STMicroelectronics : l’intersyndicale appelle à poursuivre la grève soutenue par le PCF et EELV

sep article



 

EN BREF – Après avoir protesté contre le gel des salaires en 2020, jeudi 5 novembre, avec

une grève illimitée, l’intersyndicale de STMicroelectronics appelle à une nouvelle journée de mobilisation ce jeudi 12 novembre. Une action soutenue par les sections locales du Grésivaudan du Parti communiste et d’Europe Écologie Les Verts (EELV).

 

L'entrée du site de STMicroelectronics à Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net

L’entrée du site de STMicroelectronics à Grenoble. © Tim Buisson – Place Gre’net

Le mécon­ten­te­ment monte chez STMicroelectronics après l’an­nonce de la non aug­men­ta­tion des salaires pour 2020. Une déci­sion qui a du mal à pas­ser chez les sala­riés gré­vistes.

 

Ces der­niers ont ainsi entamé une grève illi­mi­tée le jeudi 5 novembre à l’ap­pel de la CFDT, la CGT et le CAD (Collectif auto­nome et démo­cra­tique).

 

Depuis, les mou­ve­ments se pour­suivent par­tout en France et notam­ment en Isère, sur les sites de Crolles et de Grenoble. Pour l’ins­tant, la direc­tion n’a pas donné de suite à leurs reven­di­ca­tions.

 

 

Les syndicats maintiennent la pression sur la direction

 

Les syn­di­cats appellent ainsi à une nou­velle jour­née de mobi­li­sa­tion le jeudi 12 novembre. « On main­tient la pres­sion », insiste David Majewski, délé­gué syn­di­cal CGT sur le site de Crolles. D’autant plus que la pro­duc­tion com­mence à être tou­chée. Ce qui risque de retar­der la livrai­son des com­mandes.

 

Les salariés grévistes de STMicroelectronics lancent un nouvel appel à la grève pour amplifier le mouvement. © Tim Buisson – Place Gre’net

Les sala­riés gré­vistes de STMicroelectronics lancent un nou­vel appel à la grève jeudi 12 novembre pour ampli­fier le mou­ve­ment. © Tim Buisson – Place Gre’net

En tout, 480 sala­riés ont par­ti­cipé au mou­ve­ment de grève depuis le début des mobi­li­sa­tions. Sachant que le site de Crolles compte 4 300 sala­riés.

 

Cette forte mobi­li­sa­tion ne s’é­tait pas pro­duite depuis 2012, alors que les sala­riés gré­vistes récla­maient déjà des aug­men­ta­tions de salaire. Ils avaient fina­le­ment obtenu gain de cause avec 70 euros d’aug­men­ta­tion.

 

 

Seconde phase de grève à STMicroelectronics

 

« À par­tir de jeudi, c’est le lan­ce­ment de la seconde phase de grève », pré­cise David Majewski. Avec tou­jours le même mot d’ordre : une aug­men­ta­tion des salaires pour 2020. Idem pour la méthode, avec un arrêt total du tra­vail ou pen­dant la moi­tié de la jour­née afin de frei­ner la pro­duc­tion.

 

Le syn­di­ca­liste craint éga­le­ment un creu­se­ment des inéga­li­tés qui pour­raient s’am­pli­fier avec le ver­se­ment de primes indi­vi­duelles liées à la pro­duc­ti­vité. Les sala­riés mobi­li­sés sont, pour la grande majo­rité, des ouvriers, des admi­nis­tra­tifs et des tech­ni­ciens ainsi que des agents de maî­trise. Sans oublier quelques ingé­nieurs et cadres.

 

Tim Buisson

 

LE PCF* et EELV soutiennent la grève à STMicroelectronics

 

Plusieurs dizaines de salariés se sont mobilisés sur le site de Grenoble pour protester contre la non augmentation de leurs salaires en 2020. © Tim Buisson – Place Gre’net

Plusieurs dizaines de sala­riés se sont mobi­li­sés sur le site de Grenoble pour pro­tes­ter contre la non aug­men­ta­tion de leurs salaires en 2020. © Tim Buisson – Place Gre’net

Les groupes locaux du Parti com­mu­niste fran­çais et d’Europe Écologie Les Verts du Grésivaudan apportent cha­cun leur sou­tien aux sala­riés de STMicroelectronics en grève à Crolles.

 

En cause : le fait que la mul­ti­na­tio­nale engrange les béné­fices mal­gré le contexte sani­taire, et table sur 165 mil­lions d’eu­ros de divi­dendes pour cette année.

 

Et le PCF de rap­pe­ler que l’entreprise a reçu, au titre du plan nano 2022, « 800 mil­lions d’euros sur 5 ans d’argent public ». Il exige ainsi « que les aides publiques et les allè­ge­ments de coti­sa­tions ou impôts en direc­tion des grandes entre­prises soient condi­tion­nés à des objec­tifs pré­cis et un contrôle strict en matière de résul­tats pour l’emploi, les salaires et la tran­si­tion éner­gé­tique ».

 

Même son, de cloche, du côté de la sec­tion locale dEELV : « Il est néces­saire de condi­tion­ner ces aides à des contre­par­ties sociales et envi­ron­ne­men­tales ». Sachant que « l’en­tre­prise béné­fi­cie du cré­dit d’impôt pour la com­pé­ti­ti­vité et l’emploi (CICE), du cré­dit impôt recherche (CIR) et des plans Nano 2012, 2017 et 2022 ». Enfin, les éco­lo­gistes sou­haitent que les conseils d’ad­mi­nis­tra­tion des entre­prises soient com­po­sés pour moi­tié de sala­riés.

 

* Article mis à jour le 12 novembre à 10 heures, pour y inté­grer le sou­tien du PCF, qui avait été omis.

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
5613 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. le jour où ils se barrent car l’en­vi­ron­ne­ment est agres­sif et mena­çant on aura tous les ouins ouins radi­ner.
    c’est un jeu dan­ge­reux, il y a une res­pon­sa­bi­lité sociale des entre­prises, et les prises de posi­tions doivent être natio­nales et pas que locales.

    sep article
  2. Bonjour
    Une tres bonne nou­velle. …la cgt arrete de faire de la poli­tique et se remet à faire du syn­di­ca­lisme.
    Apres avoir sou­tenu MR FLAMBY (FRANÇOIS HOLLANDE ) et appe­ler la popu­la­tion a voter pour le meilleur pré­sident de la cin­quième répu­blique (3 femmes en un seul man­dat lol ) la cgt se recentre.

    Tres bonne nou­velle pour les sala­riés.…..

    BENYOUB.A

    sep article
  3. Ping : Novembre 2020

  4. EELV est contre la 5G mais pour les aug­men­ta­tions de salaires chez les acteurs de la 5G. Le vert est vrai­ment la cou­leur des faux culs.

    sep article