table-tambrouille

La Tambrouille, can­tine pirate auto­gé­rée sur le cam­pus de Saint-Martin‑d’Hères

La Tambrouille, can­tine pirate auto­gé­rée sur le cam­pus de Saint-Martin‑d’Hères

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE – Le col­lec­tif de béné­voles La Tambrouille s’est lancé un défi depuis 2016 : pro­po­ser des repas vegan à prix libre tous les lun­dis midi sur le cam­pus Saint-Martin‑d’Hères. La can­tine auto­gé­rée s’a­dresse en par­ti­cu­lier aux étu­diants pré­caires. Les repas, pré­pa­rés par les béné­voles, sont ser­vis devant le par­vis de la Bibliothèque uni­ver­si­taire Droits-Lettres, en marge de la légalité.

Lundi 9 heures. Des membres du col­lec­tif La Tambrouille se réunissent pour cui­si­ner dans le local d’Un P’tit Vélo dans la tête, quar­tier géné­ral de l’Université auto­gé­rée, struc­ture créée par des étu­diants pour pro­mou­voir l’es­prit cri­tique et rebelle. « Aujourd’hui, on fait quoi ? », demande Fabio, 22 ans, étu­diant en Psychologie et béné­vole pour la Tambrouille. « Un cake aux carottes », répond Juliette, 21 ans, qui suit le même cursus.

Pour pré­pa­rer le cake aux carottes accom­pa­gné d’une poê­lée de légumes et d’un crumble aux poires, les béné­voles ont du pain sur la planche. « Certains lun­dis, nous sommes une dizaine de béné­voles », annonce Fabio en éplu­chant les carottes. « Quand on est beau­coup à cui­si­ner, nous fai­sons de plus grands repas. J’en pro­fite pour pré­pa­rer des entrées, comme des caviars de légumes », indique Juliette, en allu­mant le four.

Des recettes vegan com­pa­tibles avec tous les régimes alimentaires

Les ali­ments pro­viennent du mar­ché de la veille. « On fait le plein au mar­ché Saint-Bruno et au mar­ché de l’Estacade, le dimanche à 13 h 30 », indique Antoine, troi­sième cuis­tot de l’atelier. Les béné­voles choi­sissent une recette en fonc­tion des dons des com­mer­çants, mais tou­jours 100 % végé­tale et occa­sion­nel­le­ment sans glu­ten. Un régime ali­men­taire plus inclu­sif qui réduit par ailleurs les pro­blèmes d’intoxication. « Ni côtes de bœuf, ni bottes de keufs », lance un béné­vole qui a le sens de la contrepèterie.

légumes-trambouilles

Légumes et fruits dans l’Atelier de la Trambouille. © Emie Sterninou – Place Gre’net

« On vient quand on veut », explique Antoine. Toute aide est la bien­ve­nue. Chacun peut ainsi contri­buer à sou­te­nir ce col­lec­tif, en allant récu­pé­rer les ali­ments ou en les cui­si­nant. Pas besoin de com­pé­tences par­ti­cu­lières : « Si on ne sait pas cui­si­ner tel ou tel ali­ment, on demande ou on regarde sur Internet », pré­cise Fabio. « C’est en cui­si­nant qu’on gagne des com­pé­tences. Pour ma part, j’ai tout appris en fai­sant des can­tines », ajoute Antoine. « Pas de règles, pas de chef ! », telle est la devise de la Tambrouille.

« Chacun met ce qu’il veut et ce qu’il peut dans la tirelire. »

Lundi midi, les étu­diants se retrouvent devant le par­vis de la biblio­thèque uni­ver­si­taire Droits-Lettres et découvrent le repas du jour. « L’hiver, on allume un feu sur un bra­sero pour se réchauf­fer », pré­cise Fabio. « Pas de bar­rières de prix. Chacun met ce qu’il veut et ce qu’il peut dans la tire­lire. » Avec l’argent récolté, les béné­voles achètent ce qu’ils ne peuvent pas récu­pé­rer : l’huile d’olive, le riz, les pommes de terre ou encore les bou­teilles de gaz. Puis, ils versent des dons à l’Université auto­gé­rée et au Patio soli­daire, centre d’ac­cueil et d’hé­ber­ge­ment autogéré.

tambrouille-cuisine

La Tambrouille sur le cam­pus Saint-Martin‑d’Hères. © Emie Sterninou – Place Gre’net

« On mange pour pas cher, c’est pra­tique. Je viens le lundi, lorsque je n’ai pas de quoi man­ger, confie Camille1pré­nom d’emprunt, étu­diant en DUT car­rières sociales dont la demande de bourse a été reje­tée. Autrement, je prends des tup­per­wares et je les réchauffe. »

Ces repas ne sont tou­te­fois pas réser­vés aux étu­diants. « On ne filtre pas. On accepte tous les gens dans le besoin », déclare Fabio. « À l’inverse du Crous qui fixe ses prix selon le revenu des parents, la Tambrouille accepte tout le monde », confirme un autre étudiant.

« La Tambrouille, c’est un pré­texte pour se retrouver »

Des tré­teaux, des planches, quelques chaises et des tables impro­vi­sées : cha­cun trouve sa place à table. « La Tambrouille, c’est un pré­texte pour se retrou­ver, se ren­con­trer et par­ta­ger un moment ensemble », explique un béné­vole. Mais aussi l’occasion de don­ner envie de cui­si­ner aux étudiants.

