Aide alimentaire : la galère d’un allocataire du RSA à Grenoble, les premiers jours du reconfinement

sep article

 

TÉMOIGNAGE – Stéphane, allocataire grenoblois du RSA, décrit la galère pour se nourrir durant les premiers jours du confinement. En cause ? La fermeture des structures associatives, qui viennent d’habitude en aide aux plus précaires. Le quinquagénaire s’étonne de ce qu’il considère comme une impréparation. D’autant plus douloureuse que le confinement a débuté en fin de mois, soit une période difficile pour les plus précaires.

 

 

« On avait l’ex­pé­rience, et on ne s’en est pas servi ! » Stéphane ne déco­lère pas : depuis la mise en place du confi­ne­ment le ven­dredi 30 octobre, cet allo­ca­taire du RSA gre­no­blois connaît une véri­table galère pour accé­der à une aide ali­men­taire. En cause ? Toutes les asso­cia­tions dédiées aux plus pré­caires étaient fer­mées. Pas de Croix-Rouge ni de Restos du Cœur pour per­mettre au quin­qua­gé­naire de se sus­ten­ter durant le week-end.

 

Distribution d'aide alimentaire par l'association Magdalena pendant le confinement en mars 2020 à Grenoble © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Distribution d’aide ali­men­taire par l’as­so­cia­tion Magdalena pen­dant le confi­ne­ment en mars 2020 à Grenoble. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Si la page Solidarités Grenoble recen­sait, ce lundi 2 novembre en début d’a­près-midi, un cer­tain nombre de struc­tures ouvertes, tel n’é­tait en effet pas le cas le matin même, où le rouge pré­do­mi­nait. Stéphane com­prend d’au­tant moins la situa­tion que les choses s’é­taient pas­sées dif­fé­rem­ment lors du pre­mier confi­ne­ment. Avec la mise en place très rapide de dis­tri­bu­tions ali­men­taires, par exemple devant le Musée de Grenoble.

 

 

Carence de l’aide alimentaire : les collectivités responsables ?

 

Premier res­pon­sable, à ses yeux ? Les col­lec­ti­vi­tés. Et plus par­ti­cu­liè­re­ment la Ville de Grenoble. « J’ai appelé le Département, ils ne peuvent pas m’ai­der. J’ai appelé le CCAS de Grenoble, ils m’ont dit qu’ils allaient me rap­pe­ler et ne l’ont jamais fait. » Finalement, l’al­lo­ca­taire appelle la Ville de Grenoble. Qui revien­dra vers lui une heure plus tard en lui indi­quant qu’il pou­vait aller man­ger un repas au Fournil, en échange d’un euro sym­bo­lique.

 

Banque alimentaire de l'Isère © Ville de Grenoble

Banque ali­men­taire de l’Isère. © Ville de Grenoble

« Où est l’an­ti­ci­pa­tion de la mai­rie ? », accuse Stéphane. La Ville de Grenoble et son maire Éric Piolle n’ont cepen­dant pas man­qué de fus­ti­ger l’ab­sence de com­mu­ni­ca­tion de l’État à l’é­gard des muni­ci­pa­li­tés. Mais l’ar­gu­ment ne fait pas mouche. « Le recon­fi­ne­ment, j’es­time que l’on était au cou­rant avant que le pré­sident ne fasse un dis­cours le mer­credi soir. Le ven­dredi, tout aurait dû être en place », estime l’al­lo­ca­taire.

 

Le “timing” même du confi­ne­ment avait de quoi aggra­ver les dif­fi­cul­tés, pré­cise-t-il. Celui-ci a en effet démarré en fin de mois, soit un moment dif­fi­cile pour de nom­breux ménages, à com­men­cer par les plus pré­caires, le RSA étant versé le 5 du mois. Quid de la prime de 150 euros annon­cée par Emmanuel Macron ? « On les aura le 27 novembre. On ne va pas cra­cher des­sus, mais c’est vrai qu’en géné­ral, quand il y a des annonces, ça tombe dans la semaine. »

 

Au final, Stéphane a dû emprun­ter de l’argent à un proche pour pou­voir se nour­rir durant le week-end. L’allocataire assume sans com­plexe son coup de gueule : « Quand les choses sont bien, je suis le pre­mier à dire bravo. Mais quand ce n’est pas bien, je le dis aussi ! » Durant le conseil muni­ci­pal du 2 novembre, Éric Piolle a annoncé que la cui­sine cen­trale de la Ville allait pro­chai­ne­ment com­men­cer à orga­ni­ser des dis­tri­bu­tions de repas pour les plus pré­caires.

 

Propos recueillis par Florent Mathieu

 

Suite à la paru­tion du témoi­gnage, la Ville de Grenoble a réagi pour contes­ter les pro­pos de Stéphane. « La Ville de Grenoble livre 700 repas par semaine aux accueils de jour (Le Fournil,  Accueil SDF, Nicodème, Point d’eau). Elle s’occupe éga­le­ment de la col­lecte de pro­duits dans les grandes sur­faces, qu’elle livre à des asso­cia­tions. Enfin, la Ville col­lecte et livre 700 repas pré­pa­rés et offerts par des res­tau­ra­teurs gre­no­blois », écrit-elle à Place Gre’net.

 

« Le site Solidarités Grenoble indique les dis­tri­bu­tions à un moment T, c’est pour cela que selon l’horaire et le jour, plus ou moins de struc­tures sont ouvertes. Lors du pré­cé­dent confi­ne­ment, de nom­breuses asso­cia­tions étaient contraintes d’arrêter les dis­tri­bu­tions, c’est pour cela que de nou­veaux points de dis­tri­bu­tions (comme devant le Musée) avaient été mis en place. Alors qu’actuellement toutes les dis­tri­bu­tions conti­nuent », affirme-t-elle encore.

 

(enca­dré ajouté le 4 novembre 2020)

 

commentez lire les commentaires
4088 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.