Clinique mutualiste de Grenoble : entre petits et gros intérêts politiques et économiques, la santé prise en étau

sep article



 

ENQUÊTE – À Grenoble, le dossier de la vente de la clinique mutualiste à Doctegestio, puis sa préemption par la Métropole, chemine entre petits et gros intérêts politiques et économiques. Au risque d’entraver le fonctionnement et l’activité médicale du groupe hospitalier mutualiste ? La vente puis désormais la préemption contestées, l’affaire prend le chemin des tribunaux.

 

 

Christophe Ferrari, président de la Métropole. © Tim Buisson - Place Gre'net.

Le pré­sident de la Métro Christophe Ferrari n’en­tend pas lais­ser le champ libre à Doctegestio dans le dos­sier de la cli­nique mutua­liste. © Tim Buisson – Place Gre’net.

Le feuille­ton de la vente et désor­mais de la poten­tielle reprise de la cli­nique mutua­liste pro­met de durer. Alors que la Métropole de Grenoble a annoncé vou­loir reprendre ses bâti­ments, avec l’ob­jec­tif de bou­ter hors des murs Doctegestio, la riposte ne s’est pas fait attendre.

 

Deux acteurs majeurs du dos­sier contestent ainsi la pré­emp­tion. En l’oc­cur­rence, Adrea (groupe Aesio) et la Mutualité fran­çaise de l’Isère qui, le 9 octobre der­nier, avaient cédé leurs parts et leurs fau­teuils à Doctocare et Mutuelles de France du Var, les deux mutuelles de Doctegestio.

 

« Aesio mutuelle met­tra en œuvre l’ensemble des voies de recours à sa dis­po­si­tion pour faire valoir ses droits, y com­pris en deman­dant à la Scimi [la société civile immo­bi­lière de la mutua­lité de l’Isère, pro­prié­taire des murs, dans laquelle Adrea est action­naire majo­ri­taire, ndlr] de dépo­ser un recours pour excès de pou­voir à l’encontre de la déci­sion de pré­emp­tion », sou­ligne-t-elle dans un com­mu­ni­qué.

 

 

Une décision de préemption des murs de la clinique mutualiste « sans fondement »

 

C’est peu dire que le ton monte à Grenoble. Voilà des mois que la Métropole, qui gère en quasi-solo le dos­sier, agite le chif­fon rouge de la pré­emp­tion. Le 18 jan­vier 2021, une fois la pro­cé­dure offi­cia­li­sée, son pré­sident Christophe Ferrari n’y est pas allé par quatre che­mins : « on veut un autre ges­tion­naire », a‑t-il assené face à la presse.

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
5711 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.