Ambroisie : alerte allergie

Ambroisie : alerte allergie

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
DECRYPTAGE – En Rhône-Alpes, 15 à 20 % de la popu­la­tion serait aller­gique au pol­len d’am­broi­sie. L’Isère est le deuxième dépar­te­ment le plus tou­ché de France par cette plante exo­tique deve­nue très enva­his­sante. Si des lois sont dans les car­tons et que la lutte s’or­ga­nise dou­ce­ment, les moyens font, eux, cruel­le­ment défaut. Et pen­dant ce temps, l’es­pèce pro­gresse et atteint désor­mais les zones de montagne.
Ambroisie à feuilles d'armoise / Ambroisie élevée. © sanu 2011

Ambroisie à feuilles d’ar­moise / Ambroisie éle­vée.
© sanu 2011

Elle a sa jour­née, inter­na­tio­nale qui plus est. Depuis 2012, l’am­broi­sie à feuilles d’ar­moise revient sur le devant de la scène chaque pre­mier samedi de l’été (soit cette année, le samedi 22 juin). Pour ceux, et ils sont de plus en plus nom­breux, qui sont aller­giques à son pol­len très léger et par­ti­cu­liè­re­ment aller­gi­sant, c’est l’en­nemi végé­tal numéro un.
Entre 15 et 20 % de la popu­la­tion de Rhône-Alpes y seraient aller­giques. Et entre 195 000 et 258 000 per­sonnes ont béné­fi­cié de soins en rap­port avec cette aller­gie en 2011. Ce qui a repré­senté des coûts esti­més entre 14 et 20 mil­lions d’eu­ros. 40 000 hec­tares de sur­faces de Rhône-Alpes seraient aujourd’­hui conta­mi­nés, fai­sant d’elle la région la plus tou­chée de France.
Quant à l’Isère, c’est le deuxième dépar­te­ment de France le plus infesté, après la Drôme. Dans un inven­taire réa­lisé en 2006, les bota­nistes de l’as­so­cia­tion gre­no­bloise Gentiana ont ainsi relevé la pré­sence d’am­broi­sie dans 342 des 533 com­munes isé­roises. La plante s’é­tend du nord-ouest de l’Isère jus­qu’à l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise et les abords du Vercors. Plus au Sud, elle gagne Bourg d’Oisans et le Trièves.
Répartition de l'ambroisie en Rhône-Alpes. © Ministère du Travail 2011

Répartition de l’am­broi­sie en Rhône-Alpes. Cliquer sur l’i­mage pour l’a­gran­dir.
© Ministère du Travail 2011

Le mal pro­gresse. Vite. Cette espèce, en pro­ve­nance d’Amérique du Nord intro­duite en France au XIXe siècle, a déjà envahi les plaines culti­vées et gagne du ter­rain chaque année. Elle couvre ainsi 800 hec­tares sup­plé­men­taires par an en Rhône-Alpes, soit la sur­face d’une com­mune. Déjà très bien connue des scien­ti­fiques, elle fait tou­jours l’ob­jet d’une sur­veillance rapprochée.
Feuille d'ambroisie. © ambroisie.info

Feuille d’am­broi­sie. © ambroi​sie​.info

Se mul­ti­plient ainsi les études en labo­ra­toire, les repé­rages sur le ter­rain, les mesures de la qua­lité de l’air, du réseau de sur­veillance, les tra­vaux de l’Observatoire natio­nal… Sans comp­ter les arrê­tés pré­fec­to­raux, plans dépar­te­men­taux et actions com­mu­nales. Pas suf­fi­sant tou­te­fois, à en croire Philippe de Goustine, pré­sident de l’as­so­cia­tion Stop ambroi­sie. « Cela fait vingt ans que l’on fait des mesu­rettes », déplore-t-il. « Vingt ans que l’am­broi­sie pro­gresse, que le nombre de malades s’ac­croît. Tous les trois ans, il y a des études fouillées, tous les trois ans, la situa­tion s’ag­grave, et tous les trois ans, on conti­nue de faire de l’in­for­ma­tion ! »
Bientôt clas­sée nuisible ?
Il faut dire que la plante est tenace. Une espèce inva­sive que beau­coup, asso­cia­tions comme élus, vou­draient d’ailleurs voir clas­sée nui­sible pour mieux l’é­ra­di­quer. Celle-ci pousse en avril, fleu­rit de fin juillet à mi-sep­tembre et rejette un maxi­mum de pol­len vers la mi-août. C’est à ce moment-là que les aller­gies se déclenchent. Et il est alors trop tard pour agir.
Arrachage de plants d'ambroisie. © lentilly.info

Arrachage de plants d’am­broi­sie.
© len​tilly​.info

Pour éra­di­quer la plante, on n’a pour l’ins­tant rien trouvé de mieux que de l’ar­ra­cher ou de la cou­per. Une pre­mière fois avant la flo­rai­son qui démarre à la mi-juillet ; puis idéa­le­ment une seconde fois avant que ses graines n’entrent en contact avec le sol, où elles peuvent dor­mir pen­dant plu­sieurs années. Des mesures longues, fas­ti­dieuses, coû­teuses finan­ciè­re­ment comme en moyens humains.
Inapplicables ? « Dans toute la région Rhône-Alpes, les pré­fets ont pris des arrê­tés qui obligent tout pro­prié­taire et exploi­tant à détruire les plants d’am­broi­sie sous peine de sanc­tion pénale », constate Philippe de Goustine. « Mais qui doit faire appli­quer cette sanc­tion ? Le maire ? Ca n’a pas de sens ! Les pou­voirs de police doivent rele­ver de l’Etat ».
C’est le sens de la pro­po­si­tion de loi, dépo­sée en avril der­nier par le comité par­le­men­taire de suivi du risque ambroi­sie, emmené par le député UMP de l’Isère Alain Moyne-Bressand. Celle-ci vise à rendre obli­ga­toire et per­ma­nente la lutte contre l’am­broi­sie. Et ce sur tout le ter­ri­toire. Inscrite dans le deuxième plan natio­nal Santé Environnement 2009 – 2013, la lutte contre cette plante est, en effet, deve­nue un enjeu de santé publique.

Plants d'ambroisie. © chatonico.fr

Plants d’am­broi­sie. © cha​to​nico​.fr

De son côté, la Direction géné­rale de la santé tra­vaille sur un pro­jet de loi englo­bant toutes les espèces recon­nues nui­sibles à la santé humaine, dont l’am­broi­sie. Quant à l’as­so­cia­tion Stop ambroi­sie, elle a été reçue au minis­tère de la Santé, fin mai. La prise de conscience pro­gresse donc, mais la lutte est encore bal­bu­tiante. Et pen­dant ce temps, l’am­broi­sie fait son che­min. Avec, der­rière, le spectre d’une situa­tion à la hon­groise, où 50 % de la popu­la­tion est allergique.
L’ambroisie gagne la montagne
« On est sur un pro­ces­sus très long », résume Philippe de Goustine. « On tourne en rond et l’am­broi­sie, elle, avance très vite ». Qui plus est, la plante prend de l’al­ti­tude. Elle a été vue à 1600 mètres. C’est son record. Et il n’est pas rare de la croi­ser à 1000 mètres, même si c’est en quan­tité moindre qu’en plaine, ce qui limite son impact.

Fleurs d'ambroisie. © ambroisie.info

Fleurs d’am­broi­sie. © ambroi​sie​.info

L’espèce aurait donc une cer­taine capa­cité géné­tique à s’a­dap­ter à l’en­vi­ron­ne­ment. C’est une des hypo­thèses sur les­quelles tra­vaille Sébastien Lavergne, cher­cheur au Laboratoire d’é­co­lo­gie alpine de Grenoble (Leca) de l’Université Joseph-Fourier.
Restent tou­te­fois plu­sieurs zones d’ombre. Pourquoi une plante devient-elle enva­his­sante hors de son milieu d’o­ri­gine ? « Pour l’am­broi­sie, on pense qu’elle a été intro­duite seule, sans ses enne­mis natu­rels », avance le cher­cheur. « La plante croît donc plus vite. Elle inves­tit moins de res­sources dans sa défense et plus dans sa crois­sance ». Et, pour l’heure, pas grand-chose ne l’arrête…
Car l’es­pèce n’a pas de véri­tables enne­mis natu­rels en Europe. Il y a bien un petit coléo­ptère, du nom d’ophraella com­muna, capable de limi­ter sa crois­sance, mais la piste des méthodes de lutte bio­lo­gique com­mence à peine à être explo­rée. Là aussi, il fau­dra du temps. Sera-t-il trop tard ? Sûrement car, pour beau­coup, il est impos­sible d’é­ra­di­quer l’am­broi­sie. Tout juste pourra-t-on conte­nir son développement.

Ambroisie en bord de route. © developpement-durable.gouv.fr

Ambroisie en bord de route. © deve​lop​pe​ment​-durable​.gouv​.fr

Quelle solu­tion alors pour les aller­giques ? « Déménager, c’est ce que les méde­cins recom­mandent », rap­porte Philippe de Goustine. Ou se faire désen­si­bi­li­ser. La méthode est semble-t-il effi­cace… mais longue et coû­teuse. Et elle ne règle pas le pro­blème agri­cole, alors que les agri­cul­teurs enre­gistrent jus­qu’à 60 % de pertes sur cer­taines cultures comme le tour­ne­sol qui pousse en même temps que l’am­broi­sie. En atten­dant, ne reste plus qu’à arracher…
Patricia Cerinsek
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

ruban inaugural Saint Ismier
Inauguration d’une nou­velle ligne de covoi­tu­rage et d’un par­king du pôle d’échanges mul­ti­mo­dal à Saint-Ismier

EN BREF – Le Syndicat mixte des mobilités de l’aire grenobloise (Smmag) a inauguré, ce vendredi 13 mai 2022, les deux premiers éléments du pôle Lire plus

Salomé Robin, candidate Nupes sur la première circonscription et Joseph Heysch, son suppléant. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Face à Olivier Véran, Salomé Robin (Nupes), can­di­date sur la 1re cir­cons­crip­tion de l’Isère, compte bien « ne pas faire de la figuration »

FOCUS - Salomé Robin, candidate de la Nouvelle union populaire, écologiste et sociale sur la 1re circonscription de l'Isère a lancé sa campagne pour les Lire plus

La Ville de Fontaine lance une consultation pour "redonner une bouffée d'air frais" à ses parcs et espaces verts
La Ville de Fontaine lance une consul­ta­tion pour « redon­ner une bouf­fée d’air frais » à ses parcs et espaces verts

EN BREF – La Ville de Fontaine lance une consultation auprès de ses habitants pour "redonner une bouffée d'air frais" à ses parcs et espaces Lire plus

Des Arbres et des Hommes
Le pre­mier forum inter­na­tio­nal des arbres et des hommes se tient en mai à Pont-en-Royans 

EN BREF - L’Association drômoise Aset (Arbres sciences et tradition) annonce un événement inédit avec le premier forum international "Des Arbres et des Hommes". Au Lire plus

Les fêtes de la Chartreuse2021
Les Fêtes de la Chartreuse du 16 au 22 mai : la liqueur verte au centre des festivités

FIL INFO – Les Fêtes de la Chartreuse se déroulent du 16 au 22 mai 2022 dans quatre communes ayant toutes un lien avec les Lire plus

Flash Info

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin