“L’Esplanade est remise en débat, pas en cause”

sep article

Notre indépendance c

 
ENTRETIEN – Le pro­gramme d’aménagement de l’Esplanade de Grenoble fait l’objet de la répro­ba­tion de plus de 10 000 Grenoblois. Ils se sont réunis der­rière une péti­tion ouvrant droit à un nou­vel exa­men de ce pro­jet en conseil muni­ci­pal, ce lundi. Juste avant ce ren­dez-vous cru­cial, l’adjoint à l’urbanisme Philippe de Longevialle a répondu aux ques­tions de Place Gre’net sur l’évolution envi­sa­geable du pro­jet. Il pré­sente sa vision de l’aménagement urbain, mais ana­lyse éga­le­ment la recom­po­si­tion du centre, dont il est l’un des repré­sen­tants gre­no­blois. 
 
 
 
© Nils Louna

© Nils Louna

Philippe de Longevialle a débuté le mili­tan­tisme poli­tique au RPR, à 18 ans, en rai­son de son « atta­che­ment au gaul­lisme ». Chargé de mis­sion auprès du secré­taire géné­ral de la mai­rie lors du man­dat d’Alain Carignon, et à ce titre rat­ta­ché à son cabi­net, il aban­donne fina­le­ment cette famille poli­tique. Il rejoint sa rivale de l’UDF, dont il prend la tête en Isère en 2000, puis du Modem38 en 2007. C’est à Meylan qu’il connaît son pre­mier suc­cès élec­to­ral, comme conseiller muni­ci­pal dans une majo­rité de centre droit. À 52 ans, cet infor­ma­ti­cien de for­ma­tion et expert en immo­bi­lier a pour­suivi son glis­se­ment vers la gauche en s’alliant à Michel Destot au deuxième tour de l’élection muni­ci­pale de 2008. Il est aujourd’hui adjoint à l’urbanisme et à l’aménagement.
 
 
 
Quelle est la marge de manœuvre dans le pro­jet d’aménagement de l’Esplanade exa­miné lundi soir en conseil muni­ci­pal ?
 
C’est un dos­sier qui s’est poli­tisé avec le temps. Nous avons eu l’occasion d’en débattre à plu­sieurs reprises. D’abord dès 2008, avec les habi­tants et les com­mer­çants dans un cli­mat serein, puis en conseil muni­ci­pal en jan­vier 2012. Entre temps, cer­tains habi­tants du quar­tier s’en sont sai­sis pour deman­der le main­tien de leur qua­lité de vie actuelle. La péti­tion est deve­nue aujourd’hui un enjeu élec­to­ral qui regroupe des signa­taires s’opposant à toute forme d’aménagement du lieu. Pourtant, le quar­tier n’a pas changé depuis un demi-siècle. Le bâti est dégradé et les espaces publics ont vieilli. L’Esplanade est deve­nue un gigan­tesque par­king gra­tuit sans charme, encou­ragé par l’autoroute qui draine, chaque jour, plu­sieurs mil­liers de véhi­cules en centre-ville. Nous devons bous­cu­ler cette orga­ni­sa­tion de la mobi­lité. Le pro­jet d’aménagement de l’Esplanade vise à réno­ver ce quar­tier en créant du loge­ment neuf et en pro­té­geant le patri­moine autour de la nou­velle ligne de Tram E qui voit le jour. Il faut redon­ner du lustre et de la cou­leur à ce quar­tier qui est la porte d’entrée et la vitrine de Grenoble.
 
 
© Nils Louna

© Nils Louna

Tout cela ne dit pas quelles conces­sions pour­ront être faites aux oppo­sants du pro­jet qui se sont mon­trés nom­breux ? 
 
