la fédé­ra­tion, contre Alain Carignon.
 
2010 : Michel Savin démis­sionne, 9 mois après son élec­tion, pour cause de liste d’adhérents frau­du­leuse.
 
Juillet 2010 : Jean-Claude Peyrin est élu pré­sident de l’UMP 38, contre Jean-Pierre Girard.
 
Février 2013 : début de l’organisation de la pri­maire en vue des muni­ci­pales à Grenoble.
 
28 août 2013 : la pri­maire est sus­pen­due par Jean-Claude Peyrin.
 
Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
4783 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. c’est quoi, l’UMP38 ?

    sep article
  2. Un bon coup de kar­cher là des­sus !!!! comme dirait l’autre…hihihihihihihih… ça me fait mar­rer, pas vous ?

    sep article