SÉRIE Travail de nuit : DJ

SÉRIE Travail de nuit : DJ

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
REPORTAGE - Policiers, urgentistes, transporteurs, veilleurs de nuit… Ils sont nombreux à travailler alors que les autres dorment. Découvrez leur quotidien et partez en immersion dans cet univers parallèle, à travers une série de portraits-reportages. Premier de cette série, JC Vittu, DJ résident depuis sept ans dans une discothèque grenobloise.
 
 
21h, le 3 août 2013 : JC Vittu s'apprête à dîner avec sa fille, sa compagne et deux collègues, venus le rejoindre avant qu'il n'entame sa nuit de travail à 23 heures à l'Ambiance Café. Il y exerce comme DJ quatre nuits par semaine, avec une coupure les lundis, mercredis et dimanches. Ses horaires : 22h-5h du mardi au vendredi et 23h-6h le samedi.
 
2h43 : DJ JC Vittu jette un œil àˆ sa playlist.

DJ JC Vittu à l'Ambiance Café. © Véronique Serre

Ce Grenoblois d'origine a commencé le DJing à 17 ans. « J’ai obtenu un BEP de plomberie pour faire plaisir à ma famille » précise-t-il. « Mais, passionné de musique, j'ai tout de suite décidé de suivre ma vocation ». Une passion sans doute héritée de son père, chef d'orchestre, et de sa mère, chanteuse. « C’est d'ailleurs mon père qui m'a enseigné les bases du rythme. »
 
A 42 ans, il compte désormais 21 ans de travail de nuit. Après avoir sorti deux singles en 1994 et obtenu le titre de Champion de France de Djing en 1996, dans le cadre du championnat organisé par le Disco Mix Club, JC Vittu a exercé dans de gros clubs à Paris et à Lyon, mais aussi en Espagne. Il a depuis enregistré une compilation en 2009.

 
C’est grâce à son expérience et à ses compétences qu’il arrive à tenir dans ce milieu. « Je suis toujours à la recherche du plaisir des clients. Je les connais bien ». En bon professionnel, il est capable d’anticiper leurs besoins. « Je prends beaucoup de plaisir à exercer mon métier », assure-t-il.
 
Un plaisir qui se ressent sur la piste. Cette nuit-là, de nombreux clubbers viennent d'ailleurs régulièrement le saluer et le remercier. Conscient de son efficacité, son patron lui laisse carte blanche. « Ma seule exigence est qu’on ne me prenne pas la tête pour la musique parce que je connais mon boulot. »
 
 
« Il faut être fait pour la nuit »
 
2h29

© Véronique Serre

Seul aux manettes dans sa cabine, JC Vittu mixe en direct des morceaux qu'il a préparés durant la journée. Et il peut compter sur la solidarité de ses collègues qui le considèrent comme « le grand frère ». Prévenants, les serveurs viennent ainsi régulièrement le voir et lui donner à boire. Tous le savent : l'ambiance et le bon déroulement de la soirée dépendent de lui.
 
« Il faut être fait pour la nuit », assure-t-il. Lui a toujours su qu’il l’était. « J'ai essayé de bosser de jour mais je préfère travailler la nuit. J'aime cette ambiance et la sensation d’être différent, décalé ». Il lui arrive tout de même d’assurer quelques prestations de jour, mais elles sont peu nombreuses et triées sur le volet. Son heure préférée ? La fin de soirée, vers 5 heures. « J'apprécie le calme, le silence et la ville déserte ».
 
Après sa prestation, il lui faut une à deux heures pour décompresser. JC dort ensuite entre 4 et 6 heures. « Je me lève généralement vers 12h30, mais n’hésite pas à faire une sieste si mon corps me le réclame. Je récupère bien et n'ai aucun problème de santé. Je ne me sens pas usé par son travail. » JC fait par ailleurs régulièrement du sport en salle pour se maintenir en forme et pouvoir assurer ses nuits de travail. « J'essaye aussi d’avoir une alimentation équilibrée et de faire attention à l’alcool », précise-t-il.
 
 
Un métier entre tentations et contraintes
 
« Il existe beaucoup de tentations dans le milieu de la nuit : les filles, l'alcool, les drogues… ce qui peut rendre la vie de couple difficile », reconnaît le DJ. Il garde pourtant la tête froide. Et si sa compagne travaille également de nuit, elle n'est pas issue du milieu des clubbers.
 
