Grenoble : plusieurs centaines de manifestants dans la rue pour protester contre la réforme de l’Assurance-chômage

sep article

 

REPORTAGE – Près de 500 personnes ont défilé dans les rues de Grenoble pour protester contre la réforme de l’Assurance-chômage qui doit entrer en vigueur le 1er juillet 2021. Objectif du gouvernement : réaliser de 1 à 1,3 milliard d’euros d’économie en durcissant les règles d’indemnisation et en luttant contre le recours excessif aux contrats courts. Mais ses détracteurs craignent qu’elle précarise davantage les salariés intérimaires et les chômeurs, déjà fragilisés par la crise sanitaire.

 

 

« Puiser à nou­veau de l’argent chez les per­sonnes les plus pré­caires n’est pas la bonne solu­tion », tem­pête Lucas, au chô­mage depuis quelques mois. Dans sa main, une pan­carte sur laquelle un per­son­nage de des­sins ani­més se fait taper des­sus par un mar­teau avec l’ins­crip­tion « réforme ». Comme lui, près de 500 per­sonnes se sont ras­sem­blées place de Verdun à Grenoble1Parmi les signa­taires de l’ap­pel à mani­fes­ter, on retrouve Attac, Cultures essen­tielles en lutte Isère, Collectif des syn­di­cats du spec­tacle et de la culture CGT Isère, CNT38, Dal38, Ensemble, France insou­mise Grenoble, France insou­mise Isère, FSU38, Génération.s, Gilets jaunes 38, Lanceurs de tuiles, MNL Isère, NPA38, PCF Isère, Peps, Précaires soli­daires, Solidaires Isère, UD CGT Isère, UCL, UEG, Unef, UNL., ce samedi 10 avril, pour pro­tes­ter contre la réforme de l’Assurance-chô­mage.

 

Près de 500 personnes ont défilé dans les rues de Grenoble. © Sarah Krakovitch

Près de 500 per­sonnes ont défilé dans les rues de Grenoble. © Sarah Krakovitch

Un ras­sem­ble­ment rythmé par les tam­bours de la batu­cada. Comme pour mieux faire entendre la colère des mani­fes­tants. « Cette réforme est extrê­me­ment grave », tance Michel Szempruch, membre du mou­ve­ment cultures essen­tielles en lutte.

 

Adopté par décret le 30 mars der­nier, ce texte doit entrer en vigueur le 1er juillet 2021. « Pourquoi fra­gi­li­ser encore plus les vic­times de la crise ?, s’in­ter­roge Michel Szempruch, par ailleurs membre du col­lec­tif des syn­di­cats spec­tacles de la culture CGT Isère. Pour nous c’est un peu incom­pré­hen­sible. »

 

 

Des conditions d’accès aux indemnisations plus difficiles

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
6477 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. C’est un fait, les pré­caires cho­meurs le seront encore plus avec la baisse de leurs droits pen­dant que nombre de chefs d’en­tre­prises qui avec leurs cadres se gavent de mil­liards d’aides depuis des années sans contre­par­ties .

    Le pré­sident des riches est ravis😡

    sep article