La péti­tion remet le pro­jet en débat, mais pas en ques­tion. Nous n’acceptons pas de cou­per en mor­ceaux le pro­gramme d’aménagement qui s’ancre dans un pro­jet glo­bal sur la ville. Des évo­lu­tions sont pos­sibles sur les hau­teurs, les espaces et les formes urbaines, mais ce débat doit être rai­sonné. Nous sommes dans une ville mar­quée par la ver­ti­ca­lité du fait de son envi­ron­ne­ment natu­rel et de ses construc­tions his­to­riques. L’Esplanade est un quar­tier de centre-ville, pas une ban­lieue péri­ur­baine. Nous ne pou­vons nous limi­ter à des immeubles de cinq étages, alors que la ville accueille les tours d’habitation les plus hautes de France que sont les trois tours de l’Ile Verte de cent mètres cha­cune. Une cer­taine den­sité s’impose, com­pre­nant des com­merces en rez-de-chaus­sée, où se ren­dront les habi­tants du quar­tier. Viendront s’ajouter des équi­pe­ments de trans­ports en com­mun et un parc de 6 à 7 hec­tares en bor­dure de l’Isère. Ce sera le seul de la ville. Cet espace, dont la situa­tion entre mon­tagnes et cours d’eau est excep­tion­nelle, n’est pas mis en valeur aujourd’hui.
 
 
La hau­teur de la tour est donc la seule variable d’ajustement majeure ?
 
Une tour a une uti­lité sym­bo­lique. Celle d’un point de repère urbain pour les per­sonnes qui ne connaissent pas Grenoble, comme le crayon de la Part-Dieu à Lyon. Cependant, les condi­tions éco­no­miques pour construire un bâti­ment de ce type ne sont actuel­le­ment pas réunies. À titre de com­pa­rai­son concer­nant la hau­teur, les habi­tants des tours de l’Île verte sont très heu­reux de vivre dans ce qui est devenu un sym­bole de Grenoble. Il faut être vigi­lant à ne pas don­ner une image biai­sée aux tours qui sont aujourd’hui, dans l’inconscient col­lec­tif, des foyers de délin­quants et des sec­teurs sous influence du tra­fic de drogues. Le pro­jet n’est pas celui des années 70, où les loge­ments sociaux étaient concen­trés dans de grandes barres d’immeubles. L’Esplanade accueillera des bâti­ments modernes et per­for­mants, avec un pro­gramme de mixité sociale com­pre­nant 30% de loge­ments sociaux et 10% d’accession sociale.
 
 
© Nils Louna

© Nils Louna

Avec l’aménagement de ce site, ce sont plu­sieurs cen­taines de places de par­king gra­tuites appré­ciées des Grenoblois qui dis­pa­raî­tront. N’est-ce pas ris­qué alors que Grenoble est déjà conges­tion­née ?
 
Ce par­king ne cor­res­pond plus à l’usage de la voi­ture que l’on sou­haite encou­ra­ger à Grenoble. Ce sont essen­tiel­le­ment des habi­tants de Saint-Egrève, de Voreppe et du Fontanil-Cornillon qui y parquent leurs véhi­cules pour aller tra­vailler. La mise sur rails du tram E remet ainsi cette uti­lité en cause. Les par­kings-relais ont une uti­lité en péri­phé­rie, mais cer­tai­ne­ment pas en centre-ville.
 
 
Quid de la foire des rameaux à laquelle aucun nou­vel empla­ce­ment n’a été clai­re­ment pro­posé jusqu’à main­te­nant ? 
 
Nous sommes déter­mi­nés à conser­ver cet évé­ne­ment popu­laire dans le bas­sin gre­no­blois. Or la foire n’a pas tou­jours été ins­tal­lée à l’Esplanade. L’emplacement ne lui est pas réservé, pour seule­ment trois semaines par an… Nous n’avons pas de solu­tion ver­rouillée pour le moment, mais il nous reste du temps. Plusieurs pistes sont étu­diées et nous sol­li­ci­tons actuel­le­ment les dif­fé­rentes com­munes de l’agglomération, puisque le public n’est pas seule­ment gre­no­blois. Aucune n’a donné suite pour le moment. Nous avons saisi la Métro pour qu’une concer­ta­tion puisse être lan­cée à son échelle, afin de trou­ver un grand espace pérenne, acces­sible par les trans­ports en com­mun et sécu­risé. Par ailleurs, la mai­rie reçoit chaque année des cour­riers d’habitants de l’Esplanade qui se plaignent de la pré­sence de la foire, en rai­son du bruit et de la foule qui inves­tit le quar­tier. J’estime que l’argument des signa­taires qui réclament le main­tien de la foire est assez contra­dic­toire avec le res­senti réel des habi­tants.
 
