Cité Lib by Ha:mo : après dix-huit mois, l’heure du bilan

sep article

FOCUS – En septembre 2015, la Métropole de Grenoble inaugurait un service de mobilité urbaine innovant et alternatif : « Cité Lib by Ha:mo ». Un système d’autopartage 100 % électrique unique au monde, auquel plus de 1000 personnes ont déjà adhéré. Premier bilan dix-huit mois après le lancement.

 

 

 

Le premier bilan sur Cité Lib by Ha:mo. Giovanna Crippa Place Gre'net

Premier bilan de Cité Lib. © Giovanna Crippa – placegrenet.fr

Depuis un an et demi, des mini-voitures aux couleurs vives et au look futuriste circulent dans les rues de l’agglomération : 35 quatre-roues biplaces Toyota Coms, et 35 Toyota I-Roads, trois-roues au design léger et ergonomique destiné à ne transporter que le conducteur.

 

L’origine de ces véhicules d’autopartage 100 % électriques et ultracompacts ? Cité Lib by Ha:mo, service de mobilité urbaine lancé en septembre 2015 par Grenoble-Alpes Métropole et la Ville de Grenoble en partenariat avec Toyota, CitéLib et Sodetrel.

 

Qu’ils soient à trois ou quatre roues, le but de ces véhicules reste le même : offrir un mode de transport urbain permettant aux usagers de gagner du temps dans les déplacements quotidiens, tout en minimisant l’impact sur l’environnement.

 

 

 

Une communauté de 1000 utilisateurs

 

 

« Les chiffres parlent d’eux-mêmes : avec 70 véhicules en libre-service 24 heures sur 24, 27 stations réparties dans toute l’agglomération et 120 points de recharge exploités, le bilan à mi-parcours de cette expérimentation unique en son genre est tout à fait positif et encourageant », déclare Martin Lesage, directeur de Cité Lib. « Quant au nombre d’utilisateurs, plus de 1000 personnes ont adhéré à la communauté, avec une accélération des inscriptions ces derniers temps, jusqu’à 100 adhérents par mois. Après dix-huit mois de service, nous pouvons affirmer que les objectifs envisagés lors du lancement sont atteints. »

 

Parmi les nouveaux inscrits, figurent en particulier les jeunes, « victimes » – pour utiliser l’expression de Martin Lesage – d’un véritable “coup de cœur” pour les séduisants Toyota I-roads. D’autres cibles dans l’avenir ? Le public féminin et les personnes âgées.

 

Pratique, flexible, rapide et économique, Cité Lib by Ha:mo présente en effet de nombreux avantages, dont des déplacements souples en ville sans retour obligé au point du départ et le stationnement aisé et gratuit dans toutes les rues.

 

Cité-lib Toyota I-Roads

Les fameux Toyota I-Roads seuls… © Giovanna Crippa – placegrenet.fr

Ou encore, la possibilité de disposer en toute liberté d’un véhicule en le réservant même à la dernière minute, à partir d’un smartphone ou d’un ordinateur.

 

Le but visé ? Apporter aux Grenoblois une solution de mobilité individuelle plus écologique, en complément des transports en commun, surtout pendant les heures de pointe. « Environ 71 % des utilisateurs de Cité Lib by Ha:mo jonglent d’habitude entre tram, bus, vélo et voiture », explique le président de Grenoble-Alpes Métropole Christophe Ferrari. « La connexion du service à l’application Métromobilité permet, en outre, aux citoyens de calculer le meilleur itinéraire en comparant plusieurs modes de déplacements. Et de s’informer en temps réel sur la disponibilité de véhicules dans les stations ou sur l’état du trafic routier. »

 

 

 

« L’idée est de prospecter les nouveaux besoins de mobilité »

 

 

Multimodalité et innovation : voici les maîtres-mots sur lesquels se base cet original dispositif d’autopartage. « Si la Métropole s’est engagée dans un projet qui vise à tester, au cours de trois années, un mode encore aujourd’hui unique au monde, c’est parce qu’elle a à cœur de promouvoir sur son territoire la mise en place de solutions de mobilité orientées vers le futur », précise Christophe Ferrari. « L’idée est de prospecter, d’imaginer et de répondre aux nouveaux besoins de mobilité qui peuvent apparaître et qui apparaîtront au sein de l’agglomération. »

 

Cité Lib et Toyota I-Roads

… et avec les parteaires du projet. © Giovanna Crippa – placegrenet.fr

Un exemple ? Encourager le recours aux véhicules urbains à vitesse limitée fonctionnant avec une énergie 100 % renouvelable. Le tout dans la logique de métropole apaisée, chère à la Métro.

 

« L’expérimentation Cité Lib by Ha:mo  vise à “démotoriser” les Grenoblois, c’est-à-dire à leur faire prendre la distance par rapport à la propriété d’une voiture », complète Jacques Wiart, adjoint aux déplacements et à la logistique urbaine de la Ville de Grenoble.

 

« Nous entendons donc jouer à fond la carte de l’autopartage afin de bien repositionner cet enjeu particulier dans la perspective d’une mobilité alternative, écologique et durable. »

 

 

 

Un club d’utilisateurs pour faire évoluer le service

 

 

Cité Lib by Ha:mo entend concilier respect de l’environnement et dimension sociale. D’où la création d’un « club d’utilisateurs » pour faire évoluer le service en fonction des remarques des membres inscrits. Parmi les premiers retours, le souhait d’une meilleure couverture du territoire métropolitain, avec l’extension du réseau de stations de recharge sur les communes périphériques telles Fontaine, Sassenage et Seyssinet-Pariset.

 

Quelques modifications par rapport au projet initial ont d’ores et déjà été effectuées, notamment la simplification des tarifs (fixés à 1 euro le quart d’heure), la mise en place d’allègements pour les entreprises et l’amélioration des suspensions de l’I-Road. Prochaines étapes ? Proposer le véhicule Toyota Coms aux jeunes de 16 à 18 ans comme solution de mobilité alternative aux deux-roues. Rendez-vous, donc, dans dix-huit mois pour un autre bilan… cette fois-ci définitif.

 

 

Giovanna Crippa

 

 

commentez lire les commentaires
2068 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ping : I have a dream … oder Vision von einem ÖPNV der Zukunft | Verkehrswende Fulda

  2. Erreur, l’arrivée des i-roads à Grenoble n‘était pas en septembre 2015 mais un an avant, en 2014.

    sep article