À Grenoble, des médecins étudient l’effet de l’hydrogène sur des patients atteints de la Covid-19

sep article



 

FIL INFO – À Grenoble, des médecins étudient les effets d’une eau enrichie à l’hydrogène sur des patients atteints d’une forme bénigne de la Covid-19. Objectif : évaluer le potentiel anti-inflammatoire de ce traitement pour éviter les hospitalisations.

 

 

L'hydrogène pour pallier les complications de la Covid ?© Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net

À Grenoble, des méde­cins étu­dient l’ef­fi­ca­cité de l’hy­dro­gène sur des patients atteints de la Covid-19. © Anissa Duport-Levanti – Place Gre’net

Après la vita­mine D, l’hy­dro­gène ? À Grenoble, une équipe de méde­cins étu­die les effets d’une bois­son enri­chie à l’hy­dro­gène sur les patients de plus de 60 ans atteints de la Covid-19.

 

L’étude cli­nique menée par le labo­ra­toire TIMC du CNRS vise des patients atteints d’une forme peu sévère de la Covid-19. Son ambi­tion ? Évaluer l’ef­fi­ca­cité de ce com­plé­ment ali­men­taire ingéré sous forme de cachet à dis­soudre dans un verre d’eau.

 

« L’objectif de cette étude est d’é­vi­ter l’hos­pi­ta­li­sa­tion et la mise sous oxy­gène, et donc l’ag­gra­va­tion des symp­tômes de la Covid-19 », sou­ligne Carole Rolland, chef de pro­jet de l’étude HydroCovid.

 

« L’hydrogène pos­sède des pro­prié­tés anti-oxy­dantes démon­trées qui ont été uti­li­sées dans la prise en charge des formes graves, en Chine en par­ti­cu­lier. Mais aucune étude ran­do­mi­sée n’a encore été réa­li­sée pour les formes non graves sous une forme dis­soute dans l’eau », explique le TIMC.

 

 

Éviter l’emballement des réactions inflammatoires

 

« Par son rôle anti-oxy­dant puis­sant, l’hydrogène pour­rait avoir un effet béné­fique per­met­tant d’é­vi­ter l’emballement des réac­tions inflam­ma­toires qui conduit aux com­pli­ca­tions de la Covid-19. Cette hypo­thèse est étayée par de nom­breux argu­ments pré-cli­niques et théo­riques, ainsi que par des études cli­niques chi­noises », pré­cise le labo­ra­toire.

 

L'hydrogène pour pallier aux complications de la Covid ? Au 9 décembre 2020, 356 patients étaient hospitalisés en Isère. © Tim Buisson – Place Gre’net

Chuga. © Tim Buisson – Place Gre’net

L’essai cli­nique lancé le 20 jan­vier 2021 a reçu l’avis favo­rable du Comité de pro­tec­tion des per­sonnes du Sud médi­ter­ra­née II. Et s’a­dresse aux habi­tants de Grenoble mais aussi de Valence, Romans, Montélimar et Dijon dans un pre­mier temps.

 

Pour être vali­dée d’ici quatre-cinq mois, cette étude doit tes­ter l’hy­dro­gène sur 450 patients à domi­cile. « On cherche tou­jours des volon­taires, sou­ligne à ce pro­pos Carole Rolland. Il n’y a aucun risque ni effet indé­si­rables. Ce type de trai­te­ment est en vente libre aux États-Unis et au Canada où il est vendu pour boos­ter les défenses immu­ni­taires. »

 

Patricia Cerinsek

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
2076 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Ca mar­chera pas. CheckNews, AFPfactuel, Les Vérificateurs de l’Info Vraie vous diront que l’é­tude « pré­sente des biais métho­do­lo­giques » ou qu’elle n’est pas publiée dans la bonne revue scien­ti­fique.

    sep article