Meurtre de Victorine Dartois : un individu interpellé et placé en garde à vue par la gendarmerie

sep article



 

FIL INFO – Ce mardi 13 octobre 2020, la gendarmerie a interpellé et placé en garde à vue un individu dans le cadre de l’enquête sur la mort de Victorine Dartois a annoncé ce mercredi le parquet de Grenoble. L’auteur présumé est connu des services de la gendarmerie et de la justice pour « différents délits de droit commun », indique Boris Duffau, procureur adjoint.

 

 

Victorine DartoisInterpellé par le GIGN dans le cadre de l’en­quête sur le meurtre de Victorine Dartois, cet homme âgé de 25 ans  est actuel­le­ment « entendu par les enquê­teurs de la sec­tion de recherches de la gen­dar­me­rie », rap­porte ce mer­credi Boris Duffau. Le pro­cu­reur adjoint du tri­bu­nal judi­ciaire de Grenoble pré­cise par ailleurs que les limiers de la gen­dar­me­rie ont, dans le même laps de temps, per­qui­si­tionné son domi­cile.

 

Ce mer­credi, en fin d’a­près-midi, Boris Duffau a confirmé « la pro­lon­ga­tion de la garde à vue de l’homme soup­çonné du meurtre » par un juge d’ins­truc­tion. Le par­quet sou­ligne en outre que l’au­teur pré­sumé « réside sur la même com­mune que celle de la vic­time ». De plus, com­plète le pro­cu­reur, les ser­vices de la gen­dar­me­rie et de la jus­tice ont eu à connaître le sus­pect « pour dif­fé­rents délits de droit com­mun ».

 

 

Une information judiciaire contre X pour « enlèvement, séquestration et meurtre »

 

Telles sont les seules infor­ma­tions lâchées par le par­quet de Grenoble qui ne four­nit aucun autre détail com­plé­men­taire sur l’en­quête et les cir­cons­tances de l’ar­res­ta­tion du pré­sumé meur­trier. En tout cas pas pour l’heure, « pour des rai­sons tenant au secret de l’ins­truc­tion et à l’ef­fi­ca­cité de l’en­quête », tient  à pré­ci­ser Boris Duffau.

 

Première conférence de presse sur l'affaire du meurtre de Victorine. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Au centre, Boris Duffau lors de la pre­mière confé­rence de presse sur le meurtre de Victorine. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le lundi 5 octobre, le par­quet de Grenoble avait ouvert une infor­ma­tion judi­ciaire contre X pour « enlè­ve­ment, séques­tra­tion et meurtre » de la jeune étu­diante.

 

L’autopsie pra­ti­quée en amont sur sa dépouille avait révélé qu’elle serait « morte par noyade avec l’in­ter­ven­tion d’un tiers » écar­tant ainsi toute éven­tua­lité d’une mort acci­den­telle.

 

Victorine Dartois, étu­diante en BTS âgée de 18 ans, n’a­vait plus donné signe de vie le 26 sep­tembre au soir après avoir signalé par télé­phone être sur le che­min du retour vers son domi­cile. Moins de qua­rante-huit heures plus tard, une équipe cyno­phile retrou­vait son corps immergé dans un ruis­seau sur la com­mune de Roche, proche de Villefontaine.

 

JK

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
1401 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Dix condam­na­tions sans être écroué une seule fois. Mesdames Messieurs les magis­trats gau­chistes ! Comment dor­mez vous?! Pourquoi nous, le peuple fran­çais, n’a pas le droit de virer ces magis­trats de merde ?!

    sep article