« C’est quoi la recette ? », ques­tionne une habi­tuée. « Fanes de carottes, pignon de pin, huile d’olive et c’est tout ! », répond Juliette, qui tra­vaille éga­le­ment sur un mar­ché deux fois par semaine.

La Tambrouille sur le campus de Saint-Martin-d'Hères. © Emie Stervinou - Placegrenet.fr

La Tambrouille sur le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères. © Emie Stervinou – Placegrenet​.fr

Les étu­diants font comme à la mai­son : ils se servent, prennent la quan­tité qu’ils sou­haitent, vont s’asseoir et peuvent se res­ser­vir à la bonne fran­quette. À côté des mar­mites, des grandes louches, des bacs à cou­verts, une pile d’assiettes et deux seaux pour laver la vaisselle.

Une can­tine pirate

Mais cette can­tine pirate, sans décla­ra­tion préa­lable en pré­fec­ture et qui se veut anti-auto­ri­taire n’est pas du goût de tout le monde. Notamment de la direc­tion de l’Université avec qui la Tambrouille affirme être en conflit. « Ça peut faire peur aux poli­ciers », avance, en outre, un béné­vole de ce col­lec­tif connu pour taper du poing sur la table, et plu­tôt méfiant vis-à-vis des médias.

La Tambrouille avait notam­ment sou­tenu les col­lec­tifs et les asso­cia­tions d’aide aux réfu­giés et mal-logés en décembre 2017 pour deman­der d’hé­ber­ger plus long­temps les deman­deurs d’asile au Patio solidaire.

La Tambrouille sur le campus de Saint-Martin-d'Hères. © Emie Stervinou - Placegrenet.fr

La Tambrouille sur le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères. © Emie Stervinou – Placegrenet​.fr

INFOS PRATIQUES

Pour don­ner un coup de main :

La récu­pé­ra­tion se fait le dimanche de 13 heures à 13 h 30 sur les mar­chés de Saint-Bruno et de l’Estacade ; la cui­sine, le lundi à par­tir de 9 heures dans le local d’Un P’tit Vélo dans la tête, sur le cam­pus de Saint-Martin‑d’Hères.

Pour dégus­ter les repas :

Le lundi, de midi à 14 heures, devant le par­vis de la biblio­thèque uni­ver­si­taire Droits-Lettres

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Emie Stervinou

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les courses sont chaque année un succès. Les participants découvrent le campus et obtiennent un T-shirt gratuit au couleur de l'événement "UGA c'est party".
Université Grenoble Alpes : la nou­velle année « c’est party » ou c’est mal parti ?

  REPORTAGE - La nouvelle année scolaire est officiellement lancée sur le campus de Saint-Martin-d'Hères. Des milliers d'étudiants se sont retrouvés jeudi 12 septembre pour Lire plus

Migrants sur le cam­pus : occu­pants, Université et pré­fec­ture campent sur leurs positions

FOCUS - Une soixantaine de personnes sans logement, pour la plupart des demandeurs d'asile soutenus par des associations et des syndicats, sont hébergées dans des locaux inutilisés Lire plus

Des demandeurs d'asile, qui occupaient l'amphithéâtre G de l'Université Grenoble-Alpes ont été relogés provisoirement dans des locaux sur le campus.
Des dizaines de deman­deurs d’a­sile héber­gés en urgence par l’Université Grenoble-Alpes

REPORTAGE - Une cinquantaine ou soixantaine de demandeurs d'asile, qui occupaient depuis lundi 4 décembre l'amphithéâtre G de l'Université Grenoble-Alpes (UGA), ont été relogés provisoirement Lire plus

Manifestation contre la construction du Center Parcs de Roybon dans la forêt de Chambaran avec les zadistes le dimanche 30 novembre 2014
Tribune : sou­tien aux per­qui­si­tion­nés du 26 novembre en Isère, « face au cli­mat de peur »

  TRIBUNE LIBRE - Plusieurs associations, collectifs et organisations syndicales locales de l'Isère ont rédigé un texte collectif pour soutenir six lieux perquisitionnés le 26 Lire plus

Des personnes fouillent dans la poubelle d'un supermarché à Grenoble. © Paul Turenne - placegrenet.fr
Deux gla­neurs condam­nés pour avoir tenté de récu­pé­rer de la nour­ri­ture dans les pou­belles vides d’un hyper­mar­ché de Saint-Martin-d’Hères

FOCUS - Le tribunal correctionnel de Grenoble a condamné, ce mercredi 17 novembre 2021, deux glaneurs à 400 euros d'amende avec sursis chacun pour tentative Lire plus

Récolte du lundi 28 septembre 2020 au Cap Berriat © La Fratrie des glaneurs solidaires grenoblois
L’art de faire les pou­belles : une soi­rée dans la peau des gla­neurs grenoblois

  REPORTAGE - Les mouvements de “récup” d’aliments impropres à la vente se multiplient dans l’Hexagone dans un contexte de paupérisation et d’urgence écologique. Mais Lire plus

Flash Info

|

13/08

8h35

|

|

13/08

1h08

|

|

12/08

20h21

|

|

12/08

17h28

|

|

12/08

13h07

|

|

11/08

17h55

|

|

11/08

16h56

|

|

11/08

16h19

|

|

11/08

15h45

|

|

11/08

11h00

|

Les plus lus

Abonnement| Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

Environnement| L’incendie dans le sec­teur Voreppe – La Buisse devient cri­tique avec l’ou­ver­ture d’un front de flammes atti­sées par le vent

Environnement| Canicule : le dépar­te­ment de l’Isère passe en alerte jaune à comp­ter du samedi 6 août 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin