Solidaires alerte sur la « détresse psychologique » des agents des Finances publiques de l’Isère

sep article



 

FLASH INFO — Des services « proches de la rupture » et des agents en situation de « détresse psychologique » ? Tel est le portrait peu reluisant que le syndicat Solidaires Finances publiques 38 dresse de l’ambiance au sein de la Direction Générale des Finances Publiques de l’Isère. Ou DGFIP pour les intimes.

 

En cause ? La sur­charge de tra­vail occa­sion­née par la ges­tion du Fonds de soli­da­rité, créé pour sou­te­nir les entre­prises à l’oc­ca­sion du pre­mier confi­ne­ment de mars 2020. Une mis­sion « qui demande un haut degré de tech­ni­cité et de très solides connais­sances pro­fes­sion­nelles », rap­pelle Solidaires. Et vient s’a­jou­ter aux mis­sions déjà accom­plies par les agents au quo­ti­dien, mal­gré sa nature « chro­no­phage ».

 

De plus, selon le syn­di­cat, la frus­tra­tion est au ren­dez-vous. Solidaires décrit ainsi des agents « qui tentent de main­te­nir un haut niveau de ser­vice public, mal­gré un dis­po­si­tif ubuesque d’octroi des aides aux entre­prises, tel­le­ment auto­ma­tisé et seg­menté que les per­son­nels des ser­vices de base sont le récep­tacle impuis­sant du désar­roi des pro­fes­sion­nels ».

 

Le syndicat Solidaires Finances publiques 38 s'étonne d'un mode de recrutement via le site Le Bon Coin

Le syn­di­cat Solidaires Finances publiques 38 s’é­tonne d’un mode de recru­te­ment via le site Le Bon Coin

Quelle réponse du gou­ver­ne­ment ? Des annonces d’embauches en CDD. 250 sur le ter­ri­toire natio­nal, et 6 pour le dépar­te­ment de l’Isère. Et ceci alors que 2000 emplois, dont 40 en Isère, doivent être sup­pri­més à l’ho­ri­zon de sep­tembre 2021 dans le ser­vice, indiquent les syn­di­ca­listes. Comble de l’i­ro­nie à leurs yeux : les recru­te­ments se font.. via une annonce sur Le Bon Coin. Le tout, estiment-ils, assorti d’une for­ma­tion « low-cost ».

 

« Solidaires Finances Publiques 38 dénonce cette manière de faire qui non seule­ment va mettre en dif­fi­culté les 6 per­sonnes recru­tées en CDD et qui ne per­met­tra abso­lu­ment pas, qui plus est, de faire face », juge le syn­di­cat. Qui vante « l’a­dap­ta­tion per­pé­tuelle des per­son­nels de la DGFIP (…) et leur enga­ge­ment sans faille dans leur mis­sion de ser­vice public ». Et conclut en jugeant que « ces annonces décré­di­bi­lisent leur tra­vail et bana­lisent leur tech­ni­cité ».

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
1066 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ping : Février-Social | Revue de presse Emancipation

  2. On se sou­vient aussi de la sur­charge des agents de Bercy qui devait rendre impos­sible le pré­lè­ve­ment à la source des impôts. Le recru­te­ment et la for­ma­tion des agents admi­nis­tra­tifs est un vrai pro­blème, que leur détresse entraine le nau­frage d’en­tre­pre­neurs , qui risquent vrai­ment et touchent le fond , c’est inac­cep­table.

    sep article