 
© Nils Louna

© Nils Louna

Estimez-vous que ce mou­ve­ment d’opposition à l’aménagement de l’Esplanade est récu­péré poli­ti­que­ment ? 
 
L’urbanisme cris­tal­lise des pro­blé­ma­tiques sociales. À l’origine, le col­lec­tif orga­ni­sant la péti­tion regrou­pait seule­ment des habi­tants du quar­tier. Depuis, d’autres se sont gref­fés au mou­ve­ment pour dénon­cer ce qu’ils appellent « la béto­ni­sa­tion » de la ville. Cet argu­ment déjà entendu au sujet de la Presqu’île et des quar­tiers Flaubert et de Bonne ne tient pas.
La ville a besoin d’évoluer pour le loge­ment et l’emploi et pour faire émer­ger un réseau de trans­ports en com­mun et de parcs publics. Nous avons pris le parti de lut­ter contre l’étalement urbain à la mai­rie, mais aussi dans le schéma de cohé­rence ter­ri­to­riale (SCOT) des­siné par la Métro. Les villes doivent avoir une fin pour pré­ser­ver les espaces agri­coles, les parcs régio­naux et les espaces péri­ur­bains. Il faut opti­mi­ser les espaces libres en ville, en res­tant dans des den­si­tés accep­tables.
La den­sité finale pré­vue à l’Esplanade sera équi­va­lente à celle de la ZAC de Bonne. Alors que nous construi­sons 700 loge­ments par an à Grenoble, le chiffre atteint 3000 à Bordeaux et 3700 à Lyon. Nous construi­sons donc de façon rai­son­nable pour pou­voir maî­tri­ser les prix. C’est une réus­site puisque Grenoble est l’une des seules villes de France où le prix de l’immobilier a baissé de 3400 à 3150 euros / m², tout en aug­men­tant dans le péri­ur­bain. La den­si­fi­ca­tion est une poli­tique glo­bale qui ne peut être regar­dée seule­ment à tra­vers le prisme d’un seul immeuble.
 
 
Sur Place Gre’net, le pré­sident de la fédé­ra­tion isé­roise de l’UMP Jean-Claude Peyrin éta­blis­sait récem­ment un lien direct entre den­si­fi­ca­tion et délin­quance. Qu’en pen­sez-vous ? 
 
Jean-Claude Peyrin a une vision rétro­grade. Tout le monde n’a pas la chance d’avoir une villa à Meylan. Il y a des per­sonnes dans des situa­tions plus com­plexes, aux­quelles nous devons éga­le­ment répondre par de l’accession et du loge­ment social. Le lien entre den­si­fi­ca­tion et délin­quance est dan­ge­reux et faux. Il n’y a pas de délin­quance dans les tours de l’Ile verte, alors qu’il y en avait dans les petits immeubles du quar­tier Châtelet. Les pro­jets urbains menés à Grenoble sont contraires à la béto­ni­sa­tion, car nous créons des espaces verts là où il n’y avait que des toits et du gou­dron. Mais c’est un argu­ment facile puisque la béto­ni­sa­tion fait peur aux habi­tants. La délin­quance ne se résume à aucun quar­tier, ni à aucune situa­tion sociale. Il y a du tra­fic de drogues jusque dans le lycée du Grésivaudan de Meylan ! Jean-Claude Peyrin est favo­rable à une forme de ségré­ga­tion sociale qui place les riches d’un côté et les pauvres de l’autre, mais ce modèle ne fait qu’aggraver la délin­quance.
 
 
© Nils Louna

© Nils Louna

Parlons poli­tique jus­te­ment. Quel regard por­tez-vous sur la recom­po­si­tion du centre à Grenoble ? 
 
Être cen­triste, c’est se pri­ver de toute car­rière poli­tique. Sinon, il faut opter pour les deux par­tis bipo­laires et pro­gres­ser dou­ce­ment dans l’organisation. Le choix du centre est celui de la concer­ta­tion, lais­sant la pos­si­bi­lité de construire des alliances poli­tiques de cir­cons­tances sans aucune allé­geance ni vas­sa­li­sa­tion. C’est le contraire de ce qui est mené à l’UDI qui a clai­re­ment annoncé qu’il s’unirait tou­jours à l’UMP. Ce n’est pas un parti habité par l’idéal cen­triste.
 
 
Nous fai­sions davan­tage réfé­rence à l’éclatement du groupe cen­triste au conseil muni­ci­pal. La situa­tion est-elle claire désor­mais ? 
 
Il y a eu une sépa­ra­tion au moment des régio­nales de 2010, quand Stéphane Gemmani et Morad Bachir-Cherif ont quitté le groupe cen­triste. Ils ne sont d’ailleurs plus du centre puisqu’à l’élection pré­si­den­tielle der­nière, alors que tous les cou­rants étaient repré­sen­tés, c’est François Hollande qu’ils ont sou­tenu plu­tôt que François Bayrou. Ils ont mar­qué la rup­ture avec la famille cen­triste. Dont acte. Ils ne sont plus au Modem qui conti­nuera d’exister sans eux à Grenoble.
 
 
© Nils Louna

© Nils Louna

Mais François Bayrou ne repré­sente pas le centre à lui tout seul. Vous-même aviez déclaré que le Modem était « mort » à l’occasion de votre exclu­sion en 2010.
 
Il y a des dis­putes dans toutes les familles poli­tiques. François Bayrou a une forte per­son­na­lité poli­tique et incarne le ras­sem­ble­ment der­rière un lea­der. Cependant, il n’est pas un homme de parti et a du mal à gérer une col­lé­gia­lité en rai­son d’un tem­pé­ra­ment soli­taire. Cela fait effec­ti­ve­ment de l’ombre à des per­son­na­li­tés qui pour­raient éclore autour de lui.
 
 
Y aura-t-il une can­di­da­ture cen­triste à Grenoble pour l’élection muni­ci­pale de 2014 ou envi­sa­gez-vous une alliance dès le pre­mier tour ?
 
Nous sommes en mesure d’avoir des alliances avec des per­son­na­li­tés poli­tiques modé­rées à l’échelle locale, comme avec Alain Juppé à Bordeaux, François Rebsamen à Dijon ou Gérard Collomb à Lyon. Concernant Grenoble, une alliance poli­tique s’est for­mée en 2008 quand la majo­rité s’est sépa­rée du cou­rant éco­lo­giste qui était en rup­ture. Je suis satis­fait de cette col­la­bo­ra­tion. Il sera néan­moins impor­tant que la sen­si­bi­lité cen­triste puisse s’exprimer aux muni­ci­pales. Nous envi­sa­geons donc de pré­sen­ter une liste.
© Nils Louna

© Nils Louna

 
 
Vous avez eu l’occasion de tra­vailler à Grenoble avec une majo­rité de droite, puis dans une majo­rité de gauche. Quelle était la situa­tion la plus confor­table ? 
 
Leurs diver­gences sont idéo­lo­giques mais le fonc­tion­ne­ment est le même. J’ai davan­tage d’affinités avec les orien­ta­tions poli­tiques pro­po­sées par la majo­rité actuelle. Et le constat du retour d’Alain Carignon à droite ne fait que confir­mer mon choix. Mais quand le pou­voir se pro­longe, les habi­tudes s’installent et deviennent pro­blé­ma­tiques. Il faut aussi savoir s’ouvrir à d’autres hori­zons pour par­ta­ger le pou­voir dans le cadre d’alliances locales.
 
 
Votre hori­zon peut-il s’étirer jusqu’aux éco­lo­gistes, bien qu’ils vous reprochent votre passé dans l’équipe d’Alain Carignon ? 
 

 

© Nils Louna

© Nils Louna

Avec l’écologie oui. Avec les éco­lo­gistes gre­no­blois non. Leurs posi­tions sont trop tran­chées et uti­lisent de basses méthodes. Ils n’ont pas digéré d’avoir été écar­tés de la majo­rité en 2008, au pro­fit du centre, et se vengent avec des attaques for­mu­lées par l’ADES sur ma vie pri­vée, rejoint depuis par l’UMP38. Cela tra­duit l’impossibilité d’un débat poli­tique serein avec ces for­ma­tions. Même si j’ai des désac­cords avec eux, je ne m’abaisse pas à atta­quer leurs diri­geants comme eux le font, alors même que la ministre du Logement, Cécile Duflot, défend la den­si­fi­ca­tion. Par ailleurs, le plan local d’urbanisme que l’on applique aujourd’hui a, pour rap­pel, été conçu en 2005 par les éco­lo­gistes Pierre Kermen et Maryvonne Boileau.
 
Propos recueillis par Victor Guilbert
 
 
N. B. 1 : L’entretien a été réa­lisé à Grenoble le mardi 11 juin dans le bureau de Philippe de Longevialle à l’Hôtel de ville. Il n’a pas été sou­mis à relec­ture. 
 
N. B. 2 : La pré­sen­ta­tion de Philippe de Longevialle men­tion­nant sa fonc­tion de direc­teur de Cabinet d’Alain Carignon a été modi­fiée le 18 juin 2013, suite à une remarque de ce der­nier, indi­quant qu’il n’a­vait eu « aucune fonc­tion de direc­tion auprès de lui ».  Et celui-ci de pré­ci­ser : « J’ai certes été chargé de mis­sion auprès du secré­taire géné­ral de la mai­rie de l’é­poque, et à ce titre rat­ta­ché au cabi­net  mais je n’ai assisté à aucune réunion de cabi­net ni encore moins par­ti­cipé à l’ac­ti­vité du cabi­net. Chacun sait d’ailleurs que mes rela­tions avec Alain Carignon n’ont jamais été au beau fixe. J’ai d’ailleurs quitté le RPR en 1993. »
  
- Consultez ici les autres entre­tiens poli­tiques du Dimanche de Place Gre’net. 
 
 
commentez lire les commentaires
6577 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. @Philippe de Longevialle
    « Elles [les tours] consti­tuent une forme urbaine parmi d’autres qui se jus­ti­fie par­fois et qui n’est pas adap­tée en d’autres contextes » écri­vez-vous, je suis d’ac­cord. Je me demande donc quelle est la jus­ti­fi­ca­tion sur l’Esplanade. Ce ne serait pas pour mettre plus d’ha­bi­tants sur cet « espace » ?
    L’Esplanade n’est pas « en ville », mais sur un de ses bords. Ce quar­tier est sépa­rée de la place Hubert Debedout, vraie entrée, par un pont. Les purs gre­no­blois disent « en ville » en par­lant du centre pié­ton un peu élargi. Donc un par­king sur l’Esplanade, pour­quoi pas ? Je ne suis pas sure que les tou­ristes, qui veulent visi­ter la ville, laissent leur voi­ture à St Egrève pour venir par le tram. Alors que l’Esplanade n’est pas loin pour lais­ser la voi­ture et venir la récu­pé­rer.

    sep article
  2. M. de Longevialle ment par omis­sion à pro­pos de la den­sité. En effet il dit « La den­sité finale pré­vue à l’Esplanade sera équi­va­lente à celle de la ZAC de Bonne », soit infé­rieure à 100 logements/hectare. L’association « Vivre à Grenoble » a mon­tré que la sur­face prend en compte la sur­face de la rivière mitoyenne jus­qu’à l’autre rive et une par­tie du mas­sif de la Bastille incons­truc­tible. Il double pra­ti­que­ment la sur­face. La den­sité cal­cu­lée comme nombre de loge­ments pour la sur­face construite est de 175 loge­ments / hec­tare. C’est une des nom­breuses ficèles pour vendre ce pro­jet que les citoyens ont dépe­lo­ton­nées. Merci à l’as­so­cia­tion « Vivre à Grenoble » qui a fait un tra­vail de veille très pré­cieux.

    sep article
  3. @ Jean-Marc CANTELE
    Je n’ai pas cité le R&V mais je fai­sais allu­sion au site inter­net de l’ADES-Grenoble
    @ Caro
    Je n’ai jamais dit que j’a­vais glissé vers la gauche, il s’a­git d’un com­men­taire du jour­na­liste.
    Je suis cen­triste et le reste. Quand aux tours, je ne com­prend pas la polé­mique qu’elles sus­citent. Personne n’est obligé d’y habi­ter. Elles ne sont ni un modèle ni un objet de rejet. Elles consti­tuent une forme urbaine parmi d’autres qui se jus­ti­fie par­fois et qui n’est pas adap­tée en d’autres contextes.
    Quand au par­king relais, le propre de ce type de par­king est de se situer en bout ou milieu de ligne et sur­tout pas dans la ville car l’ob­jec­tif est jus­te­ment d’é­vi­ter que les véhi­cules ne pénètrent en ville s’ils peuvent sta­tion­ner bien en amont et opé­rer un trans­fert modal. Un par­king relais en ville est un non-sens.

    sep article
  4. L’entretien est certes bien mené et fort inté­res­sant, mais je rigole dou­ce­ment quand M. De Longevialle dit qu’il a glissé vers la gauche. Ce ne serait pas plu­tôt M. Destot qui aurait glissé vers le centre ?
    Le Centre ne serait donc qu’une anguille ou un parti qui va « d’où souffle le vent » ?

    « Le choix du centre est celui de la concer­ta­tion, lais­sant la pos­si­bi­lité de construire des alliances poli­tiques de cir­cons­tances sans aucune allé­geance ni vas­sa­li­sa­tion »

    J’ai habité quelque temps une des tours de l’Ile Verte, une des aber­ra­tions de l’an­cien maire Michallon. Une tour est un vil­lage en lui-même tel­le­ment il y a d’ha­bi­tants, elle vit sa propre vie, sans s’in­té­grer au quar­tier. Si l’Esplanade doit être un vrai quar­tier, sur­tout ne pas construire de tour.
    Que veut faire la muni­ci­pa­lité à l’Esplanade ? Entasser les gens ? oups, par­don, « den­si­fier » l’es­pace. Quelle erreur d’en­le­ver le par­king relai qu’elle repré­sen­tait ! tout le monde ne pren­dra pas le tram E donc ça va conti­nuer à bou­chon­ner sur le pont de la Bastille et il y aura tou­jours autant de voi­tures à Grenoble.
    Pour 2014, le PS à Destot ou son rem­pla­çant et le MODEM ont du souci à se faire s’ils veulent gar­der la mai­rie …

    sep article
  5. J’ai lu avec beau­coup d’at­ten­tion l’in­ter­view bien faite et réa­li­sée par V. Guilbert, de Ph. Falcon de Longevialle. Je mets ce der­nier au défi de trou­ver ne serait-ce qu’une seule attaque per­son­nelle dont il semble faire grand cas, dans le R&V la lettre heb­do­ma­daire élec­tro­nique de l’ADES que je pré­side. S’il est un sujet de pré­di­lec­tion pour la rédac­tion du R&V, c’est qu’il incarne les méthodes et orien­ta­tions poli­tiques notam­ment en matière immo­bi­lière qua­li­fiée d’ur­ba­nisme que nous reje­tons comme une majo­rité de Grenoblois.

    sep article
  6. Ping : L’Esplanade est remise en débat ma...