Philippe de Longevialle : “Il n’y a pas de modèle d’écoquartier”

Philippe de Longevialle : “Il n’y a pas de modèle d’écoquartier”

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
ENTRETIEN – En pleine réflexion sur la révi­sion du Plan Local d’Urbanisme, docu­ment direc­teur de l’a­mé­na­ge­ment de la ville, Grenoble accueillait la semaine der­nière la Biennale de l’ha­bi­tat durable. L’occasion de s’in­ter­ro­ger avec Philippe de Longevialle, adjoint au maire en charge de l’ur­ba­nisme et de l’a­mé­na­ge­ment, sur le visage de l’ag­glo­mé­ra­tion dans le futur. Récompensée en 2009 par le Grand Prix natio­nal Ecoquartiers pour le pro­jet de Bonne, la ville conti­nue en effet sur sa lan­cée et construit de nou­veaux écoquartiers.
Le quar­tier de Bonne a été pré­senté comme un modèle d’é­co­quar­tier en France. Où en est-il aujourd’­hui, quatre ans après sa livraison ? 
Philippe de Longevialle, adjoint au maire de Grenoble à l'urbanisme et l'aménagementPhilippe de Longevialle, adjoint au maire de Grenoble à l’ur­ba­nisme et l’aménagement
Lorsque la Zac de Bonne a été lan­cée, l’ob­jec­tif était ambi­tieux : 50% de consom­ma­tion éner­gé­tique en moins. Soit au niveau des normes et per­for­mances ins­tau­rées par le Grenelle 2 de l’en­vi­ron­ne­ment, entré en vigueur au 1er jan­vier 2013. Mais ce quar­tier a été conçu en 2004 et inau­guré en 2010.
Globalement, la per­for­mance que nous nous étions fixée est tenue. A la livrai­son du bâti­ment, il y a bien eu un temps pour se mettre en marche et quelques dif­fi­cul­tés concer­nant la per­for­mance ther­mique, dues à une mau­vaise iso­la­tion de cer­taines cana­li­sa­tions… L’autoévaluation des per­for­mances éner­gé­tiques que nous avions mise en place et la der­nière série de mesures ont tou­te­fois mon­tré que nous res­pec­tions les enga­ge­ments pré­vus. Nous avons joué la trans­pa­rence sur ce pro­jet. De ce fait, nous avons eu des cri­tiques, mais en réa­lité, aujourd’­hui nous attei­gnons les objectifs.
Enfin, for­cé­ment les com­por­te­ments des habi­tants ont une place dans cette per­for­mance. Les bâti­ments sont conçus pour être confor­tables avec une tem­pé­ra­ture de 19°C en hiver, c’est-à-dire qu’ils sont pen­sés pour être étanches et homo­gènes en terme de cha­leur. C’est une véri­table bou­teille ther­mos. Après, on ne peut empê­cher quel­qu’un qui veut mettre 25°C de le faire, mais for­cé­ment cela a un impact sur la consommation.
Aujourd’hui l’Esplanade, la Presqu’île ou encore le quar­tier Flaubert sont en cours d’a­mé­na­ge­ment. Pourquoi faire des éco­quar­tiers ? Ce sont des expé­riences iso­lées ou bien la pré­fi­gu­ra­tion de la ville de demain ? 
Chaque quar­tier est une expé­rience. Ceux-ci le sont encore plus, dans le sens où l’on expé­ri­mente des tech­no­lo­gies nou­velles, où l’on essaye de s’a­dap­ter aux nou­veaux usages… Mais l’en­semble de la ville doit pro­fi­ter de ces pro­grès. Aucun construc­teur n’a­vait réussi une telle per­for­mance avant le quar­tier de Bonne. Maintenant, ils savent le faire. D’autre part, sans attendre la fin de la Zac de Bonne, la ville de Grenoble a imposé que tous les bâti­ments res­pectent la norme BBC (Bâtiment Basse Consommation). L’idée est donc de pou­voir faire pro­fi­ter toute la ville de ce savoir-faire.
Un éco­quar­tier, ce n’est pas qu’un ensemble de bâti­ments BBC. Ce sont aussi de nou­veaux modes de mobi­lité. Les habi­tants de Bonne se déplacent deux fois plus à vélo que le reste de la ville, par exemple. Cela implique de pen­ser aux modes de trans­ports doux, mais aussi aux ques­tions de mixi­tés sociale et fonc­tion­nelle et à la qua­lité des espaces vivables.

Ecoquartier de la ZAC de Bonne à Grenoble par ter­ri­toi­res­gouv
Certains reprochent à ces éco­quar­tiers d’être des « para­dis à bobos » cou­pés du reste de la ville, de n’être pas mixtes socia­le­ment… Comment avez-vous géré ces ques­tions à Grenoble ? 
La Zac de Bonne, c’est aussi 40% de loge­ments sociaux, une par­tie en acces­sion à prix de vente pla­fonné, des rési­dences étu­diants, des hôtels, une crèche, une école et un cinéma. Les loge­ments sociaux sont inté­grés dans tous les îlots, la mixité sociale fai­sant vrai­ment par­tie des objec­tifs. Et tous les citoyens peuvent aller s’y ins­tal­ler. A l’op­posé des para­dis à bobos, les rues de la Zac sont dans la conti­nuité du quar­tier Championnet et des Grands Boulevards, il y a même des rues qui tra­versent le centre com­mer­cial pour assu­rer la conti­nuité urbaine.
L'Esplanade du futur

L’Esplanade du futur

De même, le parc de la Zac est dans le pro­lon­ge­ment du parc Hoche. On rénove d’ailleurs ce quar­tier en remet­tant des com­merces. Il est donc par­fai­te­ment inté­gré au reste de la ville, même si évi­dem­ment, d’un point de vue archi­tec­tu­ral, il y a cin­quante années d’é­cart entre la Zac réha­bi­li­tée et son envi­ron­ne­ment. Forcément, cela se voit.
Le quar­tier Vauban en Allemagne, construit à l’i­ni­tia­tive des habi­tants, est sou­vent cité comme exemple. Comment avez-vous traité cette ques­tion de la par­ti­ci­pa­tion des citoyens ? 
La prin­ci­pale dif­fé­rence entre la Zac de Bonne et l’é­co­quar­tier Vauban tient au fait que ce der­nier est à l’é­cart de la ville. Les gens vivent entre eux à Vauban, alors qu’à Bonne le quar­tier est inté­gré dans la ville. Il est même en centre-ville, ce qui est une pre­mière. Bonne, c’est le concept de la ville de demain, c’est-à-dire la réno­va­tion urbaine. La contre­par­tie du quar­tier de Vauban, c’est que les habi­tants se sont fait un quar­tier pour eux, non pour la ville. A Grenoble, nous avons essayé de construire un quar­tier pour toute la ville, avec un grand centre com­mer­cial, un beau parc… De ce fait, on a éva­cué l’ef­fet NIMBY (Not In My BackYard : pas dans mon arrière-cour), c’est-à-dire l’op­po­si­tion d’ha­bi­tants à un pro­jet local d’in­té­rêt géné­ral dont ils estiment qu’ils subi­ront les nui­sances. Personne ne s’est appro­prié ce quar­tier qui est un lieu de vie pour tous les Grenoblois.
Un immeuble produisant plus d'énergie qu'il n'en consomme.

Un immeuble pro­dui­sant plus d’éner­gie qu’il n’en consomme.

Au début, nous ne connais­sions pas les futurs habi­tants, puis­qu’il s’a­gis­sait de l’a­mé­na­ge­ment d’une friche urbaine. On a donc asso­cié les quar­tiers autours. Au fur et à mesure que les gens sont arri­vés dans la Zac, ils se sont impliqués.
D’autre pro­jets d’é­co­quar­tiers sont en cours de réa­li­sa­tion, à la Presqu’île ou encore à l’Esplanade. En quoi dif­fè­re­ront-ils de celui de Bonne ? 
Il n’y a pas de modèle d’é­co­quar­tier. Chaque espace est à amé­na­ger en fonc­tion de son envi­ron­ne­ment et de sa fonc­tion. Ces deux pro­jets sont évi­dem­ment conçus pour répondre à des cri­tères envi­ron­ne­men­taux et de qua­lité de vie. Il y a donc des carac­té­ris­tiques com­munes : espaces verts, modes de trans­port doux, qua­lité ther­mique et acoustique… 
Mais le quar­tier de la Presqu’île va, par exemple, avoir des espaces mutua­li­sés, des appar­te­ments en libre ser­vice, des crèches « tenues » par les habi­tants, des jar­dins par­ta­gés… Il y a une taille cri­tique à par­tir de laquelle on peut intro­duire des ser­vices mutua­li­sés. La charge répar­tie sur l’en­semble des loge­ments est alors fina­le­ment faible par rap­ports aux avan­tages pro­cu­rés. On ne l’a pas fait dans le quar­tier de Bonne parce que nous n’é­tions pas encore assez murs. Il y a donc une évo­lu­tion. Nous tenons compte de nos expé­riences pour faire tou­jours mieux. 
Toujours à la Presqu’île, nous construi­sons un îlot tota­le­ment auto­nome. Il pro­duira son eau et son élec­tri­cité, gèrera ses déchets… C’est un pro­jet expé­ri­men­tal mais qui, en évi­tant de tirer des réseaux énormes, per­met­tra d’é­co­no­mi­ser la res­source publique. Limiter la taille des réseaux à entre­te­nir, qui sont extrê­me­ment coû­teux, risque d’être un enjeu pour les muni­ci­pa­li­tés dans le futur. 
Le projet de l'Esplanade
Le pro­jet de l’Esplanade conçu par l’ar­chi­tecte Christian de Portzamparc
Quand ces deux pro­jets ver­ront-ils le jour ?
Ils sont en cours. L’Esplanade devrait être ter­mi­née autour de 2025 – 2030 et la Presqu’île vers 2035. La Presqu’île est un pro­jet énorme qui vise à ame­ner de la vie, de l’ha­bi­tat et du com­merce dans un quar­tier pour le moment mono-fonc­tion et peu vivant. Il ne faut pas oublier que l’ur­ba­nisme est une science du temps long. On construit pour le futur. C’est aussi l’une des dif­fi­cul­tés de la concer­ta­tion qui met en avant des pré­oc­cu­pa­tions impor­tantes, mais de court-terme. Il faut aussi essayer de se projeter.
Enfin, ces quar­tiers ne sont pas figés. Les avan­cées tech­no­lo­giques, les nou­veaux modes de trans­ports, ainsi que les évo­lu­tions des modes de vie sont des para­mètres qui peuvent ame­ner à une réorien­ta­tion du pro­jet pour que celui-ci soit le mieux adapté aux attentes des Grenoblois.
Remettre la nature au coeur de la ville. Remettre la nature au cœur de la ville.
Grenoble est en train de révi­ser son Plan Local d’Urbanisme (PLU). Y a‑t-il un plan glo­bal de trans­for­ma­tion éco­lo­gique de la ville ?
Les pro­jets urbains sont auto­nomes, mais la révi­sion du PLU a pour objec­tif d’in­té­grer les nou­velles normes du Grenelle 2, l’exi­gence BBC et les plans de dépla­ce­ments urbains. Il faut aussi prendre en compte les docu­ments supra-com­mu­naux, à l’é­chelle de l’in­ter­com­mu­na­lité. On ne gère plus un espace entouré de fron­tières, mais on s’ins­crit dans un fonc­tion­ne­ment métropolitain. 
L’adaptation du PLU, c’est aussi de voir com­ment on s’a­dapte aux attentes des gens, aux modi­fi­ca­tions des com­por­te­ments, au vieillis­se­ment de la popu­la­tion. Nous essayons éga­le­ment de redé­fi­nir la ques­tion de la proxi­mité, des dépla­ce­ments et de l’ac­cès à l’in­for­ma­tion de manière tota­le­ment dif­fé­rente. La proxi­mité n’est donc plus for­cé­ment une ques­tion de dis­tance phy­sique, mais aussi de temps d’accès. 
Nous tra­vaillons donc sur la végé­ta­li­sa­tion des espaces, le retour de la nature en ville, les espaces de « cowor­king », le télé­tra­vail… Peut être que tout cela va chan­ger le rap­port à l’es­pace urbain. 
Propos recueillis par Lucas Piessat 
A lire aussi : Ecoquartiers : trop verts pour être murs
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Place Gre'net

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Journée de grève nationale des agents territoriaux ce 31 mars 2022 : rassemblement à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Très faible mobi­li­sa­tion à Grenoble pour la jour­née natio­nale de grève des agents territoriaux

FOCUS - Ce jeudi 31 mars 2022, journée de grève nationale des agents territoriaux, guère plus de 70 personnes se sont rassemblées vers 10 heures Lire plus

La solution technique retenue par l'OIRCT pour la réinstallation d'une première cabine téléphonique à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
« Remontada » des cabines télé­pho­niques : une pre­mière ins­tal­la­tion pérenne inau­gu­rée dans le parc Marliave de Grenoble

REPORTAGE VIDÉO - Le collectif Observatoire international pour la réinstallation des cabines téléphoniques (OIRCT) a inauguré le retour d'une première cabine publique ce vendredi 25 Lire plus

La statue de la liberté de Roybon. © Ville de Roybon
En Isère, les col­lec­ti­vi­tés rachètent les ter­rains du Center parcs : un nou­veau cadeau pour Pierre & Vacances ?

  ENQUÊTE - À Roybon, les collectivités locales ont remis la main sur les terrains du Center parcs. Mais les élections en ligne de mire Lire plus

Le plan local d'urbanisme, qui empiétait sur des terres agricoles, forestières et/ou exposées aux risques avalanches a été annulé par la justice. DR
Illégal, le plan local d’ur­ba­nisme de Val d’Isère est annulé par le tri­bu­nal administratif

FIL INFO - Illégal, le plan local d'urbanisme de Val d'Isère a été annulé par le tribunal administratif de Grenoble. Le document prévoyait de rendre Lire plus

PLU de Claix : une asso­cia­tion d’ha­bi­tants adresse une lettre ouverte aux élus de la Métro

FIL INFO - L'Association pour une urbanisation équitable à Claix (Apuec) a fait parvenir aux groupes politiques de la Métro une lettre ouverte pour dénoncer Lire plus

Projet d’ex­ten­sion de la car­rière Vicat : le conseil muni­ci­pal de Sassenage donne un avis favorable

FIL INFO - Le conseil municipal de Sassenage a donné son feu vert au projet présenté par le groupe cimentier Vicat, ce lundi 12 mars Lire plus

Flash Info

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin