La pêche au vif en débat au conseil métropolitain de Grenoble-Alpes Métropole ce vendredi 29 janvier

sep article



 

FIL INFO — La pêche au vif est dans le collimateur de la Métropole de Grenoble. Le groupe Une Métropole d’avenir, membre de la majorité, portera ainsi un vœu devant le conseil métropolitain du vendredi 29 janvier pour alerter sur cette pratique, jugée « barbare » par beaucoup. Objectif ? Appeler le gouvernement à légiférer sur son interdiction et inviter les maires de la Métropole à engager une concertation avec les associations de pêche locales.

 

 

« La pêche au vif est une pra­tique archaïque qui n’a plus sa place dans la société. » Tel est le mes­sage que le groupe Une Métropole d’a­ve­nir entend por­ter devant le conseil métro­po­li­tain du ven­dredi 29 jan­vier. Un mes­sage sous la forme d’un vœu adressé à la ministre de la Transition éco­lo­gique et soli­daire Barbara Pompili. Mais aussi aux maires des 49 com­munes de la Métropole de Grenoble.

 

 

La pêche au vif ? Une pra­tique de pêche consis­tant à uti­li­ser des ani­maux vivants comme appât. Le plus sou­vent des pois­sons, mais aussi des sou­ris, des rats ou des amphi­biens. Le tout, décrit le texte porté par Une Métropole d’a­ve­nir, « en le trans­per­çant par un hame­çon dans le dos ou dans la bouche ». Avant de l’im­mer­ger en atten­dant qu’un pré­da­teur plus gros s’en empare. Quitte à réuti­li­ser l’a­ni­mal, si celui-ci est encore vivant une fois le pois­son pêché.

 

 

Une concertation avec les associations de pêcheurs locales

 

« La pêche au vif pro­voque une souf­france intense à l’appât […] de par les mani­pu­la­tions, l’hameçon planté dans le corps, l’extraction hors de son milieu natu­rel, et la durée de cap­ti­vité avant son uti­li­sa­tion », explique le groupe. Dans une vidéo signée par un col­lec­tif d’as­so­cia­tions, les condi­tions mêmes de vente des pois­sons sont éga­le­ment décriées lorsque ceux-ci sont dis­po­nibles dans des maga­sins Décathlon. L’enseigne fait ainsi l’ob­jet d’une péti­tion en ligne.

 

La pêche au vif est d'ores et déjà interdite dans plusieurs pays d'Europe © Paris Animaux Zoopolis

La pêche au vif est d’ores et déjà inter­dite dans plu­sieurs pays d’Europe. © Paris Animaux Zoopolis

 

Si la pra­tique est jugée « bar­bare » par les défen­seurs de la cause ani­male, des sites pro­fes­sion­nels ou ama­teurs de pêche conti­nuent à prendre sa défense. La pêche au vif n’en est pas moins inter­dite dans plu­sieurs pays euro­péens, dont la Suisse, l’Allemagne ou l’Autriche. Par son vœu, le groupe de la majo­rité veut ainsi appe­ler le gou­ver­ne­ment à inter­dire à son tour « l’utilisation d’animaux ver­té­brés vivants comme appâts dans le cadre de la pêche de loi­sir ».

 

Le vœu demande éga­le­ment aux maires des com­munes de la Métropole d’or­ga­ni­ser une concer­ta­tion avec les asso­cia­tions de pêches locales autour de la pêche au vif. Sans sur­prise, le texte sera défendu par l’é­lue ani­ma­liste Sandra Krief, conseillère com­mu­nau­taire et conseillère muni­ci­pale de Grenoble. Une élue que la Métropole de Grenoble a récem­ment char­gée de mettre en place un état des lieux de la condi­tion ani­male sur son ter­ri­toire.

 

Florent Mathieu

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
2539 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.