Les Brûleurs de Loups refusent de jouer à domicile à huis clos et lancent une pétition pour accueillir du public

sep article



 

FIL INFO – Le 30 octobre 2020, les Brûleurs de Loups ne retrouveront pas leurs supporters à la patinoire Polesud. Le club de hockey grenoblois, qui devait affronter Chamonix puis Gap le 1er novembre, refuse en effet d’évoluer sans son public après la décision de la préfecture de l’Isère de lui imposer un huis clos. Ses prochains matchs à domicile sont reportés.

 

 

La patinoire Pôle Sud à Grenoble après plusieurs mois de travaux. © Tim Buisson – Place Gre’net

La pati­noire Pôle Sud à Grenoble après plu­sieurs mois de tra­vaux. © Tim Buisson – Place Gre’net

Ce devait être les retrou­vailles avec une par­tie de leurs sup­por­ters à Polesud, après le confi­ne­ment et des tra­vaux à la pati­noire Polesud qui avaient pris du retard. Les Brûleurs de Loups (BDL) devaient rece­voir Chamonix ven­dredi 30 octobre (20 heures), puis Gap dimanche 1er novembre (17 heures) devant 1 000 spec­ta­teurs, la jauge appli­quée en zone d’alerte maxi­mum.

 

Mais ce ne sera pas le cas. La pré­fec­ture de l’Isère a en effet imposé un huis clos aux Grenoblois. La pati­noire Polesud est jugée dans sa confi­gu­ra­tion match de hockey comme un éta­blis­se­ment spor­tif cou­vert (ERP) de type X (enceinte spor­tive cou­verte) et ne peut donc pas rece­voir de spec­ta­teurs.

 

 

« Aucune discussion n’a pu être possible avec la préfecture »

 

Ne vou­lant pas jouer sans leurs sup­por­ters, les BDL ont demandé à ce que ces matchs à domi­cile soient repor­tés. Ce qui semble avoir été accepté par la Fédération fran­çaise de hockey sur glace. « Cette déci­sion [de huis clos, ndlr] est sur­pre­nante, sachant que cer­tains clubs, du même type que les BDL, dans les zones couvre-feu peuvent accueillir du public et des par­te­naires ; aucune dis­cus­sion n’a pu être pos­sible avec la pré­fec­ture pour ten­ter de trou­ver une solu­tion », regrette le club gre­no­blois dans un com­mu­ni­qué de presse publié jeudi 22 octobre.

 

Jouer à huis clos n'est pas viable économiquement pour le club de hockey sur glace grenoblois. © Archive Laurent Genin

Jouer à huis clos n’est pas viable éco­no­mi­que­ment pour le club de hockey sur glace gre­no­blois. © Archive Laurent Genin

 

Et d’ajouter : « Nous sommes attris­tés et frus­trés de ne pas pou­voir jouer dans notre pati­noire devant la famille BDL Nation. Le club, affirme-t-il, avait tout mis en place pour assu­rer la sécu­rité des spec­ta­teurs, avec la cer­ti­fi­ca­tion Afnor « Mesures sani­taires Covid-19 » ; les BDL pro­po­saient un pro­to­cole sani­taire strict et reconnu ; c’est d’ailleurs le seul club pro­fes­sion­nel à avoir effec­tué cette démarche. »

 

Le huis clos « n’est pas envi­sa­geable pour la sur­vie éco­no­mique de notre club », expliquent encore les BDL. Le club de hockey gre­no­blois a annoncé avoir lancé une péti­tion afin d’accueillir son public dans la limite des 1 000 per­sonnes. Ce ven­dredi 23 octobre en fin de mati­née, elle avait déjà recueilli plus de 1000 signa­tures.

 

Laurent Genin

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
964 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.