Les forces de l'ordre ont avertis les élèves qu'ils feraient usage de la force si nécessaire. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

Tentative de blocus et rassemblement au lycée Champollion au terme d’une semaine de mobilisation

Tentative de blocus et rassemblement au lycée Champollion au terme d’une semaine de mobilisation

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

REPORTAGE  – La semaine de mobilisation lycéenne s’est achevée ce vendredi 21 mai par une tentative de blocage du lycée Champollion à Grenoble. Si les forces de l’ordre sont rapidement intervenues pour libérer l’entrée de l’établissement, ce rassemblement était aussi l’occasion pour les élèves mobilisés de sensibiliser leur camarade plus réticents.

 

 

Mobilisation au lycée Champollion : tentative de blocage Les forces de l'ordre ont avertis les élèves qu'ils feraient usage de la force si nécessaire. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

Les forces de l’ordre ont averti les élèves qu’elles feraient usage de la force si néces­saire pour déga­ger l’en­trée du lycée. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

« Soit vous vous pous­sez, soit on va devoir faire usage de la force », annonce le com­mis­saire de police aux élèves qui se tiennent devant les pou­belles dis­po­sées à l’entrée du lycée Champollion. 

 

Ce ven­dredi 21 mai au matin, une ving­taine d’élèves ont tenté de blo­quer l’entrée du lycée pour pro­tes­ter une nou­velle fois contre la tenue des épreuves du baccalauréat.

 

Ils dénoncent un bac « inéga­li­taire » et demandent l’accès aux rat­tra­pages pour tous ceux qui n’auront pas pu vali­der leur diplôme. Au terme de trois semaines de mobi­li­sa­tion, c’est la pre­mière fois que ce lycée a été blo­qué par des élèves.

 

Après avoir demandé aux lycéens de renon­cer au blo­cage sous menace d’usage de la force, le com­mis­saire de police a pro­noncé trois som­ma­tions. À la der­nière, les élèves se sont écar­tés, à contre­cœur, pour lais­ser les forces de l’ordre mettre fin à leur blo­cus. L’intervention s’est dérou­lée dans le calme. Les élèves sou­hai­tant aller en cours ont ainsi pu le faire sans encombre, peu avant 8 heures.

 

 

Une absence de médiation au sein du mouvement ?

 

« Restez là ! On se mobi­lise ! » s’exclame Astrid, lycéenne à la che­ve­lure blonde, en s’adressant aux élèves hési­tants, alors que d’autres font le choix de ren­trer dans l’établissement. Astrid explique ces dif­fi­cul­tés à convaincre ses congé­nères par la pres­sion de cer­tains parents ou par une peur d’être péna­lisé. Selon elle, « beau­coup d’élèves sont d’accord avec nos reven­di­ca­tions mais n’osent pas blo­quer pour cause d’absence non jus­ti­fiée ».

 

Mobilisation au lycée Champollion : tentative de blocage Les élèves ont laissé les forces de l'ordre démanteler le blocus peu avant 8h. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

Les élèves ont laissé les forces de l’ordre déman­te­ler le blo­cus peu avant 8 heures. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

 

« Revendications lycéennes pour l’annulation… » lance une autre mili­tante avec le sou­rire en ten­dant un tract à deux élèves qui s’apprêtent à entrer dans l’établissement. Les deux jeunes hommes prennent machi­na­le­ment le tract dans leurs mains, puis passent la porte du lycée, indif­fé­rents. Plus loin, un élève du lycée voi­sin Stendhal explique que s’il est mobi­lisé, il est contre le blo­cage du lycée : « C’est autant mon lycée que celui des élèves qui veulent aller en cours. Cela n’a pas de sens de les empê­cher d’en­trer. »

 

Les lycéens tentent de convaincre leurs camarades réticents à se mobiliser. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

Les lycéens tentent de convaincre leurs cama­rades réti­cents de se mobi­li­ser. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

Inquiète pour ses élèves, une ensei­gnante du lycée Champollion a fait le choix de se mettre en grève, décla­rant « légi­times » les reven­di­ca­tions des lycéens. « Ça fait trois semaines qu’ils sont en lutte et qu’ils se font matra­quer », s’insurge-t-elle, fai­sant réfé­rence aux inter­ven­tions mus­clées des forces de l’ordre devant les lycées de l’agglomération. Surprise par l’absence de média­tion au sein du mou­ve­ment, elle assure que les adultes ont un rôle d’éducation à jouer auprès des élèves.

 

 

Une volonté de sensibiliser les élèves les plus réticents du lycée Champollion

 

« On veut mon­trer aux élèves de Champollion qu’on ne les oublie pas », explique Marius, élève de l’établissement et mili­tant de la pre­mière heure du mou­ve­ment sur­nommé #bac­noir. « On essaie de sen­si­bi­li­ser les élèves aux rai­sons qui nous poussent à nous mobi­li­ser », ajoute-t-il. Car au-delà du main­tien de cer­taines épreuves écrites du bac­ca­lau­réat, ce qui les indigne, est bien la récente réforme de l’examen.

 

Concoctée par le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, elle intro­duit le contrôle continu et la sup­pres­sion des filières. « Ce nou­veau bac me dérange beau­coup, bien sûr. La réforme a été faite trop vite », déclare Sibylle, une élève à moi­tié mobi­li­sée, visi­ble­ment peu infor­mée de la mobi­li­sa­tion lycéenne. Elle se réjouit tout de même de la pré­sence d’une pro­fes­seur ce matin, gage, selon elle, de la « légi­ti­mité des reven­di­ca­tions lycéennes ».

 

Les élèves se sont réunis en assemblée générale pour discuter de la suite du mouvement. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

Les élèves se sont réunis en assem­blée géné­rale pour dis­cu­ter de la suite du mou­ve­ment. © Sarah Krakovitch – Place Gre’net

Les élèves ont ensuite orga­nisé une assem­blée géné­rale pour dis­cu­ter des suites de la mobi­li­sa­tion et par­ta­ger leur res­senti. Certains élèves, à l’image de leurs cama­rades du lycée Stendhal, pro­posent de don­ner une por­tée artis­tique au mou­ve­ment afin de détruire leur image de « casseurs ».

 

« On veut que les élèves se posent des ques­tions », explique de son côté Ester, élève du lycée des Eaux Claires. « Il fau­drait voir com­ment faire pour que les élèves se sentent plus concer­nés par la cause », ajoute-t-elle.

 

D’autres expriment aussi leur fatigue et leur baisse de moti­va­tion à mili­ter. Davantage à cause de la « pré­sence sys­té­ma­tique de la police sur leur che­min ». Un élève estime au contraire que la pré­sence conti­nuelle des forces de l’ordre prouve que leur mou­ve­ment fonc­tionne. Et qu’il faut continuer.

 

Le mou­ve­ment devrait se pour­suivre la semaine pro­chaine, avec une mani­fes­ta­tion pré­vue ven­dredi 28 mai.

 

Sarah Krakovitch

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

SK

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Grenoble : plus d’une centaine de lycéens dans la rue pour demander l’annulation des épreuves du bac

  FOCUS – Une centaine de lycéens ont manifesté dans les rues de Grenoble, ce jeudi 6 mai, pour demander l'annulation des épreuves du baccalauréat. Lire plus

Après Marie-Curie à Échirolles et les Eaux-Claires à Grenoble, les lycéens ont bloqué le lycée Stendhal

  REPORTAGE VIDÉO - Après les lycées des Eaux-Claires à Grenoble et Marie-Curie d'Échirolles, les lycéens de Stendhal ont fait monter la pression en bloquant Lire plus

Une manifestation commune travailleurs sociaux - étudiants. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Travailleurs sociaux, culturels, étudiants… Près de 250 personnes ont manifesté ce jeudi 8 avril à Grenoble

  FOCUS - Près de 250 personnes ont manifesté à Grenoble ce jeudi 8 avril 2021, dans le cadre d'une nouvelle journée de grève des Lire plus

Le maire de Grenoble et le président de la Métropole appellent Emmanuel Macron à travailler à la reprise culturelle.
Mobilisation devant la MC2 Grenoble ce samedi 20 mars pour la réouverture des établissements recevant du public

  FIL INFO - Plusieurs syndicats du spectacle vivant appellent à la mobilisation pour la réouverture de tous les établissements recevant du public (ERP) ce Lire plus

Rentrée des élèves à l'école Menon, abords piétonisés, mardi 19 mai © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Le retour annoncé de tous les élèves à l’école le 22 juin sera-t-il possible ?

  FOCUS - Tous les élèves de primaire seront de retour en classe à partir du 22 juin, en Isère comme ailleurs dans l'Hexagone. C’est Lire plus

Retour à l'école : des enseignants inquiets pour l'avenir
Des enseignants de l’Isère dénoncent les conditions du retour à l’école et s’inquiètent pour l’avenir

  EN BREF -  Le Syndicat national unifié des directeurs, instituteurs et professeurs des écoles (Snudi-FO) de l'Isère a dénoncé, ce mercredi 10 juin, les Lire plus

Flash Info

|

27/11

10h31

|

|

26/11

19h48

|

|

26/11

11h47

|

|

25/11

18h43

|

|

25/11

12h10

|

|

25/11

10h26

|

|

25/11

8h00

|

|

25/11

1h23

|

|

23/11

19h30

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin