Le tir au renard également autorisé pendant le confinement, déplore France nature environnement Isère

sep article



 

FLASH INFO – L’autorisation de chasse de certaines espèces en Isère concerne également le renard en plus du sanglier, du chevreuil et du cerf. Si l’animal ne figure pas dans le communiqué envoyé par la préfecture, il est en effet bien cité dans l’arrêté préfectoral, souligne France nature environnement Isère. Un arrêté contre lequel FNE 38 a déposé un recours.

 

Chasse : le tir au renard est lui aussi autorisé en Isère.© Pixabay

Renard roux © Pixabay

L’article 1 de l’ar­rêté concerné1Arrêté pré­fec­to­ral 38−2020−11−05−004, signé au 5 novembre 2020 est ainsi très clair, sou­ligne Francis Odier, pré­sident de France nature envi­ron­ne­ment (FNE) Isère. « L’exercice de la chasse demeure inter­dit. […] À l’exception de la régu­la­tion par la chasse des espèces occa­sion­nant des dégâts aux acti­vi­tés agri­coles et syl­vi­coles. À savoir le san­glier, le che­vreuil, le cerf et le renard ».

 

Le com­mu­ni­qué de presse de la pré­fec­ture, foca­lisé sur le « gros gibier », omet­tait donc de men­tion­ner l’au­to­ri­sa­tion du tir au renard. Cependant, l’ar­ticle 2 ajoute que « le tir du renard n’est auto­risé qu’au cours des bat­tues pour la régu­la­tion du san­glier, du cerf et du che­vreuil ». Régulant ainsi plus stric­te­ment ce type de chasse.

 

FNE conteste cette auto­ri­sa­tion. Et rap­pelle que le renard « est un auxi­liaire de l’agriculture » : il per­met de lut­ter contre les petits ron­geurs comme les cam­pa­gnols qui contri­buent à pro­pa­ger la mala­die de Lyme. Et l’as­so­cia­tion de s’é­ton­ner qu′« un arrêté pré­fec­to­ral jus­ti­fié par les dégâts du « gros gibier » men­tionne cette chasse. « Il est donc tout à fait abu­sif d’autoriser le tir du renard en déro­ga­tion du confi­ne­ment et au nom de l’intérêt géné­ral », juge FNE.

 

Recours de FNE Isère contre l’arrêté préfectoral

 

Considérant l’ar­rêté illé­gal dans son ensemble, FNE Isère a, du reste, déposé un référé sus­pen­sion au tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble. « L’arrêté a été décidé en urgence, sans réunir la CDCFS [Commission dépar­te­men­tale de la chasse et de la faune sau­vage, ndlr], sans même res­pec­ter une cir­cu­laire minis­té­rielle [l’im­po­sant]. Seule la fédé­ra­tion dépar­te­men­tale des chas­seurs a été consul­tée. »

 

Et FNE Isère de contes­ter la dimen­sion d’in­té­rêt géné­ral. « L’autorisation en période de confi­ne­ment appa­raît pour ce qu’elle est : un pri­vi­lège et un passe-droit, ce qui n’est pas sain pour le pays ». La déci­sion sera ren­due à par­tir du 23 novembre 2020.

 

LG

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
1452 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.