Grenoble : le nouvel indice va révéler plus de jours pollués mais sans effet sur le dispositif de vigilance pollution

sep article



 

FOCUS – Depuis le 1er janvier 2021, un nouvel indice de la qualité de l’air donne un autre aperçu de la pollution dans l’agglomération grenobloise. En abaissant les seuils et en intégrant de nouveaux polluants, le nombre de jours où l’air est mauvais devrait exploser dans la cuvette. Et ? Rien. Car si ce nouvel indice vise à sensibiliser davantage la population, la règlementation elle ne bouge pas. Bilan : de gros trous dans la raquette…

 

 

Le nou­vel indice de la qua­lité de l’air se décline en 6 et non plus 5 cou­leurs. Il intègre les PM2,5 et abaisse les seuils de NO2 et d’O3 – Doc Atmo

Le 1er jan­vier 2020 a vu naître un nou­vel indice de la qua­lité de l’air. Un indice reflé­tant plus les effets de la pol­lu­tion sur la santé. Et qui per­met de mieux appré­hen­der celle-ci dans sa glo­ba­lité.

 

Comment ? En inté­grant dans ses cal­culs les PM2,5, ces par­ti­cules fines par­ti­cu­liè­re­ment nocives pour les orga­nismes. Et en abais­sant les seuils à par­tir des­quels le dioxyde d’a­zote et l’o­zone sont consi­dé­rés comme mau­vais.

 

Bref, un indice plus réa­liste, mis à jour après vingt-six ans de ser­vice sans chan­ge­ment. Celui-ci révèle ce qui n’ap­pa­rais­sait pas vrai­ment jusque-là. À savoir le nombre de jours où la qua­lité de l’air est mau­vaise, à Grenoble comme ailleurs.

 

Résultat attendu ? Le nombre de jours « mau­vais » va faire un bond. De six jusque-là, ce nombre devrait en moyenne pas­ser à 106 dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise à comp­ter de 2021, avait pointé une pre­mière esti­ma­tion réa­li­sée par Atmo il y a deux ans. Grenoble lan­terne rouge ? Pour com­pa­rai­son, le nombre de jours consi­dé­rés comme pol­lués devrait pas­ser à Lyon de 14 à 108. À Clermont-Ferrand de 6 à 55, à Marseille de 5 à 86, et à Paris de 10 à 83.

 

Un bond sur­tout dû aux par­ti­cules fines, ces PM2,5 désor­mais inté­grées au nou­vel indice. Des pous­sières essen­tiel­le­ment issues de la com­bus­tion de bois mal maî­tri­sée.

 

 

L’indice évolue sans s’accompagner de dispositif réglementaire

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
2062 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Avec le nou­vel indice Atmo, Grenoble passe lan­terne rouge de la pol­lu­tion avec 109 jours par an de qua­lité mau­vaise de l’air !

    La poli­tique pseudo éco­lo­gistes anti-voi­tures a fait avec CVCM et Chronovélo en centre ville, aug­men­ter la pol­lu­tion a Grenoble et son bas­sin, en fai­sant pas­ser Grenoble de la 10ème à la 3ème place des villes les plus embou­teillées de France !

    C’est un échec👎

    sep article
  2. C’est le chauf­fage qui pro­duit mas­si­ve­ment la pol­lu­tion la plus nocive pour la santé, les par­ti­cules PM2.5 can­cé­ri­gènes. E. PPPiolle ment depuis 6 ans en accu­sant la voi­ture, dont il a en plus aug­menté la pol­lu­tion en mas­si­fiant volon­tai­re­ment les embou­teillages avec son plan anti cir­cu­la­tion.
    https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/pollution/la-baisse-du-trafic-automobile-n-a-pas-ameliore-significativement-l-air-a-paris_144678

    sep article