21h44 : Moment de complicitŽé avec sa fille en cuisine.

Moment de complicitŽé avec sa fille en cuisine.       © Véronique Serre

Depuis longtemps divorcé, le quadragénaire garde sa fille de 15 ans en alternance. « Lorsqu'elle était petite, j'ai toujours su trouver une personne de confiance pour les gardes de nuit ». Maintenant, la jeune fille est autonome. Mais s'il profite d'elle la journée, il se sent un peu en marge par rapport à ses proches, n'ayant pas souvent pu participer aux fêtes et repas familiaux. « Les dimanches en famille n’existent pratiquement pas ». Quant aux vacances, elles sont de courte durée, avec seulement dix jours de congés payés par an.
 
« Le métier devient de plus en plus dur », constate JC Vittu, qui s’inquiète de sa démocratisation, avec notamment le phénomène électro et la médiatisation des DJs comme David Guetta. « Aujourd'hui, tout le monde peut aller s’acheter deux platines, déplore-t-il. Beaucoup se lancent dans ce métier, sans connaissances particulières, en cassant les prix. »
 
 
Reportage photo (cf. portfolio ci-dessous) : Véronique Serre
Rédaction : Muriel Beaudoing et Paul Turenne
 
 
 
 
 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Place Gre'net

Auteur

Tags : | | |

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les militantes du syndicat des femmes musulmanes de l'Alliance citoyenne, pro burkini et leurs soutiens, ont remporté une victoire, ce lundi 17 mai 2022. Le burkini sera autorisé dans les piscines de Grenoble à compter de juin 2022 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Fichiers poten­tiel­le­ment illé­gaux de l’Alliance citoyenne : le par­quet de Grenoble ouvre une enquête sur signa­le­ment du préfet

DECRYPTAGE - Le préfet de l'Isère a saisi, ce mardi 17 mai 2022, le procureur de la République de Grenoble, qui a ouvert une enquête Lire plus

Inauguration des nouveaux locaux de Soleeo à Echirolles le mardi 16 novembre
« Territoire zéro chô­meur de longue durée » : Soleeo inau­gure ses locaux à Échirolles

FOCUS - Soleeo, entreprise à but d’emploi en devenir, a inauguré ses locaux à Échirolles, ce mardi 16 novembre 2021. Des locaux indispensables pour lui permettre Lire plus

Capture d'écran du film Oray de Mehmet Akif Büyükatalay
Mon Ciné accueille le Festival Écran total du 17 au 22 novembre 2021 à Saint-Martin‑d’Hères

FIL INFO - La 19e édition du Festival Écran total se déroule du 17 au 22 novembre 2021 à Mon Ciné, cinéma municipal d'art et Lire plus

Le spectacle de la Compagnie des mangeurs d'étoiles met en scène Ysa, après un burn-out, qui repense son rapport au travail.
“Un fleuve au-des­sus de la tête”, une pièce qui inter­roge notre rap­port au travail

  EN BREF - Avec sa nouvelle création, Un fleuve au-dessus de la tête, la Compagnie des Mangeurs d’étoiles livre un message fort sur notre Lire plus

L’avenir du tra­vail au cœur d’une ren­contre natio­nale des Verts à Grenoble, ce samedi 27 janvier

FIL INFO - Quel avenir pour le travail, entre évolutions technologiques et numériques, mutations des rapports et transition écologique ? Autant de questions qui se poseront Lire plus

Les organisateurs du Festival de géopolitique lancent un appel à contribution pour l'édition 2019 qui sera consacrée à la crise européenne.
Des cher­cheurs de Gem démontrent les bien­faits d’une « bonne pause » au travail

Les chercheurs de la chaire Talents de la transformation digitale de Grenoble École de management s'intéressent à la pause au travail. Premières conclusions, publiées dans Lire plus

Flash Info

|

20/05

10h43

|

|

19/05

10h45

|

|

19/05

9h27

|

|

18/05

18h58

|

|

18/05

17h47

|

|

18/05

8h02

|

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 31 : « Le bur­kini tou­jours à la une de l’ac­tua­lité à Grenoble »

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Abonnement| Burkini dans les pis­cines à Grenoble : 40 maires et 27 élus métro­po­li­tains demandent à Éric Piolle de reti­rer sa déli­bé­ra­tion, les réac­tions affluent de toutes parts

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin