Tétras lyre : le défi de Courchevel

Tétras lyre : le défi de Courchevel

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
DECRYPTAGE – D’un côté, des amé­na­ge­ments majeurs pré­vus par la Société des Trois Vallées sur le domaine skiable de Courchevel-La Tania. De l’autre, le Tétras lyre, oiseau emblé­ma­tique en déclin que l’a­mé­na­geur affirme vou­loir pro­té­ger. D’où l’i­dée d’un plan de pré­ser­va­tion de l’es­pèce, avec une étude d’im­pact confiée à un cabi­net grenoblois.
 
 
Combat de Tétras lyre, lors d'une parade amoureuse. © chasseur74.com

Combat de Tétras lyre, lors d’une parade amou­reuse.
© chas​seur74​.com

Il n’y a pas que des skieurs sur les pistes de Courchevel. On y trouve aussi des Tétras lyre, petits coqs de bruyère, sym­bole des Alpes euro­péennes. La popu­la­tion des mâles chan­teurs y est ainsi esti­mée à dix-sept. Les poules, elles, se font plus dis­crètes. Ces oiseaux séden­taires, au lent mais constant déclin, sont en train de deve­nir l’emblème de la très chic sta­tion savoyarde.
 
En même temps qu’elle moder­nise ses équi­pe­ments, ses remon­tées méca­niques et son réseau d’en­nei­ge­ment arti­fi­ciel par un plan d’in­ves­tis­se­ment de 200 mil­lions d’eu­ros, la sta­tion lance un plan de pré­ser­va­tion et d’ac­crois­se­ment de la popu­la­tion des Tétras lyre sur son domaine skiable. Non sans ambi­tion. « Notre objec­tif, à par­tir du Tétras lyre, est de favo­ri­ser le déve­lop­pe­ment du milieu mon­ta­gnard pour que la faune s’y porte bien », explique Claude Faure, pré­sident du direc­toire de la Société des Trois Vallées (S3V), exploi­tant du domaine skiable Courchevel-La Tania.
 
Pour les ins­ti­ga­teurs de ce plan, S3V et ville de Saint-Bon en tête, le Tétras lyre est un pre­mier pas. « Derrière cette espèce para­pluie (ndlr : dont la pro­tec­tion contri­bue à celle d’autres espèces), il en va de la pro­tec­tion de 45 espèces d’oi­seaux. On s’oc­cu­pera du lago­pède, de l’aigle royal… C’est une pre­mière étape dans la mise en place d’un obser­va­toire de l’en­vi­ron­ne­ment sur la vallée ! »

 

Tétras lyre perché sur une branche. © Hans Gasperl

Tétras lyre per­ché sur une branche.
© Hans Gasperl

Objectif donc : conci­lier gros tra­vaux d’a­mé­na­ge­ment et pro­tec­tion de la nature. Comment ? En dimi­nuant le nombre de pylônes et en équi­pant les câbles les plus dan­ge­reux de flot­teurs, plus visibles des oiseaux. Une mesure sur laquelle tra­vaille la S3V aux côtés du Parc de la Vanoise depuis quelques années déjà.
 
« Quand c’est pos­sible, on enterre éga­le­ment les câbles de sécu­rité, qui sont très fins et que les oiseaux ne voient pas », explique Cécile Baudot, char­gée d’é­tude au cabi­net gre­no­blois MDP Consulting, res­pon­sable de l’é­tude d’im­pact. Des zones de tran­quillité sont éga­le­ment dans les car­tons, n’en déplaise aux ama­teurs de hors-piste. Un public qu’il va fal­loir sensibiliser…
 
 
Concertation et compromis
 
 
Le tra­vail a déjà com­mencé. Ainsi, le tracé du télé­siège de la Forêt, en zone Tétras, a été déplacé. Et les études se pour­suivent. Après un pre­mier diag­nos­tic effec­tué par la Fédération dépar­te­men­tale des chas­seurs de la Savoie cet hiver, un second inven­taire est prévu cet été. Objectif : cibler les trois zones d’hi­ver­nage, de chant et de nidi­fi­ca­tion du Tétras lyre pour mieux pré­ser­ver son habi­tat. « C’est de la concer­ta­tion, un com­pro­mis », pour­suit Cécile Baudot. « S’il y a des amé­na­ge­ments d’un côté, il y aura une mise en quié­tude de l’autre. Il s’a­git d’a­mé­na­ger intelligemment ».
 
Parade d'un Tétras lyre.  © Vnp

Parade d’un Tétras lyre.
© Vnp

En réa­lité, la S3V n’a guère le choix, tiraillée entre la néces­sité de moder­ni­ser ses ins­tal­la­tions et les exi­gences régle­men­taires en matière de res­pect des milieux. « On joue le jeu », assure Claude Faure. « On veut mon­trer que l’on n’est pas que des béton­neurs ». Opération de « green­wa­shing »* ? L’accusation ne le gêne pas. « Il y a des arbi­trages à faire. Et je les fais aussi au pro­fit de l’é­co­no­mie régio­nale ». Donnant-don­nant en somme…
 
L’oiseau va-t-il ral­lier tous les suf­frages ? Le plan a réuni du monde autour de la table : mai­rie de Saint-Bon, S3V, fédé­ra­tion des chas­seurs de la Savoie, Parc natio­nal de la Vanoise, Office natio­nal des forêts, Observatoire des gal­li­formes de mon­tagne, Direction régio­nale de l’en­vi­ron­ne­ment, de l’a­mé­na­ge­ment et du loge­ment… Mais pas la Ligue pour la pro­tec­tion des oiseaux (LPO).
 
« Le Tétras lyre est une espèce mena­cée et chas­sée », sou­ligne-t-on à la LPO Savoie.« Alors, on nous met de côté… » Plus simple de faire sans les pre­miers défen­seurs des oiseaux ? « C’est un oubli », se jus­ti­fie Claude Faure.« J’ai bien l’in­ten­tion d’as­so­cier la LPO et la Fédération Rhône-Alpes de pro­tec­tion de la nature (Frapna) ». Le gal­li­forme ne devrait ainsi peut-être pas y perdre trop de plumes.
 

 Patricia Cerinsek

 

 
 
* Terme anglophone que l'on peut traduire par "verdissement d'image". Ce terme est notamment utilisé par les groupes de pression environnementaux pour désigner les efforts de communication sur des avancées en matière de développement durable qui ne s'accompagnent pas de véritables actions pour l'environnement.
 

 

Lire aussi : Tétras : un sym­bole en danger

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Le tétras-lyre un emblème régional menacé. © Bernard Bellon
Le Parc naturel régional de Chartreuse se mobilise pour sauver les derniers Tétras lyre

FOCUS - Alors que touristes et locaux investissent les massifs alpins suite aux abondantes chutes de neige, des panneaux leur signalent désormais les zones de Lire plus

Oiseaux migrateurs et ligue de protection des oiseaux. © LPO/Thomas Cugnod
Opération d’observation des oiseaux en hiver sur les mangeoires avec l’application ludique BirdLab

  FOCUS – L'application Birdlab, qui aide les scientifiques à collecter des données sur le comportement et les interactions des oiseaux en hiver, suscite un Lire plus

La LPO et le Muséum national d'Histoire naturelle invitent les personnes disposant d'un jardin à participer à un comptage d'oiseaux les 26 et 27 mai 2018.
La LPO invite les Isérois à recenser les oiseaux de leur jardin les 26 et 27 mai

FIL INFO – Connaissez-vous les espèces d'oiseaux qui peuplent vos jardins ? La LPO et le Muséum national d'Histoire naturelle proposent aux particuliers de prendre Lire plus

La LPO cherche des bénévoles pour voler au secours des busards cendrés à Saint-Hilaire-de-la-Côte

FIL INFO — La LPO organise une action de sauvegarde des nichées de busards cendrés à Saint-Hilaire-de-la-Côte, les 1er et 2 juin 2019. L'espèce de Lire plus

Flash Info

|

14/06

16h51

|

|

14/06

16h12

|

|

14/06

14h40

|

|

14/06

11h40

|

|

12/06

16h21

|

|

11/06

15h36

|

|

11/06

10h06

|

|

11/06

9h34

|

|

09/06

19h27

|

|

08/06

18h19

|

Les plus lus

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

À voir| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Culture| Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Culture| Grenoble Calling, une « histoire orale » du punk (et des punks) à Grenoble, des années 80 à nos jours

Abonnement| Régionales 2021 : la liste « Agir pour ne plus subir » souhaite faire entendre la voix des musulmans lors des élections

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin