A la Villeneuve, « la démolition n’est pas la solution »

sep article



INTERVIEW – « A 80 ans pas­sés », Jean-François Parent, urba­niste en chef du pro­jet de la Villeneuve et ex-pré­sident de l’office HLM de Grenoble, est l’un des plus anciens habi­tants du quar­tier. D’abord loca­taire, il est ensuite devenu pro­prié­taire d’un appar­te­ment niché au 12e étage d’une tour qui sur­plombe le parc Jean Verlhac. C’est là qu’il nous a reçus, quelques jours avant la fête du 40e anni­ver­saire de la Villeneuve, pour dres­ser son propre bilan de ce pro­jet uto­pique et ambi­tieux.
 
 
 

Jean-François Parent

 

 
Depuis la créa­tion de la Villeneuve il y a 40 ans, en quoi le cli­mat a‑t-il changé ?
 
Ce quar­tier a été mar­qué par les besoins spé­ci­fiques de l’époque, dans une période où la muni­ci­pa­lité était por­tée sur l’innovation sociale. Quarante ans plus tard, la société a beau­coup changé : elle doit faire face à des dif­fi­cul­tés éco­no­miques et sociales, est aussi plus refer­mée sur elle-même et plus crain­tive vis-à-vis de l’innovation.
 
Quel bilan tirez-vous aujourd’hui de cette expé­rience ?
 
Le prin­ci­pal pro­blème est social : pen­dant la période Carignon, on a entassé volon­tai­re­ment des gens dans les loge­ments sociaux, ce qui fait qu’on a assisté à un phé­no­mène de concen­tra­tion des popu­la­tions ayant des dif­fi­cul­tés d’adaptation lin­guis­tiques, ou des dif­fi­cul­tés éco­no­miques et sociales.
 
Pour quelles rai­sons êtes-vous fer­me­ment opposé au pro­jet de démo­li­tion du 50 porté par la muni­ci­pa­lité  ?
 
Le fait de détruire soixante loge­ments au numéro 50 ne chan­gera rien ! On dépense des mil­lions pour démo­lir alors que nous sommes dans une période où il manque encore plus de 10 000 loge­ments ! Il s’agit avant tout d’un coup média­tique. Quand on parle de créer une ouver­ture, c’est pareil : les gale­ries actuelles situées au pied des immeubles per­mettent déjà de voir ce qu’il y a de l’autre côté ! Est-ce que quand vous cir­cu­lez en ville, vous voyez ce qui est de l’autre côté des bâti­ments ?
 
Avez-vous peur que le pro­jet de réha­bi­li­ta­tion déna­ture l’esprit de la Villeneuve ?
 
Bien sûr ! Lorsqu’on réadapte des loge­ments, on le fait habi­tuel­le­ment dans le res­pect de leur spé­ci­fi­cité archi­tec­tu­rale, qui était pour la Villeneuve carac­té­ris­tique du mou­ve­ment moderne. Il n’y a qu’à Grenoble qu’on ne s’en rend pas compte ! Mais le plus grave, c’est que cela ne va rien chan­ger aux pro­blèmes sociaux.
 
Vous avez pour­tant choisi de res­ter dans le quar­tier…
 
Je suis très bien ici ! Je souffre de la situa­tion actuelle, mais ce n’est pas une rai­son pour déser­ter ! On ne se refait pas… J’habite ici depuis 1972, date de livrai­son de la pre­mière mon­tée. J’ai tou­jours cru que la coexis­tence de loge­ments sociaux et de copro­prié­tés dans le même bâti­ment per­met­tait au moins de favo­ri­ser une coexis­tence par­tielle, une sorte de covoi­si­nage.
 
Vous recon­nais­sez que le quar­tier a évo­lué. Quels sont les pro­blèmes que vous iden­ti­fiez ?
 
On connaît ces pro­blèmes depuis long­temps : les ascen­seurs en nombre insuf­fi­sants, les cour­sives trop longues… Il y a des fuites sur les façades dues notam­ment à un manque d’entretien chro­nique. Les par­kings silos ne fonc­tionnent pas car ils n’ont jamais été gérés. Il faut donc retrou­ver un sys­tème de ges­tion et abor­der les pro­blèmes dans leur ensemble.
 
Vous êtes éga­le­ment très cri­tique vis-à-vis de la poli­tique menée par la ville… 
 
L’urbanisme, ce n’est pas de construire et de démo­lir, mais de réflé­chir à pour­quoi il y a des dif­fi­cul­tés. Et ces dif­fi­cul­tés ne se situent sou­vent que très par­tiel­le­ment dans la forme des bâti­ments et majo­ri­tai­re­ment dans les pro­blèmes sociaux. Il ne faut donc pas croire que c’est en démo­lis­sant qu’on va subi­te­ment sor­tir des gens de la pau­vreté !
 
Propos recueillis par ML
 
Découvrez les autres articles publiés dans ce dos­sier :
 
 
 
Aides aux commerçants
commentez lire les commentaires
4478 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.